Navigation – Plan du site

Pour une approche par les capacités avec Amartya Sen

Jean-Frédéric Vergnies
p. 1

Texte intégral

1L’approche par les capacités du prix Nobel d’économie (1998), A. Sen, est au centre de ce numéro. Initialement, cette approche visait à dépasser, dans le domaine du développement économique, le fétichisme du produit national brut (PNB). Au-delà des débats sur la pertinence d’un indicateur unique de richesse – ou de pauvreté – A. Sen a souligné l’importance des causes des choix individuels, voire des non-choix, pour mieux en comprendre les résultats. Cette approche ouvre des perspectives interprétatives dans de nombreux domaines. Ainsi, et c’est l’objet de ce numéro, elle permet d’aborder autrement la relation formation-travail-emploi. En particulier, elle met l’accent sur les ressources dont disposent les individus et sur leur capacité à les mobiliser. Ambitieuse, car elle se propose de combiner de multiples dimensions, cette approche montre encore aujourd’hui des limites dans sa mise en œuvre. Nous traduirons la notion de capability, lorsqu’elle est utilisée hors contexte (comme dans l’expression « approche par les capacités »), par le néologisme « capabilité ».

2D’emblée, Robert Salais souligne, en introduisant ce dossier, le défi qui consiste à articuler les facteurs individuels, environnementaux et sociétaux pour analyser les possibilités réelles, et pas seulement formelles, des individus dans leur accès à la formation puis à l’emploi. Jean-Michel Bonvin et Nicolas Farvaque identifient les apports de l’approche par les capacités dans le domaine de l’accès à l’emploi mais aussi ses limites actuelles. Delphine Corteel et Bénédicte Zimmermann soulignent que l’employabilité ne dépend pas uniquement de l’individu mais aussi de l’entreprise et de son organisation. Jane Bryson et Kiri Merritt montrent combien, en Nouvelle-Zélande, les facteurs institutionnels ou organisationnels peuvent constituer un frein au développement des capabilités au travail. Marion Lambert et Josiane Vero prolongent ces analyses en interrogeant les capacités d’action des salariés dans leur accès à la formation continue. Pour leur part, Tristan Klein et -Christine Le Clainche tentent d’apprécier de quelle manière les contrats aidés, comme le contrat initiative emploi ou le contrat emploi solidarité, améliorent les conditions de vie et les marges de manœuvre des bénéficiaires.

3Dans le domaine de la formation, l’approche par les capacités souligne les limites des politiques en termes d’égalité des chances ou des résultats, comme nous le montrent Marie Verhoeven, Jean-François Orianne et Vincent Dupriez dans le cas de la Communauté française de Belgique. Quelles sont les possibilités réelles d’accès au savoir puis à l’emploi pour les individus ? Quel est le rôle, voire le poids, des institutions ou de l’environnement social et familial ? Telles sont les interrogations qui parcourent l’article de Marie de Besses dans le cadre des lycées professionnels et celui de Jean-Étienne Bidou et d’Isabelle Droy dans le contexte si différent, et en même temps si éclairant, de la Guinée Maritime.

4Enfin, dans sa postface, Claude Gamel entreprend une critique de la portée de l’approche par les capacités et propose de la réintégrer dans une théorie rawlsienne élargie.

5Espérant que ce numéro augmente votre savoir comme vos possibilités d’action, je vous souhaite une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Frédéric Vergnies, « Pour une approche par les capacités avec Amartya Sen », Formation emploi, 98 | 2007, 1.

Référence électronique

Jean-Frédéric Vergnies, « Pour une approche par les capacités avec Amartya Sen », Formation emploi [En ligne], 98 | avril-juin 2007, mis en ligne le 19 février 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/1547

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page