Navigation – Plan du site
Lectures

Lectures

Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot
p. 93-101

Plan

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 13 décembre 2009.

Pour permettre au lecteur un repérage rapide et complet, chaque ouvrage, étude, thèse, article fait l’objet d’une présentation concise.
La sélection retient les parutions les plus notables dans le domaine de la relation formation-emploi, en s’appuyant sur les nouvelles acquisitions du centre de documentation du Céreq.

Emploi

Serge Paugam, Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l'intégration professionnelle

Collection « Quadrige, essais débats », Collection « Le lien social, série Documents d'enquête », Paris, PUF, 2007, 2000, 437 p.

1Depuis les années 80, le nombre de salariés sous statut précaire a augmenté. Les formes de l'intégration professionnelle se sont modifiées avec des effets sur la structure sociale, les rapports sociaux dans les entreprises et sur les formes d'implication des salariés dans le monde du travail. Ces formes sont appréhendées simultanément du point de vue du rapport au travail et du rapport à l'emploi. Si les salariés sont globalement plus autonomes dans leur travail, ils sont aussi soumis à des contraintes plus fortes de rythmes de travail et subissent de nouvelles inégalités dans les formes d'intégration professionnelle. Par rapport à un type idéal, celui de l'intégration assurée (satisfaction au travail et stabilité de l'emploi), l'intégration professionnelle connaît quelques déviations : les intégrations incertaines, laborieuses ou disqualifiantes. L'enquête qualitative et quantitative menée dans une quinzaine d'entreprises a permis de mettre à l'épreuve cette typologie et de comparer la dévalorisation qui touche les salariés précaires à la disqualification sociale de ceux qui sont écartés du marché du travail. Dans les deux cas, une position socialement dévalorisée peut entraîner une forte stigmatisation. L'évolution du rapport au travail et à l'emploi autorise le passage d'un mode d'intégration à l'autre. Ces processus sont impliqués dans une fonction de régulation du système social de l'assistance. Enfin, ces formes de disqualification sociale peuvent donner lieu à de nouvelles formes de luttes sociales, tournées plutôt vers l'État-providence.

Formation

Jean Donnay, Evelyne Charlier, Apprendre par l'analyse de pratiques. Initiation au compagnonnage réflexif

Namur, Presses universitaires de Namur, 2008 (2e éd.), 185 p.

2L'identité professionnelle des enseignants est remise en cause par le perpétuel changement de leur contexte de travail. L'ouvrage réexamine les rapports entre praticiens et changement, praticien et formation, pratique et recherche pédagogiques afin de dégager des pistes d'action qui permettent au praticien d'augmenter son sentiment de maîtrise de ses situations de travail (empowerment) et de favoriser son développement professionnel, à partir de ses savoirs d'action et de l'analyse de ses pratiques : c'est donc une démarche d'apprentissage par les situations du travail qui s'appuie sur l'analyse et le compagnonnage réflexifs qui est proposée ici. Mettre des mots sur ce que l'on fait et apprendre à partir de ses situations de travail peut s'apprendre : tel est l'enjeu de l'ouvrage qui synthétise et illustre près d'une vingtaine d'années d'accompagnement dans les domaines de la formation et de l'éducation.

Isabelle Bruno, À vos marques, prêts... cherchez ! : La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche

Collection « Savoir/agir de l'association Raisons d'agir », Belleccombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2008, 256 p.

3Cet ouvrage propose une analyse critique de l'Espace européen de la recherche, lancé lors du Conseil européen de Lisbonne, en mars 2000. Après en avoir rappelé la genèse, l'auteur en décrit les objectifs et les principes : il s'agit pour l'Europe de « devenir l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde » en organisant la production, l'échange et la valorisation des savoirs sur la base d'une mise en concurrence des systèmes nationaux de recherche et d'innovation. En adoptant des techniques managériales telles que le benchmarking (essais comparatifs), on vise à faire de l'Europe un marché attractif pour les investisseurs. Dans ce contexte, le chercheur devient un entrepreneur, participant d'un nouveau « capitalisme cognitif ». L'auteur pose un regard critique sur les conséquences politiques de cette évolution de la construction européenne vers une mise en compétition des populations et des territoires.

Corinne (Hahn Coord.), Frédérique Alexandre-Bailly (Coord.), André Geay, (Coord.), Christophe Vignon (Coord.), Former les managers. Quand l'alternance s'invite dans le débat

Paris, Vuibert, 2008, 132 p.

4Seule l'alternance est susceptible de corriger l'inadéquation croissante entre les formations supérieures en management et la réalité managériale actuelle. En effet, avec les restructurations et les réorganisations d'entreprises, le métier de manager et plus généralement l'ensemble des métiers d'encadrement tendent à se modifier profondément et à s'éloigner des enseignements et des savoirs acquis par les étudiants dans les formations supérieures au management. L'objectif de cet ouvrage, qui s'adresse principalement aux responsables de formation, est d'explorer les différents aspects de l'alternance afin d'offrir une réponse adaptée aux enjeux actuels de la formation.

Denis Pelletier, L'approche orientante : la clé de la réussite scolaire et professionnelle. Tome 1 : l'aventure, 3e cycle primaire, 1er cycle secondaire

Sainte Foy, Septembre Éditeur, 2004, 302 p.

5Cet ouvrage de base en éducation est une sensibilisation à l'approche orientante ou plus précisément à l'école orientante dans le primaire et le secondaire. Destiné principalement aux enseignants et aux spécialistes en matière d'information et d'orientation scolaires et professionnelles, il livre les fondements de cette approche en présentant les différents modèles, les principes directeurs et les considérations pédagogiques et vocationnelles servant à planifier les interventions. Synthèse théorique mais également pratique, il décrit les moyens nécessaires à sa mise en œuvre en s'appuyant sur une cinquantaine d'activités orientantes expérimentées dans les écoles du Québec.

Laure Ben Moussi-Le Gall (Coord.), Validation des acquis de l'expérience : retour d'expériences à l'université

Collection « Formation continue universitaire », Paris, L'Harmattan, 2008, 289 p.

6Depuis 1985, la VAE (validation des acquis de l'expérience) et ses procédures fondent une évolution lente mais profonde de l'université. Les pratiques de formation se modifient. Pour cela, les services de formation continue universitaire proposent un processus de mutualisation, d'invention et d'innovation pour rendre efficient ce dispositif visant l'obtention de tout ou partie d'un diplôme. Cet ouvrage propose quatre parties. Les deux premières analysent les effets de la mise en œuvre de la VAE du point de vue des professionnels et des candidats qui en bénéficient à partir d'expériences, d'exemples et d'enquêtes, sans toutefois avoir l'ambition de dresser un état des lieux exhaustif de cette question. La troisième partie analyse les différents types de mobilisation et les effets induits par la démarche de VAE sur les institutions (universités, services de formation continue, entreprises). La dernière contribution situe la VAE dans la problématique introduite par l'Europe et par rapport aux dispositifs mis en place dans certains pays européens.

Vincent (Dupriez Dir.), Jean-François Orianne (Dir.), Marie Verhoeven (Dir.), De l'école au marché du travail, l'égalité des chances en question

Collection « Exploration, Recherches en sciences de l'éducation », Berne, Peter Lang, 2008, 411 p.

7Cet ouvrage explore une question centrale : est-il encore permis de croire, aujourd'hui, au principe de l'égalité des chances et au rôle de l'institution éducative dans la poursuite de cet idéal ? Les auteurs, ancrés dans diverses disciplines des sciences sociales et de l'éducation, apportent à cette interrogation une réponse prudente. Quatre démarches complémentaires sont articulées et correspondent aux quatre grandes parties de l'ouvrage : la discussion des théories de la justice et de leur pertinence dans le champ de l'éducation et de la formation ; une sociologie des cadres cognitifs et normatifs de l'action publique ; la documentation empirique des inégalités et des processus qui les sous-tendent ; et l'analyse des politiques publiques contemporaines dans ce domaine, jusque dans les dispositifs pragmatiques qui les incarnent.

Claudie Solar (Dir.), Pierre Hébrard (Dir.), Professionnalisation et formation des adultes : une perspective universitaire France-Québec

Collection « Action et savoir », Paris, L'Harmattan, 2008, 259 p.

8Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les adultes sont de plus en plus présents dans l'enseignement supérieur et la « formation tout au long de la vie » contribue à renforcer la professionnalisation des universités. Cette professionnalisation modifie le paysage universitaire, se heurte à des résistances et provoque des innovations, mais pas de la même façon dans toutes les institutions. Le présent ouvrage s'attache à décrire et à analyser ces changements, leurs enjeux et leurs conséquences sur le fonctionnement des établissements d'enseignement supérieur en France et au Québec.

Lucette Colin (Dir.), Jean-Louis Le Grand (Dir.), L'éducation tout au long de la vie

Collection « Education », Paris, Économica-Antrhopos, 2008

9Selon la Communauté européenne, l'éducation tout au long de la vie recouvre les activités d’apprentissage, entreprises à tout moment de la vie, dans le but d'améliorer les connaissances, les qualifications et les compétences, dans une perspective personnelle, civique, sociale et/ou liée à l'emploi. Cette définition suggère que l'on se forme pour trouver un travail, mais aussi pour soi-même, et ce, tout au long de la vie. Les enjeux de cet éclatement des cadres institués et des conceptions de la formation sont énormes. Une équipe de chercheurs (Laboratoire Experice Paris 8-Paris 13) s'est engagée dans une exploration de ce nouveau domaine. Ils proposent la construction de l'expérience dans différentes situations où les apprentissages informels se structurent. Ils présentent aussi des outils de cette construction de l'expérience, condition de l’entrée de chacun dans la vie.

Insertion

Cédric Frétigné (Coord.), Former et insérer : histoire de l'Association formation emploi (AFE) à Sarcelles : 1986-2006

Collection « Histoire et mémoire de la formation », Paris, L'Harmattan, 2008, 165 p.

10Former et insérer sont les préoccupations principales des nombreux opérateurs qui travaillent, au quotidien, avec les publics chômeurs, allocataires du RMI (revenu minimum d’insertion), etc. Ces dernières années toutefois, on a pu observer des inflexions majeures des politiques de formation et d'insertion : transferts de compétences, mutation des règles d'attribution des financements, évolutions de la commande publique. Prenant la mesure de ces évolutions, l'ouvrage étudie précisément la manière dont elles ont modifié le fonctionnement d'une association située à Sarcelles. Proposant une étude fouillée de la structure, les auteurs restituent ses conditions de création, les modalités de son développement et les incertitudes qui ont pu peser, à divers moments, sur son devenir. Ils analysent aussi les pratiques qu'elle met aujourd'hui en œuvre en réponse aux nouvelles règles du jeu fixées par les décideurs politiques : généralisation du code des marchés publics et régionalisation de la formation professionnelle, transfert de la gestion du RMI aux conseils généraux, centration croissante sur les indicateurs de placement en emploi, etc.

Philippe Bregeon, À quoi servent les professionnels de l'insertion ? L'exemple des intervenants sociaux en centres d’hébergement et de réinsertion sociale, en missions locales et dans l'insertion par l'activité économique

Collection « Le travail du social », Paris, L'Harmattan, 2008, 270 p.

11Cet ouvrage concerne l'intervention sociale en charge de dispositifs d'insertion. L'ambition est d'identifier les représentations du métier, de mettre à jour les pratiques des intervenants. Quelles identités professionnelles projettent-ils ? Pouvons-nous observer une reformulation du rapport avec les usagers, vers des modes de collaboration moins asymétriques ? L'ouvrage cible trois réseaux professionnalisés : les centres d'hébergement et de réinsertion sociale, les missions locales, les structures d'insertion par l'activité économique. Dans une approche comparative, ils représentent des constructions institutionnelles suffisamment différenciées pour interroger en profondeur les logiques de la thématique de l'insertion. Par effet de miroir, les usagers de l'insertion apparaissent constamment en arrière-plan. Les intervenants sociaux doivent obtenir des autorisations à exercer leur métier, dans une perspective valorisée par eux-mêmes et par leur environnement. Ce travail débouche sur une modélisation des interactions entre les intervenants sociaux et les usagers. Cette modélisation contribue à répondre à la question de la diversité de ces métiers du point de vue des modes de collaboration avec les usagers et des interprétations de la catégorie insertion.

Profession

Yvonne Guichard-Claudic (Dir.), Danièle Kergoat (Dir.), Alain Vilbrod (Dir.), L'inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin et réciproquement

Collection « Des sociétés », Rennes, PUR, 2008, 401 p.

12Femmes pompiers ou médecins, cadres d'entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses, mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d'exemples de l'avancée en mixité dans des bastions longtemps mono-sexués. La mixité n'est donc pas seulement une question de coprésence de femmes et d'hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l'exclusivisme de genre attaché à certains métiers. Il est certes important d'en prendre la mesure précise, statistiques à l'appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions de travail, de rémunération, de promotion selon qu'il l'est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d'observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes à l'œuvre. Parler d'inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c'est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l'inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Lise Demailly, Politiques de la relation : approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles

Collection « Sociologie »,Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, 373 p.

13Les métiers relationnels se développent aujourd'hui dans notre société, allant du travail sur autrui (auxiliaires de vie, formateurs, psychothérapeutes) aux professions de services. Ils mettent au cœur de leur activité professionnelle le travail de relation. Cette spécificité sociologique les caractérise et entraîne une implication éthico-politique des agents et une dimension personnelle du contenu du travail. Après avoir présenté ces groupes professionnels, leur place sociale, les modes de professionnalisation et leurs pratiques, cette étude sociologique s'intéresse aux mutations actuelles. Les recompositions des politiques publiques affectent aujourd'hui ces métiers, notamment par la mise en place de nouveaux managements, l'obligation de coordination interprofessionnelle, le développement d'Internet et l'émergence des usagers. Enfin, les métiers relationnels n'échappent pas au mouvement de rationalisation du travail.

Thomas Le Bianic T (Dir.), Antoine Vion (Dir.), Action publique et légitimités professionnelles

Collection « Droit et société », Paris, LGDJ, 2008, 343 p.

14La multiplication des acteurs intervenant dans le système politique (État, Union européenne, collectivité territoriales) modifie les pratiques de l'action publique. Les professionnels doivent prendre en compte les différentes stratégies en présence et la demande des usagers d'individualisation des services. Cette tendance s'accompagne d'un désir d'évaluation des performances publiques. L'épuisement du modèle de l'État-providence les oblige à redéfinir les modes d'organisation du travail. Les sociologues, historiens et politologues réunis lors du colloque « Action publique et légitimités professionnelles » à Aix-en-Provence en 2005, proposent de mieux comprendre, à travers l'étude de cas concrets (santé, éducation, aménagement du territoire...), les stratégies mises en place par les professionnels pour légitimer leurs expertises.

Travail

Marie-Anne Dujarier, Le travail du consommateur : de McDo à eBay : comment nous coproduisons ce que nous achetons

Paris, La Découverte, 2008, 246 p.

15Où trouver une main-d'œuvre abondante, motivée et bon marché pour émettre un billet de train, concevoir une publicité ou dépanner une liaison Internet ? Une solution, promue par le marketing et soutenue par les technologies, consiste à mettre le consommateur au travail. La coproduction dans les services est avérée depuis longtemps. Partant de situations quotidiennes dans des services marchands (transports, banque, distribution, loisirs, restauration, médias, culture, médecine, formation, etc.), l'auteure, sociologue du travail, identifie trois formes de mise au travail du consommateur : l'externalisation de tâches simplifiées, la captation de productions bénévoles et la délégation du travail d'organisation. Outre l'extension du self-service, le consommateur se fait tour à tour concepteur, marketeur, prescripteur, publicitaire, producteur, réparateur, formateur et même manager. Qu'il travaille pour consommer ou qu'il produise pour avoir le plaisir de travailler, son activité est organisée dans un rapport social nouveau qui crée de la valeur pour l'entreprise. Mais comment faire travailler un consommateur alors qu'il n'est ni un professionnel ni un employé ? Peut-on organiser, prescrire et « manager » son activité ? Faut-il le former ? Que fait-il réellement ? Consent-il à travailler ? Quelles sont les formes de coopération, de conflit et de régulation dans cette division du travail spécifique ?

Éric Le Breton, Domicile-travail. Les salariés à bout de souffle

Collection « Modes de ville », Paris, Les carnets de l'info, 2008, 216 p.

16Les distances de plus en plus grandes entre les lieux de résidence et de travail ainsi que le développement des formes atypiques d'emploi compliquent de manière inédite la vie quotidienne des salariés et précarisent une frange de la population active. Ces changements affectent aussi les entreprises, confrontées à des difficultés de recrutement et de fidélisation de leurs personnels. L'accompagnement des transformations du travail ne peut ignorer les changements de l'organisation des agglomérations et l'importance de la mobilité. Quatre portraits illustrent les pratiques de mobilité : elles diffèrent selon les groupes sociaux créant ainsi une société de mouvement à deux vitesses entre ceux qui s'en sortent, les sherpas et les navetteurs et ceux qui peinent, les précaires mobiles et  les insulaires. La mobilité est donc une norme sociale qui distingue des populations conformes et des marginaux. L'ouvrage s'inscrit dans un programme de recherche-action de l'Institut pour la ville en mouvement, explorant les liens entre mobilité quotidienne et insertion sociale et professionnelle. Des enquêtes ont été conduites auprès de jeunes en insertion, demandeurs d'emploi et allocataires de minima sociaux pour cerner leurs pratiques de mobilité. Simultanément, des systèmes d'aide à la mobilité ont été mis en œuvre avec l'aide de travailleurs sociaux. Les résultats de ces démarches ont été l'objet d'un forum national en 2005. Par ailleurs, une seconde phase de travail centrée sur les mobilités quotidiennes des salariés a été engagée en 2006, portant sur des chefs d'entreprise, des responsables de syndicats ouvriers et d'organisations patronales. En parallèle, une enquête de terrain a été réalisée auprès de 3 30 entreprises. Ces questions ont été discutées à l'occasion d'un séminaire en 2007.

A Signaler

Xavier Dupret, Henri Houben, Erik Rydberg, Capital contre travail

Collection « L'autre économie », Charleroi, Éditions Couleur livres, 2007, 96 p.

Benjamin Moignard, L'école et la rue : fabriques de délinquance. Recherches comparatives en France et au Brésil

Collection « Partage du savoir », Paris, PUF, 2008, 232 p.

Geneviève Pruvost, De la sergote à la femme flic. Une autre histoire de l'institution policière (1935-2005)

Collection « Texte à l'appui/Politique et sociétés », Paris, La Découverte, 2008, 308 p.

Jean-Émile Charlier (Dir.), Frédéric Moens (Dir.), Observer, décrire, interpréter : un état des méthodes en sciences sociales

Collection « Éducation, politiques, sociétés », INRP, 2007, 239 p.

Pierre Morel-A-Lhuissier, Jean-Claude Barrois (Rapp.), Christian Gal (Rapp.), Du télétravail au travail mobile. Un enjeu de modernisation de l'économie française. Rapport au Premier ministre

Collection « Collection des rapports officiels », Paris, Documentation française, 2007, 214 p.

Françoise Lantheaume (Dir.), Françoise Bessette-Holland, Sabine Coste, Les enseignants de lycée professionnel face aux réformes : tensions et ajustements dans le travail

Collection « Documents et travaux de recherche en éducation, n° 61 », Paris, INRP, 2008, 247 p.

Marc Lecoutre (Dir.), Pascal Lièvre (Dir.), Management et réseaux sociaux : ressource pour l'action ou outil de gestion ?

Collection « Finance-Gestion-Management », Paris, Hermès, 2008, 391 p.

Elisabeth Lecœur, Gestion des compétences. Le guide pratique

Collection « Le management en pratique », Bruxelles, De Boeck Université, 2008, 218 p.

Jean-Pierre Ledoux, La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Le guide stratégique

La Plaine-Saint-Denis, Afnor, 2008, 230 p.

OCDE - Organisation de coopération et de développement économiques, Regards sur l'éducation 2008 : les indicateurs de l'OCDE

Paris, Les Éditions de l'OCDE, 2008, 471 p.

Stephen Bouquin (Coord.), Résistances au travail

Collection « Le présent avenir », Paris, Éditions Syllepse, 2008, 250 p

Laurence Roulleau-Berger (Dir.), Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

MIRE - Mission Recherche du ministère de l'Emploi du Travail et de la Cohésion sociale, DREES - Direction de la Recherche des Études de l'Évaluation et des Statistiques, Collection « Socio-logiques », Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2007, 245 p.

François Vatin, Le travail et ses valeurs

Collection « Bibliothèque des idées », Paris, Albin Michel, 2008, 219 p

François Dubet, Faits d'école

Collection « Cas de figure », Paris, Éditions EHESS, 2008, 310 p.

Didier Cozin, Histoire de DIF. La construction d'une formation équitable

Collection « Education Formation Ressources Humaines », Montréal, Arnaud Franel Éditions, 2008, 151 p.

Véronique Leclercq (Coord.), Mieux connaître les adultes peu qualifiés et peu scolarisés

CUEEP - Centre Université Économie d'éducation permanente, Revue Transformations Recherches en éducation des adultes, juin 2008, n° 1, 218 p.

17Cette revue constitue une formule repensée des Cahiers d'Etudes du CUEEP (Centre Université Économie d'éducation permanente). Elle poursuit la mission de diffusion de travaux de recherche, de recherche-développement, de recherche action centrés sur l'éducation et la formation des adultes. Elle se propose d'offrir un espace d'études et d'analyses autour de questions qui traversent le champ de l'éducation des adultes en s'intéressant aussi bien aux acteurs, aux pratiques et situations qu'aux dispositifs et politiques. L'éducation des adultes est envisagée dans ses liens avec d'autres secteurs : travail social, éducation à la santé... Par son ouverture aux préoccupations majeures de ce domaine et son attention aux transformations des dernières décennies, la collection intéresse un large public : chercheurs, étudiants, praticiens et professionnels de la formation des adultes. Le numéro rassemble des contributions permettant de faire le point sur des recherches et études portant sur les adultes et jeunes adultes de faible niveau de scolarisation et de qualification, qu'ils participent ou non à des actions de formation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi, 104 | 2008, 93-101.

Référence électronique

Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi [En ligne], 104 | octobre-décembre 2008, mis en ligne le 13 décembre 2009, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://formationemploi.revues.org/1774

Haut de page

Auteurs

Sylviane Ceccaldi

Articles du même auteur

Isabelle de Lassus

Articles du même auteur

Nathalie Leménager

Articles du même auteur

Magali Thévenot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page