Navigation – Plan du site
Lectures

Lectures

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Christine Chabert, Isabelle de Lassus et Magali Thévenot
p. 137-142

Plan

Haut de page

Texte intégral

Pour permettre au lecteur un repérage rapide et complet, chaque ouvrage, étude, thèse, article fait l’objet d’une présentation concise.
La sélection retient les parutions les plus notables dans le domaine de la relation formation-emploi, en s’appuyant sur les nouvelles acquisitions du centre de documentation du Céreq.

Accès à l'emploi et insertion

Claude Dubar, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation

Collection « Le lien social », Paris, PUF, 2007 (3e éd.), 239 p.

1Le thème des identités émerge dans la sociologie française, au cours des années 70, au moment même où les questions sociales et politiques liées à l’insertion professionnelle des jeunes, la croissance du chômage, de la pauvreté et de l’exclusion deviennent centrales. Les explications apportées par la crise économique ne suffisent plus, il devient donc nécessaire de s’interroger sur la dynamique et le sens de la définition même des individus et de leurs appartenances. La troisième édition de cet ouvrage porte sur la compréhension de la nature de la crise qui, au-delà d’une dimension économique, touche au lien social, à l’historicité et à l’identitaire. La période 2001-2007 éclaire les dimensions sociales, morales et anthropologiques de la crise. Les différents types de crises sont bien distingués : les crises affectant les rôles sociaux notamment liés au genre, les crises touchant aux normes juridiques (l’évolution du droit du travail), les crises concernant les croyances (religieuses, politiques ou éthiques) et enfin les crises existentielles (personnelles). Ces crises mettent en exergue le passage d’un monde contraint et fermé à un monde libre et ouvert, d’une socialisation communautaire à une socialisation sociétaire.

Denis Castra, Francis Vals, L’insertion malgré tout. L’intervention sur l’offre et la demande. 25 ans d’expérience

Collection « Le travail en débats, Hors série », Toulouse, Éditions Octarès, 2007, 140 p.

2L’IOD – méthode d’Intervention sur les Offres et les Demandes – s’est progressivement construite au fil des expériences -menées depuis vingt-cinq ans au sein du réseau participant à son évolution. La création de l’association « Transfer » a permis, ensuite, de favoriser la déclinaison et l’ancrage local pour en faciliter la mise en œuvre. Cette démarche spécifique repose sur une posture particulière face à l’insertion professionnelle de demandeurs d’emplois dits « publics prioritaires » et risquant l’exclusion. S’interrogeant sur les enjeux des politiques d’insertion et sur les pratiques des entreprises en matière de recrutement et d’intégration après l’embauche, les praticiens de l’IOD interviennent au cœur du débat concernant la gestion des ressources humaines et la question de la place du travail.

Xavier Coyer (Coord.), Anne Ramaré (Coord.), Quelles trajectoires d’insertion pour les personnes handicapées ?

Collection « Echanges santé social », Rennes, Éditions ENSP, 2007, 158 p.

3La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées redessine les politiques publiques. Elle réunit des dispositions favorisant la non-discrimination et des mesures spécifiques pour compenser le handicap et faciliter l’accès au droit et à la vie sociale des personnes handicapées. Après avoir défini la notion de handicap et présenté les politiques publiques dans ce domaine en France et en Europe, cette étude s’attarde sur l’accès aux soins, à l’éducation et à l’emploi de ce public. Elle s’intéresse aussi à leur mode de vie et à l’accessibilité des villes. Enfin, les questions d’éthique et de recherche posées par le handicap, ainsi qu’une présentation de la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité) clôturent ce rapport publié par le ministère de la Santé et des Solidarités.

Nicole Mosconi, Biljana Stevanovic, Genre et avenir : les représentations des métiers chez les adolescentes et les adolescents

Collection « Genre et éducation », Paris, L’Harmattan, 2007, 188 p.

4En matière d’insertion professionnelle et de statut socioprofessionnel, les facteurs qui expliquent les inégalités sont principalement l’origine sociale, le parcours scolaire et le sexe de l’individu. En effet, dans la plupart des pays occidentaux, les relations entre la formation et l’emploi se différencient selon le sexe. Les inégalités du marché de l’emploi sont liées, entre autres, à l’orientation scolaire différenciée des filles et des garçons. En dépit d’une meilleure réussite scolaire, les filles se dirigent vers des filières littéraires et tertiaires moins rentables en termes professionnels que les filières scientifiques et techniques choisies par les garçons. L’ouvrage étudie et recense les recherches sur les représentations des métiers et l’influence exercée sur leurs choix, chez les élèves filles et garçons aux moments cruciaux de l’orientation scolaire, dans les revues francophones et anglophones portant sur la période de 1984 à 2004. À partir de l’analyse d’un corpus de 68 études et recherches, l’ouvrage présente les résultats de cette recherche documentaire : les modèles théoriques utilisés dans les travaux sur l’orientation professionnelle ; les représentations des métiers « féminins » ou « masculins ». Il décrit les représentations des métiers et les choix professionnels en fonction des différentes périodes de développement et niveau scolaire des adolescent-e-s. L’ouvrage s’appuie sur le rapport élaboré pour la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du Travail et des Affaires sociales (DARES), issu d’une convention entre la DARES et le Centre de recherche sur l’éducation et la formation (CREF) de l’université de Paris-X-Nanterre.

Emploi

Christiane Montandon (Dir.), Jacqueline Trincaz (Dir.), Vieillir dans le métier

Collection « Savoir et formation », Paris, L’Harmattan, 2007, 253 p.

5Alors que de nombreux métiers disparaissent, que de nouveaux émergent et que l’on observe une obsolescence rapide des connaissances, que signifie aujourd’hui vieillir dans le métier ? Comment l’activité professionnelle en tant que processus de transformation identitaire œuvre-t-elle dans le temps ? Les problèmes sociaux contemporains sont appréhendés en résonance avec les parcours individuels, en particulier la fonction du collectif dans les activités individuelles de travail ou encore à travers de nombreux exemples de réflexions sur le passage, la transmission des pratiques de métier aux générations plus jeunes. Deux secteurs d’activité, celui de l’éducation et du médical, permettent d’étudier le déroulement et la fin des carrières, l’intégration à un collectif de travail, la transmission des savoirs, l’expérience professionnelle et l’éthique du métier. Cet ouvrage est issu d’une collaboration entre les universités de Paris XII et de Clermont-Ferrand II dans le cadre d’un programme de recherche interdisciplinaire portant sur la notion de « vieillir », associant aussi bien des linguistes que des littéraires, des sociologues, des médecins ou des critiques d’art.

Formation

Éric Maurin, La nouvelle question scolaire. Les bénéfices de la démocratisation

Paris, Seuil, 2007, 268 p.

6La démocratisation de l’enseignement tout au long des xixe et xxe siècles a permis de conjurer l’inégalité des chances scolaires dans l’accès à l’éducation dans les pays développés. Réfutant les a priori consensuels en vogue sur l’inflation scolaire, cette démonstration s’appuie sur l’économie empirique et développe les arguments permettant de resituer les enjeux de l’éducation dans l’environnement économique actuel. L’étude analyse la question scolaire française au regard de comparaisons avec d’autres pays développés : pays scandinaves, Angleterre, Irlande, États-Unis notamment. Dressant un bilan historique point par point sur l’ouverture du système éducatif à travers les différentes étapes et réformes politiques (collège unique, lycée, enseignement supérieur…), la réflexion offre un regard sur les bénéfices déjà engrangés par ce processus, processus ni achevé ni assuré de se prolonger partout.

Pierre Courbebaisse, Emploi, insertion et formation professionnelle. Missions, rôle et obligations des collectivités territoriales

Collection « Guides juridiques, collectivités locales », Paris, Éditions le Moniteur, 2007, 264 p.

7La décentralisation touche maintenant les domaines de la formation professionnelle, des politiques de l’emploi ou de l’insertion professionnelle. Face à ces nouvelles responsabilités, les collectivités territoriales et les autres acteurs locaux de l’État voient leurs compétences s’élargir. Ce guide leur propose un bilan sur la situation législative et les différents dispositifs territoriaux existants dans ces trois secteurs. Il insiste aussi sur le rôle de soutien de l’Union européenne pour promouvoir la mobilité des européens. Puis, à l’échelle locale, il présente les missions et les outils d’intervention des régions, des départements, des collectivités locales pour une prise en compte de la réalité sur le terrain pour un management territorial de l’emploi et de la formation professionnelle.

Profession

Jean-Luc Roger, Yves Clot (Préf.), Refaire son métier : essai de clinique de l’activité

Collection « Clinique du travail », Paris, Erès, 2007, 255 p.

8En l’absence d’une réappropriation collective des règles de travail, les professionnels sont de plus en plus confrontés aujourd’hui, dans l’exercice de leurs fonctions, à des pressions matérielles et psychologiques qui ne leur permettent pas d’assumer les tâches qui leur sont fixées avec suffisamment de sens et d’efficacité. À l’aide de l’expérience conduite dans deux métiers de la fonction publique, les soignants des services gériatriques et les enseignants du secondaire, l’ouvrage s’emploie à réhabiliter cette fonction du collectif en confirmant l’importance des règles génériques comme source et ressource du développement de l’activité de tout professionnel.

Jean-Yves Causer (Dir.), Roland Pfefferkorn (Dir.), Bernard Woehl (Dir.), Métiers, identités professionnelles et genre

Collection « Logiques sociales », Paris, L’Harmattan, 2007, 250 p.

9L’articulation entre métiers, identités professionnelles et genre constitue le thème central de cet ouvrage rassemblant des contributions présentées lors d’un séminaire de recherche qui s’est tenu à l’université Marc Bloch de Strasbourg entre janvier 2004 et mai 2006. Ces textes, qui émanent d’universitaires et de chercheurs de disciplines variées, sociologie, histoire, économie, sciences de l’éducation et du sport, sont regroupés autour de trois axes de réflexion : éducation et formation, mixité professionnelle et identités professionnelles. Chaque contribution propose à sa manière une articulation entre ces différentes thématiques.

Marlaine Cacouault-Bitaud, Professeurs… mais femmes : carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au xxe siècle

Collection « Textes à l’appui/Genre et sexualité », Paris, La Découverte, 2007, 280 p.

10L’auteur s’intéresse à la place occupée par les femmes dans l’enseignement secondaire, en lien avec le déroulement de leurs carrières et de leur vie personnelle, à travers les changements institutionnels et sociaux intervenus à différentes époques. Elle dresse un état des lieux de la féminisation de la profession au xxe siècle, à l’aide d’enquêtes et d’entretiens biographiques révélant leurs motivations, leurs cheminements de carrière, leurs conditions de travail, et ce dans divers contextes sociaux et idéologiques. Elle prend en compte, dans ses analyses, les rapports entre les sexes qui contribuent à modeler des profils et des carrières différenciés. Elle présente ainsi une vaste enquête de sociologie historique qui éclaire les mutations d’une profession sous l’angle du genre.

Travail

Thierry Pillon, François Vatin, Traité de sociologie du travail

Collection « Travail & activité humaine », Toulouse, Octarès Éditions, 2007, (2e éd.), 496 p.

11En partant de la question, « Qu’est-ce que le sociologue peut, aujourd’hui, dire du travail ? », les auteurs, s’appuyant sur un matériau très riche, proposent une réflexion philosophique, historique et anthropologique afin de penser, autour de la question du travail, la civilisation contemporaine. Quatre positions de principe ont étayé leur démarche d’analyse : la sociologie du travail est une sociologie générale ; le travail a sociologiquement une double dimension ; on ne peut isoler la sociologie du travail des autres disciplines qui traitent également du travail telles la psychologie, le droit, la physiologie ou encore l’ergonomie ; la sociologie du travail ne peut se concevoir qu’à travers l’histoire du travail. En annexe, une bibliographie de plus de 1 300 références porte sur le travail depuis le début du xixsiècle.

Cédric Frétigné (Dir.), Claudine Dardy (Dir.), L’expérience professionnelle et personnelle en questions

Collection « Logiques sociales », Paris, L’Harmatan, 2007, 263 p.

12Partant du constat de la prédominance de l’écrit dans notre société, l’équipe de recherche REV, qui se consacre aux thèmes de la Reconnaissance, de l’Expérience et de la Valorisation, s’est intéressée aux conséquences sur les modes de certification et de validation à travers les dispositifs de la Validation des Acquis Professionnels (VAP) puis de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Ainsi, les chercheurs se sont interrogés sur la notion d’expérience, sous l’angle à la fois cognitif et social ; ils présentent ici les travaux qui en relatent les différentes facettes. L’équipe de recherche technologique (ERTe) a donc exploré le contenu de l’expérience et a organisé les contributions des chercheurs selon les quatre thématiques suivantes : tout d’abord, que signifie mettre en mots l’expérience dans un ensemble d’espaces sociaux ? Ensuite, du gros mot (mot-valise) aux expériences sans mot : qu’en est-il d’expériences pratiques difficilement objectivables ? Quels sont les enjeux de la reconnaissance et de la valorisation des expériences sociales ? Ou encore, l’engagement militant est-il une expérience valorisable ? Enfin, quel est le statut de l’expérience conçue comme somme et accumulation, dans ses relations avec l’âge, la transmission et les actions de type intergénérationnel ? L’équipe de recherche REV, qui se consacre aux thèmes de la reconnaissance, de l’expérience et de la valorisation, est à l’initiative de l’ouvrage.

François Aballéa (Coord.), Michel Lallement (Coord.), Relations au travail, relations de travail

Toulouse, Éditions Octarès, 2007, 305 p.

13Relations au travail et relations de travail se sont profondément transformées ces dernières années et cadrent de moins en moins avec le modèle taylorien et bureaucratique d’antan. Ces nouvelles formes d’organisation du travail et des organisations font l’objet de la sélection des communications rassemblées dans cet ouvrage. Plus précisément, il s’agit d’analyser le lien entre les transformations des relations au travail et les relations de travail. Les communications des xe journées de sociologie du travail s’articulent autour de six grands axes d’investigation :

141- Acteurs et action collective : quelles figures nouvelles ? 2- Conflits, négociations et règles de droit. 3- Les relations de travail entre résistance et détournement. 4- Rationalisations productives et relations au/de travail. 5- Segmentation et intégration des collectifs de travail. 6- Les espaces de régulation.

Daniel Faïta, Bruno Maggi, Un débat en analyse du travail. Deux méthodes en synergie dans l’étude d’une situation d’enseignement

Collection « Le travail en débat », Toulouse, Éditions Octarès, 2007, 109 p.

15Face à la question d’apprentissage dans des classes difficiles, et en considérant ces activités comme un travail, plusieurs chercheurs s’interrogent sur l’utilisation de  la méthode d’auto-confrontation (MAC) et de la méthode des congruences organisationnelles (MCO) pour analyser des activités d’enseignement. À travers leur dialogue, ils montrent comment ces deux méthodes aident les enseignants à évaluer leur travail et à le faire évoluer en effectuant une lecture analytique de ces processus d’action. Une analyse distincte de l’utilisation de la MAC, puis de la MCO, permet de montrer leurs atouts et leurs limites ainsi que leur synergie possible dans l’étude d’une situation d’enseignement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Christine Chabert, Isabelle de Lassus et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi, 100 | 2007, 137-142.

Référence électronique

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Christine Chabert, Isabelle de Lassus et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi [En ligne], 100 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 25 février 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/1776

Haut de page

Auteurs

Marie Baudry de Vaux

Articles du même auteur

Sylviane Ceccaldi

Articles du même auteur

Christine Chabert

Articles du même auteur

Isabelle de Lassus

Articles du même auteur

Magali Thévenot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page