Navigation – Plan du site
Dossier : la formation professionnelle en Amérique Latine

Priorité à la formation scolaire pour le travail au mexique. Tensions et contradictions entre l’Etat, les secteurs professionnels et les étudiants.

The priority given in Mexico to school-based training for work. Tensions and contradictions between the state, professional sectors and students
Prioridad de la formación escolar para el trabajo en México. Tensiones y contradicciones entre el Estado, los sectores laborales y los estudiantes.
Schulausbildung in Mexiko mit Vorrang für die Arbeitswelt. Spannungen und Widersprüche zwischen Staat, Berufssektoren und Schülern
María de Ibarrola
Traduction de Mireille Zangani
p. 25-39

Résumés

Cet article est un essai sur la primauté accordée au Mexique à la formation scolaire pour le travail. Il analyse la façon dont le gouvernement fédéral a assumé cette responsabilité et le type de tensions et de contradictions entre les propositions gouvernementales, la vision sommaire des secteurs professionnels, les possibilités des institutions scolaires créées et les demandes et aspirations des jeunes. La méconnaissance de l’hétérogénéité des marchés du travail du pays constitue un facteur explicatif des logiques et rationnalités qui fondent les divers intérêts de chacun des acteurs et qui s’expriment dans la structure actuelle de la formation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol au français par Mireille Zangani (Céreq)

Notes de l’auteur

L’article s’appuie sur des travaux de recherches antérieurs de l’auteur, référencés en bibliographie.

Texte intégral

La structure actuelle de la formation professionnelle résulte des tensions entre les propositions du gouvernement fédéral, les interventions indirectes et limitées des entreprises, le degré de consolidation des institutions scolaires elles-mêmes et les aspirations des élèves.

1Un des arguments récurrents dans les débats sur le difficile développement économique du Mexique est celui de la faible et inadéquate formation de sa force de travail. Cependant, tout au long du 20e siècle, la plus grande partie de cette période s’étant déroulée sous le gouvernement fédéral, le pays a déployé un effort considérable pour améliorer la scolarité de la population mexicaine considérant que la responsabilité de l’organisation, de la conception et de la mise en œuvre de la formation pour le travail revenait au système scolaire. Une seconde voie, que nous n’évoquons pas dans cet article, fait obligation constitutionnelle aux entreprises de dispenser de la formation professionnelle à leurs travailleurs (Loi fédérale du travail, 153-A à 153-X).

2L’intérêt de cet essai est de postuler que la structure actuelle de la formation scolaire pour le travail traduit l’existence de tensions et de contradictions dans la façon dont le gouvernement fédéral a assumé cette responsabilité, la vision sommaire des secteurs professionnels, les intérêts et possibilités des institutions scolaires et les demandes et aspirations des jeunes, dans un contexte national caractérisé par l’existence de marchés du travail hétérogènes et inégaux (de Ibarrola, 2006). Dans le cadre des très rares recherches sur ce thème dans le pays et de statistiques éparses, notre réflexion s’appuie sur des résultats globaux issus de recherches préalables et offre une première approche de la complexité des interactions qui influent sur l’organisation de la formation de la population active du pays. On constate que l’agenda public a été affecté par l’existence de multiples acteurs aux intérêts divergents, aux rationnalités limitées et à l’information insuffisante (Aguilar, 1993) et que les diverses intentions et actions des acteurs produisent des effets collectifs différents (et même pervers) (Boudon, 1980).

3Notre thèse s’appuie sur trois angles d’approche. Dans le premier, on analyse le leaderschip du gouvernement fédéral à partir de la moitié du 20e siècle, et la façon dont il a tenté d’intégrer la vision du secteur professionnel, essentiellement des entrepreneurs, aux structures scolaires créées.

4Le second angle propose, quant à lui, une approche par la structure hétérogène des marchés du travail du pays et les façons dont s’y expriment les relations entre scolarité, travail et revenus. Le troisième angle analyse la répartition des étudiants entre les niveaux et modalités scolaires, l’expression de leurs intérêts, motivations, et leur degré de connaissance du sens professionnel de la scolarité face aux opportunités scolaires et professionnelles créées. Ces trois angles d’approche s’intègrent dans une dernière partie qui décrit les tensions et contradictions entre les visions des acteurs et renseigne sur les politiques concrètes d’impulsion ou de frein dans certains domaines de formation. Les conclusions orientent vers de nouvelles recherches sur cette trame complexe qui dépasse la vision linéaire et mécaniste de la scolarité comme la solution au problème de travail, de revenus et de développement économique.

Le leaderschip du gouvernement fédéral

5Améliorer la scolarité de la population mexicaine constitua l’un des grands défis auquel fut confronté le pays tout au long du 20e siècle, défi qui s’est accentué en raison de la très faible scolarisation de la population, encore d’actualité au milieu de ce siècle, et par la forte augmentation démographique qui a commencé à se réduire seulement autour des années 80.

6En 1950, le système scolaire accueillait un peu plus de trois millions d’élèves (3249200) ; en 2006, le chiffre s’élève à plus de trente millions (32 955 143) (Solana, 1982, pp. 598-599 ; SEP, 2008). La population de 3 à 24 ans, quant à elle, passe d’un peu plus de 13 millions en 1950 à un peu plus de 46 millions en 2006 (CONAPO, 2007). L’augmentation des effectifs a été massive : en pré-scolaire, elle s’élève à 4 739 234 ; en primaire, à 14 585 804 ; au secondaire à 6 055 467 ; en intermédiaire supérieur, de 37 329 étudiants en 1950, elle passe à 3 742 943 et dans l’enseignement supérieur de 29 892 à 2 582 664 (Solana, 1982 ; SEP, 2008). Les opportunités de scolarisation pour les enfants et jeunes du pays sont passées de 24 % du groupe d’age à 68,4 % actuellement.

Encadré 1. Le système éducatif mexicain

Encadré 1. Le système éducatif mexicain

* y compris la population non comprise dans le groupe d’âge
** : Centres scolaires dirigés par deux enseignants qui coordonnent l’enseignement des trois niveaux et dont le contenu est réalisé avec l’appui de programmes nationaux de télévision et de livres et matériels d’enseignement.
*** SEP. Indicadores y pronósticos (Indicateurs et pronostics)
http://www.sep.gob.mx/​wb2/​sep1/​sep1_Estadisticas

Source : élaboration de l’auteur sur la base de : INEE (2008). Panorama Éducatif du Mexique. Indicateurs du Système éducatif national. http://www.inee.edu.mx/​index.php?option=com_content&view=article&id=3742&Itemid=1070

  • 1  Pour les données de cadrage, nous prendrons comme base les groupes d’âge suivants : primaire : 6-1 (...)

7Cependant, nombreux sont les jeunes qui n’ont pas accès à l’école, en particulier à partir de 15 ans. La réponse à la demande des différents groupes d’âge est insuffisante : en 2006, l’effectif des enfants en primaire atteint à peine en moyenne nationale 94,4 % pour le primaire et 93 % pour le secondaire. Mais pour le niveau intermédiaire supérieur, le chiffre chute à 59,7 % du groupe d’âge, et pour le niveau supérieur, il atteint à peine 24,3 % 1(SEP – Système pour l’analyse de la statistique éducative). Grâce à tous ces efforts, la scolarisation moyenne de la population active (PEA) de plus de 15 ans du pays est passée de 2,6 ans en 1960 à 8,3 en 2006, inférieure toutefois à la scolarité élémentaire obligatoire pour toute la population qui, en 1993, était de 9 ans et pour 2002 de 12, y compris trois années de pré-scolaire (Il s’agit des nombreux méxicains qui n’atteignaient même pas l’équivalent du cours élementaire niveau 2 de l’ecole primaire et qui à l’heure actuelle n’atteignent pas le niveau collège)

8L’effort pour la scolarisation de la population mexicaine s’est inscrit dans une politique volontaire orientée vers la formation pour le travail de la population jeune du pays, grâce aux institutions scolaires ; cet effort s’est traduit par la construction progressive d’un sous-système d’enseignement technologique, au cours des dernières quarante années, et par la forte orientation professionnelle de la formation universitaire (de Ibarrola, 2000).

9La réforme éducative, initiée par le gouvernement fédéral en 1970, a été particulièrement importante à cet égard, dans la mesure où prennent naissance une grande partie des institutions à caractère fédéral qui, jusqu’à aujourd”hui, ont favorisé la formation scolaire pour le travail : le secondaire technique (7 à 9 ans : cinquième, quatrième et troisième modalités techniques ) ; les baccalauréats bivalents (technologique et général) ; les Centres d’Études Technologiques (industriels et agricoles) et le Collège National d’Éducation Professionnelle Technique (Conalep), tous couvrant la seconde, première et terminale). Leur objectif était de former « les professionnels techniciens de niveau intermédiaire » – travailleurs ou employés – qui occupaient des statuts équivalents (de niveau intermédiaire) sur les marchés du travail du pays dans tous les domaines économiques : l’agriculture, l’industrie, les services. Le système scolaire créa même un secteur économique supplémentaire : celui des sciences et technologies de la mer.

10Le niveau intermédiaire de formation (lycée professionnel) pour le travail est né d’un constat établi à l’échelle nationale : celui de l’absence de ce type de statut au sein d’une pyramide professionnelle composée d’une large base de travailleurs possédant à peine le niveau primaire et d’un étroit sommet de travailleurs ayant une formation supérieure, sans soutien dans la partie intermédiaire de la pyramide (de Ibarolla, 1994a)

11À nouveau à l’initiative du gouvernement fédéral, et à la suite de la création de l’Institut Polytechnique National en 1938, ont été créés en 1948, dans tout le pays, les instituts technologiques de niveau supérieur, destinés à la formation professionnelle (niveau supérieur (bac + 4) et récemment 3ème cycle) dans l’ingénierie, les administrations et les filières dédiées au secteur primaire de l’économie : agriculture et études vétérinaires puis technologies de la mer.

12Depuis cette date, le sous-système d’éducation technologique se caractérise par une large diffusion géographique des opportunités de scolarité secondaire, intermédiaire et supérieure aux villes de taille moyenne du pays et aux zones rurales, scolarité conjuguée à une formation professionnelle spécialisée. L’argument recurrent étant de mettre la technique au service des classes populaires et du développement économique du pays. Cette décennie voit aussi la création d’universités publiques étatiques dans tous les États de la République.

13Une seconde vague de réformes fut initiée dans les années 90, leur objectif explicite étant de « moderniser » l’Éducation nationale dans le contexte de l’entrée du pays dans la « globalisation »  et de la signature notamment du Traité de libre commerce avec l’Amérique du Nord. Cela favorisa la création de nouvelles institutions scolaires de formation pour le travail, de niveau supérieur, gérées conjointement par le gouvernement fédéral et les gouvernements étatiques, au nom de la décentralisation initiée en 1993 : les Universités Technologiques (1991) (comme leurs homologues françaises) et les Universités Polytechniques, créées une décénnie après (2002) destinées à permettre la poursuite des études vers la licence. Les voies offertes par ces nouvelles institutions se voulaient une réponse aux « nécessites économiques de la globalisation », avec un renforcement du contrôle des nouvelles technologies : informatique, bureautique, processus de production, maintenance industrielle, Technologies de l’information et de la communication, électronique et automatisation, ou bien gestion des ressources naturelles, admininistration d’entreprises touristiques ou commerce extérieur et douanes.

14Les universités et les instituts d’enseignement supérieur du pays se sont essentiellement consacrés à la formation aux professions. Les filières à visée professionnelle – les administrations diverses, la comptabilité, le droit, l’odontologie, la médecine, l’ingénierie de toute sorte – constituent la majorité des effectifs (plus de 90 %). De leur côté, les filières formant aux disciplines académiques comme les mathématiques, la physique, la biologie, la philosophie, les lettres, représentent moins de 10 % des effectifs. La réforme des années 90 a fixé une série d’exigences en matière d’évaluation et d’organisation pour chaque institution d’enseignement supérieur afin d’améliorer la qualité de l’enseignement et d’apporter une réponse plus pertinente aux besoins professionnels liés à la globalisation (Kent, 1997). À tous les niveaux, il s’agissait de répondre aux nouveaux défis de la formation scolaire pour le travail grâce à une réforme ambitieuse qui proposait une « éducation basée sur les compétences » (éducation orientée par le « savoir faire » professionnel ou par les compétences professionnelles), conformément aux accords internationaux.

  • 2  Cette thèse constitue une partie essentielle du rapport “Expansion éducative et marché du travail(...)

15Les analyses précédentes évoquent les thèses selon lesquelles le système scolaire a été le grand planificateur des ressources humaines du pays2 et c’est ainsi qu’ont été proposées et systématisées les conditions de formation (contenus et durée) d’une série de statuts professionnels comme ceux de technicien intermédiaire, de professionnel technique de niveau intermédiaire, de technicien supérieur universitaire, de technicien spécialisé et ceux de toutes les professions dont l’exercice légal requiert une formation universitaire.

Le lien avec le secteur professionnel

16Les décisions concernant les modalités et niveaux scolaires de formation pour le travail ne sont pas de l’exclusivité du gouvernement fédéral.

  • 3  Nous ne trouvons aucune mention relative à la participation des syndicats dans ces conseils.

17Au cours des années, en particulier en vertu des deux grandes réformes signalées, se sont instaurés différents mecanismes de « relation » avec le secteur productif, en particulier avec les organismes entreprenariaux nationaux et étatiques, avec l’espoir toujours renouvelé de fournir aux jeunes une formation pertinente et efficace, capable de répondre aux besoins des marchés du travail et du développement du pays. Parmi ces mécanismes : les Conseils étatiques et le Conseil National de Planification de l’Enseignement intermédiaire et supérieur, qui décident de la création des institutions mais aussi des carrières à offrir à partir d’études de prévisions regionales, des demandes du marché du travail et d’études d’opportunité (Vargas, 2006 ; Mota Quintero, à paraître, Vega Tato, à paraître)3 ; la participation des entrepreneurs aux comités de direction des établissements ou aux comités de liaison de chaque école ; l’instrumentation de stages d’apprentisage obligatoires et des pratiques professionnelles dans les entreprises ; les études de suivi de diplômés ; quelques stratégies de gestion mises en place au sein des institutions scolaires, comme la coopérative scolaire de production, la formation des entrepreneurs, le développement de projets productifs, la participation à des concours nationaux de créativité.

  • 4  Le sous-secrétaire à l’Enseignement supérieur a annoncé l’ouverture de nouvelles filières pour les (...)

18La participation du secteur professionnel n’a pas conduit alors à une planification sytématique des ressources humaines dont le pays avait besoin, de la part des entreprises ou des secteurs économiques ; cette planification s’est cependant expimée de façon indirecte puisque les fonctionnaires du système éducatif ont traduit et systématisé les besoins qu’ils percevaient dans le secteur professionnel ou qui éventuellement leur étaient signalés par certains de leurs représentants4.

19Par ailleurs, dans le contexte d’un système scolaire essentiellement public au niveau élémentaire (92 %), on ne peut occulter l’augmentation du nombre des institutions privées d’enseignement supérieur qui, de 15 % des inscriptions dans les années 80, passèrent à 32,5 % en 2006. Les presque 1 500 institutions privées d’enseignement supérieur qui existent dans le pays façonnent un univers très différent, faiblement régulé, et répondent essentiellement aux intérêts et à la demande croissante des jeunes de niveaux socio-économiques très divers dans toutes les villes du pays, jeunes qui ne trouvent pas de place dans le système d’enseignement supérieur (Vega Tato, à paraître).

20Chaque sous-système mais aussi chaque établissement scolaire devient alors – selon son histoire, ses objectifs, le degré de consolidation de ses ressources humaines et matérielles et les procédés et pratiques éducatives qu’il a réussi à consolider – un médiateur important entre la politique du gouvernement, les intérêts exprimés par le secteur entreprenarial et la demande des jeunes.

21Il s’agit alors d’une planification « atomisée » des ressources humaines requises par le pays, parmi d’autres objectifs poursuivis par les institutions scolaires, et initiée par des intérêts trés différents. Mais cette planification est aussi « centralisée » dans la mesure où, à l’exception des universités autonomes, les décisions finales sur les filières et plans ou programmes d’études, et l’accréditation et la certification de celles-ci reviennent aux structures éducatives du gouvernement fédéral et récemment, des gouvernements étatiques.

L’influence des marchés du travail : hétérogénéité et inégalités

22Un des problèmes les plus ardus pour la planification et l’organisation de la formation scolaire des ressources humaines est la méconnaissance de la nature des marchés du travail du pays et de leur lien à la force de travail scolarisée du pays.

  • 5  La constitution politique et la législation professionnelle comportent un grand nombre de conditio (...)
  • 6  Le concept de secteur informel, largement développé en Amérique Latine, a été introduit dans les é (...)

23Parmi les chercheurs de cette thématique, l’adhésion à la thèse de la coexistence de marchés hétérogènes du travail au Mexique est grandissante, alimentée par la constante et visible tension entre la possibilité d’établir des espaces de travail régulés, conformément à une législation professionnelle ambitieuse5, et la nécéssité – et la possibilité – de générer des types d’activités très divers qui procurent des revenus à ceux qui ne peuvent s’insérer dans ces espaces régulés, indépendamment du secteur économique concerné. On peut qualifier les premiers d’espaces « formels » de travail et les seconds d’ « informels »6. La présence et la coexistence d’espaces aussi inégaux constitue une des expressions les plus nettes de l’inégalité sociale et économique qui règne au sein de la population du pays et même si ces espaces assurent une activité professionnelle rémunérée à la population, ils contribuent à expliquer l’inégalité des revenus et la croissance faible, irégulière et même négative du PIB (produit intérieur brut) au cours des années étudiées ; ils déterminent les relations erratiques avec la scolarité.

24Dans le secteur formel de l’économie, les droits à des contrats formels et à des conditions élémentaires légales sont respectés : revenus minimaux garantis, salaires régulés par des grilles strictes, sécurité sociale, étrennes ou primes de vacances et la fin du contrat comme ultime option et dans des conditions très favorables aux travailleurs. Le secteur formel se caractérise par une division technique et hiérarchique du travail, relativement complexe, qui favorise ceux qui exercent des professions ou posèdent des statuts correspondant aux exigences en matière de scolarité (de Ibarrola, 2006). On trouve ici les entreprises qui accordent une attention particulière aux changements technologiques de « frontière », aux nouvelles demandes sociétales et aux réglementations qui comportent, à l’ouverture de l’économie, des innovations relatives aux produits et aux procédés et au rôle essentiel de la connaissance dans la production (Planas, 2008).

25Le « secteur informel de l’économie » concerne la multitude d’emplois et d’activités qui ne ne font pas partie de ces diverses dimensions de la légalité professionnelle, qui visent à obtenir des revenus individuels et familiaux permettant la survie de nombreux groupes de population du pays. Il comporte de nombreux « cuentapropistas » (travailleurs à leur compte) qui se consacrent à tout sorte de commerces et de services précaires, qu’on aperçoit d’un simple coup d’oeil à tous les coins de rue et artères importantes des villes. Il comprend les petites unités domestiques de production en milieu rural et la plupart des petits ateliers artisanaux ou des micro-entreprises industrielles ou de commerce de moins de cinq travailleurs, qui concernent le vaste et varié ensemble d’activités indispensables qui ne correspondent pas aux statuts professionnels tels qu’ils sont définis par le système scolaire. Les activités productives et les horaires sont ici indifférenciés et s’imbriquent dans les divers aspects de la production et reproduction des familles et l’activité domestique. Il implique l’utilisation d’une technologie obsolète ou très rudimentaire, l’absence de capital, la faible formation de la force de travail, une scolarité tres restreinte, des conditions de travail très précaires conjuguées à de modestes revenus (Gallart, 2004).

  • 7  Les données examinées ont été produites par l’IPPE (Institut International de Planification de l’ (...)

26Bien qu’insuffisante, cette division conceptuelle permet de dépasser la notion selon laquelle, dans le pays, un seul type de logique est à l’oeuvre en matière de création d’emplois. D’après une base de données nationales pour le Mexique, élaborée par l’Institut International de Planification de l’Éducation de l’UNESCO (IIPE) qui, conformément à cette distinction clé des marchés du travail, met en relation la scolarité avec les revenus, on peut identifier cinq secteurs professionnels : trois secteurs formels et deux secteurs informels, et analyser leur relation avec la scolarité de la population (de Ibarrola, 2006)7.

27Au sein du secteur formel de l’économie, le marché du travail public se démarque : y dominent les opportunités professionnelles qui favorisent son propre système scolaire dans tous ses niveaux et ses modalités, et une structure très restreinte pour la recherche scientifique ; la sécurité sociale en matière de santé et d’autres prestations professionnelles et une multitude de programmes gouvernementaux d’aide, par exemple à la production agricole ou au logement et à la consommation populaires. Selon les données disponibles, le secteur public emploie actuellement 6 % de la population active de 25 à 60 ans.

28Sont également qualifiées de formelles les entreprises industrielles et de services de plus de cinq salariés. Selon ces chiffres, ces deux secteurs représentent 54 % de la population active;

29Selon les données évoquées, le secteur informel de l’économie correspond à 34,6 % de la population active, 8,8 % concernant les travailleurs à leur compte et 25,8 % les salariés et patrons d’entreprises de moins de cinq travailleurs.

Les liens entre la scolarité et le travail

30Dans cette vision d’ensemble des marchés du travail du pays, marchés différenciés et inégaux, il est possible de faire ressortir quelques résultats globaux sur lesquels se fondent, généralement, les attentes par rapport au rôle de la scolarité.

  • 8  Ces corrélations n’invalident pas différentes variables : sociales, économiques, culturelles, conc (...)

31Il ressort ainsi que les revenus de la population active s’accroissent de manière substantielle avec l’augmentation de la scolarité. Selon les données fournies par l’IIPE, tandis que les travailleurs qui ont suivi une scolarité de 5 ans au maximum (scolarité primaire) gagnent à peine la moitié du revenu moyen de la population active, ceux qui ont suivi un enseignement supérieur (complet ou incomplet avec 13 ans de scolarité ou plus) gagnent deux fois ce salaire moyen (de Ibarrola, 2006).8

32Indépendamment des conditions de travail inégales qui s’observent au sein des différents secteurs, un meilleur niveau de scolarité assure de meilleurs revenus dans chaque secteur. L’écart des revenus entre ceux dont la scolarité est élevée et ceux qui ont été moins scolarisés est évidente dans les cinq secteurs professionnels identifiés : avec un minimum de 1,25 fois parmi les travailleurs à leur compte et un maximum de 3,7 fois parmi les travailleurs des grandes entreprises du secteur secondaire ; même entre salariés et patrons de micro-entreprises de moins de cinq travailleurs, la différence est de 3,3 fois. Les données précédentes rèvèlent aussi l’inégalité de revenus entre ceux qui, possédant le niveau le plus élevé de scolarité, travaillent dans le secteur informel ou formel.

33Dans les rares études qui mettent en relation ces aspects des marchés du travail avec la scolarité des travailleurs, l’hétérogéneité des politiques de recrutement ressort. Les secteurs formels du marché du travail accorderaient de la valeur à la scolarité en termes de revenu, même si on observe des différences entre les entreprises qui font un usage intensif de la main-d’oeuvre et celles à forte intensité capitalistique, différences liées au sexe, à l’âge, à l’expérience professionnelle antérieure, au secteur de l’économie, à la zone géographique du pays ou aux entreprises elles-mêmes (de Ibarrola, 2004 ; Planas, 2008 ; Hualde y Serrano, 2005). C’est dans ces espaces formels que l’on trouvera le « sous-emploi instruit », et de grandes différences de revenus et de statuts entre les travailleurs qui ont suivi une même scolarité ; on y découvrira aussi la difficulté rencontrée par les jeunes pour accéder à des statuts et des secteurs qui leur étaient pourtant promis par la poursuite d’études (Suarez Zozaya, 2005). Certes, sur les marchés informels il n’y a pas d’exigences en matière de scolarité ; cependant, en raison de l’augmentation de la scolarité de la population active, la scolarité de cette population de travailleurs informels a aussi augmenté et, parmi eux, ceux qui possèdent une meilleure scolarité sont aussi mieux rémunérés (de Ibarrola, 2006 ; Planas, 2008).

34Considérer les marchés du travail du pays comme hétérogènes et inégaux permet d’expliquer pourquoi les mécanismes d’articulation prévus par le système scolaire n’ont pas favorisé une organisation fonctionnelle. Même si une meilleure scolarité est reconnue du point de vue financier, elle n’est pas forcément liée à la nature et au contenu des activités professionnelles ; à cet égard, 51 % des diplômés du Conalep (2006) (enseignement intermédiaire ) indiquent que leur travail correspond peu ou pas du tout à la filière qu’ils ont suivie, et, en moyenne, 32 % de la population active ayant suivi une scolarité supérieure exercent des activités qui ne correspondent pas à leur formation (Observatoire professionnel, 2008).

35Cette hétérogéneité fausse toute étude sur l’augmentation des besoins en matière de force de travail et, plus encore, toute étude sur la différence d’augmentation de ces besoins selon les niveaux de scolarité liés aux hiérarchies dans le travail. Elle signifie que les statuts professionnels dont les limites et les contenus sont déterminés par le système scolaire n’existent pas ou ne sont pas recherchés de façon générale sur les marchés du travail. D’un autre côté, les relations entre écoles et entreprises restent asujetties au type d’entreprises locales avec lesquelles s’établissent les relations, nombre d’entre elles étant sujettes à des degrés d’informatlité et de précarité différents. Malgré l’accroissement de la scolarité formelle de la population, le secteur professionnel informel s’est développé au cours de la dernière décénnie.

Les intérêts des jeunes et de leurs familles

36Globalement, les données précédentes semblent correspondre aux représentations des étudiants et de leurs familles par rapport à la scolarité qui leur convient. Le fait est que les jeunes privilégient l’accès à l’enseignement supérieur (même s’ils n’y parviennent pas), optent pour certaines modalités, domaines de connaissance et professions spécifiques. Ces choix sont dictés par les expériences familiales, les contacts professionnels immédiats et la publicité dans les medias. Ils révèlent aussi l’absence d’une politique efficace d’orientation professionnelle au collège et même au lycée.

L’intérêt manifeste pour l’accès à l’enseignement supérieur

37Les statistiques indiquent que 90 % de ceux qui s’inscrivent au niveau intermédiaire supérieur optent pour les divers types de bac qui conduisent à l’enseignement supérieur.

38Très récemment, 80 % de ceux qui ont atteint ce niveau ont poursuivi vers le supérieur, même si nombre d’entre eux ont abandonné au cours des premiers trimestres.

39En revanche, le Collège National d’Éducation Professionnelle Technique (Conalep), qui a essayé de canaliser directement les jeunes vers le marché du travail en proposant douze ans de scolarité, n’a pas réussi à rassembler plus de 10 % des effectifs du niveau, et au cours des dernières années, ce pourcentage a diminué en valeur absolue ; dès 1993, le College National a offert la possibilité d’obtenir le baccaleauréat en plus du BEP. .

  • 9 Enquête de 2006 sur un échantillon aléatoire de diplômés des générations 2001-2004 et 2002-2005 str (...)

40Le désintérêt des jeunes pour ce type d’études peut s’expliquer par le destin professionnel informel et précaire qui les attend. Selon le rapport national 2002-2005 du Conalep, 65,3 % des diplômés travaillaient au moment de l’enquête9 (même si certains, 24,1 %, n’avaient pas trouvé de travail au cours d’une année), le reste continuant à étudier. Parmi ceux qui travaillent, seulement 74 ,4 % perçoivent un salaire fixe, 67 % reçoivent les prestations minimales, 88 % gagnent entre une et trois fois le salaire minimum, 80 % travaillent dans le secteur privé, 26 % dans des entreprises de moins de cinq travailleurs et – comme on l’a évoqué – 51 % indiquent que leur travail correspond peu ou pas du tout à la filière suivie (Conalep, 2006).

41De leur côté, plus de quinze ans après leur création, les Universités Technologiques n’ont pas davantage convaincu les jeunes des avantages de cette formation et elles n’atteignent toujours pas l’effectif prévu de 150 000 étudiants, mais à peine 41,6 % de celui-ci (Rubio Oca, 2006). Dès 2002, ont été créées 23 Universités Polytechniques prévues pour 115 000 étudiants qui, tout en offrant la même formation de technicien supérieur, permettent de commencer des études de licence, augmentant ainsi les années d’études. À ce jour, on dénombre 18 000 étudiants, à peine 15,7 % de ce qui était prévu, même si cela peut s’expliquer par le rythme naturel de croissance des institutions scolaires et le temps dont elles ont besoin pour démontrer leur efficacité.

42Le taux d’abandon des jeunes avant la fin de la trajectoire programmée par les institutions scolaires, tant au niveau intérmédiaire qu’au niveau supérieur, est très élevé : entre 45 et 55 % (SEP, 2008). Cette statistique est régulièrement utilisée pour justifier la création de modalités d’études courtes, bien que cela ne semble pas constituer un argument suffisant pour les jeunes, qui semblent préférer une durée d’études plus courte qu’ils parviennent à suivre au sein d’institutions plus traditionnelles.

La préférence des étudiants pour certains domaines de connaissance et filières

43Par ailleurs, au niveau supérieur, deux types de chiffres conduisent à considérer différemment les interactions et tensions qui structurent la formation scolaire : la préférence des étudiants pour les domaines des sciences sociales et administratives et l’ingénierie, et en particulier pour sept filières. Au niveau intermédiaire, on note aussi que les jeunes optent pour les mêmes domaines, mais nous ne disposons pas d’information suffisante pour approfondir la question.

  • 10  D’aprés la classification de l’Association Nationale d’Enseignement Supérieur.

44Le tableau 1 présente la répartition en pourcentage du total des étudiants de l’enseignement supérieur selon les domaines de connaissance10, à trois dates différentes. Pour 2006, on additionne l’information, ce qui permet de comparer cette répartition selon trois critères : dans les institutions privées, au sein des nouvelles universités technologiques, et dans le 3ème cycle national (maîtrise et doctorat).

Tableau 1. Répartition en pourcentage du total des étudiants de l’enseignement supérieur selon les domaines de connaissance, 1970-2006

Domaines de connaissance

1970

 %

1984

%

    2006

  %

Institutions privées 2006

%

Universités technologiques 2006

%

3ème cycle 2006 (total)

%

Sciences agricoles

3.7

 9.5

 2.1

0.3

 1.1

1.7

Sciences de la Santé

19.6

14.5

 8.9

5.6

  4.2

14.7

Sciences naturelles et exactes

  .9

  3.0

 1.8

0.3

0

5.1

Sciences sociales et administratives

43.5

42.8

     44.2

63.6

37.0

45.5

 Enseignement et sciences humaines

 4.1

 2.9

  11.6 (*)

6.6

  1.8

21.5

Ingénieries et téchnoligies

28.2

27.3

31.4

23.9

55.9

11.5

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

Total

251 054

939 513

2150146

712 648

80 176

162 003

Source : pour 1970, SEP/ANUIES. Plan Nacional de Educación Superior. 1981-1991. Para 1984: ANUIES. Anuario estadístico de la Asociación Nacional de universidades correspondiente; para 2006: ANUIES. Estadísticas de la Educación superior. http://www.anuies.mx/​servicios/​e_educacion/​index2.php
(*) : Y compris les chiffres correspondant aux écoles Normales, qui passèrent au niveau supérieur en 1984.

  • 11  Au Mexique, on appelle “profesionistas” les travailleurs qui ont un niveau de scolarité supérieur. (...)
  • 12  Il s’agit de professions qui “rejettent les effectifs”. Il s’agit de la différence entre ceux qui (...)

45Un autre résultat notable est la préférence des étudiants pour sept filières qui représentent 50 % des inscriptions. Ces filières fournissent en effet plus de 50 % des emplois de professionnels dans le pays, bien que l’on observe des décalages qui méritent un examen plus approfondi, puisque la première donnée concerne le stock de professionnels11 sur les marchés du travail et le second le flux d’étudiants. Signalons qu’une forte proportion de chacun de ces groupes professionnels exerce des activités étrangères à leur formation12, situation qui ne modifie pas la moyenne des revenus les plus élevés, corrollaire de leur niveau élevé de scolarité (ANUIES, 2003, pp. 181-197).

Tableau 2.Répartition en % de 50 % des étudiants par rapport au pourcentage des emplois professionnels du pays, et % des employés professionnels dont le contenu du travail correspond à la filière d’études suivie

Filières

% par rapport au total de professionnels

% des effectifs de l’enseignement supérieur

% de professionnels de la filière employé dans leur spécialité

Comptabilité

12.1

 7.1

63.5

Enseignement de base, secondaire et normal

10.9

 5.9

75.6

Administration

  8.2

10.9

43.2

Droit

  7.9

10.7

66.3

Ingénierie mécanique et industrielle

  5.4

  5.3

40.1

Médecine

  3.4

4.1

88.1

Ingénierie, systèmes informatiques

  3.3

6.4

45.5

Participation de ces filières

51.2

50.4

Sources : http://www.observatoriolaboral.gob.mx/​wb/​ y ANUIES (2008). Anuario Estadístico 2005-2007.

Tensions et contradictions

46Les données des tableaux précédentes (tableaux 1 et 2) reflètent la structure actuelle de la formation scolaire pour le travail. Il sont le résultat d’une longue histoire d’interractions, de tensions et de contradictions entre les acteurs évoqués, dont l’explication exige l’étude de mécanismes et de variables beaucoup plus complexes que ceux que nous proposons ici comme première approche du problème.

47Le gouvernement fédéral a soutenu l’accroissement des opportunités scolaires, arguant toujours de leur importance pour le développement économique du pays, la nécessité d’anticiper le type et le niveau de formation de la force de travail qui seraient demandés par le marché du travail du pays, la réponse aux besoins sociaux de la population ou l’impulsion donnée au potententiel économique de nombreuses ressources naturelles.

48Mais l’intervention du secteur professionnel et les demandes des jeunes permettent de conclure que, au-delà de l’identification d’un « besoin social à combler » ou des « demandes » d’un marché du travail constitué d’une partie à peine des secteurs professionnels du pays, ce sont les structures effectives de travail et d’emploi – ou l’information qui circule à ce sujet – qui définissent la structure résultant des opportunités scolaires, issue de l’interraction entre ce que les institutions scolaires offrent en pratique et la demande des jeunes.

49Un examen approfondi des données précédentes permet de valider cette affirmation.

Sciences agricoles

50La création des bac technologiques agricoles et des instituts technologiques agricoles dans les zones essentiellement rurales s’inscrit dans cette volonté du gouvernement fédéral. Cependant, même la forte proportion de la population active qui travaille encore dans le secteur primaire (13 ,5 %) n’a pu empêcher la diminution notoire des effectifs en sciences agricoles, qui représentaient 9,4 % des effectifs dans les années 80 et ont chuté à 2,3 % actuellement. Derrière cette variation, on trouve l’ouverture et l’arrêt  d’importants programmes gouvernementaux d’aide à l’agriculture mexicaine, l’affaiblissement de l’État et par conséquent la fermeture des marchés du travail que seul le gouvernement offrait à ce type de professions (de Ibarrola, 1994a ; Gastelum, 2008). Les nouvelles institutions publiques créées dans les années 90 n’ont pas favorisé ce domaine, pas plus que ne l’a fait le 3ème cycle. Le secteur privé de l’enseignement supérieur ne proposait quasiment pas ce type de filière.

Sciences de la santé

51Les filières des sciences de la santé ont largement réduit leur participation à l’effectif scolaire malgré les besoins d’une population de plus de 100 millions d’habitants. En raison d’un marché du travail réduit, géré presque dans sa totalité, et avec de très faibles ressources bugdétaires, par le secteur public  – assistance publique gratuite ou sécurité sociale, et avec un secteur privé très restreint et couteux – ont été introduits deux procédés stricts de sélection qui ont conduit à décourager et à rejeter la demande, l’un lors de l’admission à la filière et l’autre lors de l’accès aux stages dans les hopitaux. La forte proportion de l’effectif du 3è cycle dans ce domaine s’explique par l’exigence croissante d’une meilleure spécialisation dans ces professions. Ce groupe professionnel est le plus attaché à l’exercice de la profession pour laquelle il a étudié, comme il est à la fois le plus contrôlé par le gouvernement et par sa propre corporation.

Sciences naturelles et exactes

  • 13  Dans le pays, on consagre moins de 0,4 % du PIB à la recherche scientifique. La participation du s (...)

52Tous les discours sur l’économie de la connaissance et le rôle de la science comme amorce du changement technologique, qui caractérisent le développement global, n’ont semble t-il pas suffit à accroître l’effectif dans ce domaine. Les mathématiques représentent un total national de 9 667 étudiants et la physique 3 382, et un effectif quasi nul dans les institutions privées. Les nouvelles universités ne proposent tout simplement pas ces filières. Une explication réside dans la réduction des opportunités de travail pour leurs diplômés, dont l’employabilité se concentre essentiellement dans le secteur éducatif, ou dans les faibles opportunités en matière de recherche scientifique offertes par le secteur académique public, ce qui explique la forte proportion du 3ème cycle, puisque pour l’emploi de chercheur le doctorat est exigé13.

Sciences sociales et administratives

53Presque la moitié des étudiants mexicains de niveau supérieur se concentre dans les filières du domaine des sciences sociales et administratives, tout au long de la période analysée, y compris dans le 3ème cycle ; cela semble lié à un ensemble de facteurs explicatifs : la grande tradition historique des trois professions explique cette concentration, en particulier celle du droit ; le fait que leurs diplômés trouvent effectivement du travail et obtiennent de meilleurs revenus, même si dans une large mesure l’activité exercée n’est pas en lien avec la formation suivie ; le coût relativement réduit engendré par l’offre de ce type de formation ; le prestige de ces professions intellectuelles très liées au leaderschip politique du pays ; l’absence d’une orientation et d’une information professionnelles efficaces. Il est important de signaler que, dans ce domaine on trouve de nombreuses filières qui correspondent à des nouvelles spécialisations.   

Enseignement et sciences humaines

54L’augmentation du nombre des filières d’enseignement s’explique par l’accroissement du niveau de scolarité exigé pour être enseignant. En effet, pour les enseignants de l’enseignement élémentaire, à partir de 1984, on exige la licence ; par ailleurs, les enseignants du niveau intermédiaire et supérieur ont été incités à obtenir licences, maitrises et doctorats par l’octroi de primes au mérite. Cependant, le marché du travail offert par le système scolaire, en particulier au niveau élémentaire, est l’un des plus régulé par le budget public et comme on l’a vu, ne permet pas de répondre aux besoins d’éducation de la population.

Ingénierie et technologies

55L’impulsion constante donnée par le gouvernement à la formation de techniciens intermédiaires et d’ingénieurs dans diverses branches de l’ingénierie, en particulier l’informatique et l’électronique, depuis les années 70, a été fructueuse. Actuellement, cette branche représente plus de 30 % des effectifs et dans certaines institutions publiques, elle atteint plus de 50 %. De même, elle a permis d’anticiper le besoin de ressources humaines formées, par exemple à la frontière avec les États-Unis, où le renforcement de l’industrie délocalisée en électronique et informatique a largement bénéficié de la formation de travailleurs dans ces domaines (Hualde et Serrano, 2005). Cela explique pourquoi, dans ce domaine, le taux de diplômés dont l’activité professionnelle correspond à la spécialisté de formation est des plus bas.

56La création des Universités technologiques et polytechniques centrées sur l’offre de ce type de filières traduit la double vision du gouvernement fédéral : étendre les opportunités de scolarité aux régions très isolées du pays et faire de la scolarité le moteur du développement économique. La situation actuelle est un exemple des divergences possibles à court et moyen terme entre la planification scolaire, l’intérêt des étudiants et les possibilités d’exercer des activités conformes aux formations suivies.


***

57Le système scolaire du Mexique, géré par le gouvernement fédéral, a constitué la voix privilégiée pour définir et organiser la qualification des ressources humaines du pays. Mais dans les faits, la structure actuelle de la formation scolaire pour le travail est le fruit des tensions et contradictions historiques entre les propositions du gouvernement fédéral en matière éducative, les interventions indirectes et très limitées du secteur entreprenarial, le degré de stabilité des institutions scolaires elles-mêmes et les intérêts et motivations des élèves.

58Ces interractions  – très peu étudiées – expriment en particulier la nature des conditions de travail réelles qui prévalent dans le pays, en raison de la structure hétérogène et inégale de ses marchés du travail. Elles se sont traduites par des situations contradictoires qui conjuguent l’accroissement notable de la scolarité et l’insuffisante prise en compte de la population adulte de plus de 15 ans ; la création d’institutions scolaires et l’offre de filières qui n’emportent pas l’adhésion des jeunes ; la baisse des effectifs de filières destinées à répondre à d’énormes besoins sociaux, pour lesquels il n’existe pas de structures de travail suffisantes. De cela, il résulte non seulement une saturation de filières pour lesquelles il existe des opportunités de travail même si l’activité professionnelle s’exerce uniquement dans des contextes et fonctions éloignées de la formation, mais aussi une gande différence de revenus au profit de ceux qui possèdent de meilleurs niveaux de scolarité, en particulier dans l’enseignement supérieur. Malgré l’augmentation notable de la scolarité de la population active, le secteur informel de l’économie s’est développé, englobant une forte proportion de la population qui possède une scolarité supérieure, et l’accroissement du PIB n’a pas cessé de se réduire, PIB érratique et même négatif.

59La volonté du gouvernement fédéral de créer de nouvelles institutions de formation scolaire pour le travail ne peut pas occulter les profondes inégalités professionnelles qui règnent dans le pays et les inégalités sociales, économiques, politiques et culturelles qu’elles reflètent.

60L’analyse développée dans cet essai conforte la nécessité de recherches qui reconnaissent la complexité des mécanismes sur lesquels s’appuient les propositions gouvernementales, le rôle joué par les autres acteurs concernés et la nature des réalités auxquelles ils sont confrontés. Il s’agit d’évaluer les institutions créées, les obstacles qu’elles rencontrent, les solutions qu’elles trouvent et les effets à moyen et à long terme. Les données disponibles montrent que la priorité accordée par l’État mexicain à la scolarité de la population active et à la formation scolaire pour le travail comme mécanisme de développement du pays a été insuffisante et a été rattrapée, dans une large mesure, par des problèmes de développement économique, d’équité et de justice sociale.

Haut de page

Bibliographie

Aguilar Villanueva L. (ed.) (1993). Problemas públicos y agenda de gobierno. México: Editorial Miguel Ángel Porrua.

Anuies (Asociación Nacional de Universidades e Institutos de Educación Superior), (1984, 1994). Anuario estadístico. México.

Anuies (2003), Mercado laboral de profesionistas en México. Diagnóstico 1990-2000. México, vol.  4.

Béduwé C. y Planas J. (2002), Expansión educativa y mercado de trabajo. Estudio comparativo realizado en cinco países europeos: Alemania, España, Francia, Italia, Reino Unido, con referencia a los Estados Unidos. Informe final de un proyecto financiado por el Programa Marco de Investigaciones y Desarrollos de la Unión Europea: Ministerio de trabajos y asuntos sociales. Instituto Nacional de las Cualificaciones de Madrid.

Boudon R. (1980), Efectos Perversos y orden social. México. Premia

Colegio Nacional de Educación Profesional Técnica, (2006). Seguimiento de Egresados. Informe Nacional Encuesta 2001-2004 y 2002-2005, SEP/Conalep/Rvox/IPSolutions, México

de Ibarrola M. (1994 a), Escuela y trabajo en el sector agropecuario en México. México: CINVESTAV/ Instituto José María Luís Mora/ Porrúa/ FLACSO.

de Ibarrola M. (1994 b), Industria y escuela técnica. Dos experiencias mexicanas. UNESCO-OREALC/Red Latinoamericana de educación y trabajo. Santiago, Buenos Aires, México.

De Ibarrola M. (dirección) (2004), Escuela, capacitación y aprendizaje. La formación para el trabajo en una ciudad en transición. Montevideo. Cinterfor/OIT, 222 p. (Herramientas para la transformación, 27).

de Ibarrola M. (2006), Formación escolar para el trabajo. Montevideo. CINTERFOR, 2006. (Sobre Artes y Oficios, 5) 411 pp. ISBN: 92-9088-213-1 http://www.cinterfor.org.uy/public/spanish/region/ampro/cinterfor/publ/arte/ibarro/index.htm

de Ibarrola M. (2006), El incremento de la escolaridad y sus efectos sobre el mercado de trabajo en México, 1992-2004. Informe del caso mexicano. Siteal/UNESCO-IIPE/OEI. Documento no publicado.

Gallart M. A. (2004), “Habilidades y competencias para el sector informal de la economía”. Formación en la economía informal. Boletín Cinterfor (155), pp. 33-75.

Gastelum J. (2008), La profesión agronómica ante la situación de la agricultura mexicana, en la perspectiva de la apertura comercial y el adelgazamiento del Estado. Tesis para obtener el grado de Doctor en Ciencias en la Especialidad de Investigaciones Educativas. DIE-Cinvestav IPN. México.

Hualde A. y Serrano A. (2005), “La calidad del empleo de asalariados con educación superior en Tijuana y Monterrey”. Revista Mexicana de Investigación Educativa (México),vol. 10, n° 25,pp. 345- 374.

Instituto Nacional para la Evaluación de la Educación (2005), Panorama educativo de México.  2005. Indicadores del sistema. INEE, México. pp. 549 99.

Kent R. (compilador) (1997), Los temas críticos de la Educación superior en América Latina. FLACSO /Fondo de Cultura Económica. Santiago/México. 2 vol.

Mercado A. y Planas J. (2005), “Evolución del nivel de estudios de la oferta de trabajo en México. Una comparación con la Unión Europea”. Revista Mexicana de Investigación Educativa, (México)vol. 10, n° 25, pp. 315- 343.

Mota Quintero A. (2008), Las Universidades tecnológicas de desarrollo. Un caso de formación laboral por competencias. Proyecto de tesis de doctorado en ciencias con especialidad en investigación educativa. DIE-CInvestav. Tesis en proceso.

Observatorio Laboral (2008): www.observatoriolaboral.gob.mx/ola/ola-panorama-_del_-desempleo.

Pieck E. (2005), “La secundaria técnica. Su contribución a la formación para el trabajo en sectores de pobreza”. En Revista Mexicana de Investigación Educativa (México) vol. 10, n° 25 pp. 481-507.

Planas J., Mercado A., Flores R, Morales I. y de Ibarrola M. (2007), Expansión educativa y mercado de trabajo en México. Una comparación con la Unión Europea. Documentos de trabajo elaborados en el marco de una investigación colectiva financiada por la Universidad de Guadalajara. No publicados.

Planas J. (2008), El comportamiento de los empleadores mexicanos frente al crecimiento de la educación. Revista de Educación Superior. México, ANUIES, vol. XXXVII (2) n° 146 abril-junio, pp. 11-40.

Reynaga Obregón S. (coordinadora) (2003), Educación, trabajo, ciencia y tecnología. Consejo Mexicano de Investigación Educativa. Serie “La investigación educativa en México, 1992-2002”, vol. 6.

Rubio Oca J. (coord.) (2006), La política educativa y la educación superior en México.1995-2006. Un balance. México. Fondo de Cultura Económica/Secretaría de Educación Pública. 317 p.

Secretaría de Educación Pública (2008), Sistema Educativo de los Estados Unidos Mexicanos. Principales cifras. Ciclo escolar 2006- 2007, SEP, México, SEP. Estadística Histórica. Sistema para el análisis de la estadística educativa http://www.sep.gob.mx/work/appsite/nacional/index.htm

Solana F. (1982), Historia de la educación pública en México, Tomo II, México, FCE, 1982.

Suárez Zozaya M.H. (2005), Jóvenes mexicanos en la feria del mercado de trabajo. Conveniencias e inconveniencias de tener educación superior. México, UNAM/Miguel Ángel Porrúa, 66 p.

Tokman V. (2004), “De la informalidad a la modernidad” Formación en la economía informal. Boletín Cinterfor (Montevideo) (155), pp. 9- 31.

Vargas R (2006), Perfiles de competencias profesionales demandadas por cinco sectores productivos en la ciudad de Tijuana. Instituto Tecnológico de Tijuana, México. Ediciones del XXXV aniversario.

Vega Tato G (à paraître), Instituciones particulares emergentes de Educación superior. Entre la demanda, la calidad percibida y la satisfacción estudiantil. Tesis de doctorado en proceso. DIE Cinvestav IPN México.

Haut de page

Notes

1  Pour les données de cadrage, nous prendrons comme base les groupes d’âge suivants : primaire : 6-12 ans ; secondaire : 13-15 ans ; éducation moyenne supérieure : 16-18 ans ; supérieur, non compris le 3ème cycle : 19 à 23 ans.

2  Cette thèse constitue une partie essentielle du rapport “Expansion éducative et marché du travail”, étude comparative réalisée en Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni (Béduwé et Planas, 2002). Postérieurement, entre 2002 et 2006, le Dr Planas a coordonné une étude similaire pour le Mexique (Planas, Mercado, Flores, Morales et de Ibarrola, 2004-2007).

3  Nous ne trouvons aucune mention relative à la participation des syndicats dans ces conseils.

4  Le sous-secrétaire à l’Enseignement supérieur a annoncé l’ouverture de nouvelles filières pour les Universités Technologiques qui ont été créées après 160 réunions de consultation avec 1 600 entreprises représentatives.

5  La constitution politique et la législation professionnelle comportent un grand nombre de conditions légales du travail très favorables aux “ouvriers, paysans et classes moyennes du pays” ; cependant, à aucune période, il n’a été possible d’intégrer l’ensemble de la population dans ce schéma légal.

6  Le concept de secteur informel, largement développé en Amérique Latine, a été introduit dans les études sur ce thème à partir du rapport de l’OIT (Organisation internationale du Travail) sur le Kenya en 1972.

7  Les données examinées ont été produites par l’IPPE (Institut International de Planification de l’ Éducation) de Buenos Aires, systématisées pour réaliser un comparatif entre les pays d’Amérique Latine. Elles se sont appuyées sur une sélection d’information de l’enquête nationale sur les ménages. Elles n’intègrent pas la polulation active de moins de 24 ans ni celle du secteur primaire.

8  Ces corrélations n’invalident pas différentes variables : sociales, économiques, culturelles, concernant ceux qui font partie des groupes possédant ce niveau de scolarité, qui se modifient avec l’augmentation des opportunités scolaires.

9 Enquête de 2006 sur un échantillon aléatoire de diplômés des générations 2001-2004 et 2002-2005 stratifié par filières et régions. L’échantillon était de 1 833 diplômés avec un intervalle de confiance de 95 % et d’erreur maximale de 2.29 % pour les résultats nationaux. Cette enquête est sous la responsabilicé du système de suivi des diplômés du CONASEP.

10  D’aprés la classification de l’Association Nationale d’Enseignement Supérieur.

11  Au Mexique, on appelle “profesionistas” les travailleurs qui ont un niveau de scolarité supérieur. Les emplois professionnels requierent une scolarité de niveau supérieur.

12  Il s’agit de professions qui “rejettent les effectifs”. Il s’agit de la différence entre ceux qui sont classés dans leur profession, et ceux qui exerçent au sein de groupes différents ou dans des activités où la hiérarchie est moindre. Cette situation affecte en réalité toutes les professions du pays.

13  Dans le pays, on consagre moins de 0,4 % du PIB à la recherche scientifique. La participation du secteur des entreprises est minime, illustration de la dépendance scientifique et technologique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Encadré 1. Le système éducatif mexicain
Légende * y compris la population non comprise dans le groupe d’âge** : Centres scolaires dirigés par deux enseignants qui coordonnent l’enseignement des trois niveaux et dont le contenu est réalisé avec l’appui de programmes nationaux de télévision et de livres et matériels d’enseignement.*** SEP. Indicadores y pronósticos (Indicateurs et pronostics)http://www.sep.gob.mx/​wb2/​sep1/​sep1_Estadisticas
URL http://formationemploi.revues.org/docannexe/image/1985/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María de Ibarrola, « Priorité à la formation scolaire pour le travail au mexique. Tensions et contradictions entre l’Etat, les secteurs professionnels et les étudiants. », Formation emploi, 107 | 2009, 25-39.

Référence électronique

María de Ibarrola, « Priorité à la formation scolaire pour le travail au mexique. Tensions et contradictions entre l’Etat, les secteurs professionnels et les étudiants. », Formation emploi [En ligne], 107 | juillet-septembre 2009, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/1985

Haut de page

Auteur

María de Ibarrola

Maria de Ibarrola est chercheure au département de recherches éducatives, Centre de recherches et d’études avancées du IPN/Mexique. Elle remercie l’aide apportée par Elena Torres dans l’actualisation des statistiques scolaires.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page