Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Présentation de l’ouvrage : analyser le sens et la complexité du travail

Chantal Labruyère
p. 113-114
Référence(s) :

Mandon N. (2009) Analyser le sens et la complexité du travail, la méthode ETED (Emplois Types en Dynamique) L’Harmattan, coll. « Action et savoirs clés ».

Texte intégral

    

1Alors que se généralise la production de répertoires d’emploi aux différents niveaux d‘organisation de l’activité économique et que se banalise l’utilisation des référentiels d’emploi et de compétences pour outiller les pratiques de GRH – Gestion des ressources humaines – (élaboration de fiches de poste pour le recrutement et l’évaluation des salariés, gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, évaluation des besoins de formation, validation des acquis professionnels, etc.), rares sont les ouvrages qui s’intéressent au processus de construction de ces descriptifs des métiers. Tout l’intérêt de l’ouvrage de Nicole Mandon est de s’attaquer à cette boite noire, rarement décortiquée par les producteurs. Il révèle la démarche mise en œuvre par les analystes du travail pour distinguer entre eux les différents emplois/métiers constitutifs d’une famille professionnelle, ou d’un domaine professionnel.

2Pour autant, cet ouvrage n’est pas un simple guide méthodologique qui permettrait au sociologue ou au gestionnaire des ressources humaines de fabriquer de bons emplois types, bien solides, dont les limites et les caractéristiques seraient fondées scientifiquement, et donc socialement incontestables… C’est bien autre chose aussi : c’est l’histoire à la fois d’un parcours personnel et professionnel et d’une production intellectuelle, situés dans le contexte à la fois social, politique et intellectuel des années 70 et 80. L’un et l’autre sont convoqués alternativement pour expliquer la genèse des concepts qui sont au fondement d’une approche novatrice de l’« emploi type étudié en dynamique ETED » ; ce dernier devant pouvoir rendre compte à la fois du cœur du métier et de toutes les variantes qu’il peut prendre selon les contextes organisationnels et la diversité des parcours individuels.

3Concrétisant un projet de passage de témoin, de transmission d’un méthode forgée dans le cadre d’un collectif de travail disparu, l’ouvrage n’est jamais rébarbatif car le ton adopté par l’auteure est souvent celui de la conversation, mêlant anecdotes, souvenirs personnels, références bibliographiques, et illustrations issues des nombreuses études conduites à diverses étapes de sa carrière. En effet, Nicole Mandon est persuadée que « les cadres de pensée se forgent dans la vie quotidienne, dans les rencontres, et échanges, dans l’expérience autant que par l’enseignement didactique reçu et les lectures spécialisées ». Et pour elle, expliciter le cheminement qui a aboutit aux choix théoriques et aux propositions méthodologiques spécifiques de la démarche ETED, s’avérait indispensables pour deux raisons :

4L’une relève de la pédagogie : « les praticiens qui utilisent un tel outil ne peuvent oublier les cadres de pensée qui ont guidé son élaboration sans prendre le risque de voir se développer des pratiques et des interprétations erronées, voire des contresens

5L’autre est déontologique : l’analyse du travail et des emplois est une matière sensible, qui touche à des enjeux individuels, économiques et sociaux, dès lors qu’elle permet d’outiller des politiques de gestion des ressources humaines et de formation. « Il importe en conséquence que tout rapport d’expertise soit transparent quant à la manière d’observer, d’analyser et de communiquer les résultats ».

6Sur ce dernier point, on soulignera l’intérêt des nombreuses illustrations, tout au long de l’ouvrage, des différents modes de restitution des résultats (schéma du processus productif, chaine individuelle d’activité, tableau des relations, tableau des démarches, plage de l’activité …). Cette présentation, loin de conduire à une réduction de la complexité du travail – comme certains ont pu le craindre alors même que la méthode ambitionne de pointer cette complexité (cf. le titre de l’ouvrage) – facilite la confrontation de toutes les parties prenantes (l’analyste, les commanditaires et les professionnels concernés par l’étude ou leurs représentants) autour de ces résultats, tout au long du travail, dans le cadre d’un dialogue ouvert et fructueux permettant de resserrer toujours plus la focale de l’analyse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://formationemploi.revues.org/docannexe/image/2130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Labruyère, « Présentation de l’ouvrage : analyser le sens et la complexité du travail », Formation emploi, 108 | 2009, 113-114.

Référence électronique

Chantal Labruyère, « Présentation de l’ouvrage : analyser le sens et la complexité du travail », Formation emploi [En ligne], 108 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 27 novembre 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/2130

Haut de page

Auteur

Chantal Labruyère

Chantal Labruyère est sociologue, chargée de mission « Partenariats nationaux » au Céreq.
Thèmes de travaux : la construction de l’offre de certification et ses usages, la validation des acquis de l’expérience, les métiers de la relation de service.
Elle a notamment publié : C. Labruyère, N. Quintero, « Des candidats inégalement soutenus dans leur démarche » ; Bref Céreq n° 263, avril 2009. Laure Gayraud, Chantal Labruyère, Anne-Lise Ulmann, « Nouvelles activités liées à la politique d’intégration des personnes handicapées en milieu de vie ordinaire : Quels professionnels mobilisés ? Quelles compétences recherchées ? Quelles formations développées ? » Net.doc, Céreq, n° 45 /2008.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page