Navigation – Plan du site
Lectures

Lectures

Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot
p. 121-127

Plan

Haut de page

Texte intégral

Accès à l’emploi

Les jeunes et le travail

Bourdon Sylvain (Dir.), Vultur Mircea (Dir.)
Laval, Éditions de l’IQRC/Presses de l’Université de Laval, 2007, 308 p.
Collection « Regards sur la jeunesse du monde, série Analyses et essais »

1Dans la perspective des transformations qu’ont connues les sociétés occidentales au cours des deux dernières décennies, qu’en est-il du travail des jeunes ? Fruit d’un projet collectif de l’Observatoire jeunes et société, l’ouvrage réunit des textes originaux issus de travaux récents qui abordent, tour à tour, les multiples facettes de cet objet si particulier qu’est le travail des jeunes dans les sociétés occidentales contemporaines. Les contributions sont regroupées en trois axes principaux : a) les parcours professionnels et le rapport au travail, b) l’insertion professionnelle et les liens études-travail et c) les milieux de travail et les conditions d’emploi. L’ensemble offre une analyse approfondie des relations complexes entre les jeunes et le monde contemporain du travail, caractérisé par la flexibilité structurelle, les reconversions professionnelles et de nouvelles formes de revalorisation de l’activité productive. Outil de référence pour les chercheurs et les étudiants qui s’intéressent à la question des jeunes et du travail, aide à la réflexion pour les responsables d’élaboration des politiques, ce livre s’adresse à tous ceux qui sont à la recherche d’une meilleure compréhension de la dynamique des transformations qui ont lieu au Québec et dans l’ensemble du monde occidental.

Transitions dans les parcours de vie et construction des inégalités

Oris Michel (Dir.), Widmer Éric (Dir.), Ribaupierre Anik De (Dir.), Joye Dominique (Dir.), Spini Dario (Dir.), et aliiLausanne, Presses Polytechniques Romandes, 2009, 436 p.

2Tout au long de leur existence, les individus suivent des chemins singuliers dont les trajectoires ne sont pas le simple fait de la seule volonté ou du hasard. Ces cheminements se révèlent souvent générateurs d’inégalités entre individus, notamment au cours des transitions des âges de la vie (enfance, adolescence, âge adulte, grand âge), ou lors de différentes étapes (mariage, divorce, deuil, etc.). C’est afin de mieux comprendre les modalités et les combinaisons d’influence à l’origine des inégalités dans les parcours de vie, que les éditeurs de cet ouvrage ont réuni des chercheurs issus des sciences psychologiques, sociales et économiques, afin de croiser leurs regards sur la manière dont ces inégalités se creusent ou se réduisent au fil des trajectoires. Cet ouvrage interdisciplinaire met en relief la richesse d’une approche des inégalités dans la perspective dynamique du parcours de vie.

   

L’autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion

Duvoux Nicolas
Paris, PUF, 2009, 269 p.
Collection « Le lien social »

3Le titre de cet ouvrage a une apparence paradoxale, voire provocatrice. Il accole en effet une condition stigmatisée, celle d’ « assisté », et une valeur reconnue et centrale dans les sociétés modernes avancées : « l’autonomie ». Le paradoxe n’est cependant qu’apparent. S’interroger sur l’autonomie des assistés revient simplement à se défaire de la prénotion selon laquelle les assistés sont passifs et dépendants, pour se demander comment des individus qui reçoivent une assistance de la part de la collectivité parviennent à faire face au stigmate et à la pauvreté. Ce livre se présente tout d’abord comme la restitution des résultats d’une enquête de terrain menée auprès d’allocataires du RMI (revenu minimum d’insertion) interrogés en Île-de-France dans les années 2000. L’auteur restitue le sens que ces individus donnent à la norme institutionnelle d’autonomie à laquelle ils sont soumis via la signature d’un « contrat d’insertion ». Comment les individus font-ils face à l’injonction à se raconter jusque dans leur intimité et à se réaliser dans leur « projet » personnel alors qu’ils sont souvent dépourvus de ressources ? Pourquoi et comment certains individus, mieux dotés que d’autres en capitaux économiques et culturels, peuvent-ils résister à l’incitation forte à rentrer dans les rangs du « précariat » ? Quelles marges de liberté les individus les plus vulnérables peuvent-ils conquérir ? En apportant des éléments de réponse à ces questions, cet ouvrage contribue à approfondir les logiques et les paradoxes de l’insertion des populations qui dépendent des services sociaux pour leur survie. Il constitue en cela une référence incontournable aussi bien pour la réflexion que pour l’action dans ce domaine.

   

Emploi

Bas salaires et qualité de l’emploi : l’exception française

Caroli Eve (Dir.), Gautie Jérôme (Dir.)
Paris, Éditions Rue d’Ulm/ Presses de l’Ecole normale supérieure, 2009, 510 p.
Collection « Collection du CEPREMAP, 17 »

4Les pays industrialisés avancés ont connu de profondes mutations économiques au cours des vingt-cinq dernières années : globalisation croissante, déréglementation de nombreux secteurs, diffusion de nouvelles technologies et formes d’organisation du travail... Ces mutations se sont traduites par une pression concurrentielle accrue sur les entreprises, qui ont été amenées à modifier radicalement leur mode de gestion, et notamment la gestion de leur main-d’œuvre. Quelles en ont été les conséquences pour les travailleurs peu qualifiés et peu rémunérés ? Si beaucoup de travaux traitent des répercussions de cette évolution en termes de niveau d’emploi et de chômage, c’est à la qualité de l’emploi que l’on s’intéresse ici. Cette qualité renvoie, au-delà de la seule rémunération, à l’ensemble des conditions de travail. Le cas français est situé par rapport à celui d’autres pays européens (Allemagne, Danemark, Pays-Bas et Royaume-Uni) et des enquêtes de terrain ont été conduites de manière approfondie dans six secteurs : l’industrie agroalimentaire, les hôpitaux, les hôtels, la grande distribution, les centres d’appel et l’intérim. Il en ressort que si, en France, la part des travailleurs à bas salaire est relativement faible, leurs conditions de travail sont particulièrement dures. Cette spécificité découle de notre modèle de régulation du marché du travail : les règles juridiques sont nombreuses (du SMIC à l’encadrement des contrats temporaires), mais les contre-pouvoirs effectifs sur les lieux de travail sont insignifiants dans beaucoup de secteurs. Cela tient pour l’essentiel à la faiblesse et à la division des syndicats, mais aussi à un niveau de chômage élevé qui contribue à saper le pouvoir de négociation des travailleurs les plus vulnérables.

   

Entreprise

L’entreprise apprenante : le knowledge management en question ? Études de cas chez EDF

Fillol Charlotte
Paris, L’Harmattan, 2009, 289 p.
Collection « Intelligence économique »

5L’avènement de la société des savoirs et l’omniprésence des technologies de l’information constituent deux évolutions majeures de l’environnement concurrentiel et sont autant de défis à relever pour les entreprises. En particulier, devenir une entreprise apprenante et gérer les connaissances semblent être les nouveaux idéaux à atteindre. Pour autant, les questions essentielles sont laissées en suspens : Comment devenir une entreprise apprenante ? Quel rôle pour le knowledge management ? Comme piloter la connaissance ? Cet ouvrage, basé sur cinq études de cas au sein du groupe EDF, propose une grille d’analyse globale de l’entreprise apprenante, en intégrant l’ensemble des aspects organisationnels, technologiques et humains.

Formation

Sociologie du lycée professionnel : l’expérience des élèves et des enseignants dans une institution en mutation

Jellab Aziz
Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2009, 332 p.
Collection « Socio-logiques »

6Ils sont plus de 700 000 élèves et près de 62 000 enseignants à le fréquenter, et pourtant le lycée professionnel demeure mal connu du grand public et peu étudié par les chercheurs en sciences sociales, souffrant sans doute d’une mauvaise réputation et d’une image négative. Or l’enseignement professionnel est un poste d’observation remarquable pour le sociologue attentif aux mutations contemporaines (recomposition de la classe ouvrière, tertiarisation des emplois, accroissement du chômage massif dans les milieux populaires). Déstabilisé dans son identité classiquement ouvrière, rattrapé par des dysfonctionnements divers (ethnicisation, absentéisme, faiblesse du travail collectif au sein des équipes pédagogiques...), le lycée professionnel s’est vu confier une mission délicate : être à la fois une école de la « deuxième chance » et un « lycée des métiers » en phase avec le marché du travail, symbole paradoxal d’un système scolaire qui crée partiellement l’échec tout en inventant des structures censées y remédier. Les interrogations abordées de front dans ce livre posent pour le moins la question de l’avenir d’une institution scolaire méconnue.

Repenser la justice dans le domaine de l’éducation et de la formation

Derouet Jean-Louis (Dir.), Derouet-Besson Marie-Claude (Dir.)
Berne/Lyon, Peter Lang/INRP, 2009, 385 p.
Collection « Exploration, recherches en sciences de l’éducation »

7Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des objectifs d’égalité gouvernent les politiques d’éducation. L’école est un des instruments sur lesquels l’État providence a appuyé sa mission de redistribution. Cette définition est en crise. Les débats montrent que l’idéal d’égalité n’est qu’une définition possible de la justice. D’autres modèles existent : l’objectif de rendre compte au citoyen de la qualité du service public ; l’obligation de résultat qui permet au pays de réussir dans la compétition internationale ; la reconnaissance des différences, celles du handicap ou des origines ethniques, religieuses et culturelles ; l’épanouissement des enfants et le respect de leurs droits, etc. L’ouvrage confronte ces revendications, en identifie les références et les situe dans la recomposition parallèle des formes de la justice et des formes de l’État, liée à la mondialisation. Il propose donc un large parcours : un dialogue entre histoire, sociologie de l’éducation, sociologie du travail et psychologie ; une mise en perspective internationale ainsi que l’appel à des experts proches du politique.

Profession

Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis

Demazière Didier (Dir.), Gadéa Charles (Dir.)
Paris, La Découverte, 2009, 463 p.
Collection « Recherches »

8Tantôt accusées d’accumuler les privilèges et de freiner la croissance, tantôt citées en modèle de travail de qualité et de métier prestigieux, les professions attirent une attention constante, aussi bien de la part des médias que des chercheurs. La recherche sociologique sur les groupes professionnels a connu un fort développement récent en France. Cet ouvrage en propose un large panorama, dégage des angles d’approche originaux et trace de nouvelles pistes d’analyse. Professions traditionnelles en déclin numérique et nouveaux métiers, activités « nobles » et métiers illicites, fonctions exercées en régime libéral, salarial, voire bénévole, le tableau dressé est vaste et varié. Il va des prêtres catholiques aux prostituées, en passant par les musiciens, les biologistes, les dompteurs de fauves, les ingénieurs, les conseillers bancaires, les infirmières, les notaires, les psychologues, les enseignants, etc. Les auteurs déplacent ensuite la perspective pour traiter différentes questions : cadrage et contrôle du travail des professionnels dans les organisations ; régulation des professions et normalisation de leurs activités ; socialisation spécifique aux mondes professionnels ; relations entre les professionnels et leurs clients ou usagers ; modalités d’émergence de nouvelles professions et de disparition de certaines autres ; déroulements de carrière, fonctionnement des marchés du travail et inégalités entre hommes et femmes.

   

L’activité professionnelle : compétences visibles et invisibles

Frund Robert
Lausanne, Publications universitaires romandes, 2008, 112 p.
Collection « Les cahiers de l’EESP, n° 47 »

9Les métiers du social pâtissent de la croyance selon laquelle la pratique ne peut véritablement se dire. Comment revendiquer que des pratiques atteignent un certain degré de professionnalisme, lorsqu’on les maintient en bonne partie dans l’indicible et l’insaisissable ? Le questionnement sur les compétences des travailleuses sociales et des travailleurs sociaux doit reprendre sans cesse la discussion sur l’explicitation des pratiques. Cette question est abordée ici à partir de la dissociation majeure et problématique entre action et réflexion, qui n’a pas lieu d’être et qui a cependant toujours cours.

Secteur d’activité

Le salariat bancaire : enjeux sociaux et pratiques de gestion

Baubeau Patrice, Cossalter Chantal, Omnes Catherine
Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2009, 233 p.

10À la fin des années 70, dans une France confrontée à l’irruption du chômage de masse, l’avenir de l’emploi bancaire suscita des inquiétudes qui ne se réalisèrent pas. Mutatis mutandis, la France de 2009 se trouve faire face aux mêmes questions. Mais la grande vague de bancarisation des ménages est passée et la crise actuelle est précisément partie du secteur bancaire. La tendance, amorcée au XIXe siècle, de la croissance de l’emploi bancaire, jusqu’aux 380 000 postes actuels, serait-elle désormais menacée ? Le but de cet ouvrage est de montrer, à partir d’études précises, comment les entreprises du secteur bancaire ont géré cette croissance de l’emploi. On y retrouvera donc l’ouverture, souvent difficile, à des populations « nouvelles », femmes, jeunes, étrangers. On y observera la diversification des métiers, parfois embrouillée dans les jargons gestionnaires à la mode, mais aussi le souci de maintenir des écarts salariaux qui, plus que de différences de qualification, témoignent de véritables barrières internes délimitant des statuts. On y percevra, enfin, la complexité des évolutions économiques et sociales, qui se traduisent à la fois par une floraison permanente d’emplois et la difficulté à établir une règle sociale commune à tous ces métiers.

Travail

En âge de travailler. Recherches sur les âges du travail

Bellini Stéphane (Coord.) Duyck Jean-Yves (Coord.)
Paris, Vuibert, 2009, 197 p.
Collection « Recherche de l’AGRH »

11Le « consensus à la française » ou le « modèle français du partage du travail » a pour conséquence qu’en France, une seule génération se retrouve au travail. La France présente en effet un profil particulier au regard des relations entre âge et emploi. Elle combine un taux de chômage élevé pour les plus jeunes, un taux d’emploi faible pour les plus âgés et une intensité du travail considérable pour les travailleurs d’âge intermédiaire. Cette question démographique structure, a minima jusqu’à 2030, l’ensemble des décisions d’emploi, de durée de vie au travail, de retraite et, ipso facto, les choix politiques et organisationnels. Cet ouvrage s’inscrit donc dans la durée et entend participer au débat public sur ces réflexions. Il remet en question le regard porté sur les jeunes et les anciens salariés et les mécanismes qui fabriquent de faibles niveaux d’emploi. L’observation du travail aux âges de la vie est également au cœur des travaux présentés et permet de dépasser les habituels stéréotypes sur les deux catégories étudiées (les jeunes et les seniors). Cet ouvrage décline en quatre chapitres des questions majeures : celles liées à la disqualification des seniors ; celles liées aux valeurs des jeunes salariés au travail ; celle de la pertinence du critère d’âge comme unique critère d’analyse explicatif, pour dégager, dans le quatrième chapitre, des pistes d’action. S’appuyant sur des enquêtes et des méthodologies variées, cet ouvrage s’adresse à un large public en raison de sa double caractéristique théorique et empirique : DRH, consultants, syndicalistes, enseignants-chercheurs en gestion des ressources humaines.

Les identités au travail. Analyses et controverses

Causer Jean-Yves (Coord.), Durand Jean-Pierre (Coord.), Gasparini William (Coord.)
Toulouse, Octarès, 2009, 333 p.
« Collection Le travail en débats », Série Colloques & Congrès, 2009

12L’identité au travail est devenue un véritable objet sociologique au début des années 80, en partant du constat que le travail est l’un des principaux lieux d’échange entre les individus dans nos sociétés. Depuis, les sociologues n’ont cessé de montrer que les univers professionnels conduisent non seulement à l’intériorisation des mondes institutionnels spécialisés mais aussi à la production d’une identité spécifique. Au regard des transformations récentes du travail dans le capitalisme contemporain, peut-on toujours aborder les rapports humains de travail dans leur dimension identitaire ? Quelle est l’influence des nouvelles structures d’organisation sur l’identité au travail ? Dans le contexte de l’individualisation des rapports sociaux dans l’entreprise, comment s’articulent l’identité de classe, l’identité professionnelle et les modes plus élargis d’identification ? Enfin, dans les entreprises de service marquées par un fort turn-over ou employant des intérimaires, comment se forment ou se maintiennent les communautés et les identités professionnelles ? En prenant comme fil directeur la production et l’expression des identités dans les mondes du travail, les auteurs de l’ouvrage répondent à ces questions à partir d’enquêtes de terrain, tout en discutant le concept d’identité comme catégorie d’analyse. Issus d’une réflexion collective qui a associé les chercheurs du Réseau thématique 25 (Travail, Organisations, Emplois) de l’Association française de sociologie réunis à Strasbourg, les contributions permettent de voir de quelle manière les nouveaux chemins qu’empruntent les recherches empiriques sur les identités au travail participent d’un renouvellement conceptuel de la discipline.

À signaler

Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance

13Boussard Valérie
Paris, Éditions Belin, 2008, 263 p.
Collection « Perspectives sociologiques »

Concilier vie familiale et vie professionnelle en Europe

14Le Bihan-Youinou Blanche (Dir.), Martin Claude (Dir.)
Rennes, Presses de l’EHES (École des Hautes Etudes en Santé Publique), 2008, 374 p
Collection « Lien social et politiques »

Articuler dispositifs de formation et dispositions des apprenants

15Lameul Geneviève (Dir.), Jezegou Annie (Dir.), Trollat Anne-Françoise (Dir.)
Lyon, Chronique sociale, 207 p.

Dynamiques de la sociologie économique. Concepts, controverses, chantiers

16Bourgeois Catherine (Coord.), Conchon Aline (Coord.), Lallement Michel (Coord.), Lenel Pierre (Coord.)
Toulouse, Éditions Octarès, 2009, 236 p.
Collection « Le travail en débats, Série Entreprise, Travail, Emploi »

Devenir adulte : sociologie comparée de la jeunesse en Europe

17Van De Velde Cécile
Paris, PUF, 2009, 278 p.
Collection « Le Lien social »

Les jeunes en France

18Roudet Bernard (Dir.)
Québec, Les Presses de l’Université de Laval, INJEP (Institut national de la jeunesse et de l’Éducation populaire), 2009, 209 p.
Collection « Regard sur... »

Concilier travail et famille : le rôle des acteurs France-Québec. Le rôle des acteurs France-Québec.

19Tremblay Diane-Gabrielle (Dir.), Barrere-Maurisson Marie-Agnès (Dir.)
Presses Universitaires du Québec, 2009, 456 p.
Collection « Etudes d’économie politique »

Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure

20Vatin François (Dir.)
Toulouse, Presses universitaires du Mirail (PUM), 2009, 306 p.
Collection « Socio-logiques »

La France du travail. Données, analyses, débats

21Concialdi Pierre, Delahaie Noélie, Grimault Solveig, et alii
IRES - Institut de recherches économiques et sociales
Yvry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2009, 238 p.

Sociologie du système éducatif. Les inégalités scolaires

22Van Zanten Agnès (Dir.), Duru-Bellat Marie (Dir.)
Paris, PUF, 2009, 237 p.
Collection « Licence, socio »

Choisir son école. Les stratégies familiales et médiations locales

23Van Zanten Agnès
Paris, PUF, 2009, 256 p.
Collection « Le lien social »

Sociologie de la division du travail. De l’emploi au politique

24Guillon Roland
Paris, L’Harmattan, 2009, 124 p.
Collection « Logiques sociales »

Vivre de deux métiers. La pluriactivité

25Boudy Jean-François
Paris, L’Harmattan, 2009, 301 p.
Collection « Questions contemporaines »

L’évaluation à l’université. Évaluer ou conseiller ?

26Bedin Véronique (Dir.), Lanares Jacques
Rennes, PUR, 2009, 329 p.
Collection « Des sociétés »

Traité de sociologie économique

27Steiner Philippe (Dir.), Vatin François (Dir.)
Paris, PUF, 2009, 800 p.
Collection « Quadrige, Manuels »

Dynamique des savoirs, dynamique des changements

28Béguin Pascal (Dir.), Cerf Marianne (Dir.)
Toulouse, Éditions Octarès, 2009, 308 p.
Collection « Travail & activité humaine »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi, 108 | 2009, 121-127.

Référence électronique

Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi [En ligne], 108 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 18 décembre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/2133

Haut de page

Auteurs

Sylviane Ceccaldi

Articles du même auteur

Isabelle de Lassus

Articles du même auteur

Nathalie Leménager

Articles du même auteur

Magali Thévenot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page