Navigation – Plan du site
Lectures

Lectures

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Christine Chabert, Isabelle de Lassus et Magali Thévenot
p. 123-131

Plan

Haut de page

Pour permettre au lecteur un repérage rapide et complet, chaque ouvrage, étude, thèse, article fait l’objet d’une présentation concise.La sélection retient les parutions les plus notables dans le domaine de la relation formation-emploi, en s’appuyant sur les nouvelles acquisitions du centre de documentation du Céreq.

Entreprise

Bévort Antoine (Dir.), Lallement Michel (Dir.), Le capital social : performance, équité et réciprocité

Paris, La Découverte / MAUSS, 2006, 328 p.
Collection « Recherches, série Bibliothèque du MAUSS »

L’ » efficacité économique » d’un individu reposerait-elle aussi sur la qualité des relations sociales dont il dispose ? Telle est l’hypothèse de travail à l’origine de cet ouvrage de synthèse. Il aborde à travers aussi bien des contributions théoriques que méthodologiques, une réflexion sur ce que peut recouvrir réellement la notion de capital social. Pierre Bourdieu définit, dès 1980, le capital social comme l’ensemble des ressources nécessaires liées à la possession et au maintien durable d’un réseau de relations. Cette notion de capital social s’est inscrite dans de nombreux débats, notamment sur la place du tiers secteur dans le monde, sur l’influence du capital social sur le développement économique des nations, sur la quantification du capital social utile (sur la réussite scolaire par exemple) ou encore dans les débats sur l’importance des réseaux de relations ou de liaisons. Les théories sur le capital social permettent ainsi de poser une série de nouvelles questions.

Boussard Valérie (Dir.), Au nom de la norme. Les dispositifs de gestion entre normes organisationnelles et normes professionnelles

Paris, L’Harmattan, 2005, 224 p.
Collection « Logiques sociales, Sociologie de la gestion »

Depuis une quinzaine d’années, les managers ont assisté à la prolifération d’outils de gestion où les procédures sont de plus en plus formalisées et normalisées. La dernière génération de logiciels s’appuie sur une centralisation de l’information puis sa redistribution via les technologies de l’information. Ils s’imposent au nom d’une organisation idéale efficace et rationnelle car régulée et contrôlée. Cette norme transforme l’organisation du travail via une injonction au professionnalisme. Mais les dispositifs de gestion redessinent aussi les territoires professionnels en spécialisant et en hiérarchisant les activités. À côté du manager spécialiste en savoir d’organisation apparaît alors le professionnel qui contrôle la réalisation du travail. La confrontation entre ces deux acteurs est au cœur des contributions réunies ici.

Crescenzo Jean-Claude de (Dir.), Changement dans les organisations.Tome 1 : Stratégies, processus et performances.Tome 2 : Communication, négociation et interventions

Paris, L’Harmattan, 2006, 248 p. + 231 p.
Collection « Conception et Dynamique des Organisations »

Dans un premier volume sont exposés les processus mis en oeuvre pour atteindre la performance dans le cadre des projets de changements au sein des entreprises. Le changement est ici envisagé à la fois comme un espace dans lequel se jouent de nouvelles régulations économiques, sociales ou culturelles et comme une obligation de faire coopérer les différents acteurs impliqués dans ces processus. La performance dans l’entreprise repose essentiellement sur la fluidité et l’homogénéité des actions stratégiques et opérationnelles qui se concrétisent par la qualité des processus organisationnels à l’œuvre. Le facteur temps devient lui aussi un élément stratégique dans ses différentes dimensions d’innovation, de mise au point, de production, d’apprentissage et de négociation. Le temps ne doit plus être présenté sous le seul angle de la vitesse d’adaptation de l’organisation et comme une condition essentielle de la réussite des projets de changement. Dans le second volume, l’accent est mis sur les questions relatives à la communication, à la négociation sociale et à l’intervention de tiers à l’intérieur de l’entreprise, tels des consultants. Ces questions sont illustrées par des études de cas dans différentes entreprises. Les deux tomes de cet ouvrage sont constitués par des articles publiés entre 1997 et 2002 dans la revue Les cahiers du changement de l’Institut de recherche sur le changement dans les organisations (IRCO).

Pithon Gérard (Dir.), Gangloff Bernard (Dir.), Évaluer pour former, orienter et apprécier le personnel

Paris, L’Harmattan, 2005, 290 p.
Collection « Psychologie du travail et ressources humaines »

Tout individu est confronté, lors de sa vie professionnelle, à des procédures d’évaluation. Ces dispositifs prennent des formes différentes en fonction de la méthode d’évaluation choisie, des outils utilisés et de leurs objectifs. Mais qu’il s’agisse de la « notation des personnes », de « l’appréciation des performances » ou de « bilan d’activité », ces évaluations soulèvent un certain nombre d’interrogations. L’ouvrage tente d’y répondre en analysant successivement les difficultés et les enjeux liés à l’évaluation professionnelle, les théories et pratiques de l’évaluation des compétences ainsi que les méthodes et les outils évaluatifs.

Zarifian Philippe, Compétences et stratégies d’entreprise. Les démarches compétences à l’épreuve de la stratégie de grandes entreprises

Paris, Éditions Liaisons, 2005, 191 p.
Collection « Entreprise & Carrières »

L’ouvrage rend compte de l’accompagnement des « démarches compétences » opérées dans quatre grandes entreprises, Lu, La Poste, la SNCF et une grande entreprise de services, depuis le début des années 2000 ; il relate les enseignements qui en ont été tirés. Dans la « démarche compétences », le travail est considéré comme l’expression directe des capacités de pensée et d’action des individus en situation professionnelle. Cette démarche concerne l’entreprise dans son ensemble et ne se limite pas à la simple gestion des ressources humaines. Elle se décrit comme un processus global d’identification, de mobilisation, de développement et de reconnaissance des compétences des salariés d’entreprise. Elle est néanmoins tendue entre deux pôles éloignés l’un de l’autre : celui de la stratégie globale d’entreprise et celui du travail réel et de son organisation concernant les actions que les salariés « compétents » sont amenés quotidiennement à entreprendre dans leur activité professionnelle. Elle établit donc un lien entre ces deux pôles structurellement éloignés dans ces entreprises.

Formation

Brandibas Gilles (Dir.), Fourasté Raymond (Dir.), Les accidentés de l’école

Paris, L’Harmattan, 2005, 228 p.
Collection « Santé, sociétés et cultures »

Ce travail collectif réunit différentes approches disciplinaires pour analyser les enjeux de l’échec scolaire tant du point de vue sociologique, éducatif que psychologique. Échec scolaire, refus de l’école ne sont pas des éléments nouveaux. Mais aujourd’hui, avec la massification de la scolarisation et l’emprise des diplômes sur l’intégration sociale, leur signification a changé et devient un phénomène complexe. L’ouvrage s’organise autour de trois champs sémantiques : apprendre, s’opposer, être inadapté. Il aborde les difficultés d’apprentissage, le décrochage scolaire, la démobilisation jusqu’à l’abandon des études. Cette étude questionne, ensuite, les prises de positions/oppositions entre enseignants, institutions, parents, systèmes de valeurs et « accidentés de l’école ». Enfin, les conduites antisociales sont abordées, et notamment la thématique de la violence en milieu scolaire.

Cohen Valérie, Frétigné Cédric, La formation en entreprise. Étude de cas

Paris, L’Harmattan, 2006, 156 p.
Collection « Savoir et formation »

Qu’en est-il de la formation dans les entreprises, après la réforme de la formation professionnelle continue du 4 mai 2004 ? L’ouvrage éclaire les usages de la formation dans deux entreprises françaises appartenant chacune à un groupe international. L’une est spécialisée dans la distribution de biens d’équipement de la personne ; l’autre dans la réalisation de travaux électriques dans le domaine de la production d’énergie nucléaire. Il étudie leurs politiques de formation, la place occupée par la formation dans leurs organisations et la mise en place d’actions de formation définies comme stratégiques par les directions d’entreprise. Il restitue les principaux résultats d’une recherche financée par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) réalisée en 2004 et portant sur le « processus de fabrication de la formation professionnelle au sein des entreprises ». Il prend aussi appui sur un rapport faisant état de monographies d’entreprises sur la formation professionnelle continue.

Dennery Marc, Réforme de la formation professionnelle. Année II

Issy-les-Moulineaux, ESF Éditeur, 2005 (2è éd.), 31 p.
Collection « Formation permanente, série entreprise, Séminaires Mucchielli, n° 170 »

L’analyse des effets de la loi du 4 mai 2004 sur la formation tout au long de la vie et de l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 5 décembre 2003 fait émerger les différents défis (politique, social, administratif, pédagogique et stratégie d’achats) qui se posent aux acteurs de la formation. Cet ouvrage opérationnel permet, après une compréhension des enjeux liés à cette réforme, de la mettre en pratique à partir de l’élaboration de fiches techniques sur le plan de formation, le droit individuel à la formation (DIF), la professionnalisation, la validation des acquis de l’expérience (VAE), le bilan de compétences, le congé individuel de formation et l’apprentissage.

Larue Jean-Paul, Baccalauréat : à qui profite la démocratisation ?

Paris, L’Harmattan, 2005, 299 p.
Collection « Logiques sociales »

L’objectif des 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat a rencontré une large adhésion dans l’opinion publique. Entre 1985 et 1995, la proportion de bacheliers a doublé et aujourd’hui, malgré un léger tassement, six jeunes sur dix obtiennent leur baccalauréat. L’ouvrage, tiré d’une thèse de doctorat soutenue en 2003, analyse les conséquences sociales de cette évolution. L’augmentation des taux d’accès au baccalauréat a-t-elle amené une réduction des écarts sociaux de réussite et par conséquent un mouvement de démocratisation scolaire ? Cette démocratisation scolaire a-t-elle à son tour entraîné une démocratisation sociale ? L’ouvrage tente de répondre à ces deux questions clés en analysant le parcours scolaire de milliers d’élèves, depuis l’entrée au cours préparatoire jusqu’à la fin de la formation initiale.

Pastré Pierre (Dir.), Apprendre par la simulation. De l’analyse du travail aux apprentissages professionnels

Toulouse, Éditions Octarès, 2005, 363 p.
Collection « Formation »

L’évolution des compétences professionnelles en lien avec l’analyse de l’activité d’apprentissage, notamment le rôle des simulations dans le domaine de la formation professionnelle, est au centre des travaux menés par des chercheurs du club CRIN-ETMT (Évolution du travail et mutations technologiques). La problématique se fonde sur l’élaboration d’une didactique des situations plutôt que sur celle d’imitation ou de reproduction du réel. L’ouvrage, scindé en deux grands ensembles portant sur la conception des situations de simulation et l’analyse des apprentissages, expose d’abord la problématique retenue avant de rapporter un grand nombre d’études empiriques. Chaque étude suit la même démarche méthodologique fondée sur l’analyse du travail qui a permis de construire la simulation, la conception de la situation simulée à usage didactique et enfin l’analyse des apprentissages, notamment par résolution de problèmes que cette situation simulée permet de mettre en évidence.

Image1

Millet Mathias, Thin Daniel, Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale

Paris, PUF, 2005, 318 p.
Collection « Le lien social »

L’ouvrage traite des processus de ruptures scolaires qui touchent les collégiens issus de milieux populaires. Les auteurs analysent les diverses dimensions de leurs parcours de ruptures scolaires : une histoire familiale dégradée, des difficultés d’apprentissages scolaires, un rapport conflictuel aux agents de l’institution, les sanctions de l’institution impuissante. De tels parcours de précarité et de souffrances sociales ne sont pas cependant que des histoires individuelles. L’ouvrage soutient au contraire la thèse que ces ruptures scolaires résultent de la conjugaison de plusieurs phénomènes sociaux et qu’elles s’inscrivent dans la contradiction entre logiques scolaires et logiques sociales. En configurant les relations d’interdépendance dans lesquelles sont pris ces collégiens, l’analyse sociologique éclaire les processus qui sous-tendent ces parcours.

Schmitt Christophe (Dir.), Université et entrepreneuriat : une relation en quête de sens

Paris, L’Harmattan, Institut Cedimes, 2005, 322 p.
Collection « Mouvements économiques et sociaux »

L’université et les entreprises ont constitué longtemps deux mondes hermétiques l’un envers l’autre. Cependant, ces dernières années, l’entrepreunariat a pris une place plus importante au sein de l’université, dans la formation comme dans la recherche. Des chercheurs présentent les pratiques de cette relation université-entreprise dans huit pays (Belgique, France, Iran, Maroc, Mexique, Québec, Turquie et Vietnam). Ces expériences montrent les différentes formes que peut prendre cette relation. Son initialisation est impulsée souvent par l’État, puis la mise en place de structures pérennes d’accompagnement permet son institutionnalisation. Enfin, comme en Belgique et au Québec, l’intégration de cette relation université-entrepreunariat, en décloisonnant les programmes de formation et de recherche, modifie l’organisation classique des universités en créant des îlots d’innovation.

Image2

Tanguy Lucie, Les Instituts du travail. La formation syndicale à l’université de 1955 à nos jours

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 256 p.
Collection « Des Sociétés »

Quelle a été la mission des Instituts du travail dans le domaine de la formation syndicale des ouvriers au cours des trente dernières années ? Il existe aujourd’hui onze Instituts du travail créés depuis 1955 au sein de l’université. Fondés sur une véritable démarche pédagogique, leur mission était de former les syndicalistes, tout en conciliant les spécificités des différentes centrales syndicales mais aussi les savoirs universitaires et les connaissances issues de l’expérience de terrain. Quatre mille stagiaires syndicalistes, membres des comités d’entreprises mais aussi des militants ont été formés chaque année initialement aux tâches de gestion de la sécurité sociale puis à la législation du travail et aux grandes questions de politique sociale. Cette analyse historique de ces instituts s’inscrit dans l’histoire sociale de la France tout en prenant en compte à la fois les évolutions de l’université, du syndicalisme et de la formation permanente.

Image3

Insertion

Nahapétian Naïri, L’usine à vingt ans

Paris, Les Petits matins et Issy-les-Moulineaux, Arte Éditions, 2005, 180 p.

Malgré le nombre important d’ouvriers, on constate aujourd’hui en France un véritable recul de l’identité ouvrière. Plus qualifiés et moins politisés que leurs aînés, les six millions d’ouvriers n’affichent plus le sentiment d’appartenance à une même classe sociale : les ouvriers sont toujours là, mais la classe ouvrière a disparu pour laisser place à un monde ouvrier informe et inorganisé. À travers le quotidien de jeunes ouvriers, l’auteur retrace ce lent déclinde la culture politique ouvrière.

Boyer Luc (Dir.), Scouarnec Aline (Dir.), L’observatoire des métiers : concepts et pratiques

Paris, Éditions Management et société, 2005, 313 p.
Collection « Questions de société »

Pour comprendre l’émergence des observatoires des métiers, les auteurs commencent par développer le concept d’observation, sa définition et ses méthodologies. Ils donnent ensuite la parole à des chercheurs qui appliquent ce concept au domaine des métiers. Ainsi, dans l’optique de faire un état des lieux des pratiques d’observation des métiers, chacun définit et décrit des métiers, leur mutation prévisible et leur déclinaison en termes de compétences. Ils rappellent ce que sont la prospective et la prospective des métiers, l’observatoire des métiers étant un prolongement du concept de prospective appliqué à la gestion. Plusieurs métiers constituent des champs de recherche : les métiers de l’environnement, d’infirmier, de vendeur, de caissière, ceux des nouvelles technologies de l’information, des transports de marchandises, ou ceux de la conception automobile, de la comptabilité, des conseillers de clientèle à la banque, ou encore de l’armée.

Image4

Becquet Valérie (Dir.), Linarès Chantal de (Dir.), Quand les jeunes s’engagent. Entre expérimentations et constructions identitaires

Paris, L’Harmattan, 2005, 190 p.
Collection « Débats jeunesse »

De nombreux préjugés ont cours sur le « désengagement » des jeunes, souvent taxés d’apathiques et d’indifférents, notamment en politique. Cet ouvrage collectif met en lumière les transformations à l’œuvre dans une société en profonde mutation et dépourvue de cadres institutionnels traditionnels. Longtemps l’engagement a été envisagé sous la forme de l’adhésion à une grande cause ou à un collectif donnant en retour un sens à la vie de l’individu. Aujourd’hui, on assiste à un renversement des valeurs : les jeunes se mobilisent pour la vie quotidienne et développent de nouvelles formes d’engagement. Leur engagement n’est pas une adhésion mais une forme de consentement au collectif pour mieux réaliser une individualité. Ces formes concrètes de participation sont à relier aussi au processus de « dégagement » d’une certaine jeunesse mise hors jeu en dépit des injonctions de citoyenneté active entretenues par les adultes.

Duru-Bellat Marie, L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie

Paris, Seuil, 2006, 107 p.
Collection « La République des idées »

L’allongement général des études cache bien des disparités, et la course aux diplômes produit des effets pervers, notamment au niveau social. Le modèle idéologique de la méritocratie scolaire permet de défendre les qualifications scolaires comme dispositif de sélection pour les emplois. On assiste à une « démocratisation ségrégative » créant une dichotomie entre filières de formation, et les inégalités sociales d’accès aux diplômes demeurent. Cette réflexion ose lever certains postulats gênants : le développement de l’éducation ne débouche pas sur davantage de mobilité sociale. Cette accumulation de capital humain entraîne des effets divergents suivant les groupes sociaux, notamment dans la sphère du monde du travail.

Flahault Erika (Dir.), L’insertion professionnelle des femmes. Entre contraintes et stratégies d’adaptation

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 266 p.
Collection « Des Sociétés »

Les femmes représentent 46,5 % de la population active et leur présence sur le marché du travail paraît une évidence. Pourtant, des analyses longitudinales des trajectoires professionnelles montrent certes un rapprochement entre les situations d’insertion des jeunes hommes et femmes mais la persistance de phénomènes de ségrégation à l’égard des femmes. Les chercheurs étudient aussi la relation vécue ou anticipée par les femmes entre formation et insertion professionnelle dans des secteurs et des niveaux de formation spécifiques. Puis, ils s’interrogent sur l’articulation entre travail et famille et la difficulté pour elles de trouver la « bonne distance » entre ces deux rôles. Enfin, ils présentent des analyses centrées sur des secteurs d’activités pour faire apparaître les stratégies élaborées par les femmes afin de s’insérer et se maintenir dans l’emploi. Toutes ces contributions, qui proposent une approche plurielle de l’insertion professionnelle des femmes, sont issues du colloque « Femmes et insertion professionnelle » organisé en mai 2004 à l’université du Maine.

Image5

Profession

Aït Abdelmalek Ali, Territoire et profession. Essai sociologique sur les formes de constructions identitaires modernes

Cortil-Wodon, Éditions Modulaires Européennes, 2005, 261 p.
Collection « Sociologie »

L’étude de cas de la modernisation agricole en Bretagne sert de fil conducteur à la réflexion sur les métamorphoses de l’identité moderne. La sociologie rurale offre un cadre thématique à la démarche. Elle illustre l’interdépendance des deux variables identitaires que sont le territoire et la profession. L’étude met à jour les logiques territoriales anciennes et émergentes et démontre l’inexactitude de certains postulats établis en sciences sociales : la profession n’a pas remplacé le territoire et les espaces locaux ne sont pas « morts ». On assiste plutôt à une recomposition des territoires et les identités professionnelles n’ont pas encore pris la place des identités « territoriales » du passé. En effet, tout en se modernisant et en s’européanisant, voire même en se mondialisant, les sociétés contemporaines font renaître les micro-territoires.

Travail

Institut Manpower, Le travail, les Français y croient-ils encore ?

Paris, Éditions d’Organisation, 2005, 211 p.
Collection « Manpower »

Quel est l’image du travail dans notre société ? Les français y croient-ils encore ? L’institut Manpower a demandé à l’IPSOS de réaliser une étude d’opinion auprès des Français pour connaître leurs visions du travail aujourd’hui. Cette étude associe une approche qualitative par la constitution de groupes de neuf personnes d’avis divergents et une approche quantitative par téléphone auprès de 999 salariés. Le point de vue des salariés est complété dans la seconde partie par les interviews de 29 personnalités invitées à expliquer comment le travail s’inscrit dans leur vie. Ces différents témoignages d’acteurs du monde de l’entreprise, de personnalités politiques, d’artistes et de salariés montrent que si les Français ne croient plus au travail, ils s’accordent tous sur l’urgence de lui redonner un sens et une place centrale dans notre société.

Vakaloulis Michel, Jeunes en entreprise publique : les nouveaux embauchés d’EDF et de Gaz de France

Paris, La Dispute, 2005,150 p.

Y a t-il rupture entre les jeunes salariés et les générations précédentes ? L’individualisme ambiant les rendrait-il plus rétifs à l’action collective et l’engagement syndical ? Une enquête sociologique a été menée entre 2001 et 2003 auprès des salariés de l’entreprise publique EDF (Electricité de France) – GDF (Gaz de France), afin de répondre à ces questions. Celle-ci s’est adressée simultanément aux nouveaux embauchés, aux militants syndicaux et aux dirigeants d’entreprise. Bien loin de confirmer l’idée d’une génération résignée, ce regard croisé permet de combiner les visions et les visées des différents acteurs de l’entreprise et de mieux comprendre les aspirations des jeunes et les défis auxquels ils sont confrontés.

Ouvrages à signaler / reçus à la rédaction

Aballéa François, Benjamin Isabelle, Ménard François, Le métier de conseiller(ère) en économie sociale familiale. Professionnalité et enjeux

Paris, Syros, 1999, 179 p., La Découverte, 2006 (3ème éd. act.), 193 p.
Collection « Alternatives sociales »

Aubert France (Coord.), Parcours de femmes : histoires de vie et choix théoriques en sciences sociales

Paris, L’Harmattan, 2005, 249 p.
Collection « Changement social, n° 10 »

Creno-Chaveau Mireille, Morel Franck, Roig Pascal, L’Europe du travail et de l’emploi en 70 fiches : guide pratique des DRH, partenaires sociaux, fonctionnaires, responsables politiques...

Rueil-Malmaison, Éditions Liaisons, 2006, 371 p.
Collection « Liaisons sociales »

Darnil Sylvain, Le Roux Mathieu, 80 hommes pour changer le monde. Entreprendre pour la planète

Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 2005, 282 p.

Dutheillet de Lamothe Olivier, Politique de l’emploi et dynamique des entreprises

Paris, Éditions Liaisons, 2006, 180 p.

Groulx Lionel-Henri, Revenu minimum garanti : comparaison internationale, analyses et débats

Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005, 360 p.
Collection « Problèmes sociaux et interventions sociales »

Lainé Alex, VAE, quand l’expérience se fait savoir : l’accompagnementen validation des acquis

Ramonville-Saint-Agne, Érès, 2005, 295 p.
Collection « Trames »

Latger Hélène (Coord.), Wagniart Jean-François, Enseignement en Europe. Des femmes sans Histoire ?

Paris, Éditions Syllepse/Nouveaux regards, 2005, 128 p.
Collection « Comprendre et agir »

Lesemann Frédéric, Ulysse Pierre-Joseph, Citoyenneté et pauvreté. Politiques, pratiques et stratégies d’insertion en emploi et de lutte contre la pauvreté

Sainte-Foy, Presses universitaires du Québec, 2004, 307 p.
Collection « Problèmes sociaux, interventions sociales »