Navigation – Plan du site
Lectures

Lectures

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot
p. 95-103

Plan

Haut de page

Texte intégral

Accès à l’emploi et insertion

Devenir adulte : sociologie comparée de la jeunesse en Europe

Velde Cécile Van de
Paris, PUF, 2008, 278 p.
Collection « Le lien social »

1Comment devenir adulte en Europe aujourd’hui ? La diffusion, à toutes les générations, de la mobilité professionnelle, conjugale, résidentielle rend obsolète l’idée que l’âge adulte est caractérisé par sa stabilité. Au-delà de l’idée de l’allongement de la jeunesse en Europe, cette étude sociologique du traitement et des représentations de la jeunesse au Danemark, au Royaume-Uni, en France et en Espagne montre l’importance de l’empreinte des sociétés sur les parcours de vie et sur les définitions même de l’adulte. À travers l’analyse d’itinéraires de jeunesse dans ces différents pays, associée à une approche statistique, quatre formes du devenir adulte sont proposées : se trouver, s’assumer, se placer, s’installer. Même si ces quatre modèles de trajectoire existent à des degrés divers partout en Europe, l’environnement politique et sociétal de chacun des pays favorise l’un ou l’autre de ces types de passages à l’âge adulte.

Emploi

Figures du salariat. Penser les mutations du travail et de l’emploi dans le capitalisme contemporain

Boulayoune Ali, Jacquot Lionel et alii
Paris, L’Harmattan, 2007, 214 p.
Collection « Le Forum, IRTS Lorraine »

2Faisant le pari d’une sociologie critique, l’ouvrage analyse le rapport salarial comme forme institutionnelle centrale du capitalisme. Il considère la relation entre la sociologie du travail et la sociologie du capital, afin de rendre possible la conciliation de l’analyse compréhensive du travail que proposent la sociologie classique française et l’analyse marxiste du capital. Il offre une approche anthropologique de la société capitaliste à partir des différentes dimensions du travail salarié qui la structurent. Ainsi les auteurs se livrent-ils à un  examen critique de l’apport de la sociologie à la compréhension du travail à partir de recherches sur la massification du chômage, le processus d’institutionnalisation du travail intérimaire, la condition des cadres et les modèles productifs. Ils expliquent en quoi les transformations du travail affectent en profondeur la sociologie du travail comme discipline académique. L’histoire de la sociologie du travail sert de base à l’approche théorique.

Les agences privées de l’emploi : conseil, intérim
et outplacement

Gallouj Camal
Paris, L’Harmattan, 2008, 186 p.
Collection « L’esprit économique. Économie et innovation »

3Entrant dans le cadre des services aux entreprises, les agences privées de l’emploi correspondent à des prestations de consultants spécialisés en ressources humaines. Ces prestataires jouent un rôle central, non seulement dans l’amélioration de la flexibilité du système productif, mais également dans la diffusion, au sein des firmes clientes, d’un certain nombre de règles et modes de comportement en matière d’emploi. Ils ont connu, depuis 1980 un fort développement ainsi que des mutations de leurs produits et prestations. L’ouvrage, composé de trois chapitres, revient sur leurs principales caractéristiques et analyse en détail leurs logiques de fonctionnement ainsi que les transformations qui les affectent. Le premier chapitre est consacré aux conseils en recrutement. Le deuxième traite du reclassement et de l’outplacement. Quant au dernier chapitre, il s’attache particulièrement aux transformations du travail temporaire, en termes d’organisation et du marché du travail, de qualifications ou compétences requises liées notamment à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information.

Femmes et hommes, regards sur la parité. Édition 2008

Chambaz Christine (Coord.), Djider Zohor (Coord.), Vanovermeir Solveig (Coord.) et alii
Paris, INSEE, 2008, 238 p.
Collection « Insee – Références »

4En 2008, peut-on parler de parité ? Cette étude, consacrée à la situation des hommes et des femmes en France, met en évidence une persistance des inégalités dans l’emploi, la démographie, la santé… Bien qu’ayant globalement de meilleurs résultats scolaires, les femmes rencontrent plus de difficultés face à l’emploi. Le taux d’activité moyen des femmes entre 25 et 59 ans est en nette augmentation, mais elles sont plus touchées par le chômage et l’écart salarial entre les sexes est d’au moins 23 %. 30,9 % des femmes salariées travaillent à temps partiel contre seulement 6 % des hommes. Cette édition traite aussi des inégalités entre les hommes et les femmes pour l’attribution des cartes de séjours, des risques professionnels et de l’influence du milieu social sur la consommation d’alcool, tabac… Enfin, des fiches thématiques font le point en matière de famille, santé, éducation et loisirs.

   

La fuite des cerveaux : exil forcé ou exil doré ?

Bernard-Grouteau Anne
Paris, Ellipses Édition Marketing, 2007, 188 p.
Collection « Transversale, Débats »

5Les enjeux de la fuite des cerveaux peuvent s’interpréter de façon différente, s’il s’agit du pays de départ ou d’accueil, de mondialisation du savoir ou de celui des individus, des motivations de l’exil ou encore des conditions de travail. Différentes études de cas illustrent les motivations individuelles d’une part, mais aussi les politiques publiques et les stratégies des chercheurs ou des scientifiques d’autre part. L’augmentation du phénomène au niveau mondial suscite l’inquiétude mais a-t-il une incidence sur l’amélioration de la circulation des savoirs ou contribue-t-il à piller les compétences des pays de départ ? Finalement, il est important d’observer quels sont les avantages et les inconvénients réels liés à ces échanges de cerveaux entre les pays de départ et d’accueil. L’auteur analyse les facteurs de cette mobilité du savoir et démontre qu’il ne s’agit pas seulement d’une mobilité géographique mais que celle-ci peut avoir aussi un impact sur le développement en termes de transfert des compétences.

   

La mondialisation au risque des travailleurs

Baumann Eveline (Dir.), Bazin Laurent (Dir.), Ould Ahmed Pépita (Dir.) et alii
Paris, L’Harmattan, 2007, 290 p.

6Cet ouvrage collectif, qui analyse les conséquences de la globalisation de l’économie sur les travailleurs, rassemble les contributions d’anthropologues, d’économistes et de sociologues. En tant que fait social total, la mondialisation justifie en effet un examen pluridisciplinaire. Les études présentées s’appuient sur des démarches et outils propres à chaque discipline et portent sur des aires géographiques et culturelles variées. Toutes cependant convergent dans leur constat des conséquences négatives, sur les travailleurs, de l’évolution des systèmes économiques contemporains.

Entreprise

Travailler c’est lutter. Politiques de modernisation et engagements des sciences sociales

Mispelblom Beyer Frederik
Paris, L’Harmattan, 2007, 213 p.

7Le moteur de l’activité économique n’est ni économique, ni financier mais politique. Tel est le message central que nous livre cet ouvrage constitué de textes rédigés indépendamment les uns des autres et réunis ici sous forme de chapitres. L’ouvrage tend avant tout à démontrer que les dimensions politiques de l’activité productive ne sont pas le seul fait des cadres dirigeants mais qu’elles caractérisent également le travail ordinaire, le travail des salariés de base. Car travailler, c’est non seulement produire mais c’est aussi lutter, lutter par exemple contre les cadences et l’usure ou même contre sa propre envie de baisser les bras. L’auteur entend ainsi redonner au travail ordinaire ses lettres de noblesse, sa grandeur, son caractère de lutte existentielle.

La fonction ressources humaines stratégique

Gebel Hélène
Paris, L’Harmattan, 2008, 230 p.
Collection « Ressources humaines, Niveau 3,
Inter-National »

8Cet ouvrage, issu d’un mémoire de fin d’études de l’Institut d’études politiques de Strasbourg, retrace l’évolution de la fonction ressources humaines depuis une trentaine d’années. L’auteur analyse la dimension stratégique que cette fonction a acquise, ces dernières années, à partir d’une revue de la littérature. Elle présente ensuite l’enquête qu’elle a menée auprès de vingt-trois  professionnels en ressources humaines afin de vérifier comment la dimension stratégique de la fonction ressources humaines a été comprise, acceptée et mise en œuvre. L’analyse des observations montre que les comportements des professionnels changent, et donne des indications sur le devenir de cette fonction.

Formation

Lieux de savoir. Espaces et communautés

Jacob Christian (Dir.)
Paris, Éditions Albin Michel, 2007, 1277 p.

9À mi-chemin entre l’histoire et l’anthropologie, cette somme, qui peut s’apparenter à une encyclopédie, propose d’explorer la diversité des formes de savoir à travers les cultures et les époques. Cette cartographie des savoirs s’inscrit à travers leurs disciplines d’analyse, qu’il s’agisse de l’histoire sociale, de l’anthropologie, de la géographie, de l’ethnographie, de l’histoire des religions, de la philologie, de l’épigraphie ou encore de la sociologie des sciences… Ces lieux de savoirs sont produits par un collectif de chercheurs qui refuse de se laisser enfermer dans une approche disciplinaire ou académique figée, s’inscrivant clairement dans le sillage de Michel de Certeau. Leur approche est fondée sur les croisements, les nœuds, les réseaux, une démarche résolument ouverte et interdisciplinaire qui permet de circuler à travers les cultures, les lieux et l’histoire.

Les environnements d’apprentissage

Blandin Bernard
Paris, L’Harmattan, 2007, 260 p.
Collection « Action & savoir – Parcours »

10À partir du parcours personnel de formation et de l’expérience professionnelle accumulée par l’auteur, cet ouvrage décrit les environnements d’apprentissage définis comme les éléments délimitant les contours et les composants d’une situation au cours de laquelle il est possible d’apprendre, de mettre en œuvre un processus de changement des conduites et /ou des connaissances. La première partie traite des travaux de l’auteur concernant la compréhension des environnements d’apprentissage et la seconde aborde leur construction. Plusieurs questionnements liés aux notions de transferts ou de généralisations des connaissances sont à l’origine de cet ouvrage, comme par exemple : pourquoi les objets techniques sont-ils adoptés rapidement par certaines personnes et pas par d’autres ? Pourquoi les pratiques innovantes sont-elles abandonnées par les   organisations après qu’elles ont  démontré leur efficacité ?

Conflits de savoirs en formation des enseignants : entre savoirs issus de la recherche et savoirs issus de l’expérience

Perrenoud Philippe (Dir.), Altet Marguerite (Dir.), Lessard Claude (Dir.) et alii
Bruxelles, De Boeck, 2008, 274 p.
Collection « Perspectives en éducation et formation »

11Cet ouvrage, qui rassemble les contributions de chercheurs francophones, analyse les relations, souvent conflictuelles, parfois inexistantes, entre savoirs théoriques et savoirs issus de la pratique dans le champ de la formation des enseignants. La première partie propose un éclairage théorique à partir des cadres d’analyses des sciences de l’éducation et des sciences de l’action et du travail. Dans une deuxième partie, les auteurs examinent les relations entre acteurs individuels ou collectifs et leurs rapports aux savoirs. Enfin, la troisième partie présente quelques dispositifs originaux en formation d’enseignants ou de formateurs d’enseignants.

Profession

Histoire de la formation des enseignants en France. (xixe-xxe siècles)

Condette Jean-François
Paris, L’Harmattan, 2007, 354 p.
Collection « Histoire et mémoire de la formation »

12La prise de conscience des enjeux de la formation des enseignants n’est pas un phénomène récent. Sous l’Ancien Régime, déjà, le clergé se préoccupait de former de bons maîtres capables d’expliquer les textes bibliques aux enfants. Mais il faut attendre le xixe siècle pour les maîtres du primaire, et le xxe siècle pour le secondaire, pour que ce souci de formation se concrétise réellement. À la lumière de nombreux documents originaux, cet ouvrage retrace l’histoire de la formation initiale des enseignants en France, depuis le début du xixe siècle jusqu’à la période actuelle, afin de rendre compte des évolutions concrètes de cette formation à travers le temps.

Quel marché du travail en agriculture, en agro-alimentaire et en environnement pour les techniciens, les ingénieurs et les cadres ?

Rapiau Marie-Thérèse, Rimlinger Stéphane, Stephan Nelly
Paris, L’Harmattan, 2008, 330 p.
Collection « Logiques sociales »

13L’étude porte sur l’analyse du marché du travail dans trois secteurs d’activité : l’agriculture, les industries agro-alimentaires et l’environnement, et souligne les besoins en main-d’œuvre. Une première partie situe le contexte de l’étude, précise les partenariats et les sources statistiques. Une deuxième partie décrit l’appareil productif à l’aide de données de cadrage sur les entreprises et les établissements de ces différents secteurs d’activité, leur localisation, les profils des salariés et le marché de l’emploi. Une troisième partie s’attache à l’analyse régionale de l’appareil productif et des emplois. Enfin, la quatrième partie s’intéresse aux compétences des ingénieurs en industrie agro-alimentaire et tout particulièrement à une étude conduite sur la Bourgogne.

Chantier interdit au public : enquête parmi les travailleurs du bâtiment

Jounin Nicolas
Paris, La Découverte, 2008, 275 p.
Collection « Textes à l’appui. Enquêtes de terrain »

14Le quotidien du travail sur les chantiers du bâtiment est aussi dur qu’obscur. C’est ce que montre cette enquête menée durant une année par l’auteur, chercheur en sociologie et immergé volontairement en tant qu’ouvrier dans le monde du béton armé parisien. Rédigeant au jour le jour ses notes de terrain, il nous fait part de ses observations en reprenant, chapitre par chapitre, la chronologie de son insertion progressive dans le bâtiment. On découvre ainsi les réalités de cet univers méconnu : recours croissant à la sous-traitance et à l’intérim, pratiques illégales d’employeurs, loyautés incertaines, résistances, pénibilité, précarité, racisme, discriminations…

   

La subjectivité du chercheur en sciences humaines

Arino Martine
Paris, L’Harmattan, 2007, 223 p.

15Lorsqu’il produit des connaissances, quelle est l’implication du chercheur mobilisant la sémiologie peircienne ? Cette thèse en sciences de l’information et de la communication observe l’objectivation du chercheur en sciences humaines dans le cadre de la dialectique objectivité et subjectivité. Elle analyse la subjectivité comme tension vers l’objectivité. Une analyse phénoménologique couplée à une pratique du terrain permet de mettre en évidence qu’au-delà de la triade composée des sentiments du chercheur, de l’attention portée aux faits et de la volition, la problématique de l’implication se situe dans la connexion signe-objet.

   

Les cadres à l’épreuve : confiance, méfiance, défiance

16Pichon Alain
Paris, PUF, 2008, 239 p.
Collection « Sciences sociales et sociétés »

17L’évolution des relations entre les cadres et leur entreprise, la transformation de leurs identités et de leurs modes d’implication, la place qu’ils occupent dans la délégation, sont au cœur de l’ouvrage. La première partie est consacrée à l’analyse des données et études statistiques produites par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) et par l’Association pour l’emploi des cadres (APEC). Elle traite de l’évolution du groupe depuis 1962, de ses effectifs à partir des catégories socioprofessionnelles et des familles d’activités professionnelles. Elle analyse ensuite la situation présente des grandes familles cadres selon les secteurs, autour des questions d’emploi, de statut, fonctions et profils, dont la féminisation des métiers, le temps partiel, etc. Elle inclue également la sortie de l’emploi et du chômage. La deuxième partie, qualitative, concerne les résultats d’une recherche auprès de cadres aux profils variés. Elle s’attache à rendre compte du passage de la rationalité technique à la rationalité gestionnaire, en mettant au jour les tensions qui se dégagent, tant pour le système productif que pour les cadres âgés confrontés aux effets du changement. Elle examine par ailleurs les postures de scepticisme dans l’implication à l’emploi ou les différenciations entre générations, leurs pratiques et leurs identités. Enfin, elle dresse un bilan des liens entre les cadres et leurs entreprises.

    

Être e-DRH : postmodernité, nouvelles technologies et fonctions RH

Silva François
Paris, Liaisons, 2008, 255 p.
Collection « Entreprise et carrières »

18Le développement des nouvelles technologies génère des changements en profondeur dans la vie professionnelle et l’organisation du travail. Une société postmoderne est en train d’émerger. Mais ces transformations s’inscrivent dans la durée et doivent être socialement acceptables pour être intégrées par l’ensemble des salariés. C’est pourquoi la fonction Ressources Humaines (RH) est au cœur de ces mutations : elle doit à la fois anticiper, comprendre et accompagner ces changements. Pour répondre à ce redéploiement de la fonction de RH et à ses nouvelles missions organisationnelles, l’ouvrage donne des éclairages sur les nouvelles formes d’organisation du travail et sur l’émergence de cet environnement complexe.

Travail

Emploi et travail : le grand écart

Piotet Françoise
Paris, Armand Colin, 2007, 265 p.
Collection « Sociétales »

19Travail et emploi sont deux notions à la fois distinctes et étroitement imbriquées. En s’appuyant sur les apports de la recherche et sur des données statistiques, l’auteur retrace leur évolution depuis 30 ans. Elle montre comment les changements intervenus dans les conditions d’emploi (raréfaction et précarisation) et le passage d’une économie industrielle à une économie de service, dans laquelle le client est central, ont influencé les modes d’organisation des entreprises et les conditions de travail. L’instabilité des organisations induit un sentiment d’insécurité chez les salariés, le travail est plus autonome mais également plus contrôlé et soumis à une exigence de qualité, les frontières entre temps de travail et temps privé s’estompent, le développement du temps partiel entraîne des horaires plus irréguliers, la division sexuelle des emplois persiste, tandis que de nouveaux risques et pathologies liés au travail apparaissent (harcèlement moral, épuisement professionnel, troubles musculo-squelettiques). L’auteur aborde également les conséquences de ces évolutions sur les relations sociales dans l’entreprise, soulignant la faiblesse de trois institutions clés du système de régulation (les syndicats, l’inspection du travail et la médecine du travail), ainsi que les politiques de rémunération, c’est-à-dire le prix de l’emploi, qui ne correspond pas nécessairement à la valeur du travail.

    

La question des compétences sociales et relationnelles : points de vue de praticiens

Thiberge Bruno (Dir.)
Paris, L’Harmattan, 2007, 220 p.

20Face à l’émergence et au développement de la notion de compétences sociales et relationnelles, un groupe de travail pluridisciplinaire en propose plusieurs regards à partir de leurs expériences de terrain. Après une approche historique, cette notion est définie à travers son rôle et sa régulation dans les entreprises. Des responsables de ressources humaines et des spécialistes de cabinets d’outplacement montrent in situ la complexité de la prise en compte de ces nouvelles compétences par les cadres dirigeants et en particulier dans les organisations par projet. Des chercheurs et des responsables de formation insistent aussi sur l’importance de leur prise en compte dans l’enseignement. Ces compétences sociales et relationnelles apparaissent donc centrales dans la nouvelle organisation du travail et doivent être valorisées dès la formation initiale.

A signaler

Un panorama de la socio-économie française

Convert Bernard,
Jany-Catrice Florence, Sobel Richard (Coord.)
Revue française de socio-économie, premier semestre, 2008, n° 1,
pp. 3-219

    

21La Revue française de socio-économie (RFSE) est une nouvelle revue pluridisciplinaire publiée par les éditions La Découverte. Elle vise à publier des travaux qui contribuent à une meilleure connaissance des pratiques économiques concrètes, au carrefour des sciences sociales de l’économie. Ce premier numéro cherche à développer une connaissance économique s’appuyant sur une collaboration transdisciplinaire et à contribuer à la compréhension effective des économies modernes dans toutes leurs dimensions sociales.

Dico de la formation continue

22Hellouin Valérie, Boulnois Elisabeth, Chevallier Claire et alii
Paris, Dunod, 2007, 239 p.
Collection « Formation pro »

Les compétences managériales.
Enjeux et réalités

23Dupuich-Rabasse Françoise (Dir.)
Paris, L’Harmattan, 2007, 313 p.
Collection « Entreprises et management »

Les universités et l’innovation : l’enseignement
et la recherche dans l’économie des connaissances

24Jorda Henri (Dir.)
Paris, L’Harmattan, 2007, 144 p.
Collection « Marché & organisations, Cahiers d’économie et de gestion de la Côte d’Opale »

Reconnaissance, validation et expérience. Pratique de la VAE, RAEP et autres validations d’acquis.

25Pirot Marie-Clotilde
Paris, Presses universitaires du Septentrion, 2008, 258 p.
Collection « Guides pratiques, acquis de l’expérience, n° 1077 »

Risques et enjeux de l’interaction sociale

26Stébé Jean-Marc
Paris, Lavoisier, 2008, 107 p.
Collection « SRD sciences du risque et du danger, série Notes de synthèse et de recherche »

La catastrophe d’AZF. L’apport des sciences humaines et sociales

27Terssac Gilbert de (Coord.), Gaillard Irène (Coord.)
Paris, Éditions TEC & DOC/Lavoisier, 2008, 276 p.
Collection « SRD, sciences du risque et du danger, série Références »

Au-delà du stress au travail :
une sociologie des agents publics au contact des usagers

28Buscatto Marie (Dir.), Loriol Marc (Dir.), Weller Jean-Marc (Dir.)
Paris, Erès, 2008, 287 p.
Collection « Clinique du travail »

Évaluation du personnel : histoire d’une mal-posture

29Reyre Gérard
Paris, L’Harmattan, 2007, 242 p.
Collection « Entreprises & management »

Les nouvelles politiques éducatives : la France fait-elle les bons choix ?

30Mons Nathalie
Paris, PUF, 2007, 202 p.
Collection « Éducation et société »

Vies de cadres : vers un nouveau rapport au travail

31Roussel Éric
Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 265 p.
Collection « Le sens social »

La vie verbale au travail. Des manufactures aux centres d’appels

32Boutet Josiane
Toulouse, Octarès, 2008, 198 p.
Collection « Travail & activité humaine »

Le métier de sociologue en France depuis 1945. Reconnaissance d’une discipline

33Houdeville Gérald
Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 323 p.
Collection « Le sens social »

France, l’introuvable dialogue social

34Jacquier Jean-Paul
Rennes, PUR, 2008, 121 p.

Comprendre et organiser. Quels apports des sciences humaines et sociales ?

35Sardas Jean-Claude (Dir.), Giauque David (Dir.), Guenette Alain-Max (Dir.)
Paris, L’Harmattan, 2008, 550 p.
Collection « Conception et Dynamique des organisations »

Les universitaires

36Musselin Christine
Paris, La Découverte, 2008, 119 p.
Collection « Repères/Sociologie, n° 513 »

La sociopsychanalyse de Gérard Mendel : autorité, pouvoirs et démocratie dans le travail

37Rueff-Escoubes Claire
Paris, La Découverte, 2008, 235 p.
Collection « Entreprise et société »

Assurance qualité externe dans l’enseignement supérieur : les options

38Martin Michaela, Stella Antony
Paris, Institut international de planification de l’éducation-Unesco, 2008, 123 p.
Collection « Principes de la planification de l’éducation, n° 85 »

L’enseignement supérieur au Portugal

39OCDE – Organisation de coopération et de développement économiques
Paris, OCDE, 2007, 190 p.
Collection « Examens des politiques nationales d’éducation »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi, 102 | 2008, 95-103.

Référence électronique

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Isabelle de Lassus, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi [En ligne], 102 | avril-juin 2008, mis en ligne le , consulté le 23 octobre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/2329

Haut de page

Auteurs

Marie Baudry de Vaux

Articles du même auteur

Sylviane Ceccaldi

Articles du même auteur

Isabelle de Lassus

Articles du même auteur

Nathalie Leménager

Articles du même auteur

Magali Thévenot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page