Navigation – Plan du site
Dossier : Immigration et marché du travail

Bibliographie

Sylviane Ceccaldi
p. 111-118

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Bibliographie sélective sur « les discriminations. » Les références ont été sélectionnées à partir de 1997 et sont classées par ordre chronologique puis par ordre alphabétique d’auteur. Les résumés proviennent de la base documentaire du Céreq ou ont été fournis par certains éditeurs.

Texte intégral

Jeunes issus de l’immigration. De l’école à l’emploi

Aubert France (Dir.), Tripier Maryse (Dir.), Vourch François (Dir.),
Paris, L’Harmattan, 1997, 272 p.

1Actuellement en France, il existe peu de travaux concernant l’insertion des jeunes d’origine étrangère sur le marché du travail. Lors d’un colloque, différents spécialistes en sciences sociales comme en économie ont mis leurs savoirs à contribution afin de produire un état des lieux de la situation actuelle concernant ces jeunes. Ce travail est enrichi de comparaisons internationales. Les questions soulevées telles que : égalité des chances, intégration ou discrimination dès la scolarité, paraissent être des interrogations de fond quant aux politiques sociales et à l’emploi futur. (résumé Céreq)

Immigration et intégration, l’étatdes savoirs

Dewitte Philippe (Dir.)
Paris, La Découverte, 1999, 443 p.
Collection « Textes à l’appui, série L’état des savoirs »

2Les questions relatives à l’immigration et à l’intégration font aujourd’hui l’objet de débats pour le moins confus. Pourtant, l’éventail des connaissances concernant ces sujets est désormais assez large, fiable et précis pour que les amalgames, les idées reçues et autres contre-vérités n’aient plus cours. Les auteurs de cet ouvrage collectif, venus de tous les horizons, présentent ainsi un panorama complexe et nuancé de l’immigration en France, hors des modes intellectuelles et des polémiques stériles. La première partie du volume revient sur les concepts de base et la terminologie, afin de comprendre et d’expliquer les dynamiques sociales de l’exil et de l’expatriation. Car le rapport entre l’immigration – mouvement de populations par définition transitoire – et l’intégration – processus social, économique, politique, culturel et même psychologique – n’est pas automatique : l’immigration ne débouche pas toujours sur l’intégration, et celle-ci ne concerne pas les seuls immigrés et étrangers. Après un inventaire pluridisciplinaire des populations immigrées résidant en France, des processus d’intégration à l’œuvre, ainsi que des obstacles qui les freinent ou les contrecarrent, les deux dernières parties abordent les politiques publiques et les débats concernant l’entrée sur le territoire et l’installation de populations qui, pour l’essentiel, ne repartiront pas. (résumé éditeur)

L’intégration des jeunes d’origine étrangère dans une société en mutation. L’insertion scolaire, socioculturelle et professionnelle en Belgique francophone

Feld Serge, Manco Altay
Paris, L’Harmattan, 2000, 216 p.

3Les trajectoires d’insertion socioprofessionnelle des jeunes issus des différents groupes immigrés, en Belgique francophone, sont analysées et décrites grâce à l’enquête menée par le Groupe de recherches économiques et sociales sur la population de l’université de Liège. L’investigation, qui porte sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes, tente de mettre en évidence les facteurs déterminants de cette insertion : facteurs scolaires, familiaux, géographiques, socio-économiques ou culturels. On constate alors que le niveau de scolarité des jeunes s’est considérablement amélioré par rapport au niveau de formation de leurs parents mais que leur statut en revanche n’a guère évolué ; en effet, parents et enfants conservent le même statut socioprofessionnel. (résumé Céreq)

Des jeunes dans la discrimination

Rebzani Mohammed
Paris, PUF, 2002, 191 p.
Collection « Sociologie d’aujourd’hui »

4La situation des jeunes d’origine non européenne est un sujet qui préoccupe la société française. En effet, malgré quelques indicateurs d’intégration progressive liés à l’adoption de la langue ou de la nationalité françaises et quelques cas de réussite dans les milieux de la culture ou du sport de haut niveau, ces jeunes rencontrent des obstacles à leur insertion professionnelle. Dans un contexte de chômage généralisé, le but de l’ouvrage est de mettre l’accent, précisément en raison de sa spécificité et des difficultés qui en découlent, sur cette partie de la jeunesse. L’analyse s’appuie, de manière approfondie, sur les quatre thèmes suivants : la présentation sociologique des jeunes d’origine non européenne, les conditions d’emploi et le chômage, la discrimination ethnique à l’embauche, et enfin les mécanismes psychosociaux à l’œuvre dans cette discrimination. (résumé Céreq)

L’insertion des jeunes d’origine étrangère

Viprey Mouna (Rapp. )
Paris, Conseil économique et social (CES), 2002, 141 p.

5De très nombreux jeunes d’origine étrangère se trouvent aujourd’hui exclus des différentes sphères d’intégration sociale, économique et culturelle. D’autres déterminants, notamment sociaux, y contribuent fortement. L’étude du Conseil économique et social vise à mettre en lumière et à comprendre les causes et les conséquences des spécificités des trajectoires scolaires, professionnelles, sociales et citoyennes de ces jeunes, qu’ils soient étrangers ou français issus de parents immigrés. (résumé Conseil économique et social)

Secondas-Secondos. Le processus d’intégration des jeunes adultes issus de la migration espagnole et italienne en Suisse

Bolzman Claudio, Fibbi Rosita, Vial Marie et alii
Zürich, Éditions Seismo, Sciences sociales et problèmes de société, 2003, 240 p.
Collection « Cohésion sociale et pluralisme culturel »

6Les filles et les fils des « travailleurs étrangers » des années 50 et 60 sont désormais adultes. Que sont-ils devenus ? D’aucuns pensaient qu’ils ne seraient pas « à leur place » en Suisse, du fait de leur différence culturelle ou de leurs origines modestes. Cette étude tente de comprendre comment ils ont pris pied dans la vie sociale suisse, en décrivant leurs trajectoires de mobilité sociale et les formes d’identité culturelle qu’ils élaborent. En comparant leurs parcours à ceux de leurs parents, l’étude témoigne de l’importance de la mobilité sociale de cette population qui accède à des positions qualifiées sur le marché du travail. S’ils sont relativement nombreux à se naturaliser, ces jeunes adultes s’inspirent néanmoins largement de leurs doubles références pour se construire une identité sociale qui combine intégration et différence dans des synthèses identitaires nouvelles. (résumé éditeur)

Les discriminations des jeunes d’origine étrangère dans l’accès à l’emploi et l’accès au logement

Freyssinet Jacques (Dir.)
Paris, La Documentation française, 2003, 247 p.
Collection « Études et recherches »

7L’égalité des jeunes Français vis-à-vis de l’accès à l’emploi ou au logement est-elle la même, quel que soit leur statut social ? Ou bien être enfant d’immigré condamne-t-il à stationner aux portes de l’entreprise, ou à ne pouvoir habiter qu’en HLM ? Avant de l’affirmer, il faut pouvoir l’observer à partir de données objectives. Car si les mécanismes d’éviction existent, ils sont moins le résultat de comportements racistes manifestes ou de pratiques discriminatoires délibérées que les conséquences de la surreprésentation des jeunes d’origine étrangère dans les circuits sans issue. (résumé Documentation française)

Emploi, migration et genre. Des années 1950 aux années 1990

Merckling Odile
Paris, L’Harmattan, 2003, 356 p.
Collection « Logiques sociales »

8Cet ouvrage propose une étude comparative de l’insertion professionnelle des salariés de diverses nationalités et générations issues de l’immigration. Il met en évidence une stratification de la population active et brosse ainsi un tableau des différents modes d’intégration. Ces travailleurs appartiennent à un salariat précaire qui s’exerce le plus souvent dans le commerce ou les services. Cependant, l’emploi de femmes, élément essentiel de flexibilité, reste concentré dans un petit nombre d’activités. Un regard historique sur la constitution de la population active en France au cours de la seconde moitié du 20e siècle fait apparaître, parmi d’autres phénomènes majeurs, l’arrivée sur le marché du travail de vagues successives d’immigrants. La prise en compte de la présence féminine dans les courants migratoires – si on ne la cantonne pas au seul rôle familial – modifie la perspective des recherches dans ce domaine. L’entrée en activité progressive des femmes immigrées favorise un processus d’assimilation, un accès à l’autonomie de ces femmes, ainsi qu’une remise en question des « valeurs traditionnelles » du groupe. (résumé éditeur)

Les migrations et la Suisse. Résultats du Programme national de recherche « Migrations et relations interculturelles »

Wicker Hans-Rudolf (Dir.), Fibbi Rosita (Dir.), Haug Werner (Dir.) et alii
Zurich, Éditions Seismo, Sciences sociales et problèmes de société, 2003, 566 p.
Collection « Cohésion sociale et pluralisme culturel »

9Le Programme national de recherche 39 (PNR 39) avait pour objectif de mieux comprendre la complexité des phénomènes de migrations et de relations interculturelles. Cet ouvrage réunit un certain nombre de résumés tirés du large éventail de travaux de recherches effectués dans le cadre de ce programme, tenant de domaines variés tels que l’histoire, la sociologie, l’économie, la politologie, la pédagogie, la jurisprudence, la médecine et l’ethnologie de la médecine. Chacun apporte son éclairage particulier sur les questions liées aux migrations et à l’intégration. L’ensemble présente l’état des recherches poursuivies dans les différentes disciplines sur les questions liées aux migrations. Enfin, la réunion des résultats de recherches issues de disciplines différentes, en offrant une vision d’ensemble de la politique de migration pratiquée dans le passé, permet également d’agir sur les décisions actuelles et à venir. (résumé éditeur)

Actes du colloque « Le devenir des enfants de familles défavorisées en France ».

1er Avril 2004, organisé par le Conseil de l’emploi des revenus et de la cohésion sociale (CERC)
Paris, Carré des Sciences, 2004, 546 p.

10Autour de nombreux articles sur le devenir des enfants d’origine étrangère, on trouve dans cette session les trois titres suivants : le devenir des enfants des immigrés, quelques éléments pour une vue d’ensemble ; l’insertion des jeunes issus de l’immigration : métiers occupés, trajectoires scolaires et professionnelles ; structure familiale et réseaux de sociabilité des personnes immigrées et issues de l’immigration. (résumé Céreq)

Des entreprises aux couleurs de la France. Minorités visibles : relever le défi de l’accès à l’emploi et de l’intégration dans l’entreprise. Rapport au Premier ministre

Bébéar Claude
Paris, La Documentation française, 2004, 141 p.
Collection des « rapports officiels »

11Lever les obstacles à l’emploi et à l’intégration dans les entreprises pour les « minorités visibles », tel est l’objectif de ce rapport. Les difficultés sont multiples : un taux de chômage plus élevé de la population des quartiers en difficulté ; un potentiel de main-d’œuvre, au sein des minorités, sous-utilisé ou inadapté aux exigences du marché du travail dans un contexte paradoxal de manque de main-d’œuvre ; une discrimination, liée à l’origine sociale et à la localisation géographique, qui commence dès l’école primaire ; une faible incitation à l’activité qui contribue à la non-participation de certains individus au marché du travail ; une discrimination persistante au sein de l’entreprise associée à un manque de visibilité statistique concernant cette discrimination. Les propositions présentées dans le rapport sont de deux ordres. Certaines relèvent de l’entreprise seule, comprise au sens large (ses dirigeants, ses salariés, ses partenaires sociaux). Elles ont pour but soit de rétablir l’égalité des chances pour les personnes qualifiées et/ou diplômées issues des minorités visibles, quel que soit leur âge, soit d’élargir le vivier des futures élites entrepreneuriales et professionnelles, notamment en diversifiant l’accès aux grandes écoles. D’autres relèvent d’une action concertée entre entreprises et pouvoirs publics (État et collectivités locales) ; elles devraient permettre de résorber, ou de prévenir, des inégalités résultant d’une absence de qualification. (résumé Documentation française)

Partir ou rester ? Destinées des jeunes issus de l’immigration étrangère en France

Richard Jean-Luc
Paris, Presses universitaires de France, 2004, 258 p.
Collection « Le lien social »

12Un départ durable vers l’étranger ou l’intégration dans la société française sont les deux principales alternatives caractérisant les trajectoires de nos concitoyens, en particulier de ceux dont les histoires familiales ou individuelles se sont caractérisées par des migrations. Un nombre d’ailleurs important d’enfants d’immigrés ayant vécu en France l’ont quittée, pour vivre ailleurs, souvent dans le pays d’origine des parents. Cependant, parmi les personnes issues des familles où les parents sont ou furent des immigrés, une large majorité des jeunes adultes s’établissent définitivement en France. Par un cheminement quasi chronologique, ce livre étudie leurs cursus scolaires, leurs rapports à la citoyenneté, leurs choix de vie familiaux, la fécondité des femmes, les situations d’activité, d’inactivité ou de recherche d’emploi. La présence et l’intégration des personnes provenant de pays étrangers ou issues de l’immigration sont toujours l’objet d’interrogations et de controverses, au point d’être devenues, dans la société française, un des thèmes majeurs des débats sociaux et politiques. Pourtant, les études consacrées aux fils et filles d’immigrés en France, et fondées sur des données fiables, sont demeurées peu nombreuses. L’apport des données longitudinales, qui permettent d’étudier les trajectoires et les départs hors de France, permet les analyses totalement inédites proposées dans ce volume. (résumé éditeur)

Femmes d’origine étrangère. Travail, accès à l’emploi, discriminations de genre

Roulleau-Berger Laurence (Dir.), Lanquetin Marie-Thérèse (Dir.)
Paris, La Documentation française, 2004, 176 p.
Collection « Études et recherches »

13En dépit d’un niveau de qualification professionnelle souvent élevé ou d’un parcours universitaire classique, les femmes françaises d’origine étrangère se heurtent souvent encore à de multiples difficultés pour simplement exercer leurs compétences sans déqualification professionnelle, quand elles n’ont pas à subir de longues périodes de chômage, un travail à temps partiel ou de laborieuses mesures d’insertion qui en disent long sur le degré de discrimination dans notre société ou sur son déni. (résumé Documentation française)

Le poids des apparences : Beauté, amour et gloire

Jean-François Amadieu
Éditions Odile Jacob, 2005, 224 p.

Les minorités ethniques dans l’Union européenne : politiques, mobilisations, identités

Arnaud Lionel (Dir.)
Paris, La Découverte, 2005, 254 p.
Collection « Recherches »

14L’identité européenne en question était le thème du programme CNRS (Centre national de recherche scientifique) à la base de cet ouvrage. Il met en perspective la façon dont les États européens gèrent la présence sur leur sol de populations venues d’horizons culturels et religieux divers et s’intéresse à l’existence d’une européanisation des politiques d’intégration. À partir d’études de cas, la première partie traite de la manière dont les politiques conduites par l’Union européenne influencent ou non la construction identitaire des minorités ethniques, tant du point de vue de leur désignation statistique que de leur traitement juridique, politique et économique. La deuxième partie est consacrée aux formes de mobilisation des minorités ethniques dans certaines villes belges, britanniques, françaises, italiennes et néerlandaises. Celles-ci font apparaître des nouveaux parcours d’intégration qui mettent plus l’accent sur l’implication dans des collectifs d’action locaux, où la revalorisation de l’identité dans et par l’action joue un rôle moteur. (résumé Céreq)

La lutte contre les discriminations ethniques dans le domaine de l’emploi

Fauroux Roger
Paris, ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement, 2005, 50 p.

15Au stade de l’embauche, l’origine ethnique, révélée par le faciès, le nom ou seulement l’adresse, constitue un handicap spécifique et particulièrement invalidant et ce, quel que soit le niveau d’études ou de qualification du candidat. L’auteur constate que les discriminations raciales contribuent aux difficultés d’insertion professionnelles des personnes issues de l’immigration, et que la lutte contre les discriminations et pour l’égalité des chances présente des évolutions particulièrement lentes malgré l’affirmation d’une volonté de tous les acteurs. « Passer des intentions aux actes », telle est la volonté affichée par l’auteur qui regroupe ses propositions en six grands points : développement et mutualisation des outils permettant la prise de conscience, sensibilisation et formation des acteurs ; mesure de la diversité qui, sous certaines conditions, permettra une meilleure connaissance des personnels de l’entreprise ; réforme nécessaire des procédures de recrutement et de gestion des ressources humaines (par exemple, l’anonymisation du CV et la méthode de recrutement par simulation) ; modalités d’un rapprochement entre les entreprises et les publics concernés ; intervention nécessaire des pouvoirs publics. (résumé Documentation française)

Jeunes diplômés issus de l’immigration : insertion professionnelle ou discrimination ?

Frickey Alain (Dir.), Primon Jean-Luc, Borgogno Victor et alii
Paris, La Documentation française, 2005, 373 p.
Collection « Études et recherches »

16Les jeunes Français issus de l’immigration sont de plus en plus nombreux à obtenir un diplôme supérieur au baccalauréat. Peut-on parler pour autant d’égalité des chances ? À l’entrée de la vie active, leurs diplômes effacent-ils définitivement les effets de sélection du système éducatif ou bien restent-ils soumis à des effets de discrimination sociale ou ethnique du fait de l’origine nationale de leurs parents ? Jusqu’où poursuivent-ils leurs études universitaires ? Les filles réussissent-elles mieux que les garçons ? Après avoir obtenu un diplôme d’enseignement supérieur, quel devenir leur réserve le marché du travail ? Pour la première fois en France, la recherche sur les discriminations s’empare de la situation des diplômés. Chiffres à l’appui, cette étude démontre, au terme d’une exploitation statistique rigoureuse extraite de l’enquête CEREQ « Génération 98 », que la réussite scolaire des jeunes d’origine maghrébine n’induit pas un accès égal à celui des Français d’origine. (résumé Documentation française)

Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?

Marlière Éric
Paris, L’Harmattan, 2005, 278 p.

17Le « monde des cités » est un univers de plus en plus stigmatisé. On lui associe les termes de « violence », de « galère », de « ghetto » ou de « zone de non-droit ». À l’aide d’une enquête menée au sein d’une cité HLM d’une ancienne « banlieue rouge », ce livre propose un regard ethnographique sur les jeunes de ces « banlieues », en retraçant leurs modes de vie, leurs perceptions et leurs aspirations. Il fait état, dans une première partie, de la variété de leurs parcours biographiques et de l’hétérogénéité de leurs trajectoires d’activités. Dans une seconde partie, il souligne leurs pratiques de sociabilité communes qui se révèlent être une véritable combinaison ou fusion de la culture maghrébine et ouvrière, de l’islam, des traditions rurales et maghrébines ainsi que des modes de vie acquis dans la société française. (résumé éditeur)

Mobilité intergénérationnelle et persistance des inégalités : l’accès à l’emploi des immigrés et de leurs descendants en France

Meurs Dominique, Pailhé Ariane, Simon Patrick
Paris, Institut national d’études démographiques (INED), 2005, 35 p.
Collection « Documents de travail », n° 130

18Si les travaux sur la mobilité intergénérationnelle sont assez classiques en France, la question des trajectoires sociales suivies par les descendants de migrants est d’apparition relativement récente. À partir des données de l’enquête « Étude de l’Histoire Familiale », couplée au recensement de 1999, cet article analyse la mobilité des descendants de migrants appréciée par l’accès et les positions occupées sur le marché de l’emploi, en les comparant à leurs parents et aux « natifs ». Si une modification substantielle des formes d’activité est intervenue d’une génération à l’autre, les « secondes générations » connaissent toujours d’importantes difficultés pour entrer sur le marché du travail. Au surchômage s’ajoutent une plus grande précarité dans l’emploi et une dépendance à l’égard des emplois aidés. En revanche, la forte ségrégation professionnelle observée pour les immigrés a diminué à la génération suivante, signalant un processus de diffusion dans l’espace des professions. La persistance des écarts entre secondes générations et natifs contredit les prévisions d’une mobilité intergénérationnelle justifiée par les gains d’une scolarisation et socialisation en France. Ce handicap d’une origine « héritée » témoigne de l’existence de discriminations qui pèsent principalement sur les trajectoires des immigrés maghrébins, africains et turcs, mais aussi sur celles de leurs descendants. (résumé INED)

La création d’entreprise par les immigrés. Un dynamisme venu d’ailleurs

Muller Laurent (Dir.), Tapia Stéphane de (Dir.)
Paris, L’Harmattan, 2005, 268 p.
Collection « Compétences interculturelles »

19L’ouvrage, consacré à la création d’entreprise par les immigrés, résulte d’une recherche pluridisciplinaire répondant à la question : « Sur quels fondements reposent la survie et le dynamisme de ces acteurs mal connus du jeu économique ? » (résumé Céreq)

Les immigrés dans la société française. Dossier

Richard Jean-Luc
Problèmes politiques et sociaux, septembre 2005, n° 916, 119 p.

20Ce dossier est structuré en trois parties. La première partie, « Portrait de l’immigration étrangère en France », comprend elle-même trois articles : Une immigration ancienne et structurelle. La population immigrée en France. Pluralité et diversité des immigrés. La deuxième, « Quelle intégration pour les immigrés ? », est constituée des quatre articles suivants : Assimilation, intégration ou insertion ?, Politiques locales d’intégration et mouvements associatifs. De nombreux indicateurs d’intégration. Des discriminations persistantes. Quant à la troisième partie, intitulée « L’immigration en débats », elle se compose de trois articles : Populations issues de l’immigration : quelles actions prioritaires ? La mémoire de l’immigration au service de l’intégration. L’afflux migratoire au service de l’emploi. (résumé Céreq)

La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique de l’immigration de 1938 à nos jours

Weil Patrick
Paris, Éditions Gallimard, 2005, 574 p.
Collection « Folio histoire, n° 135 »

21Cette enquête historique, refondue et mise à jour, pose la question de la réouverture des frontières à des flux d’immigrations professionnelles sélectionnés. À l’encontre d’un lieu commun, l’auteur démontre que la France a une politique d’immigration qui s’est constituée progressivement depuis la fin des années 30, pour s’interrompre définitivement à la Libération. Les principes qui la fondent n’ont pas été portés à la connaissance du grand public pour des raisons politiques. Ils singularisent néanmoins la France parmi ses principaux partenaires occidentaux. (résumé d’éditeur).

Les clés du destin. École, amour, carrière, etc.

Jean-Français Amadieu
Éditions Odile Jacob, 2006, 336 p.

22(résumé à paraître dans le prochain numéro de Formation Emploi).

La conquête de l’autonomie. Histoire de Françaises descendantes de migrants algériens

Belhadj Marnia
Paris, Éditions de l’Atelier, 2006, 253 p.

23L’ouvrage retrace le parcours de femmes, filles de parents algériens qui, malgré des conditions de vie difficiles, ont réussi à gravir les échelons scolaires et ont acquis un statut professionnel qualifié. Fruit d’une longue enquête et riche de nombreux témoignages, l’ouvrage raconte et analyse le combat patient et tenace de ces femmes qui parviennent à bouleverser l’ordre familial traditionnel et à ouvrir la voie d’une plus grande liberté pour leurs cadettes. C’est toute la complexité des relations familiales et des rapports humains à l’origine des mutations individuelles et collectives que l’auteur cherche à mieux comprendre. (résumé Céreq)

L’Europe et ses minorités : quelle intégration ?

Dittmar Nicolas
Paris, Éditions Dittmar, 2006, 279 p.

24L’intégration des minorités culturelles en Europe est au centre de cet ouvrage se basant sur une enquête dans les milieux scolaires. Il s’agit d’étudier la mise en place d’une éducation interculturelle dans trois pays différents, la France, la République tchèque et l’Espagne. En s’appuyant sur une approche comparative, sont analysées les modalités pédagogiques et discursives de la construction de l’interculturel en éducation, à travers l’observation des activités mises en place par les enseignants et l’analyse de leur discours concernant la problématique de l’hétérogénéité culturelle en milieu scolaire. Cette enquête internationale permet de développer une réflexion critique et épistémologique sur le modèle de l’intégration en Europe, tel qu’il tend à se construire par rapport au multiculturalisme anglo-saxon, et d’examiner les apports et les limites de la discrimination positive. En ce sens, l’objet de cet ouvrage n’est pas tant de dénoncer le multiculturalisme que d’en mesurer les dimensions conciliables avec notre modèle universaliste républicain, notamment à travers une réflexion sur la question des droits culturels et la laïcité. (résumé éditeur)

La République mise à nu par son immigration

Guenif-Souilamas Nacira (Dir.)
Paris, La Fabrique, 2006, 220 p.

25Violence, machisme, sécurité, laïcité, intégration, antisémitisme : les mots partout répandus sur le sujet de l’immigration sont piégés, et ce piège est monté autour de la défense de la République. Dans ce livre collectif, les mécanismes et les discours stigmatisant les immigrants post-coloniaux sont montrés pour ce qu’ils sont : les instruments du maintien d l’ordre (républicain), de la tradition à conserver contre les intrusions barbares, du sauvetage de la belle langue française mise à mal par le parler des banlieues... Le paradoxe de cette lutte d’arrière-garde est qu’elle conduit à abandonner les principes qui ont fondé la cité politique en France – au nom, justement, des « valeurs républicaines ». (résumé éditeur)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Ceccaldi, « Bibliographie », Formation emploi, 94 | 2006, 111-118.

Référence électronique

Sylviane Ceccaldi, « Bibliographie », Formation emploi [En ligne], 94 | avril-juin 2006, mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/2405

Haut de page

Auteur

Sylviane Ceccaldi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page