Navigation – Plan du site
Lectures

Lectures

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Christine Chabert, Isabelle de Lassus et Magali Thévenot
p. 107-114

Plan

Haut de page

Texte intégral

Pour permettre au lecteur un repérage rapide et complet, chaque ouvrage, étude, thèse, article fait l’objet d’une présentation concise. Les ouvrages collectifs et les colloques sont présentés brièvement.
La sélection retient les parutions les plus notables dans le domaine de la relation formation-emploi, en s’appuyant sur les nouvelles acquisitions du centre de documentation du Céreq

Accès à l’emploi

L’avenir n’est pas à vendre : un autre regard sur l’orientation scolaire et professionnelle

Vergne Francis
Paris, Syllepse/Institut de recherches de la FSU, 2005, 193 p.
Collection « Nouveaux regards »

1Dans un contexte politique marqué par un très fort désir des pouvoirs publics de faire sortir les services d’orientation du champ de l’Éducation nationale, l’orientation éducative doit être repensée à partir d’exigences réflexives et critiques. Pour faire obstacle à la pensée néolibérale visant à piloter l’ensemble du processus d’orientation par la seule dimension économique, l’auteur, conseiller d’orientation-psychologue, préconise en effet de repenser l’orientation scolaire et professionnelle dans un sens plus critique et plus émancipateur. Il propose de faire du sujet lui-même l’acteur de la construction de son avenir en articulant l’approche psychologique avec les approches à dominante sociale, technologique et économique tout en redonnant leur place à la question sociale et à celle de l’égalité des sexes.

Emploi

Emploi : éloge de la stabilité. L’État social contre la flexicurité

Ramaux Christophe
Paris, Éditions Mille et une Nuits, 2006, 320 p.

2L’opinion publique a largement intégré l’idée de l’instabilité de l’emploi dans notre monde actuel, confortée en cela par le discours des tenants du néolibéralisme sur la mondialisation et la fin programmée du modèle social français. Pour pallier la précarisation de l’emploi, le concept de flexicurité / flexisécurité fait florès : chacun y va de son appellation tant du côté de la droite que de la gauche : sécurisation des parcours et trajectoires professionnelles, sécurité sociale professionnelle, sécurité d’emploi et de formation, formation tout au long de la vie, contrat d’activité. S’agit-il d’une « trouvaille face à l’augmentation du chômage ? ». L’ouvrage réfute les idées toutes faites en matière de précarisation de l’emploi et propose des pistes de réflexion sur la refondation de l’État social.

Progrès technique et marché du travail

Duthil Gérard
Paris, L’Harmattan, 2006, 165 p.

3Les progrès techniques et les déséquilibres qu’ils provoquent sur le marché du travail sont souvent dénoncés comme facteurs de chômage et de fluctuations cycliques. Les théories contemporaines du progrès technique, présentées en première partie de l’ouvrage, fournissent un éclairage sur la question en traitant plus précisément du lien entre progrès et investissement et des effets macro-économiques des cycles d’innovations. La deuxième partie, plus empirique, s’appuie sur des analyses effectuées dans différents secteurs d’activité en France pour mesurer les conséquences du progrès technique dans l’industrie et les services.

Le travail : un marché pas comme les autres

Vercherand Jean
Rennes, Presses universitaires, 2006, 203 p.
Collection « Des Sociétés »

4Pourquoi le marché du travail ne peut-il être basé sur une concurrence pure et parfaite ? Après une analyse historique, le modèle néoclassique du marché du travail est présenté comme base du raisonnement. Ce dernier s’appuie sur la mise en évidence d’une asymétrie de rapport de force entre employeur et employé qui rend l’offre de travail subordonnée à la demande. La seconde hypothèse
est relative à l’influence des comportements de consommation et de la dynamique économique sur l’offre de travail sur une longue période. Enfin, ces implications normatives pèsent sur les politiques des revenus et de l’emploi. Pour une meilleure régulation économique, les acteurs du marché du travail doivent partager la valeur ajoutée entre les rémunérations du travail et du capital et la demande de travail entre les individus en fixant sa durée légale.

L’emploi des seniors. Les sociétés européennes face au vieillissement de la population active. Colloque international et pluridisciplinaire 7-8 avril 2005.

Lestrade Brigitte (dir.)
Paris, L’Harmattan, 2006, 367 p.

5Ce colloque international et pluridisciplinaire se compose de deux grandes parties : la première s’intitule « Aspects économiques, sociaux et juridiques de l’emploi des seniors » et la seconde « Gestion des fins de carrières en comparaison internationale ».

Formation

La formation professionnelle continue dans les entreprises publiques et privées en Suisse : coûts, avantages et financement

Hanhart Siegfried, Schulz Hans-Rudolf, Perez Soledad et aliiGenève, Georg Éditeur, 2005, 102 p.

6La proportion d’employeurs soutenant la formation professionnelle continue de leurs collaborateurs a augmenté en Suisse. Pour analyser cette accroissement, des chercheurs ont lancé une enquête, de 2000 à 2003, auprès de 1 800 entreprises privées et d’administrations publiques. Il apparaît que les participants à ces formations occupent des postes à responsabilité et sont principalement des hommes de 25 à 50 ans. De plus, les dépenses en formation sont très variables selon la taille et le secteur de l’entreprise. Pourtant, près de la moitié des entreprises ont mis en place des procédures d’évaluation des effets de la formation. Pour motiver les entreprises suisses à financer de façon croissante la formation professionnelle continue, les chercheurs font enfin plusieurs recommandations.

La validation des acquis de l’expérience. Représentations et rôles de la VAE par les usagers

Gourmelen Bernard
Paris, L’Harmattan, 2006, 314 p.

7Les nouveaux dispositifs de certification suscités par la Validation des acquis de l’expérience (VAE) entraînent de nouvelles représentations et pratiques sociales. Le thème de l’ouvrage repose sur le rapport des travailleurs à leur expérience et la construction d’une identité acquise par l’activité professionnelle. Tout d’abord, l’auteur examine le contexte professionnel dans lequel se situe la VAE : la formation professionnelle continue, le fondement et la réglementation de la VAE dans son cadre général (ministère du Travail) ; son organisation et son fonctionnement au sein de l’Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Puis, il s’attache aux notions d’évaluation, de validation et de certification, à celles des rites de passage, ainsi qu’à celles de travail et d’identité réflexifs. Il aboutit ainsi à la construction du concept de l’expérience réflexive en s’appuyant sur la sociologie des professions, des identités et celle de la formation. Il analyse ensuite les enjeux des acteurs (usager, formateur, employeur) dans le système de la certification dans le cadre de la VAE. Enfin, il fournit des témoignages précis sur le dispositif de validation à travers les représentations que s’en font les usagers. L’ouvrage est issu d’une étude basée sur la recherche-action lors d’un diplôme d’enseignement supérieur spécialisé en sociologie et développement des organisations.

Une histoire de l’Éducation et de la formation

Troger Vincent (coord.)
Auxerre, Sciences humaines Éditions, 2006, 272 p.
Collection « Les dossiers de l’éducation »

8La mise en perspective du système d’éducation et de formation français à travers l’histoire politique, religieuse et économique aide à mieux comprendre les débats actuels sur l’école contemporaine. Les différentes contributions permettent de replacer dans la continuité de l’histoire certains « mythes » auxquels l’opinion se réfère en idéalisant le passé. De l’époque de Charlemagne à celle de la Ve République en passant par la « laïque » de Jules Ferry, les réalités sont surprenantes à l’aune de la réflexion menée par les différents contributeurs. Depuis la genèse des institutions scolaires au Moyen Âge, avec l’établissement d’une tradition universitaire, au système moderne de massification scolaire, les mutations ont été importantes dans des contextes sociaux, économiques et politiques en perpétuelle évolution. L’éclairage et la distance de l’histoire donnent du recul pour appréhender aujourd’hui les enjeux de la formation professionnelle des adultes et de la formation à tout âge de la vie.

Les universités françaises et la formation continue 1968-2002

Denantes Jacques
Paris, L’Harmattan, 2006, 240 p.
Collection « Histoire et mémoire de la formation »

9Après un rappel historique sur la formation continue en France, cette thèse s’intéresse plus particulièrement au rôle des Universités dans ce secteur. La formation continue fait partie des missions de l’Université depuis 1968, mais la loi de 1971, en instituant un fonctionnement sous le régime des conventions entre producteurs et financeurs de formations, permet sa réalisation. De 1981 à 1989, la formation continue reste en marge du fonctionnement de l’Université. À partir de 1989, le renforcement de l’autonomie des établissements et la mise en place de la validation des acquis remettent les Universités face à leurs responsabilités et favorisent ainsi le développement de la formation continue. Cependant, l’analyse des pratiques dans les Universités de Paris X-Nanterre et de Lille I montre les obstacles au développement de cette activité et explique les positions variées prises par la profession universitaire sur ce sujet.

Penser la relation expérience-formation

Bezille Hélène (Dir.), Courtois Bernadette (Dir.)
Lyon, Éditions Chronique sociale, 2006, 256 p.
Collection « Pédagogie formation »

10Cet ouvrage collectif tente de fournir des pistes théoriques et méthodologiques pour mieux articuler l’expérience et une certaine conception de la formation. Il se compose de trois parties. La première, qui s’intitule « Positionner la notion d’expérience : l’émergence d’un concept », est une approche historique et épistémologique ; la seconde, « Apprendre à se former par l’expérience », fournit une exploration de pratiques innovantes d’accompagnement de l’autoformation, et la troisième, « Elargir les champs d’investigation », pose un regard anthropologique sur les liens entre expérience et autoformation.

Diversité et inégalités : quelles pratiques de formation ?

Abattu Cécile (coord.), Lamotte Bruno (coord.)
Paris, L’Harmattan, 2006, 268 p.
Collection « La Librairie des Humanités »

11Résultat de cinq projets du programme Equal dans les champs agricole et agroalimentaire, l’objectif de cet ouvrage est centré sur l’innovation en matière de formation, pour lutter contre les inégalités et répondre
aux besoins des personnes les plus vulnérables. Composé de quatre parties : « Comment inscrire la formation dans les réalités des apprenants ? », « Comment articuler formation professionnelle et stratégie d’entreprise ? », « Comment favoriser les liens entre formation et développement territorial ? » et « Diversité des publics : quelles pratiques de formation ? » il propose ainsi des analyses qui mettent en avant les atouts de la diversité et la dynamique de la complémentarité.

La formation à l’enseignement des sciences et des technologies au secondaire : dans le contexte des réformes par compétences

Lenoir Yves (dir.), Lebeaume Joël (dir.), Hasni Abdelkrim (dir.)
Québec, PUQ (Presses de l’université du Québec), 2006, 263 p.
Collection « Éducation-recherche, n° 22 »

12Les textes des auteurs ont été regroupés en deux grands chapitres. Le première traite des enjeux et des finalités de l’enseignement des sciences et des technologies dans le cadre des réformes par compétences ; le second présente divers regards sur la formation à l’enseignement dans le nouveau contexte éducatif.

La fabrique des sciences. Des institutions aux pratiques

Leresche Jean-Philippe (Dir.), Benninghoff Martin (Dir.), Grettaz Von Roten Fabienne (Dir.) et alii
Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2006, 387 p.
Collection « Le savoir suisse »

13Cet ouvrage collectif suisse est articulé en trois parties : pouvoirs publics et normalisation des institutions scientifiques ; cultures et pratiques de la production des savoirs ; représentations croisées des rapports entre sciences et société.

Insertion

Avoir vingt ans à l’usine

Eckert Henri
Paris, La Dispute, 2006, 218 p.

14Comment les jeunes ouvriers vivent-ils aujourd’hui leur condition ouvrière ? De l’École à l’usine, le chemin est long cependant : à travers les récits d’itinéraires scolaires et professionnels de jeunes ouvriers se dégage une trame commune donnant sens à leur cheminement vers la vie active. Articulée autour des moments clefs de l’entrée dans la vie ouvrière, l’analyse montre les forces à l’œuvre dans les transformations actuelles liées au processus de transmutation de l’homme en ouvrier : depuis le temps d’avant, avec l’École, en passant par les différentes transitions professionnelles jusqu’à l’entrée à l’usine. La production de biens industriels impose contraintes et formes de contrôle de plus en plus sophistiquées. L’usine moderne exige discipline et résistance pour tenir son poste sur la chaîne. C’est sans enthousiasme et au prix d’un réalisme froid que la plupart des jeunes gens acceptent d’entrer dans une carrière ouvrière.

Profession

Vers les métiers de l’animation et du sport. La transition professionnelle

Augustin Jean-Pierre (dir.)
Paris, La Documentation française, 2005, 276 p.

15Quatre parties structurent cet ouvrage : « Les prémices de la professionnalisation des loisirs organisés », « Un état des lieux en construction », « Des observations et des réseaux à développer » et « Des ouvertures et des interrogations en perspective ».

Travail

Construire les compétences individuelles et collectives. Agir et réussir avec compétence. Les réponses à 100 questions

Le Boterf Guy
Paris, Éditions d’organisation, 2006 (4
ème édition), 271 p.
Collection « Livres Outils »

16La construction des compétences est un enjeu essentiel pour les organisations comme pour les salariés. Reconnu comme l’un des experts du management et du développement des compétences, l’auteur répond dans cet ouvrage aux questions posées lors de ses conférences et regroupées par thème. Il aborde ainsi les raisons de l’intérêt actuel pour les compétences et parvient à les définir sur un registre allant du savoir-faire au savoir-agir en situation. Il propose une approche opérationnelle pour développer la capacité à les rendre transférables et des démarches pour les évaluer, les valider et identifier la contribution spécifique de la formation au processus de professionnalisation. Il décrit la compétence collective et clarifie les relations entre compétence et qualification. Il suggère enfin des orientations pour mettre en oeuvre une gestion par les compétences.

Sociologie du travail et activité

Bidet Alexandra (coord.)
Toulouse, Octarès, 2006, 249 p.
Collection « Le travail en débats, série colloques & congrès »

17Cet ouvrage collectif tente de cerner les nouvelles catégories d’analyse du travail – actes, actions, activités, opérations – développées depuis quelques années dans de nombreux travaux de sciences sociales. Les questions ainsi abordées portent sur le langage, la technicité et les usages de soi au travail : corps, espaces, objets, équipements, TIC. L’ouvrage est organisé en quatre sections correspondant à différents registres de créativité et de mise en forme du travail : Corps et technicité dans l’action ; Réaliser un produit. Les détours d’un accomplissement concret ; L’engagement subjectif dans l’activité, exigence anthropologique ; Le travail d’organisation en actes. Il trouve son origine dans les sessions tenues par les participants du réseau thématique « Sociologie du travail et activité » de l’Association française de sociologie lors de son premier congrès en 2004.

Maladies psychiques et vie sociale. Réflexions sur l’emploi

Lesieur Gérard (dir.), Aït-Ali Bélaïd (dir.)
Toulouse, Éditions Octarès, 2006, 183 p.

18L’objectif de cet essai est d’apporter des éléments de réflexion à tous ceux qui souhaitent faire du maintien à l’emploi et de la préservation de l’employabilité des personnes confrontées à la maladie psychique une réalité. Il est composé de cinq parties : « Travail et santé mentale », « Travailler avec une pathologie psychique », « La souffrance au travail », « La prise en charge » et « Ethique et solidarité ».

Nouveaux regards sur la gestion des compétences

Defélix Christian (coord.), Klarsfeld Alain (coord.), Oiry Ewan (coord.)
Paris, Vuibert, 2006, 256 p.
Collection « Recherche de l’AGRH »

19L’ouvrage, composé de trois parties, propose de nouveaux regards sur la gestion des compétences : « Des regards prolongés : la dynamique de la gestion des compétences », « Des regards décalés : au-delà de l’entreprise et de la gestion des ressources humaines » et « Des regards mesurés : combien d’entreprises pratiquent
la gestion des compétences ? ». Il est le fruit d’un travail collectif d’enseignants, chercheurs, consultants et experts en la matière.

Évaluation des compétences et apprentissages expérientiels. Savoirs, modèles et méthodes

Figari Gérard (dir.), Rodrigues Pedro (dir.), Palmira Alves Maria (dir.) et alii
Lisboa, Éduca, 2006, 450 p.

20Les travaux menés au sein de l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation (ADMEE Europe) sont structurés en quatre parties. La première, « Expérimentation de dispositifs », présente des exemples d’organisation générale de la reconnaissance et de la validation des acquis de l’expérience (RVAE). La seconde, « Conceptualisation et modèles d’analyse », traite des concepts servant à décrire les objets pris en compte dans la validation (situation, expérience, récit de vie, activité) et la validation elle-même (reconnaissance des savoirs d’action, détermination de la « validité globale ». La troisième partie, « Questions de méthodologie », fait le point sur les référentiels, l’évaluation des compétences, la construction des instruments. Quant à la quatrième partie, « Acteurs et publics », elle observe la RVAE du côté des intéressés.

Reçus à la rédaction/à signaler

L’École à l’épreuve de la sociologie. La sociologie de l’éducation et ses évolutions

Van Haecht Anne
Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 2006 (3
è édition), 247 p.
Collection « Ouvertures sociologiques »

Écoles et familles populaires. Sociologie d’un différend

Périer Pierre
Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, 221 p.

Les pièges de la discrimination : tous acteurs, tous victimes

Scharnitzky Patrick
Paris, Éditions de l’Archipel, 2006, 232 p.

Éloge de la mobilité. Essai sur le capital temps libre et la valeur travail

Viard Jean
La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2006, 205 p.
Collection « essai »

Formation professionnelle. Regards sur les politiques régionales

Baunay Yves, Vergne Francis
Paris, Éditions Nouveaux regards/Syllepse, 2006, 161 p.
Collection « Comprendre et agir »

Le travail intenable. Résister collectivement à l’intensification du travail

Théry Laurence (dir.)
Paris, La Découverte, 2006, 246 p.
Collection « Entreprise et société »

La validation des acquis de l’expérience

BaunayY., Cahouet M. et alii
Paris, Nouveaux regards/Syllepse, 2005, 142 p.
Collection « Comprendre et agir »

La qualité de l’emploi

L’horty Yannick (dir.)
Paris, La Découverte, 2006, 123 p.
Collection « Repères, n° 456 »

La valse des écrous. Travail, capital et action collective dans l’industrie automobile. (1970-2004)

Bouquin Stephen
Paris, Syllepse, 2006, 306 p.

Le travail pénitentiaire : un défi européen. Étude comparée France, Angleterre, Allemagne

Shea Evelyne
Paris, L’Harmattan, 2006, 242 p.
Collection « Logiques sociales »

Le drame humain du travail. Essais de psychopathologie du travail

Le Guillant Louis, Clot Yves
Paris, Erès, 2006, 263 p.
Collection « Clinique du travail »

Le travail. Accomplissement ou servitude ? Annales 2004-2005

Académie d’éducation et d’études sociales
Paris, François-Xavier de Guibert, 2006, 271 p.

21  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Christine Chabert, Isabelle de Lassus et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi, 96 | 2006, 107-114.

Référence électronique

Marie Baudry de Vaux, Sylviane Ceccaldi, Christine Chabert, Isabelle de Lassus et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi [En ligne], 96 | octobre-décembre 2006, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/2561

Haut de page

Auteurs

Marie Baudry de Vaux

Articles du même auteur

Sylviane Ceccaldi

Articles du même auteur

Christine Chabert

Articles du même auteur

Isabelle de Lassus

Articles du même auteur

Magali Thévenot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page