Navigation – Plan du site
Lectures

Lectures

Sylviane Ceccaldi, Nathalie Leménager et Magali Thévenot
p. 139-147

Plan

Haut de page

Texte intégral

Accès à l’emploi et insertion

L'insertion professionnelle des travailleurs handicapés. En France, de 1987 à nos jours

Blanc Alain (Dir.)
Grenoble, PUG, 2009, 311 p.
Collection « Handicap, Vieillissement, Société »

1Élaboré dans l'entre-deux-guerres, le dispositif d'insertion professionnelle dédié aux travailleurs handicapés a peu évolué : il se caractérise toujours par le triple processus de définition des bénéficiaires, de mise en œuvre d'actions de médiations leur permettant d'accéder à l'emploi et d'obligations de résultats faites aux employeurs. Alors que par les lois de 1987 et de 2005, ce dispositif a été rénové, dans ses modalités mais pas dans ses fondements, les travailleurs handicapés, qui font toujours l'objet d'une discrimination positive, rencontrent pourtant de récurrentes et inégales difficultés d'accès à l'emploi dont les auteurs de cet ouvrage cernent les modalités, les raisons et les conséquences. D'horizons intellectuels et professionnels différents, ils se focalisent sur des actions, options, thèmes et dispositifs illustrant, en France et durant la période balisée par ces deux grands textes de lois, une volonté collective de solidarité toujours réaffirmée mais qui fait face à des réalités sociales qui en limitent la portée.

La peur du déclassement. Une sociologie des récessions

Maurin Éric
Paris, Seuil, 2009
Collection « La république des idées »

2Le déclassement recouvre deux réalités bien distinctes. La plus évidente a trait aux ruptures qui conduisent des individus à voir leur position se dégrader. La deuxième est la peur du déclassement. Cette angoisse, qui taraude un nombre croissant de Français, repose sur la conviction que personne n'est « à l'abri », que tout un chacun risque de perdre son emploi, son salaire, ses prérogatives, en un mot son statut. Source de concurrence généralisée et de frustrations, la peur du déclassement est en train de devenir l'énergie négative de notre société. À partir de ce constat, Éric Maurin fonde une sociologie des récessions et propose une lecture de la société française, tout en aidant à repenser les conditions de sa réforme.

La cité au travail. L'insertion des jeunes de « banlieue » d'origine maghrébine

Chavanes Jacques
Paris, L'Harmattan, 2009, 214 p.
Collection « Logiques Sociales »

3Les jeunes d'origine maghrébine issus des « cités » ne sont pas tous des exclus ou des délinquants. Beaucoup travaillent et la majorité d'entre eux occupe un emploi, souvent précaire, trois ans après leur sortie du système éducatif, malgré les discriminations et les difficultés de toutes sortes qu'ils peuvent rencontrer. Le marché du travail, trop souvent, ne reconnaît pas leurs diplômes. Il continue à leur assigner des postes non qualifiés ou peu qualifiés, qui contredisent leurs aspirations à la mobilité sociale et mettent à mal les espérances de leurs familles. Leur insertion tend à dépendre de leur aptitude à accepter ou à contourner ces perspectives. Elle est fréquemment liée aux liens noués avec des pairs en emploi qui leur ouvrent des opportunités de travail convenables à leurs yeux. Notamment dans les professions de l'animation de quartier et du secteur social, où ces jeunes sont surreprésentés, et semblent trouver une alternative au destin ouvrier pour œuvrer en faveur des leurs. Un constat étayé par des enquêtes, des portraits et des témoignages de jeunes issus de l'agglomération d'Orléans, révélant la complexité des trajectoires d'accès à l'emploi.

Formations et emploi

Degorre Arnaud (Coord.) Martinelli Daniel (Coord.)
Paris, Insee, 2009, 132 p.
Collection « Insee Références »

4Comment évolue le niveau de qualification des jeunes en France ? Quelle influence exerce le diplôme sur l'accès à l'emploi et le salaire ? La formation continue favorise-t-elle l'insertion professionnelle ? Quelle place occupe la validation des acquis de l'expérience tout au long de la vie ? Toutes ces questions trouveront leurs réponses dans ce premier ouvrage que la collection Insee-Références consacre aux liens entre parcours de formation et insertion professionnelle. Après une vue d'ensemble sur l'évolution des formations initiale et continue en relation avec l'emploi, trois dossiers approfondissent le domaine : l'influence de la formation continue sur l'accès à la promotion sociale, la correspondance entre les spécialités de formation et les domaines d'emploi et enfin l'apprentissage, entre formation et insertion professionnelles. 21 fiches fournissent les données essentielles, sous forme de tableaux et graphiques.

Le destin des enfants d'immigrés : un désenchaînement des générations

Attias-Donfut Claudine, Wolff François-Charles
Paris, Stock, 2009
Collection « Un ordre d'idées »

5Sur les enfants d'immigrés circulent nombre de préjugés. Cette « deuxième génération est loin de correspondre à l'image stéréotypée du "jeune de banlieue" encagoulé ». Leurs destins, d'une grande diversité, contribuent à dessiner l'avenir du pays que leurs parents ont choisi. Pour la première fois, une vaste enquête porte sur des familles immigrées venues de tous les continents. Elle a, en outre, pour originalité de s'intéresser aux liens entre générations, généralement peu étudiés dans cette population, comme si elle n'avait plus de passé. Enfin, elle prend en compte, dans chaque famille, la situation de tous les enfants, ce qui permet d'intéressantes comparaisons. Ainsi, sur un sujet où domine trop souvent l'idéologie, les auteurs présentent ici de solides données. On mesure, par exemple, combien, dans une même fratrie, les filles réussissent mieux que les garçons. L'enquête révèle également la force du projet parental et son rôle dans la réussite scolaire des descendants d'immigrés qui s'avère spectaculaire, tout comme la mobilité sociale d'une génération à l'autre, cela quelle que soit l'origine familiale. On découvre aussi que les relations de filiation sont soumises à rude épreuve dans l'émigration, car si liens affectifs et solidarités demeurent, les transmissions se perdent. Les enfants, qui satisfont les attentes d'un côté, les trahissent de l'autre. En s'autonomisant, ils parachèvent le désenchaînement des générations.

Les étudiants étrangers à Paris

Agulhon Catherine (Coord.), Xavier De Brito Angela (Coord.)
Paris, L'Harmattan, 2009, 282 p.
Collection « Logiques sociales »

6La mobilité internationale des étudiants serait en expansion. Elle redevient un objet d'étude des sciences sociales et retient aussi l'attention des acteurs politiques, tant dans les pays d'accueil que dans les pays de départ. Dans les premiers, on cherche à mener une politique à la fois attractive et rentable et à sélectionner les élites internationales en fonction de besoins supposés ; dans les seconds, on s'inquiète de la fuite des cerveaux et du non-retour des personnes les mieux qualifiées dont les pouvoirs publics ont financé une partie des études. Cet ouvrage a l'ambition de rendre compte de l'expérience à la fois individuelle et collective des étudiants mobiles. À partir d'une enquête qualitative menée auprès d'une centaine de jeunes de différentes contrées venus étudier en France – le Brésil, l'Argentine, la Chine, le Maghreb, l'Afrique noire, l'Europe de l'Est –, les auteurs ont tenté de comprendre comment ces jeunes vivent cette expérience. Différents des migrants ordinaires par leurs origines sociales et scolaires, par leurs aspirations et leurs modes d'intégration institutionnelle, les étudiants étrangers vivent cependant une socialisation mêlée d'acculturation, un métissage lent et douloureux. Et bien des facteurs construits là-bas et ici différencient des trajectoires, en fonction desquelles certains se paupérisent et se précarisent quand d'autres, privilégiés, réussissent des parcours sans faute et se projettent dans une élite internationale. Vivre à l'étranger transforme ces jeunes sur le plan social et culturel, mais ne répond pas toujours à leurs attentes et à leurs aspirations.

Emploi

Les grandes questions économiques et sociales

Combemale Pascal (Dir.)
Paris, La Découverte, 2009, 448 p.
Collection « Grands repères Manuels »

7Pour les sciences sociales, les crises sont les périodes les plus riches d'enseignements. Ce qui semblait aller de soi est soudain remis en question, qu'il s'agisse des théories dominantes ou des politiques conventionnelles et au-delà les « grandes questions économiques et sociales ». Ce manuel présente l'ensemble de ces questions : la croissance, le travail et l'emploi ; les mutations et les fractures de la société française ; les mondialisations ; les crises. Pour couvrir un champ aussi étendu, il a été nécessaire de réunir un collectif pluridisciplinaire composé des meilleurs spécialistes et disposés à consentir un réel effort pédagogique. Cet ouvrage se distingue par trois qualités principales : des synthèses des connaissances scientifiques ; une clarté et une lisibilité sans compromettre leur rigueur ; une problématisation qui donne du sens.

Le chômage en Europe - Divergences nationales et régionales.

Hau Michel, Narvaiza-Mandon Nuria
Paris, Économica, 2009, 174 p.

8La capacité des Européens à s'insérer dans l'échange international s'est érodée à partir du début des années 70. Pourtant, l'étude des taux de chômage régionaux révèle qu'un vaste ensemble transfrontalier, de l'Italie du nord-est jusqu'à l'embouchure du Rhin, a résisté à la désindustrialisation et continue à s'insérer dans les échanges internationaux sans connaître un chômage massif. Plus récemment, s'y sont ajoutées quelques régions du Grand Ouest européen. À l'inverse, le phénomène du chômage de longue durée s'est développé au cœur des grandes capitales européennes, même parmi les mieux situées géographiquement. La confrontation de ces chiffres avec diverses variables sociologiques révèle l'influence d'héritages historiques sur lesquels les politiques macroéconomiques n’ont pas de prise.

Gérer les ressources humaines. Des théories aux outils, un concept intégré par processus, compatible avec les normes qualité

Emery Yves, Gonin François
Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009, 567 p.
Collection « Diriger l'entreprise »

9Depuis une vingtaine d'années, la gestion des ressources humaines (GRH) a évolué et s'est professionnalisée. Elle fait ressortir le rôle central du personnel dans l'efficience et la qualité tant des entreprises privées que des services publics, et donc l'importance de mettre en œuvre une gestion des ressources humaines, résolument moderne et rigoureuse. La vision globale adoptée par les auteurs permet de traduire la GRH en un concept intégré par processus, compatible avec les normes de qualité actuelles et mis en œuvre dans de nombreuses organisations. Cet ouvrage en expose les éléments, partant des concepts pour aboutir à des outils opérationnels, téléchargeables sur le site Internet de l'éditeur : c'est donc un manuel polyvalent, à la fois approfondi au niveau théorique, et très pratique. La présentation des processus de GRH est structurée pour chacun d'eux de façon identique : problématiques et enjeux du processus, vue d'ensemble, étapes-clés, gestion du processus (avec des flugrammes), ainsi que les éléments à retenir par la hiérarchie et une sélection de références bibliographiques.

Du management des compétences au management du travail

Devin Bernard (Coord.), Jouvenot Christian (Coord.), Loisil Florence (Coord.)
Lyon, Anact, 2009, 303 p.
Collection « Compétences »

10Les démarches compétence, mises en œuvre par les entreprises pour répondre à de nouvelles exigences de performance, ont-elles pour objectif de valoriser leurs collaborateurs et leurs compétences ou ne sont-elles qu'une modalité nouvelle de contrôle et d'assujettissement, génératrice de souffrance au travail ? C'est à une telle question que s'attaque cet ouvrage. Certaines formes de gestion des compétences, en laissant les salariés seuls aux prises avec les exigences du travail, se réduisent, de fait, à un contrôle des comportements. Mais rien n'est inéluctable, pour peu que soit mis en œuvre un authentique « management du travail » qui conjugue exigence de performance et soutien organisationnel apporté aux salariés. Ce changement de modèle est indispensable à toute entreprise qui souhaite manager l'initiative, l'autonomie et la responsabilité qu'elle réclame de ses collaborateurs. Issu d'un séminaire réunissant chercheurs, consultants et intervenants du Réseau ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail), l'ouvrage fait le bilan critique et approfondi d'une dizaine de démarches conduites dans des entreprises grandes et petites. Il dégage les ébauches de ce management du travail et propose des solutions opérationnelles.

Les services en Lorraine : régulation territoriale, emploi, travail et professionnalisation

Balzani Bernard, Dupuis Pierre-André, Feriel Emilie, et alii
Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2009, 164 p.
Collection « Salariat et transformations sociales »

11L'ouvrage présente un certain nombre de traits significatifs du paysage lorrain du salariat contemporain. Il invite à une lecture originale des formes et des modes de régulation de l'espace sociopolitique de la Lorraine, à propos des services. Après deux ans de recherche financée par le conseil régional de Lorraine et l'État, les chercheurs offrent une contribution singulière aux débats actuels sur l'emploi, les évolutions des activités professionnelles, les qualifications et les compétences, à partir de secteurs d'activités de service tels que l'intervention sociale auprès des populations en difficulté, les centres d'appels, nouvel eldorado de l'emploi tertiaire, les ingénieurs-conseils et autres animateurs réseaux dans les entreprises, les services à l'entrepreneur ou encore les consommateurs-producteurs de jeux sur Internet. Face aux défis que nous proposent les transformations du salariat dans les sociétés occidentales, ce volume aborde des questions aussi essentielles que celles de la régulation et de ses formes contemporaines, des systèmes de l'emploi et celle, récurrente, de la formation professionnelle, levier central des évolutions en cours.

Formation

Encyclopédie de la formation

Barbier Jean-Marie (Dir.), Bourgeois Étienne (Dir.), Chapelle Gaëtane (Dir.), Ruano-Borbalan
Jean-Claude (Dir.), Marchand Gilles (Collab.)
Paris, PUF, 2009, 1203 p.
Collection « Grands dictionnaires »

12Cette encyclopédie est née d'une conviction : celle de la nécessité de faire se parler davantage le monde des pratiques professionnelles et celui de la recherche dans le champ de la formation. Fruit de la contribution d'une cinquantaine de chercheurs, elle propose ainsi un panorama des apports de la recherche rencontrant les questions et préoccupations des professionnels. Elle n'a pas pour vocation d'apporter des modèles prescriptifs mais bien des clés pour la compréhension des pratiques, dispositifs, politiques, contextes et enjeux qui caractérisent le champ de la formation aujourd'hui. L'Encyclopédie s'adresse à tous les professionnels de la formation, mais également aux chercheurs, aux étudiants et aux décideurs institutionnels et politiques, soucieux d'être au fait des enjeux qui traversent le champ de la formation aujourd'hui, en vue de mieux armer leurs réflexions et leurs pratiques.

Mouvement ouvrier et formation. Genèses : de la fin du XIXe siècle à l'après Seconde Guerre mondiale

Brucy Guy (Dir.), Lescure Emmanuel De (Dir.), Laot Françoise F. (Dir.)
GEHFA – Groupe d’étude « Histoire de la formation des adultes »
Paris, L'Harmattan, 2009, 150 p.
Collection « Histoire et mémoire de la formation »

13Depuis ses origines, le mouvement syndical français est confronté à la formation, sous des aspects multiformes : l'éducation ouvrière, la formation syndicale de ses militants et de ses cadres, la formation professionnelle de la main-d’œuvre, et au-delà l'éducation populaire. Or cette histoire recèle des gisements prometteurs, tant de sources que de questions de recherche à la croisée des problèmes du syndicalisme, des relations professionnelles, des mouvements sociaux et de l'État social. Sept contributions s'attachent à explorer les liens entre formation et mouvement ouvrier et contribuent à renouveler les problématiques sur la période de la fin du XIXe siècle à l'après Seconde Guerre mondiale. Un second ouvrage à paraître, Former les militants, prolonge les mêmes questions sur la période suivante. Ce livre s'adresse aux étudiants, aux enseignants, aux professionnels de la formation et aux syndicalistes intéressés par l'histoire du mouvement ouvrier, soucieux de conduire, avec les chercheurs, une réflexion inédite sur la mémoire et l'histoire de leurs organisations et, plus largement, aux militants concernés par l'éducation et la formation tout au long de la vie.

Profession

Sociologie des professions

Champy Florent
PUF, 2009, 224 p.
Collection « Quadrige manuels »

14Des menaces venues du management et des marchés pèsent sur l'autonomie dans le travail de professions revendiquant un haut niveau de compétence (médecins, juristes, etc.). Or, la sociologie des professions est interpellée par ces évolutions. Jusqu'aux années 60, elle s'était intéressée à ces activités, reprenant souvent sans distance le discours des professionnels sur leurs pratiques. Mais une sociologie plus critique a ensuite mis l'accent sur les similitudes avec des métiers moins prestigieux (plombier, infirmière). Ayant accordé peu d'attention aux spécificités de certains types de métiers, cette deuxième approche, aujourd'hui dominante, est peu armée pour penser les enjeux des évolutions actuelles. Un premier objectif de cet ouvrage consiste à présenter systématiquement les auteurs, les théories, les démarches et les thèmes (carrières, travail, genre, statuts, etc.) constitutifs de ces deux approches successives des professions. Puis l'auteur met en évidence l'émergence d'un troisième regard, qui vise à résoudre les difficultés rencontrées par l'approche critique. S'aidant des réflexions d'Aristote sur les formes d'action dans des situations d’incertitude, il montre, à partir de plusieurs exemples, comment les pressions productivistes et les tendances à la standardisation et à la bureaucratisation du travail professionnel menacent la place des « pratiques prudentielles » dans nos sociétés.

Savoirs en (trans)formation : au cœur des professions de l'enseignement et de la formation

15Hofstetter Rita (Dir.), Schnewly Bernard (Dir.)
Bruxelles, De Boeck, 2009, 316 p.
Collection « Raisons éducatives »

16Les professions de l'enseignement et de la formation ont pour dénominateur commun de former autrui. Quels que soient les publics auxquels elles s'adressent (enfants, étudiants, apprentis, adultes), elles ont d'abord pour fonction de transmettre et favoriser l'apprentissage de nouveaux savoirs. Elles se dotent pour cela de savoirs professionnels qui constituent autant d'outils pour accomplir leur mandat. Construits à même le terrain, la formation professionnelle ou la recherche scientifique, ces savoirs revêtent de multiples composantes, lesquelles ne cessent de se transformer, se diversifiant tout en se formalisant : savoirs d'action, expérientiels, didactiques, disciplinaires, scientifiques, etc. Comment cerner les savoirs de référence constitutifs des professions de l'enseignement et de la formation ? Quelles communautés et divergences peut-on repérer entre les différentes professions ici regroupées : formateurs-enseignants des réseaux primaires, secondaires, professionnels, universitaires ? Quels sont les savoirs spécifiant hier comme aujourd'hui leurs cursus de formation ? Quels sont les savoirs auxquels se réfèrent ceux qui forment les enseignants et les formateurs ? Les contributions de ce volume problématisent ces questions, à partir de points de vue théoriques et méthodologiques contrastés, privilégiant des données empiriques et institutionnelles et des contextes historiques et culturels différents. Elles s'interrogent également sur le rôle de la formation dans nos sociétés dites de la connaissance. De la skholè, qui postule le « loisir de l'étude », à l'économie de la connaissance qui marchandise le savoir, les transformations auxquelles se confrontent nos modernités éducatives invitent chacun à s'interroger sur le sens nouvellement conféré aux savoirs.

Travail

Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?

Bouffartigue Paul (Dir.), Béroud Sophie (Dir.)
Paris, La Dispute, 2009, 355 p.

17La précarité est, sous bien des formes, le lot commun des salariés. Précarité de l'emploi, souvent inscrite dans le contrat de travail : précarité du travail, mais aussi précarité des droits syndicaux et sociaux. Ces données sont le plus souvent interprétées comme une dégradation des acquis sociaux et des normes salariales conquises au cours du vingtième siècle. Et comment ne pas conclure à un affaiblissement généralisé du mouvement syndical et des capacités des salariés à s'organiser et à se défendre ? Au delà, le présent ouvrage cherche à éclairer ce qui naît des contradictions du processus de précarisation. Une vingtaine d'études conduites en France et à l'étranger (États-Unis. Royaume-Uni, Espagne, Argentine) explorent les formes prises par les résistances collectives et les possibilités nouvelles qui s'ouvrent à elles. L'ouvrage revient aussi sur l'histoire du salariat pour comprendre ce que sa déstabilisation contemporaine présente de spécifique et comment des collectifs de salariés sont parvenus par le passé à maîtriser des formes de précarité au point de conquérir, face à leurs employeurs, d'importantes marges de liberté. Il interroge surtout les dynamiques actuelles de mobilisation des précaires – notamment dans le commerce, la restauration rapide, la construction navale – et les ressources sur lesquelles elles s'appuient aussi bien que celles qu'elles tendent à renforcer. Il montre que l'acteur syndical n'est pas condamné aux seconds rôles dans une perspective de transformation sociale intégrant la sécurisation du travail et des conditions d'existence.

Toujours moins ! Déclin du syndicalisme à la française

Andolfatto Dominique, Labbé Dominique
Paris, Éditions Gallimard, 2009, 221 p.
Collection « le débat »

18Pourquoi les salariés français reçoivent-ils une proportion toujours plus faible du produit de leur travail ? L'affaiblissement de la capacité d'action collective et le déclin des syndicats expliquent l'aggravation des inégalités, la détérioration des conditions de travail des salariés. Beaucoup d'idées fausses circulent à ce propos. Ce livre en démonte quelques-unes. Contrairement à ce qui est partout répété, les syndicats français n'ont pas toujours été faibles ; le dialogue social existe mais ses résultats ne sont pas ceux qu'on imagine ; notre pays n'est pas spécialement gréviste et la conflictualité est en régression ; les syndicats ont beaucoup de ressources, mais l'origine de ces moyens est inavouable ; au lieu d'être une chance, l'Europe représente une menace réelle pour les salariés français ; enfin, ceux-ci n'ont rien de bon à attendre des réformes qui prétendent établir une démocratie sociale dans notre pays. Cependant, un renouveau du syndicalisme est possible. Il permettrait aux salariés français de sortir de la logique du toujours moins.

Les nouvelles dimensions du politique : relations professionnelles et régulations sociales

Duclos Laurent (Dir.), Groux Guy (Dir.), Mériaux Olivier (Dir.)
Paris, LGDJ, 2009, 307 p.
Collection « Droit et société, Recherches et travaux, n° 19 »

19Le domaine des relations professionnelles et des régulations sociales est devenu emblématique d'une évolution plus générale du politique et de ses fondements institutionnels, juridiques et démocratiques. Cet ouvrage aborde ce sujet rarement traité en France où la science politique s'intéresse peu aux formes de la démocratie qui relèvent de l'économie et surtout des relations professionnelles. Il resitue les évolutions actuelles dans une perspective historique et théorique. Au-delà des professions et de la négociation collective, les régulations politiques ou sociales d'aujourd'hui sont abordées à partir de terrains peu investis qui relèvent du paritarisme et de l'action publique comme la famille, la santé, le logement ou le territoire. Les nouvelles régulations sociales et politiques qui concernent l'Europe sont également analysées en parallèle au contexte français. L'ouvrage s'appuie sur des apports pluridisciplinaires impliquant la science politique, le droit, l'économie, l'histoire et la sociologie. Il traite des liens entre le politique et la démocratie sociale, leur émergence, leur légitimité, leur pluralisme, leur effectivité, les jeux de complémentarités ou de rivalités qui les spécifient et leurs assises plus ou moins solides ou précaires.

Restructurations, précarisation, valeurs

Appay Béatrice (Coord.), Jefferys Steve (Coord.)
Toulouse, Éditions Octarès, 2009, 504 p.
Collection « Le travail en débats »

20En quoi l'analyse de la précarisation est-elle devenue un sujet central pour la sociologie du travail ? Catégorie de la pratique ou concept scientifique, la précarisation est une question de société. Cet ouvrage dresse un état de la question grâce aux contributions et débats des XIe Journées Internationales de Sociologie du Travail, organisées à Londres. Résultat des nouvelles formes de gestion et d'organisation du travail, des restructurations, et des remaniements à la baisse des systèmes de protection sociale liés au travail, la précarisation est un terme générique qui focalise l'attention sur les processus de mise en précarité et sur les nombreuses réalités qui y sont attachées. Toutefois, cette définition ne fait pas l'unanimité. D'un côté, la précarisation est un phénomène social instaurant un système de travail et d'emploi précaires, renforçant les inégalités et la contrainte dans et par le travail. Mais d'un autre côté, nombre d'intervenants ont tendance à en minimiser l'importance, voire à nier son existence en tant que phénomène social, et à rejeter le concept même de précarisation. Quoi qu'il en soit, les définitions de la précarité et, a fortiori, de la précarisation sont des enjeux importants pour la sociologie du travail et pour la société. Si la question de la valeur, et des valeurs, est attachée à celle du travail, ici, elle permet d'aborder la précarisation à partir de deux autres angles d'analyse. Le premier porte sur la valeur du travail, un enjeu majeur de la dégradation des rémunérations pour les uns et d'une survalorisation pour les autres, de la remise en cause des statuts et de la montée en puissance du travail non-rémunéré. Le second angle permet d'interroger la précarisation à l'aune des valeurs démocratiques et de sa légitimité ou de son illégitimité sociale. Au final, ces questions ont été traitées à partir de onze axes : 1) restructurations ; 2) relation salariale ; 3) rationalisation du travail ; 4) approches de la valeur ; 5) santé au travail ; 6) politiques d'emploi, chômage et flexicurité ; 7) genre et ethnicité ; 8) formation, qualification et compétences ; 9) professions, métiers ; 10) syndicalisme et mobilisation ; 11) action publique et relations professionnelles. Cet ouvrage présente aussi des textes qui ne traitent pas tous de la précarisation et qui relèvent d'approches différentes pour comprendre le travail aujourd'hui.

A signaler

Recherche/formation des enseignants : quelles articulations ?

21Clanet Joël (Dir.)
Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 184 p.
Collection « Paideia »

Le mérite contre la justice

22Duru-Bellat Marie
Paris, Presses de Science Po, 2009, 166 p.
Collection « Nouveaux Débats »

Dans les failles de la domination

23Borgeaud Garciandia Natacha
Paris, PUF, 2009, 167 p.
Collection « Souffrance et théorie »

De la critique. Précis de sociologie de l'émancipation

24Boltanski Luc
Paris, Gallimard, 2009, 294 p.

La voix des acteurs faibles. De l'indignité à la reconnaissance

25Payet Jean-Paul (Dir.), Giuliani Frédérique (Dir.), Laforgue Denis (Dir.)
Rennes, PUR, 2009, 246 p.
Collection « Le sens social »

Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie

26Cavalli Alessandro (Dir.), Cicchelli Vincenzo (Dir.), Galland Olivier (Dir.)
Rennes, PUR, 2009, 273 p.
Collection « Le sens social »

Politiques de l'intime. Des utopies sociales d'hier aux mondes du travail d'aujourd'hui

27Berrebi-Hoffmann Isabelle (Dir.)
Paris, La Découverte, 2009, 256 p.
Collection « Recherches »

Croquemort : une anthologie des émotions

28Bernard Julien
Paris, Éditions Métailié, 2009, 217 p.
Collection « Traversées »

Culture de la masculinité et décrochage scolaire des garçons au Québec

29Benkirane Kamal
Paris, L'Harmattan, 2009, 90 p.
Collection « Questions contemporaines »

Ruptures de parcours, éducation et formation des adultes

30Bergier Bertrand (Dir.), Bourdon Sylvain (Dir.)
Paris, L'Harmattan, 2009, 276 p.
Collection « Défis formation »

Service ou servitude. Essais sur les femmes toutes mains

31Fraisse Geneviève
Paris, Le bord de l'eau Éditions, 2009, 295 p.
Collection « Diagnostics »

Manager la formation : quoi de neuf après la réforme ?

32Meignant Alain
Paris, Liaisons, 2009, 370 p.
Collection « Entreprises et carrières »

Emploi et politiques sociales. Tome 2. Trajectoires d'emploi et rémunérations

33Barnay Thomas (Dir.), Legendre François (Dir.)
Paris, Harmattan, 2009, 361 p.

L'emploi en ruptures

34Gomel Bernard (Dir.), Méda Dominique (Dir.), Serverin Evelyne (Dir.)
Paris, Dalloz, 2009, 259 p.

Les transformations des ressources des travailleurs. Une lecture de l'emploi et des droits sociaux en France

35Higelé Jean-Pascal (Dir.), Castel Nicolas (Collab.)
Presses Universitaires de Nancy, 2009, 190 p.
Collection « Salariat et transformations sociales »

Le travail collaboratif. Une innovation générique

36Le Roux Serge (Dir.)
Paris, L'Harmattan, 2009, 206 p.
Collection « Marché & Organisations »

Chemins de l'émancipation et rapports sociaux de sexe

37Cardon Philippe (Dir.), Kergoat Danièle (Dir.), Pfefferkorn Roland (Dir.)
Paris, La Dispute, 2009, 249 p.
Collection « Le genre du monde »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Ceccaldi, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi, 109 | 2010, 139-147.

Référence électronique

Sylviane Ceccaldi, Nathalie Leménager et Magali Thévenot, « Lectures », Formation emploi [En ligne], 109 | janvier-mars 2010, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/2872

Haut de page

Auteurs

Sylviane Ceccaldi

Articles du même auteur

Nathalie Leménager

Articles du même auteur

Magali Thévenot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page