Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Texte intégral

Emploi

État moderne, État efficace : évaluer les dépenses publiques pour sauvegarder le modèle français

Ferracci, Marc, Wasmer Etienne
Paris : O. Jacob, 2011, 212 p.

1Qu'est-ce qu'un État moderne ? Un Etat capable de rendre des comptes au citoyen-contribuable. Comment mesurer son efficacité ? En évaluant rigoureusement ses dépenses selon les objectifs poursuivis. En France, on en est loin. Dans un contexte de crise aiguë pour les finances publiques, les intérêts corporatistes et les arguments idéologiques l'emportent encore à l'heure des choix. Pourtant, des travaux sérieux existent désormais sur des sujets aussi sensibles que le RSA, les 35 heures, la taxation des hauts revenus ou les zones d'éducation prioritaires. Faisant l'état des lieux critique de ces dispositifs, les auteurs expliquent quels sont les critères auxquels doit répondre une évaluation digne de ce nom. Et, s'appuyant sur des exemples à l'étranger, ils font des propositions pour favoriser cette culture de l'évaluation. Une réflexion originale et abondamment illustrée sur la dépense publique. Avec un enjeu fort à la clé : celui de simplifier des procédures trop souvent opaques, pour que les citoyens puissent mieux se les approprier.

L'intelligence sociale en danger : chemins de résistance et propositions

Chauvière Michel
Paris : La Découverte, 2011, 272 p.

2Au cours du XXe siècle, un modèle social s'est imposé en France au prix de luttes parfois dures et longues. Beaucoup d'intelligence et de pugnacité ont été nécessaires pour penser et mettre en œuvre une architecture pertinente, à la hauteur des enjeux. Celle-ci repose notamment sur quatre principaux registres interdépendants : les droits, les institutions, les savoirs et les actes de métier. Or les politiques mises en œuvre ces dernières années opèrent une dislocation de ces différents registres, au nom du pragmatisme, de l'individualisation ou de la performance. En outre, la recherche effrénée d'économies s'accompagne d'un lot de publicités mensongères (qualité, libre choix, droit opposable...). Un intense travail de remise en cause des représentations du social et des valeurs de solidarité est passé par là, contribuant à affaiblir les pratiques de terrain et la culture politique propres au champ social, malgré la remontée préoccupante des inégalités. Comment y résister collectivement ? Poursuivant la réflexion entamée dans Trop de gestion tue le social (La Découverte, nouvelle édition en 2010), Michel Chauvière montre ici que notre héritage juridique, institutionnel, cognitif et professionnel, loin d'être la cause d'inutiles dépenses publiques et d'un assistanat chronique, constitue au contraire une ressource incontournable pour apporter une réponse solidaire et globale à la question sociale qui nous interpelle tous.

Les mobilisations sociales à l'heure du précariat

Chabanet Didier, Dufour Pascale, Royall Frédéric (dir.)
Rennes : Presses de l'École des hautes études en santé publique, 2011, « Lien social et politiques ».

3Un des défis majeurs des sociétés post-industrielles est la montée du précariat et ses conséquences sur les formes contemporaines de mobilisation. Les auteurs revisitent les approches de l'analyse des mouvements sociaux en montrant comment des groupes à faibles ressources chômeurs, RMIstes, travailleurs pauvres, squatteurs, sans domicile fixe, employés du prêt à porter, etc. cherchent à agir collectivement en dépit de leur exclusion sociale et politique. Les alliances nouées avec d'autres organisations, en premier lieu les syndicats et certaines ONG, sont également interrogées. La fécondité des contributions tient notamment au décloisonnement, entre disciplines de sciences sociales d'abord, mais aussi entre aires géographiques, françaises, québécoises, haïtienne et mexicaine. Si l'évolution d'une société se perçoit dans ses marges, alors cet ouvrage est indispensable à ceux qui veulent comprendre les formes émergentes de mobilisation, où la figure traditionnelle du salariat se délite. Les contours d'une nouvelle conflictualité sociale et politique y sont dessinés, nous obligeant à questionner la légitimité des processus d'exclusion à l'œuvre mais aussi la capacité de revendication et d'action de ceux qui en subissent les effets.

Entreprise

Le livre noir du management

Bourboulon Isabelle
Montrouge : Bayard, 2011, 281 p.

4Alors que le contexte social est accablant – suicides en série dans les entreprises –, l'ouvrage pointe les méthodes qui ont contribué à cette extrême souffrance des salariés. Il se fonde sur une série d'entretiens et une enquête poussée, notamment chez IBM, McKinsey mais aussi dans des services publics. En seconde partie, l'auteure défend l'idée que d'autres méthodes de travail plus respectueuses des rythmes humains peuvent être mises en œuvre, à l'instar de certaines entreprises dans lesquelles elle a enquêté. Elle présente enfin de nouveaux concepts : altermanagement, nouvelles directions, autres méthodes syndicales.

Le pouvoir au-delà du pouvoir : l'exigence de démocratie dans toute organisation

Michel Hervé ; Brière Thibaud
Paris : F. Bourin éd., 2012, 505 p., « Société »

5Pourquoi la démocratie s'arrêterait-elle aux portes de l'entreprise ? Il n'y a aucune raison, ni politique ni économique, que les salariés ne soient pas leur propre chef et ne puissent pas évoluer dans leur entreprise comme des intra- entrepreneurs. Aussi est-il temps de généraliser à toute organisation les manières de réussir déjà à l'œuvre dans le web2.0 : la coopération entre pairs, l'organisation en réseaux et l'intelligence collective comme sources d'ajustement permanent à un environnement évolutif. Une telle révolution passe par la libération du pouvoir de création de chacun, au- delà de l'antique pouvoir de domination exercé par quelques- uns seulement. L'heure de la démocratisation des organisations a sonné. C'est ce que montre ce livre, en s'appuyant notamment sur l'expérience, unique en France, menée depuis quarante ans au sein du groupe Hervé.

Formation

L'école commune : propositions pour une refondation du système éducatif

Groupe de recherche sur la démocratisation scolaire, GRDS
Paris : La Dispute, 2012, 207 p., « L'enjeu scolaire »

6La démocratisation scolaire est en panne : les inégalités scolaires n'ont pas bougé depuis un demi-siècle et l'élargissement de l'accès aux savoirs est bloqué depuis quinze ans, provoquant une véritable crise de confiance des Français dans leur école. Il est urgent d'élaborer des propositions concrètes pour refonder le système éducatif. Le GRDS (Groupe de recherches sur la démocratisation scolaire) composé d'enseignants syndicalistes et de chercheurs universitaires entend contribuer à la démocratisation de l’École en soumettant ses travaux au plus large débat. Il propose dans cet ouvrage de substituer à l'actuelle « école unique » une « école commune » caractérisée notamment par un tronc commun de 3 à 18 ans, la suppression des notes et de la concurrence entre les élèves, ainsi qu'un vaste réexamen des procédures d'apprentissage et des contenus d'enseignement, de la culture commune à transmettre aux jeunes générations, et de la formation des enseignants. Ces propositions, audacieuses, réfléchies et réalistes sont à la hauteur des attentes en France envers ce qui pourrait être une rénovation ambitieuse de l'École. C'est ce dont témoigne le succès de l'Appel pour une grande réforme démocratique de l’École, lancé fin 2010 à l'initiative du GRDS, adressé aux partis de gauche par cinquante chercheurs spécialistes du système éducatif, et qui a connu un retentissement important.

L'éducation buissonnière : quand les adolescents se forment par eux-mêmes

Barrère Anne
Paris : A. Colin, 2011, 228 p., « Sociétales »

7Blogs, net, chat, musiques, sports et fêtes en tous genres, risques nouveaux, démesures, addictions : ces pratiques, souvent sous le signe de la défiance, parfois de la dénonciation, sont systématiquement présentées comme un obstacle à l'éducation.

8Un constat qui ne cesse, rentrée après rentrée, de susciter des inquiétudes morales : adolescents désocialisés, crise de la transmission des savoirs et des normes, incarnées à merveille par le no-life rivé nuit et jour à son ordinateur. Mais ces activités plurielles sont-elles vraiment dépourvues de toute dimension éducative ? Cette enquête, au travers d'une longue plongée dans le monde de collégiens et de lycéens de tous milieux sociaux, invite à changer de regard. Elle nous montre comment, aujourd'hui, les adolescents s'éduquent eux-mêmes en dehors de tout projet institutionnel, au-delà de l'école et des familles, dans une sphère d'activités choisies, qui connaît depuis le tournant numérique une nouvelle extension. Comment une telle vision est-elle concevable ? En remettant à l'ordre du jour une conception ancienne de l'éducation comme formation du caractère. C'est en affrontant une série d'épreuves, en régulant leurs excès et leurs implications, en s'acheminant vers leur singularité, que les adolescents inaugurent aujourd'hui une nouvelle ère de l'éducation, en dehors des murs de l'école, à la fois cachée et sous les yeux de tous. Anne Barrère est professeur de sciences de l'éducation, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Laboratoire CERLIS-CNRS.

Formation et employabilité : regard critique sur l'évolution des politiques de formation de la main-d'œuvre au Québec

Bernier Colette
Québec : Presses de l'Université de Laval, 2011.

9Un livre indispensable pour qui veut comprendre les transformations qui se dessinent en matière de politiques de l'emploi et de la formation et les solutions à envisager. Un livre qui replace la situation actuelle dans les grandes tendances historiques et qui emprunte à une connaissance poussée des pratiques de formation en milieu de travail. Un livre enfin qui présente de façon claire et concise les principes, les notions et les théories nécessaires pour comprendre l'évolution actuelle et qui intéressera aussi bien les spécialistes et les intervenants du domaine que les étudiants et étudiantes et le public désireux de prendre part au débat. En résumé, l'auteure se demande ici comment la question de la formation de la main-d'œuvre en est venue au tournant du siècle à prendre une importance centrale dans les politiques publiques de l'emploi, au Québec comme ailleurs dans le monde. La thèse avancée est que, dans le contexte néolibéral actuel, une conception nouvelle de la sécurité d'emploi se développe et fait appel à une responsabilisation accrue des individus face à leur formation pour assurer leur employabilité. L'analyse de nouvelles tendances à l'œuvre dans les dispositifs publics de formation des secteurs et des territoires fait par ailleurs ressurgir la nécessité de mettre en avant de nouveaux « droits » face aux évolutions actuelles.

Livre blanc : Quelle formation demain ?

Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (France)
Montreuil : AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes), 2011, 114 p., 86 p., 98 p.

10Pas un rapport, ni un diagnostic, le livre blanc « Quelle formation demain ? » initié par l'AFPA appelle à une tripe révolution économique, pédagogique et culturelle.

11Pour nourrir ce livre blanc, des formateurs, des stagiaires, des salariés et demandeurs d'emploi, les régions, des entreprises, des acteurs de la formation, ont sollicités pour imaginer la formation de demain. Des neuroscientifiques, paléoanthropologues, spécialistes des réseaux sociaux ou encore des designers de l'Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle ont également enrichi de leurs expériences cette réflexion sur la formation de demain. Prospectif et novateur par sa méthodologie. Il en ressort une proposition visant à mettre en place un droit universel à la formation professionnelle, inversement proportionnel au niveau de formation initiale, permettant aux individus de se construire un « capital d'employabilité ». Ainsi, tous les acteurs convergent pour prôner plus de concertation, plus de lisibilité et plus d'accompagnement afin que la formation professionnelle joue son rôle indispensable dans la construction des parcours.

Les maîtres d'apprentissage

Kunégel Patrick ; Pastré Pierre (préf.)
Paris : L'Harmattan, 2011, 286 p., « Action et savoir »

12Le développement des formations en alternance a remis au goût du jour la très ancienne fonction du tutorat. Cependant l'exercice tutoral en situation de travail relève-t-il d'une conduite organisée ? Le matériau d'analyse est constitué des interactions filmées en situations réelles entre maîtres d'apprentissage et apprentis du secteur de la maintenance automobile. Voici une exploration de la partie la plus énigmatique de la formation en alternance : l'immersion en entreprise.

Université et formation tout au long de la vie : un partenariat européen de mobilité sur les thèmes de l'éducation des adultes

Loiodice Isabella, Plas Philippe, Rajadell Puiggros Nuria (dir.)
Paris : L'Harmattan, 2011, 295 p., « Logiques sociales »

13L'objectif de cette publication est de divulguer les résultats d'une expérience issue d'un partenariat européen sur les thèmes de la formation des adultes. Le choix de proposer dans le cadre du Programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie (LLP), un Erasmus Intensive Programme sur les thèmes de l'éducation des adultes a été motivé par la volonté de réunir dans un même projet des groupes européens de recherche, qui travaillent sur des sujets, tels que l'âge adulte et la crise (existentielle, familiale, professionnelle, politique et culturelle), liés aux transformations provenant de la société complexe et du changement permanent. Le présent ouvrage reporte les contributions (de réflexion théorique et d'expérimentation didactique) fournies au cours de l'expérience de l'Erasmus Intensive Programme, réalisée en 2010 auprès de l'Université de Foggiq, chef de file du projet. Ce qui confirme la validité scientifique des projets de partenariat européen sur les thèmes de la recherche et de la didactique universitaire.

Insertion

La génération Y par elle-même : quand les 18-30 ans réinventent la vie

Levain Myriam ; Tissier Julia
Paris : F. Bourin éd., 2012, 202 p.

14Individualistes, insolents, instables au boulot, indécis en amour, dopés au porno, dépolitisés, incultes... Les critiques pleuvent sur les 18-30 ans, la fameuse « génération Y ». Il était temps de nous insurger contre ces lieux communs sans fondement (ou presque) ! Si l'on nous comprend si mal, c'est que, au travail ou dans les sphères plus intimes du quotidien, nous inventons chaque jour de nouveaux modes de vie. Et pour cause : familiers de la précarité, nous avons dû apprendre à faire de notre vision à court terme un véritable atout. Pour montrer l'inventivité des Y, nous avons choisi de leur donner la parole. Nous sommes allées à la rencontre d'une cinquantaine de personnalités et d'anonymes qui démontent un par un tous les a priori qui nous collent à la peau. Créative, entreprenante et solidaire, la jeunesse dessine chaque jour le nouveau visage de la société.

Le plafond de fer de l'université : femmes et carrières

Fassa Farinaz ; Kradolfer, Sabine (dir.)
Zürich : Seismo, 2010, 243 p., « Questions de genre »

15Pourquoi les femmes n'ont-elles pas « l'étoffe du chercheur » ? Le modèle unique imposé par le monde académique pénalise les femmes dans leur ascension professionnelle et sa rigidité qui perdure au sein des universités nous a conduites à revisiter les travaux réalisés dans le monde de l'entreprise sur le « plafond de verre », le « ciel de plomb » ou le « leaky pipeline », pour nous intéresser à ces processus pernicieux. Du fait de son mode de recrutement prétendument fondé sur le seul mérite (et son alliée l'excellence), le monde académique pourrait garantir une certaine égalité entre hommes et femmes, mais il n'en n'est rien. Afin de faire émerger les processus complexes qui conduisent à l'exclusion des femmes du sommet des hiérarchies universitaires, cet ouvrage mêle des textes académiques à des contributions plus personnelles qui prennent la forme de témoignages ou de réflexions illustrant les aléas des parcours féminins dans l'université.

La vie en réseau : Dynamique des relations sociales

Bidart Claire ; Degenne Alain ; Grossetti Michel
Paris : Presses universitaires de France, 2011, « Le lien socia »

16Les amis, parents, collègues et connaissances constituent l'entourage, le réseau d'une personne. Ce réseau est toujours en évolution. Au cours de la vie certaines relations disparaissent, d'autres naissent dans différents contextes, certaines s'affirment, se connectent ou se dissocient les unes des autres. Les évolutions de ce système relationnel sont liées aux situations sociales et aux événements de la vie. Elles ouvrent l'accès à différents milieux en dessinant un système de contraintes, de ressources, d'influence. La sociologie des dynamiques relationnelles proposée ici explore ce « niveau intermédiaire » d'appréhension du monde social, qui fait le lien entre individus, cercles sociaux et organisations. En mobilisant deux enquêtes inédites et les acquis d'une abondante littérature, ce livre explore la dynamique des réseaux personnels dans les différentes phases des parcours de vie.

Profession

Les nouveaux prolétaires

Abdelnour Sarah
Paris : Textuel, 2012, 139 p., « Petite encyclopédie critique »

17Prolétaire : le mot paraît anachronique tant ont été déçus les espoirs révolutionnaires placés en lui. Même le terme d' « ouvrier » semble banni du débat public. Un « gros mot » qui représente pourtant une réalité : les ouvriers constituent un quart de la population active aujourd'hui. Et plus de la moitié des salariés sont exposés à une forme de pénibilité physique dans leur travail. Sarah Abdelnour montre que ces termes conservent leur actualité pour comprendre l'évolution du monde du travail. Les nouveaux prolétaires, ce sont d'abord les mêmes que les anciens, les ouvriers soumis à un travail dur pour un salaire faible. Mais ce sont aussi les employés ainsi que tous les travailleurs précaires et mal protégés dont le nombre augmente aujourd'hui, femmes et immigrés en tête. Et si les luttes des nouveaux prolétaires sont encore fragiles, elles n'en portent pas moins des enjeux politiques décisifs pour l'avenir.

Les nouvelles classes moyennes

Goux Dominique ; Maurin Eric
Paris : Seuil, 2012, 119 p., « La République des idées »

18Souvent perçues – et convoitées – comme le noyau stable de la société, les classes moyennes sont en réalité le lieu où s'expriment les aspirations les plus intenses à l'ascension sociale et les craintes les plus aiguës face au déclin. La droite cherche traditionnellement à les enrôler dans ses combats contre l'État-providence et ses « assistés », tandis que la gauche rêve de les allier aux classes populaires dans une lutte commune contre les privilégiés et les ultra-riches ; mais droite et gauche confondues ne manquent jamais de noircir le déclassement qui les frapperait indistinctement. S'appuyant sur un ensemble d'enquêtes inédites, ce livre passe ces idées toutes faites au crible et démontre comment les familles des classes moyennes ont su en réalité maintenir leur position tout au long de ces trente dernières années, au terme d'une lutte sociale sans merci pour les statuts professionnels les plus protégés, les quartiers de résidence les plus sûrs et les diplômes les plus recherchés.

Travail

Dictionnaire du travail

Bevort Antoine, Jobert Annette, Lallement Michel, Mias Arnaud (dir.)
Paris : Presses universitaires de France, 2012, 880 p., « Quadrige. Dicos poche »

19En multipliant les points de vue, ce dictionnaire donne à voir le travail dans toute sa diversité. Les plus de 140 entrées qui le composent relèvent de disciplines multiples (histoire, sociologie, droit, économie, psychologie...) avec pour objectif de satisfaire la curiosité du plus grand nombre. Plusieurs types d'entrées sont proposés : la manière dont le travail est pratiqué et vécu (risques, rémunération, conflits...), les identités et catégories professionnelles, les mondes sociaux du travail (entreprise, professions...), ou encore les multiples statuts et institutions liés au travail (chômage, syndicats, droit du travail...). D'autres entrées mettent en scène des auteurs, des paradigmes ou des approches disciplinaires (Marx, théorie de la régulation sociale, économie du travail, reconnaissance...) ou aident à voir le travail au prisme d'événements marquants (Premier Mai, Front Populaire).

L'intimité au travail : la vie privée et les communications personnelles dans l'entreprise

Broadbent Stefana
Limoges, Fyp éditions, 2011, 191 p., « Présence. Essai »

20Grâce aux nouvelles technologies de l'information, les environnements professionnels ou scolaires dans lesquels les individus étaient jusqu'alors isolés de leur sphère privée sont maintenant ouverts aux communications personnelles. Les journées de travail sont désormais ponctuées d'interactions avec la famille, le conjoint, les amis, par l'intermédiaire de SMS, des e-mails, des appels téléphoniques, des réseaux sociaux, etc. Mais ces conversations personnelles vont à l'encontre de principes profondément ancrés dans le monde du travail selon lesquels il faut isoler l'individu de sa sphère privée afin de préserver sa productivité et son efficacité. Des entreprises ou des administrations empêchent l'accès aux réseaux sociaux ou interdisent l'utilisation de téléphones personnels pendant les heures de travail, en appliquant des sanctions qui peuvent aller jusqu'au licenciement. Une nouvelle fracture numérique apparaît entre ceux qui peuvent utiliser les moyens de communication personnels et ceux qui ne le peuvent pas. C'est de l'intimité de l'individu au travail qu'il est question.

21Véritable documentaire, cet ouvrage révèle une mutation profonde du rapport entre vie privée et travail. Grâce à des enquêtes rigoureuses, Stefana Broadbent explique pourquoi et comment la nature des liens familiaux et des échanges s'est transformée. Elle analyse toutes les conséquences que les communications personnelles peuvent avoir sur les relations des individus avec leurs employeurs. Elle démontre que les communications privées au sein d'une entreprise, d'une institution ou d'une école, n'affectent ni le travail ni l'apprentissage et que cela est même bénéfique ; et elle propose des solutions concrètes aux entreprises, DRH, salariés, enseignants, pour concilier productivité et qualité de vie au travail.

Repenser le travail et ses régulations

Lavialle Christophe (dir.)
Tours : Presses Universitaires François-Rabelais, 2011, 397 p.

22Nos sociétés modernes n'ont cessé de se questionner sur la place et le sens du travail. Cette très ancienne question est récemment réapparue dans le débat public : ce débat concerne la place du travail dans nos vies, le manque de travail pour les uns, la surcharge de travail pour les autres, les formes que revêt celui-ci, plus récemment la nature des transformations de la relation d'emploi et du rapport salarial. Le présent ouvrage, « Le travail et ses régulations » met en perspective un certain nombre de ces débats contemporains, pour s'interroger finalement sur l'avenir du travail et de ses régulations. L'ouvrage est introduit par un dialogue entre Dominique Méda et François Vatin, qui interroge les termes et la signification du retour de la question du travail au cœur du débat d'idées. Viennent ensuite une série de textes portant sur la question du caractère marchand ou non de la relation de travail, et du rôle des protections collectives et des médiations sociales dans l'institutionnalisation de la transaction d'emploi. Une troisième partie interroge le rôle des représentations et des catégories d'analyse dans la mise en œuvre des politiques sociales et de l'emploi. Enfin, un débat autour de la vision de Jean-Christophe Le Duigou de ce que pourrait être un « nouveau plein emploi », ouvre la voie permettant de sortir du débat sur la « valeur travail » : oublier la valeur travail pour repenser le travail et percevoir derrière le "travail abstrait", la richesse des « travaux concrets ».

Temps, travail et salariat : Mateo Alaluf et Pierre Rolle. Actualité de leur pensée

23Desmarez Pierre, Lanciano-Morandat Caroline, Monchatre Sylvie, Stroobants Marcelle, Vatin François (dir.)
Toulouse : Octarès, 2012, 193 p., « Le travail en débats Hors série »

24Mateo Alaluf et Pierre Rolle : deux noms qui traversent la sociologie du travail et ne cessent de l'interpeller, deux sociologues qui intriguent par leur pensée audacieuse et impertinente, deux vieux amis dont la complicité n´a d´égal que leur commune liberté de réflexion et d´action, deux personnalités qui frappent par ce mélange si rare de perspicacité et de délicatesse. Regroupant treize communications de philosophes, psychologues et sociologues, cet ouvrage invite à penser avec eux, dans des parcours libres sur des chemins qu´ils ont eux-mêmes parcourus. Il témoigne de l´actualité de leur pensée, loin de l´opposition stérile entre l´enchantement gestionnaire et la compassion misérabiliste qui a par trop marqué les débats contemporains sur le travail. Et il invite, par dessus tout, à tenir le fil d'une science des relations, en partageant leur jubilation inventive qui ouvre tant d'espaces à défricher...

Travail et dons

Jacquot Lionel, (dir.) ; Kraemer Charles, (collab.)
Nancy : Presses universitaires de Nancy, 2012, 591 p., « Salariat et transformations sociales »

25Le paradoxe est saisissant : le travail est célébré comme il ne l'a jamais été au moment même où sont mis en lumière les crises, les maux et les affres qui attaquent ses fondements.

26A l'heure où les oeuvres cinématographiques et littéraires mais aussi les écrits scientifiques mettent le projecteur sur la question de la souffrance au travail, n'est-il pas opportun de réinterroger, en suivant les traces d'Émile Durkheim et de Marcel Mauss, les composantes du travail-institution, d'analyser les formes modernes du travail à l'aune des fonctions qui lui sont assignées ? Cet ouvrage, tiré des premières biennales Durkheim-Mauss organisées par la Société d'Émulation du Département des Vosges et le Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, porte sur le travail, fait social total qui met en branle la totalité de la société et de ses institutions. 40 contributeurs ont d'une manière ou d'une autre à un titre ou à un autre placé leurs pas dans ceux de Durkheim et de Mauss pour penser la réalité contemporaine du travail autour de trois thématiques : solidarités et dons au travail (Partie I), formes nouvelles de division et de coopération du travail (Partie Il), l'engagement altruiste et les éthiques professionnelles à l'épreuve de la modernisation managériale (Partie III).

Travail et précarité : les « working poor »en Europe

Lestrade Brigitte (dir.)
Paris : L'Harmattan, 2011, 267 p., « Logiques sociales »

27Depuis la fin des trente glorieuses, la pauvreté s'accroît, la pauvreté des enfants, des familles monoparentales, des personnes âgées. Plus récemment, la pauvreté a pris un nouveau visage, celui des « working poor" » ces salariés qui ont un emploi, mais qui ne parviennent pas à vivre du fruit de leur travail. Ce phénomène, peu étudié jusqu'à présent en Europe, concerne actuellement des dizaines de millions de travailleurs dans tous les pays européens, et leur nombre augmente sans cesse. Comment expliquer ce phénomène ? Certains avancent la tertiarisation du marché du travail et son cortège d'emplois de service sans qualification et mal payés, d'autres citent la dérégulation du marché de l'emploi, favorisant la précarisation du statut de salarié avec le développement de l'intérim, des CDD et du travail à temps partiel, d'autres encore incriminent l'instabilité des ménages ou l'insuffisance, voire l'absence de salaire minimum garanti. Il s'agit d'un problème complexe, qui représente un défi pour les sociétés européennes : l'écart entre les riches et les pauvres s'accroît, imposant des tensions extrêmes au tissu social. Les gouvernements le savent qui tentent de lutter tant par des mesures financières que par l'extension des offres de formation aux populations défavorisées. Mais leurs politiques sont-elles adaptées ? Les auteurs de cet ouvrage s'interrogent : quelles aides proposer aux salariés pauvres ? Le SMIG est-il efficace ? L'emploi est-il la meilleure protection contre la pauvreté ? Ou bien l'introduction d'une allocation universelle ? Comment assurer un écart raisonnable entre rémunération du travail et salaire de substitution ? Quel rôle pour les syndicats, les associations ? Autant de questions redoutables et beaucoup d'autres auxquelles nos gouvernements devront trouver des réponses.

Quel travail voulons-nous ? : La grande enquête

Krauze Jan ; Méda Dominique ; Légeron Patrick ; Schwartz Yves
Editions des Arènes, 2012, 231 p.

28Dans leur grande majorité, les Français aiment travailler, même s'ils souffrent des conditions d'exercice de leur métier. C'est cette expérience que Radio France a voulu recueillir en donnant la parole à ses auditeurs. Pour qu'ils expriment leurs satisfactions, leurs attentes, mais aussi leurs déceptions. Près de 6 000 personnes ont pris la plume pour raconter leur histoire et proposer de nouvelles manières de vivre le travail. Ce livre est le miroir de cette enquête sans précédent. Une sociologue, un psychologue et un philosophe ont tour à tour commenté les résultats et esquissé des pistes pour améliorer le travail. Un syndicaliste et un chef d'entreprise se sont efforcés de replacer le débat dans le contexte économique actuel. Les textes des grands philosophes font écho à ces cahiers de rêves et de doléances.

La vie professionnelle : âge, expérience et santé à l'épreuve des conditions de travail

Molinié Anne-Françoise, Gaudard Corinne, Pueyo Valérie (dir.) ; Leymarie Colette (collab.)
Toulouse : Octarès, 2012, 395 p., « Travail et activité humaine »

29Le thème de cet ouvrage est au cœur de l'actualité, compte tenu des changements démographiques et des transformations rapides dans le monde du travail. Les « seniors » sont de plus en plus nombreux dans les entreprises et les administrations, mais aussi de plus en plus nombreux à quitter la vie active. C'est une tendance marquée, durable, quelles que soient les hypothèses d'âge de départ. L'arrivée de « nouveaux » est elle aussi de plus en plus fréquente, pour remplacer des départs en retraite ou du fait d'une accélération des mobilités. Or, dans le même temps, le monde du travail se transforme, privilégiant à la fois la rationalisation et la réactivité. Les espaces de liberté, les possibilités d'anticiper, de s'organiser individuellement et collectivement, diminuent. Les temps non immédiatement productifs sont réduits, tels ceux consacrés à la formation et aux apprentissages, à l'accueil des nouveaux, aux échanges entre collègues. Ce livre invite à saisir le « fil de l'âge » pour proposer des repères, théoriques et pratiques, afin de comprendre ces transformations dans le travail et les parcours professionnels, et leurs enjeux, souvent préoccupants, en termes de santé au travail et d'expérience. Sur l'apprentissage, le développement des compétences, les ressources que peut - ou non - constituer le collectif, la santé au travail en fin de vie active, il existe des connaissances, des expériences, des pistes d'action, pour prendre en compte la diversité de la population et porter attention aux différents temps de la vie professionnelle. Les réflexions et les expériences que présente ce livre collectif sont étroitement liées aux problématiques et recherches développées depuis une vingtaine d'années au sein du Centre de recherches et d'études sur l'âge et les populations au travail (Créapt).

A signaler

80 propositions qui ne coûtent pas 80 milliards

30Weil Patrick (dir.)
Paris : Grasset, 2012, 333 p.

Le baccalauréat : 1808-2008 ; certification française ou pratique européenne ?

31Marchand Philippe (dir.)
Actes du colloque « Le baccalauréat et la certification des études secondaires, exception française ou pratique européenne ? 1808-2008 »
Lille, 14, 15 et 16 mai 2008 / Villeneuve-d'Ascq : Revue du Nord ; Lyon : INRP, 2010, 446 p., Collection « Histoire ; 24, Hors-série ».

Chronique de la discrimination ordinaire

32Edin Vincent ; Hammouche Saïd
Paris : Gallimard, 2012, 234 p., « Folio Actuel ; 149 »

La construction des inégalités scolaires : au cœur des pratiques et des dispositifs d'enseignement [texte imprimé]

33Rochex Jean-Yves, Crinon Jacques (dir.)
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2011, 212 p., « Paideia »

Le destin de la classe ouvrière

34Halbwachs Maurice ; Baudelot Christian ; Establet Roger
Paris : Presses universitaires de France, 2011, 577 p., « Le lien social »

L'école et la méritocratie : représentations sociales et socialisation scolaire

35Tenret Elise
Paris : Presses universitaires de France, 2011, 191 p., « Éducation et société ».

La fonction publique territoriale

36Biland Emilie
Paris : La Découverte, 2012, 125 p., « Repères ; 589 »

Guide pratique de la formation professionnelle / France

37Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé (Paris), 2e édition, Paris : La Documentation française, 2012, 205 p., « Les indispensables »

Les jeunes et le travail : 1. Evolution et contextes

38Correia Mario ; Eckert Henri
in Chroniques du travail n° 1, Décembre 2011, pp. 1-255.

La jeunesse du monde : une enquête planétaire 2011 de la Fondation pour l'innovation politique [texte imprimé]

39Reynié Dominique (dir.)
Paris : Lignes de Repères, 2011, 130 p.

Lost in management : la vie quotidienne des entreprises au XXIe siècle [texte imprimé]

40Dupuy François
Paris : Seuil, 2011, 268 p.

Manager ou servir ? : les services publics aux prises avec le nouveau management public [texte imprimé]

41Bechtold-Rognon Evelyne, Lamarche Thomas (dir.)
Paris : Editions Syllepse, 2011, 143 p., « Comprendre et agir »

Metaleurop : mémoire ouvrière, mémoires d'ouvriers

42Gimel Josué
Paris : L'Ours, 2011, 270 p.

Les mondes sociaux des petites et très petites entreprises

43Regnault Gérard
Paris : L'Harmattan, 2011, 188 p., « Logiques sociales »

Peut mieux faire ! : pour un renouveau des politiques de l'Éducation

44Dollé Michel ; Delors Jacques (préf.)
Paris : Saint-Simon, 2012, 243 p.

La politique de la jeunesse : Rapport au Premier Ministre

45Bouzou Nicolas ; Ferry Luc
Paris : O. Jacob, 2011, 120 p., « Penser la société »

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France : expériences et approches comparées

46Hazouard Solène, Lasserre René, Uterwedde Henrik (dir.)
Paris : Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine (CIRAC), 2010, 256 p., « Travaux et Documents du CIRAC »

Les politiques régionales en France [texte imprimé]

47Barone Sylvain (dir.)
Paris : La Découverte, 2011, 324 p., « Recherches. Série "Territoires du politique" ».

Premier emploi : quels sont mes droits ? France

48Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé (Paris).
[5e édition actualisée], Paris : La Documentation française, 2011, 221 p., « Les indispensables jeunes »

À quoi sert vraiment un sociologue

49Dubet François
Paris : A. Colin, 2011, 191 p., « Dites-nous »

Santé au travail : approches critiques

50Thébaud-Mony Annie, Daubas-Letourneux Véronique, Frigul Nathalie, Jobin Paul (dir.)
Paris : La Découverte, 2012, 357 p., « Recherches »

Se battre disent-elles

51Kergoat Danièle
Paris : La Dispute, 2012, 354 p., « Le genre du monde »

52

Se former en alternance [texte imprimé] / France

53Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé (Paris)
Paris : La Documentation française, 2011, 197 p., « Les indispensables jeunes »

Socialisation des jeunes et éducation aux médias : du bon usage des contenus et comportements à risque [texte imprimé]

54Frau-Meigs Divina
Toulouse : Éd. Erès, 2011, 234 p., « Education et société »

La société des égaux

55Rosanvallon Pierre
Paris : Éd. du Seuil, 2011, 427 p., « Les livres du nouveau monde »

Travail et emploi des femmes

56Maruani Margaret
4e édition, Paris : La Découverte, 2011, 126 p., « Repères ; 287 »

Le travail en question : XVIIIe-XXe siècle

57Lavialle Christophe (dir.)
Tours : Presses Universitaires François-Rabelais, 2011, 432 p., « Perspectives historiques »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lectures », Formation emploi [En ligne], 118 | avril-juin 2012, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/3666

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page