Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Rubrique réalisée en collaboration avec le service documentation du Céreq

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 10 septembre 2012.

Accès à l’emploi

Education et insertion professionnelle au Mali : Jeu des trajectoires, enjeu familial et inégalités

Weyer Frédérique
Paris : Karthala, 2012, 202 p., coll. « Développements »

1Depuis le début des années 1990, l'accès à l'enseignement primaire s'est largement amélioré au Mali. Cette progression est associée à une diversification des structures de l'offre éducative formelle et non formelle et des acteurs qui l'investissent. Quels sont les effets de cette évolution sur les inégalités en matière d'éducation ? L'originalité de cet ouvrage consiste à traiter conjointement les sphères de l'éducation et de l'insertion professionnelle. Frédérique Weyer adopte une perspective centrée sur les acteurs et en particulier sur leurs trajectoires éducatives. À partir des données collectées en milieu rural, elle montre que la diversification de l'offre éducative engendre des inégalités importantes en termes de conditions d'enseignement et d'acquis. Par ailleurs, l'insertion professionnelle s'avère un processus concomitant à la trajectoire éducative et non consécutif : le travail des jeunes en âge d'être scolarisés représente un apport capital aux systèmes locaux d'activités. De plus, l'incidence de la trajectoire éducative sur l'insertion professionnelle est limitée. Bien que les savoirs acquis soient réinvestis par les jeunes dans leurs activités productives, l'insertion professionnelle dépend avant tout de l'apprentissage familial.

Emploi

L'enjeu du salaire

Friot Bernard
Paris : La Dispute, 2012, 202 p., coll. « Travail et salariat »

2La souveraineté populaire doit être défendue. Patronat et banquiers pratiquent le chantage à l'emploi et à la dette pour réduire les droits sociaux. Les gouvernants de droite et de gauche, loin de leur résister, s'évertuent à leur envoyer des « signaux qui les incitent à réclamer davantage ». Est-il possible de briser cette soumission ? Oui répond cet ouvrage qui propose de porter plus loin les institutions qui sont nées des luttes pour le salaire et dont nous faisons à grande échelle l'expérience de l'efficacité : la qualification personnelle et la cotisation. La qualification personnelle peut faire disparaître le marché du travail à condition d'attribuer à chacun à sa majorité, une qualification et donc un salaire. Et contre les projets de remplacer la cotisation sociale par la CSG, la TVA ou les mutuelles, il faut au contraire l'étendre en créant une cotisation économique pour un financement de l'investissement sans crédit et donc sans dette. L'enjeu du salaire, c'est la disparition du marché du travail et donc du chantage à l'emploi, ainsi que la suppression du crédit lucratif et donc du chantage à la dette. Ce n'est ni d'une réforme fiscale ni d'une plus grande régulation étatique que nous avons besoin mais de plus de pouvoir populaire sur l'économie et sur le travail.

Epreuves d'évaluation et chômage

Eymard-Duvernay François (dir.)
Toulouse : Octarès, 2012, 209 p., coll. « Le travail en débats »

3Ce livre renouvelle profondément l'analyse économique du chômage, grâce à une approche interdisciplinaire : une partie du chômage n'est pas l'effet d'un déséquilibre quantitatif entre offres et demandes de cette « marchandise » particulière que serait le travail. Le chômage résulte d'un processus qualitatif de sélection que subissent les personnes depuis l'école jusqu'à l'entreprise et ses intermédiaires sur le marché du travail. La notion « d'épreuve d'évaluation », construite par la sociologie, désigne ces moments où les personnes sont évaluées dans le cadre d'un dispositif (ensemble de personnes, de mots, de choses qui soutiennent l'évaluation). L'évaluation, opération complexe, intègre (ou devrait intégrer) une dimension cognitive (il faut mesurer les éléments de la compétence), éthique (ce qu'est la compétence dépend d'une définition du bien, plus précisément de ce qu'est un bon produit et un bon travail), sociale (ces définitions du bien doivent être communes dans un collectif donné) et finalement politique (les collectifs politiques qui soutiennent ces biens communs doivent satisfaire certaines règles de justice).

Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l'horizon 2030

Jolly Cécile, Liégey Maxime, Passet Olivier, Le Mouël Pierre, Boitier Baptiste, Fougeyrollas Arnaud, Zagamé Paul (collab.)
Paris : La Documentation française, 2012, 166 p., « Rapports et documents ; 48 »

4Les exercices sur la croissance à long terme sont souvent conventionnels, le risque étant d'aboutir à des conclusions trop simples. Pour aller plus loin, il faut s'essayer à identifier à la fois les secteurs qui seront créateurs et destructeurs d'emplois à long terme, et les conditions dans lesquelles la dynamique des activités pourra ou non se déployer. Quels ressorts endogènes, quels facteurs de renouvellement entraîneront un mouvement de destruction créatrice ? Inversement, comment les incertitudes macroéconomiques influeront-elles sur les activités économiques ? C'est l'ambition du présent rapport que de répondre à ces questionnements. La scénarisation s'appuie sur le modèle NEMESIS. Identifier les avantages comparatifs, les secteurs capables de dégager des gains de productivité, d'avoir des effets d'entraînement, c'est bien ce qui sera décisif. C'est là l'aspect le plus important de ce rapport. Il met en lumière les gisements de croissance. Même si des potentialités peuvent ne pas se réaliser sous l'effet d'une dégradation des conditions macroéconomiques, ce rapport montre que les secteurs traditionnels ont un potentiel de réinvention, que la France est capable de se positionner sur des spécialisations d'avenir et que les services de demain disposent de marges considérables de progression en termes de productivité et de qualité. La croissance est un pari qui peut être gagné.

Entreprise

L'encyclopédie des diversités

Peretti Jean-Marie (dir.)
Cormelles-le-Royal : Éd. EMS, Management & société, 2012, 658 p.

5L'ouvrage s'inscrit dans la continuité des « Rencontres internationales de la diversité » et de la journée « Regards croisés sur la diversité » organisée à l'ESSEC le 10 juin 2010. L'Encyclopédie des Diversités rassemble l'ensemble des thèmes qu'englobent aujourd'hui le management des diversités. En quelques années, les organisations ont dû relever de nombreux défis dans tous les domaines concernés par la prise en compte de(s) diversité(s) sous toutes les formes et le champ des diversités n'a cessé de s'élargir. Cette encyclopédie, dans la continuité des « Rencontres internationales de la diversité », créées en 2005 à Corte (Corse) réunit les 81 contributions et témoignages de dirigeants, de DRH, d'experts et d'enseignants-chercheurs passionnés par l'ampleur des défis de la diversité. Selon le principe des « regards croisés » pour chaque chapitre, un (ou deux) praticien(s) et un (ou deux) enseignant(s) chercheur(s) se sont réunis pour apporter leur approche. Dirigeants et DRH engagés dans le management des diversités ; Enseignants-chercheurs ayant travaillé sur les problématiques de la diversité ; Auditeurs sociaux et consultants impliqués dans des pratiques innovantes. Fruit d'une collaboration entre praticiens et universitaires, cet ouvrage, riche et actuel, aidera tous les acteurs concernés à mettre en œuvre un management des diversités qui fasse disparaître les discriminations et les inégalités des chances et qui transforme les diversités en richesse.

Gestion des ressources humaines : typologies et comparaisons internationales

Tremblay Diane-Gabrielle
Québec : Presses de l'Université du Québec, 2011, 350 p.

6La nouvelle édition de cet ouvrage présente d'abord l'évolution historique du concept de gestion des ressources humaines, de l'administration du personnel, à l'école des relations humaines, jusqu'à la gestion des ressources humaines d'aujourd'hui. Il expose ensuite divers modèles théoriques de la GRH (gestion des ressources humaines) et en explique les différentes fonctions (recrutement, formation, organisation du travail, rémunération, évaluation), pour s'intéresser aux diverses stratégies d'entreprises et au travail en équipe par la suite. On passe ensuite aux modèles internationaux de GRH afin d'illustrer la diversité, mais aussi la cohérence d'ensemble des pratiques nationales de GRH dans cinq pays : les États-Unis, le Japon, l'Allemagne, la Suède et le Canada. L'ouvrage entièrement mis à jour montre bien comment ces pratiques de GRH se situent dans leur contexte historique et contemporain. Puis, des études de cas du secteur automobile dans chaque pays permettent de mieux éprendre encore la diversité des pratiques de GRH dans des secteurs identiques. Divers concepts nouveaux sont ainsi situés dans leur contexte national, puis étudiés dans leur application dans d'autres pays : le juste-à-temps, le ringi, le kaizen, les cercles de qualité, la réingénierie, etc. L'ouvrage met en relief la diversité des approches mais aussi l'importance des acteurs sociaux et de l'environnement de l'entreprise pour expliquer les systèmes nationaux de GRH. Il traite enfin du concept de performance et des liens existant entre la GRH et la performance des organisations, ainsi que du transfert des pratiques d'un pays à l'autre. Il intéressera tant les gestionnaires de ressources humaines que les conseillers en la matière, ainsi que les syndicalistes confrontés à de nouvelles pratiques de GRH.

Les restructurations d'entreprises

Beaujolin-Bellet Rachel, Schmidt Géraldine
Paris : La Découverte, 2012, 127 p., « Repères. Gestion ; 5943

7Les restructurations défraient la chronique, semblent régulièrement déferler sur des secteurs ou des territoires, et inquiètent toujours.

8Comment comprendre ce phénomène devenu permanent et universel ? Quels en sont les mécanismes de décision et de mise en œuvre ? Quels effets produisent les restructurations accompagnées de suppressions d'emplois sur les individus et sur les organisations ? Comment sont-elles régulées ? Quelles sont les postures et les marges de manœuvre des acteurs dans ces processus qui semblent s'imposer à tous ? Des licenciements, des " plans de volontariat ", des mesures d'adaptation, la recherche de synergies ou d'autres réorganisations sont annoncés : de quels mouvements ces pratiques relèvent-elles ? Que signifient-elles ? Sont-elles équivalentes ? A partir d'un panorama des connaissances actuelles sur ce phénomène protéiforme, les auteures mettent en exergue les systèmes de contraintes qui s'imposent aux uns et aux autres, mais aussi les champs des possibles qui peuvent être dessinés.

Formation

Formation et apprentissage organisationnel : la vitalité de la pratique

Davel Eduardo, Tremblay Diane-Gabrielle
Québec : Presses de l'Université du Québec, 2011, 285 p.

9Les savoirs les plus vitaux pour les organisations ne peuvent être transférés uniquement au moyen d'une série de diaporamas PowerPoint ou téléchargés dans un dossier. Ils doivent être transmis et développés par les employés, petit à petit, au cours de leur travail. Pourtant, la plupart des programmes de formation des organisations sont élaborés pour favoriser le transfert ponctuel de connaissances, sans nécessairement tenir compte du développement des savoirs issus des pratiques quotidiennes de travail. Comment développer les compétences au travail ? Comment faire de l'apprentissage un levier de développement organisationnel et individuel ? Comment faire bénéficier l'entreprise des savoirs tacites et des intelligences pratiques accumulés par les employés expérimentés ? Comment favoriser la gestion de la relève ? Le fait de considérer que le travail constitue en soi une occasion d'apprendre par la pratique vous permettra de répondre à ces questions et d'affûter vos stratégies d'action à cet égard. Communauté de pratique, mentorat, coaching et autoformation : ce livre vous propose une visite guidée dans l'univers de l'apprentissage fondé sur la pratique avec des escales d'expériences en entreprise.

Former, certifier, insérer - Effets et paradoxes de l'injonction à la professionnalisation des diplômes

Maillard Fabienne (dir.)
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012, 252 p., coll. « Des Sociétés »

10C'est au nom de l'amélioration des modes d'accès à l'emploi et de la résorption du chômage que le diplôme a pris une place majeure dans notre organisation sociale, au fil des trente dernières années. Obligatoirement « professionnel », le diplôme doit désormais préparer à l'emploi, garantir la possession de compétences professionnelles spécifiques, assurer l'insertion professionnelle. Et en faire la preuve. De nouvelles règles s'imposent donc aux diplômes et à ceux qui les élaborent, pour se conformer à ce modèle professionnaliste. Pour autant, de nombreuses questions restent ouvertes : sur le sens des termes en usage, leur traduction pratique dans les politiques publiques ou par les branches professionnelles, ou sur les effets des réformes mises en œuvre pour généraliser la professionnalisation des formations et des diplômes. À partir de ces questions, cet ouvrage invite à une réflexion sur ce qu'engage l'appel à la performance productive imposé aux diplômes : à ceux qui les élaborent, qui y forment comme à ceux qui les détiennent.

Gouverner la réussite scolaire : une arithmétique politique des inégalités

Normand Romuald
Berne: Peter Lang, 2011, 260
 p., coll. « Exploration Recherches en sciences de l'éducation, 153 ».

11La mesure des inégalités à l'école est située ici dans une perspective sociologique, historique et comparative. Des instruments et techniques de calcul ont façonné des principes de justice comme le mérite, l'efficacité, l'équité. Leur analyse invite les lecteurs – politiques, administrateurs, personnels d'encadrement, enseignants, parents... – à découvrir l'arithmétique politique des inégalités qui a infléchi les politiques d'éducation ces dernières décennies. Comparant les Etats-Unis, l'Angleterre et la France, ce livre éclaire le débat public face aux enquêtes internationales utilisées pour légitimer des choix stratégiques et à l'obligation de rendre compte qui s'installe dans les systèmes éducatifs. Science et politique étant liées, l'auteur explore la circulation internationale des savoirs scientifiques et experts, leur traduction en sciences de gouvernement, leur stabilisation dans des recommandations et des instruments choisis par les décideurs politiques pour justifier les réformes.

Gouverner les universités : l'exemple de la coordination Genève-Lausanne (1990-2010)

Leresche Jean-Philippe, Joye-Cagnard Frédéric, Benninghoff Martin, Ramuz Raphaël
Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 2012, 511 p.

12Aujourd'hui, en Europe, la coordination interuniversitaire constitue l'un des principaux enjeux du gouvernement des institutions d'enseignement supérieur. Dans un contexte de concurrence accrue, pourquoi les universités coopèrent-elles ? Comment les coopérations sont-elles comprises et utilisées par les différents acteurs politiques, institutionnels et scientifiques ? En quoi affectent-elles l'autonomie des établissements universitaires ? Comment sont-elles réalisées et avec quels résultats ? Cet ouvrage analyse le développement d'institutions académiques et de disciplines scientifiques (biologie, physique, sciences sociales, etc.) en contexte coopératif. Il met notamment en évidence les manières dont les acteurs scientifiques eux-mêmes participent aux politiques universitaires dans des cadres historiques et politico-économiques différents qui leur offrent à chaque fois des opportunités reformulées mais aussi différenciées, inégales et variables. A partir d'archives et d'entretiens inédits, cet ouvrage retrace et explique les diverses formes prises par la coordination interuniversitaire sur le Bassin lémanique entre l'École polytechnique fédérale de Lausanne et les universités de Genève et de Lausanne durant ces vingt dernières années. On y suit notamment le passage d'un régime d'austérité des finances publiques dans les années 1990 à un régime d'investissements sélectifs dans les sciences au tournant du siècle, couplé à un projet politique de construction d'une « région lémanique de la connaissance ».

La professionnalisation de l'enseignement supérieur : de la volonté politique aux formes concrètes

Quenson Emmanuel, Coursaget Solène (dir.)
Toulouse : Octarès, 2012, 207 p., coll. « Le Travail en débats. Colloques & Congrès »

13Depuis une trentaine d'années, l'enseignement supérieur est le théâtre d'une succession de réformes dont le point commun est la professionnalisation. Dans un contexte marqué par l'arrivée des étudiants issus de la démocratisation scolaire et l'élévation du niveau de formation, des relations – de natures diverses – ont été établies avec le monde du travail. Elles ont conduit à redéfinir les articulations entre transmission des savoirs académiques et système de référence des entreprises. L'objectif de cet ouvrage est de s'interroger sur la signification et les effets tangibles de ces transformations en rappelant d'abord leurs conditions d'émergence et les croyances sur lesquelles elles s'appuient. Dans quel mouvement social s'inscrivent les politiques mises en œuvre ? La professionnalisation ne contredit-elle pas le cadre juridique national des diplômes ? L'injonction à un rapprochement avec les entreprises ne comporte-t-elle pas une part de leurre, dans la mesure où la reconnaissance du marché du travail dépend essentiellement d'un rapport social pour partie indéterminé ? Les investigations portent ensuite sur les formes concrètes les plus significatives de la professionnalisation. Quelles sont les conséquences de la rénovation des diplômes par la prise en compte des savoirs opérationnels dictés par le monde économique ? A quelles conditions les stages facilitent-ils l'insertion dans l'emploi ? Quelle est la portée de la validation des acquis de l'expérience pour renouveler les conditions d'apprentissage ? Comment les étudiants considèrent-ils les formations professionnalisées ? Que penser des dispositifs institués (projet professionnel, logique compétence, aide à l'orientation et à l'insertion professionnelle, etc.) ? Enfin, toutes ces mutations ne risquent-elles pas d'aboutir à une division des universités entre celles qui s'orienteront vers la recherche et celles qui prôneront la professionnalisation de leur offre de formation ?

Réussite, échec et abandon dans l'enseignement supérieur

Romainville Marc, Michaut Christophe (dir.)
Bruxelles : De Boeck, 2012, 295 p., « Perspectives en éducation & formation »

14Depuis son fort développement dans le dernier tiers du XXe siècle, l'enseignement supérieur est confronté à des taux d'échec et d'abandon élevés qui sont régulièrement dénoncés comme autant de gaspillages sociaux, humains et financiers. De surcroît, il lui est demandé d'élever le niveau de formation des jeunes tout en faisant preuve d'une plus grande justice sociale. Face à ces impératifs, les établissements sont incités à lutter contre l'échec et les étudiants contraints à réussir leurs études. Mais que signifie « réussir des études » ? Accéder à la formation et à l'établissement désirés, atteindre un certain niveau d'études, acquérir des compétences utiles sur le marché du travail ou seulement obtenir le diplôme ? Et quels facteurs sont associés à la réalisation d'un parcours réussi ? Le phénomène apparaît bien plus complexe qu'il n'en a l'air : il dépend à la fois des conditions d'accès et sélection des établissements, des pratiques pédagogiques des enseignants et des caractéristiques des étudiants. Par ailleurs, certaines structures d'enseignement supérieur mettent en place des politiques et des dispositifs de détection et de prévention du décrochage ou d'abandon des études. Sont-ils efficaces et équitables ?

La réussite à l'université : du tutorat au plan licence

Annoot Emmanuelle
Bruxelles : De Boeck, 2012, 168 p., coll. « Pédagogies en développement »

15La réussite des étudiants à l'université ou, plus précisément, la lutte contre l'échec en premier cycle est un axe majeur des politiques de l'enseignement supérieur français lors de cette dernière décennie. De plus, cette période a été marquée par de profonds bouleversements avec la participation des établissements au processus de Bologne et la proclamation de la loi du 10 août sur les libertés et responsabilités des universités. Aujourd'hui, les enseignants du supérieur vivent ces changements dans leurs pratiques quotidiennes. Que signifie faire réussir les étudiants dans l'université du XXIe siècle ? Quelles politiques et pratiques pédagogiques ont été mises en œuvre ? En quoi transforment-elles le métier d'enseignant du supérieur ? Comment évaluer le chemin parcouru ? À l'heure de la construction d'une société de la connaissance, cet ouvrage apporte une contribution essentielle à la définition d'une véritable démocratisation à l'université tant pour l'accès aux études supérieures que pour la formation des étudiants

Insertion

Parcours de vie et insertions sociales : mélanges offerts à René Levy

Joye Dominique, Pirinoli Christine, Spini Dario, Widmer Eric (dir.)
Zurich : SEISMO, 2011, 267 p.

16« Parcours de vie et insertions sociales » est un livre aux multiples facettes. D'abord, c'est un livre d'hommages à René Levy, un sociologue qui a marqué les sciences sociales à la fois par ses travaux scientifiques sur les parcours de vie et la stratification sociale, et par sa volonté de doter les sciences sociales d'infrastructures permettant une recherche de qualité. Si aujourd'hui un des outils les plus prestigieux du Fonds national suisse de la recherche scientifique, un pôle de recherche national sur les parcours de vie, a vu le jour, c'est aussi à lui que nous le devons. Ce livre insiste sur l'importance des insertions sociales mais aussi sur les logiques présidant à leur construction. Les processus qui nous amènent à nous situer socialement se construisent dans le temps, à travers nos parcours de vie, d'hommes ou de femmes, de riches ou de pauvres. Bref les insertions sociales et leurs effets ne se comprennent qu'en prenant en compte le temps d'une vie, ou d'une génération. C'est enfin un livre qui insiste sur la nécessaire diffusion des connaissances et des méthodes d'un domaine de recherche à l'autre, pour éviter un cloisonnement disciplinaire potentiellement stérilisant. Dans ce sens, ce livre est aussi un appel à « l'imagination sociologique » et à la poursuite d'une réflexion originale à laquelle entendent participer, dans cet ouvrage, les chercheurs proches de René Levy.

La professionnalisation mise en objet

Demazière Didier (dir.), Roquet Pascal (dir), Wittorski Richard (dir.)
Paris : L'Harmattan, 2012, 282 p., coll. « Action et savoir Rencontres »

17La nécessité de « professionnaliser » et de « se professionnaliser » renvoie à un usage social de plus en plus répandu. La relation formation/emploi est interrogée dans de nouveaux contextes éducatifs, formatifs et professionnels. Ce livre aborde la question de la professionnalisation : entre perspectives théoriques et approches méthodologiques, au croisement des institutions et des sujets, et au travers de dispositifs de développement et de pratiques d'accompagnement.

Une socio-histoire des relations formation-emploi

Quenson Emmanuel
Paris : L'Harmattan, 2012, 275 p., coll. « Logiques sociales »

18Souvent présentée comme un bien universel, la formation est systématiquement arrimée à la résolution des problèmes économiques et sociaux. Elle permettrait d'améliorer l'accès des jeunes à l'emploi, d'adapter les adultes aux changements et de moderniser les entreprises. Elle serait propice au dialogue social, symbole d'une société apaisée et orientée vers la recherche de compromis. Cet ouvrage se propose de déconstruire cette vision normative de la formation et des relations qu'elle établirait avec l'emploi, présentées comme logiques et nécessaires. Adoptant une perspective socio-historique, il procède à l'examen de plusieurs maillons caractéristiques de la chaîne des relations formation emploi pour interroger leur signification. Ce retour vers le passé atteste combien ce domaine d'activités est le résultat d'une succession d'interactions multiples. Situées dans des contextes définis, elles sont l'expression des opinions et des pratiques distinctes des acteurs individuels et institutionnels. Hommes politiques, experts de l'État, patrons, organisations professionnelles et syndicales ont constamment discuté, dans cette période de l'entre-deux-guerres jusqu'à aujourd'hui, du rôle et des moyens qu'ils souhaitaient voir assigner à la formation. Son objectif revient-il à transmettre des savoir-faire instrumentalisés par le travail ou consiste-t-il à délivrer des connaissances plus générales ? Sa finalité est-elle de socialiser les salariés à l'entreprise ou de leur permettre d'accéder à un certain épanouissement personnel ? Son organisation doit-elle se dérouler sur le lieu de travail ou au sein de l'école ? Le dialogue social permet-il une meilleure reconnaissance de la formation dans le monde du travail ? La responsabilisation des individus est-elle susceptible de diminuer les inégalités d'accès à la formation ? Telles sont les questions pour lesquelles cet ouvrage se propose d'apporter certains éclairages.

Les sorties de délinquance : théories, méthodes, enquêtes

Mohammed Marwan
Paris : La Découverte, 2012, 391 p., coll. « Recherches »
Dans un contexte de durcissement pénal et d'accroissement de la population carcérale, la question du devenir à long terme des délinquants mérite un intérêt particulier. L'idée selon laquelle les expériences délinquantes sont transitoires semble aller de soi, sans que l'on sache vraiment quand, pourquoi et comment s'ordonne cette perte d'attraction des conduites transgressives. Jusqu'ici, les sciences sociales tout comme les praticiens, notamment dans le monde francophone, se sont focalisés sur les entrants et les persistants et ont ignoré les sortants de la délinquance. Il y avait donc un vide académique à combler. Cet ouvrage regroupe les éclairages d'auteurs reconnus qui abordent les sorties de délinquance à travers l'analyse des expériences individuelles, des dynamiques sociétales et de l'action publique en croisant différentes disciplines et en articulant théories, méthodologies et données empiriques.

Profession

Accompagner : un agir professionnel

Charlier Evelyne, Biemar Sandrine
Bruxelles : De Boeck, 2012, 192 p., « Pédagogies en développement »

19Accompagner, se tenir à côté, faire voir, rendre compte des possibles, écouter, être présent, aider à formaliser, faire émerger, initier, cadrer, baliser, assurer, maintenir, négocier..., les termes associés à l'accompagnement sont multiples et utilisés de manière différente dans des contextes variés. La multiplicité et la complexité du rôle d'accompagnateur, tant par les fonctions auxquelles il réfère que par les contextes où il s'exerce, nécessitent une clarification. C'est dans cette voie que les auteurs se sont engagés avec une équipe de chercheurs du Département Éducation et Technologie des Facultés de Namur. Ils ont ainsi tenté de mieux comprendre la pratique d'accompagnement à la lumière de leurs expériences de chercheurs-formateurs-accompagnateurs et sont entrés, pour ce faire, dans une démarche de description, d'analyse et de formalisation de leurs pratiques. Ce travail de plusieurs années leur a permis de dégager l'essence de la professionnalité des accompagnateurs et du processus d'accompagnement. Cet ouvrage propose donc des récits de pratiques d'accompagnement d'étudiants, d'enseignants, de formateurs, de conseillers pédagogiques, de directions d'établissements scolaires. Il analyse et formalise l'agir professionnel de différents accompagnateurs, œuvrant dans des contextes divers, mettant en œuvre des dispositifs d'accompagnement tantôt individuel, tantôt d'équipe.

Métiers du service public dans les quartiers sensibles : la formation-accompagnement des agents du Service public

Perdrizet François
Paris : l'Harmattan, 2012, 285 p.

20Une investigation sur les métiers d’enseignant, de gardien d’immeubles, de gardien de la paix, de postier, et de chauffeur d’autobus, dans les quartiers sensibles. À partir d’une question simple : « Comment adapter ces métiers à la réalité de ces quartiers, et donner un appui aux agents qui les mettent en œuvre ? » Et cela concerne aussi bien la formation-accompagnement des nouveaux arrivants, l’adaptation du management et de l’organisation des services, ou encore les partenariats entre services publics et les relations avec des publics privilégiés. Avec, comme apport, des suggestions recueillies auprès d’une centaine d’interlocuteurs, portant sur des sujets comme la réorganisation de l’Education nationale, le développement de la gestion urbaine de proximité, la mise en place d’un collège pour les parents ou encore le lancement d’une réflexion de fond sur le sens du service public, la mise en commun entre services publics au niveau des quartiers de formation sur les situations de violence ou la gestion du stress, et la capitalisation-fertilisation des innovations.

Les tisseurs de quotidien : pour une éthique de l'accompagnement de personnes vulnérables

Durual Arlette, Perrard Patrick
Toulouse : Erès, 2012, 147 p., coll. « Trames »

21Dans le secteur des personnes âgées, ou des enfants et des adultes lourdement handicapés, le partage et l'accompagnement du quotidien semblent maintenant réservés à quelques professionnels, dont le travail tend à être dévalorisé. Pourtant, lorsque les AMP ou les moniteurs-éducateurs font le récit des « petits riens », s'appliquent à donner le sens du geste, ils révèlent la richesse de ce qui chaque jour s'accomplit. Les auteurs témoignent, à travers de nombreux exemples, de la nécessité d'inscrire l'action de ces professionnels du côté de l'humanité et de l'éthique de l'accompagnement plutôt que du côté de l'opérationnalité et de la technicité.

Travail

Changements et pensées du changement : Echanges avec Robert Castel

Castel Robert, Martin Claude (dir.)
Paris : La Découverte, 2012, 361 p.

22La question du changement représente un défi pour la sociologie. Elle a été plutôt appréhendée comme une opposition entre innovations et ruptures. Robert Castel en propose une lecture originale, interprétant le changement comme une métamorphose, une synthèse du passé et du présent. De ses premiers travaux sur la psychiatrie, la psychanalyse et la diffusion de la culture psychologique à ses études sur l'effritement de la condition salariale, qui est pour lui le symptôme d'une nouvelle « grande transformation », cet ouvrage, constitué d'une vingtaine de textes, revient sur le travail théorique de l'un des grands sociologues français.

Du côté des vainqueurs : une sociologie de l'incertitude sur les marchés du travail

Sarfati François, Lallement Michel (préf.)
Villeneuve d'Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2012, 201 p., coll. « Le regard sociologique »

23Précarité, pauvreté, exclusion, chômage, crise économique... Autant de termes qui jaillissent dans le débat public quand il s'agit de parler de l'emploi. Et si ces expressions décrivent une réalité pour de nombreux actifs, les mondes du travail n'échappent pas aux inégalités qui traversent notre société. Or, l'on ne peut parler d'inégalités que dans la mesure où certains possèdent plus que d'autres, ou ont plus de risque de subir telle ou telle situation. Dans cet ouvrage, il s'agit d'observer les inégalités du côté de celles et ceux qui possèdent les ressources sociales nécessaires pour faire face à la montée de l'incertitude sur les marchés du travail. Alors que le labeur est régulièrement présenté comme source de souffrance, de stress et de solitude, la passion est un moteur pour de nombreux salariés. Quand travailler, c'est agir avec et sur Autrui, quand l'implication subjective conditionne la performance, impossible de ravaler la passion au rang de puissance secondaire. Tout en détails et en nuances, cet ouvrage décortique les multiples articulations entre trajectoires, implications et ressources, schéma qui permet de lier de façon subtile, et jamais mécanique, le travail et la passion. A partir d'une enquête longitudinale réalisée dans l'univers de la finance, l'auteur montre l'intérêt qu'il y a à partir des mots des salariés pour comprendre le travail et l'emploi.

Qu'est-ce que le travail non qualifié ?

Rose José
Paris : La Dispute, 2012, 177 p., coll. « Travail et salariat »

24On constate aujourd'hui une recrudescence des emplois dits « non qualifiés », payés au salaire minimum, ayant un statut dégradé et n'offrant que peu de perspectives professionnelles. Dès lors, il devient urgent de comprendre précisément ce que signifie précisément « la qualification » et la « non-qualification » du travail, de l'emploi et des personnes, pour envisager au niveau politique, comme le propose l'ouvrage, de « requalifier le travail ». L'ouvrage propose ainsi de répondre à des questions qui sont au cœur des politiques actuelles du travail : est-ce l'emploi, le travail ou la personne qui sont non qualifiés ? Peut-on vraiment parler de non qualification ? Qui sont les sortants de l'école sans qualification ni diplôme et que deviennent-ils ? Qui occupe les emplois classés non qualifiés ? Comment peut-on qualifier le travail ? Pour y répondre, l'auteur, professeur de sociologie, s'appuie sur des enquêtes du CEREQ (Centre d'études et de recherches sur les qualifications), auxquelles il a contribué, mais aussi sur de nombreuses études du ministère du Travail et de l'INSEE. Il défend la thèse selon laquelle ce n'est pas l'existence, mais la reconnaissance de ces qualifications, qui est un enjeu crucial pour les politiques de l'emploi et l'organisation du travail. Le premier chapitre de l'ouvrage propose ainsi une clarification de la notion de « non qualification » fondée sur la distinction établie de longue date entre qualification du travail, de l'emploi et de la personne et montrant comment ces trois dimensions s'articulent étroitement. Les trois chapitres suivants établissent un diagnostic de la situation et des évolutions récentes en abordant successivement la qualification de l'emploi, son évolution et sa composition, la qualification du travail et des contenus d'activité et celle des personnes, de leurs caractéristiques et de leur devenir. L'auteur y examine plus particulièrement le rôle des politiques publiques et les résultats des études prospectives réalisées dans ce domaine. Il propose enfin, dans les deux derniers chapitres, les grandes lignes d'une politique de la qualification. Cet ouvrage, concis et pédagogique, propose ainsi une explication claire de la notion de qualification, un diagnostic de la situation et des évolutions récentes du travail non qualifié, et les grandes lignes d'une politique de requalification du travail.

Travailler dans le nucléaire : Enquête au cœur d'un site à risques

Fournier Pierre
Paris : Armand Colin, 2012, 231 p.

25L'auteur, sociologue, a pénétré dans un site nucléaire pour en donner une vision de l'intérieur en y étant tour à tour intérimaire, stagiaire et ouvrier de sous-traitance. Au sein des équipes dont il a partagé l'ordinaire, il observe les façons d'agir, les relations entre les hommes, les manières de composer avec une connaissance toujours incertaine dans cet univers complexe, les conflits qui surviennent et la place des risques qui pèsent sur les salariés.

A signaler

Aide à domicile et services à la personne : les associations dans la tourmente

26Petrella Francesca (dir.)
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012, 182 p., coll. « économie et société »

Les compétences au travail : sport et corps à l'épreuve des organisations

27Gasparini William, Pichot Lilian (dir.)
Paris : L'Harmattan, 2011, 270 p., coll. « Logiques sociales »

Décrocheurs, décrochés : Dossier

28Benasé-Rebeyrol Sandrine, Servois Julien (dir.)
Cahiers pédagogiques n° 496 (Mars-Avril 2012), pp. 10-56

Deux générations dans la débine : enquête dans la pauvreté ouvrière

29Lae Jean-François, Murard Numa
Montrouge : Bayard, 2012, 419 p.

Emploiscopie Travail et emploi : les tendances dans un monde en crise

30Charpy Christian (dir.)
Paris : Tallandier, 2012, 267 p.

Évaluer avec les usagers

31Donnet-Descartes Elisabeth, Dujardin Danielle
Rennes : Presses de l'EHESP, 2012, 143 p.

Les familles recomposées

32Damon Julien
Paris : Presses universitaires de France, 2012, 127 p.

Faut-il avoir peur de l'évaluation ?

33Hadji Charles
Bruxelles : De Boeck, 2012, 317 p., coll. « Pédagogies en développement »

La formation continue : utopie en 1970, urgence en 2012

34Vatier Raymond
Cormelles-le-Royal : Éd. EMS, Management & société, 2011, 246 p., coll. « Questions de société »

La Génération Y

35Rollot Olivier
Paris : Presses universitaires de France, 2012, 296 p.

La gouvernance des systèmes éducatifs

36Bouvier Alain
Paris : Presses universitaires de France, 2012, 369 p., coll. « Politique d'aujourd'hui »

Métiers et compétences pour une nouvelle croissance : Dossier

37Scaringella Jean-Louis (dir.)
Les cahiers de Friedland n° 8 , 2ème semestre 2011, pp. 15-121

L'orientation scolaire : héritages sociaux et jugements professoraux

38André Géraldine
Paris : Presses universitaires de France, 2012, 172 p., coll. « éducation & société »

Quelle mixité dans les formations et les groupes professionnels ? : Enquêtes sur les frontières et le mélange des genres

39Marlaine Cacouault-Bitaud, Frédéric Charles
Paris : l'Harmattan, 2011, 236 p., coll. « Savoir et formation. Série Genre et éducation »

Recherche biographique et clinique narrative : entendre et écouter le sujet contemporain

40Niewiadomski Christophe, Delory-Momberger Christine
Toulouse : Erès, 2012, 278 p., coll. « Sociologie clinique »

Les travailleurs des déchets

41Corteel, Delphine, Le Lay Stéphane (dir.)
Toulouse : Erès, 2011, 331 p., coll. « Clinique du travail »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lectures », Formation emploi [En ligne], 119 | juillet-septembre 2012, mis en ligne le 10 septembre 2012, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://formationemploi.revues.org/3752

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page