Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Rubrique réalisée en collaboration avec le centre de documentation du Céreq.

Texte intégral

Emploi

Les mutations du marché du travail allemand

Kramarz Francis ; Spitz-Oener Alexandra ; Senftleben, Charlotte ; Zwiener Hanna ; Cette Gilbert ; Didier Michel ; Fréhaut Perrine
CAE - Conseil d'analyse économique, Paris : La documentation Française, 2012, 98 p.

1Cet ouvrage décrit les récentes réformes institutionnelles intervenues sur le marché du travail allemand. Pierre angulaire de ces mutations, les réformes Hartz (adoptées entre 2003 et 2005 outre-Rhin, sous l'impulsion de l'ancien DRH de Volkswagen). Quels en étaient les objectifs ? Encourager le retour vers l'emploi ; favoriser la demande de travail de la part des entreprises, accroître l'efficacité des services de l'emploi... La plupart de ces réformes furent efficaces, à commencer par la réduction du chômage de longue durée. Mais, dans quelle mesure cette expérience outre-Rhin peut-elle éclairer les débats et les choix, en France ? Ce rapport en donne une analyse fine et circonstanciée. Les résumés en français et en anglais sont regroupés en fin de volume.

Entreprise

Entreprise et sacré : regards transdisciplinaires

Lardellier Pascal, Delaye Richard (dir.)
Paris : Hermès science publications, Paris : Lavoisier, 2012, 506 p., « Forme et sens ».

2Sécularisées en apparence, les entreprises sont en réalité chargées de manifestations du sacré qu'elles assument plus ou moins. Parties prenantes de la Cité, elles ne sont pas exemptes de sacralité. Les rites et les valeurs religieuses les renvoient, directement ou indirectement, au sacré. Aucun dirigeant ne peut négliger cette dimension sans risquer de fragiliser son organisation. Pragmatique, cet ouvrage propose des études de cas mettant en contexte la présence du sacré dans les organisations et les institutions, et plus largement dans les rapports sociaux. Il présente une définition détaillée du sacré ainsi que les multiples formes qu'il emprunte, et analyse ses finalités, plus particulièrement dans la sphère des organisations.

Fonctions RH : politiques, métiers et outils des ressources humaines

Thévenet Maurice ; Dejoux Cécile ; Marbot Eléonore ; Normand Etienne ; Bender Anne-Françoise ; Silva François
3e édition, Paris : Pearson Education, 2012, 526 p.

3Fonctions RH offre une initiation globale, dynamique et actuelle à la gestion des ressources humaines. L'ouvrage présente l'ensemble des missions et actions de la GRH en les articulant autour de cinq niveaux : l'entreprise, pour les liens avec les autres fonctions et avec la stratégie, la direction des RH, pour les politiques de ressources humaines et les grands équilibres, le responsable RH, pour son rôle de garant du cadre opérationnel de la fonction, le manager, pour son implication en tant que relais indispensable de mise en œuvre, et le consultant, pour ses multiples missions d'intervention. Pour chacun de ces niveaux, ce livre situe les enjeux et les méthodes, en détaillant les outils théoriques et pratiques mobilisables. Entièrement refondue, cette nouvelle édition propose notamment : un plan revisité, qui met l'accent sur les métiers, fonction par fonction et leurs transformations ; les dernières évolutions juridiques et fiscales : réforme des retraites, accords seniors, changements liées à la formation, réseaux sociaux... ; un nouveau chapitre sur les SIKH (Systèmes d'information pour les ressources humaines) ; une nouvelle rubrique "Activités" intégrant une étude de cas à la fin de chaque chapitre et des exercices corrigés ; de nombreux nouveaux exemples : Thalès, Viadeo, Pôle emploi, Twitter, Microsoft, Air France. Nourri de la double expérience pédagogique et professionnelle des enseignants du Cnam, abondamment illustré, l'ouvrage offre de multiples possibilités d'entrée pour comprendre et mettre en œuvre une GRH à la fois efficace et humaine

Gouverner le capitalisme ? : pour le bicamérisme économique

Ferreras Isabelle
Paris : PUF, 2012, 292 p.

4Le travail salarié ne connaît pas la démocratie. Une fois franchi le seuil de l'entreprise, le citoyen devient un "facteur travail" soumis aux décisions des seuls apporteurs en capital. Pourtant, l'histoire occidentale nous a appris les bases institutionnelles du processus de démocratisation : le système bicaméral. Innovation majeure, il a rendu le gouvernement légitime, raisonnable et intelligent sous la responsabilité conjointe des deux Chambres. Gouverner le capitalisme commencerait donc par mettre en place un "bicamérisme économique" : une Chambre des représentants des apporteurs en capital, une Chambre des représentants des investisseurs en travail, un gouvernement responsable devant les deux Chambres. A l'heure où le capitalisme mondialisé inflige de lourdes pertes de souveraineté aux États et où les salariés font la dure expérience de la contradiction capitalisme/démocratie, il est temps de penser les conditions d'une souveraineté légitime dans l'entreprise capitaliste.

Formation

Les alliances éducatives pour lutter contre le décrochage scolaire

Gilles Jean-Luc, Potvin Pierre (dir.), Tièche Christinat Chantal
Bern : P. Lang, 2012, 316 p.

5Les systèmes éducatifs contemporains s'ouvrent à un nombre croissant de professionnels amenés à effectuer des interventions déterminantes pour assurer la réussite éducative et scolaire. Les enseignants, en première ligne, sont toutefois peu préparés à cette évolution qui les conduit à collaborer avec les multiples acteurs de l'éducation extérieurs à l'école. Des cultures professionnelles spécifiques, des codes différents, des zones et des temps d'intervention distincts accentuent encore la difficulté de mise en place d'alliances éducatives. Dans la lutte contre le décrochage scolaire, un décloisonnement et un partenariat avec les professionnels des domaines tels que l'aide à la jeunesse, la santé, la justice ou l'économie permettent d'améliorer l'efficience de l'école. Dans ce contexte, des alliances éducatives émergent à différents niveaux : micro, en partenariat « jeune - famille - école » ; méso, en inclusion avec des acteurs de sphères telles que : social, santé ou justice ; et enfin, macro, en englobant les niveaux micro et méso, où des dispositifs communautaires mobilisent de larges alliances éducatives au sein de régions entières. Cet ouvrage donne la parole à des chercheurs et des praticiens impliqués dans des alliances éducatives entre divers acteurs. Ils y font état des besoins couverts, des modèles utilisés, des ressources mobilisées et de diverses pratiques, tout en s'interrogeant sur les valeurs en toile de fond et les aspects contextuels.

A l'école des compétences : de l'éducation à la fabrique de l'élève performant

Del Rey Angélique
Paris : La Découverte, 2013, 286 p.

6Professeure de philosophie, l'auteure de ce livre a été confrontée comme nombre d'enseignants à une forte incitation émanant de l'Éducation nationale : celle d'évaluer systématiquement les « compétences acquises » par les élèves, sur des critères préétablis. Frappée par l'utilitarisme de cette méthode, elle a voulu en savoir plus sur son origine. À sa grande surprise, elle a découvert l'omniprésence de l’« approche par compétences » dans l'éducation : depuis les années 1980, celle-ci est de plus en plus utilisée, dans les pays du Nord comme du Sud, de la maternelle à l'université, pour l'évaluation personnelle des élèves comme pour celle des systèmes éducatifs nationaux. Ce qui l'a amenée à explorer un univers méconnu : celui du « marché des compétences », fondé sur la théorie du « capital humain », promue par des institutions internationales comme l'OCDE et l'Unesco. Ce livre restitue l'enquête conduisant à ces découvertes et explore les voies d'une « autre école » qui, plutôt que d'armer les élèves pour une « vie moderne » standardisée, assume les défis de la situation. Il plaide pour qu'enseignants et parents encouragent, par leur éducation, les jeunes à « suivre leur chemin », quitte à les mettre en conflit avec les principes utilitaristes qui prévalent. C'est le prix pour que ceux-ci sachent demain s'épanouir dans le monde et le transformer.

L'école peut-elle être juste et efficace ? : de l'égalité des chances à l'égalité des acquis

Crahay Marcel (dir.)
2 e édition revue et actualisée, Bruxelles : De Boeck Université, 2012, 537 p.

7L'école reste le siège de nombreuses inégalités. Pourtant, il est possible de bâtir une école qui vise l'égalité des acquis de base pour une grande majorité. Après une réflexion critique sur le concept d'égalité en matière d'éducation, l'ouvrage s'attache à un large bilan des recherches sociologiques et pédagogiques entreprises dans le domaine afin de cerner les acquis manifestement importants et d'identifier les champs d'incertitude ou d'ignorance encore en place.

Évaluation et enseignement supérieur

Romainville Marc, Goasdoué Rémi, Vantourout Marc (dir.)
Bruxelles : De Boeck, 2013, 366 p., « Pédagogies en développement »

8Qui échappe encore à l'évaluation dans l'enseignement supérieur ? Les enseignants évaluent, comme ils l'ont toujours fait, les acquis des étudiants, mais il leur est désormais demandé, au-delà de la maîtrise de connaissances, de certifier l'acquisition de compétences et de développer une évaluation davantage formative. Les étudiants évaluent à leur tour les enseignements et les formations. Les chercheurs sont classés en « publiants » et « non-publiants » sur la base de procédures bibliométriques d'évaluation automatisée. Ces mêmes chercheurs participent à l'évaluation des propositions d'articles et d'ouvrages scientifiques de leurs collègues et de leurs demandes de subventions de recherche. Des agences nationales évaluent la « qualité » des filières et des établissements et ces derniers sont classés au sein de « palmarès » internationaux. Face au développement considérable de formes nouvelles d'évaluation (plus externalisées, standardisées et publiques qu'auparavant), l'ambition de l'ouvrage est de présenter une synthèse des questions et des connaissances actuelles en la matière. En identifiant les tensions et les difficultés engendrées par ces modalités nouvelles d'une évaluation devenue omniprésente, l'ouvrage cherche à en comprendre l'origine, les ressorts et les effets. Sur la base des différentes analyses proposées (issues de champs disciplinaires variés), l'ouvrage tente également de repérer les pratiques innovantes les plus porteuses ainsi que les rééquilibrages qu'il s'agirait d'opérer de manière à réconcilier les acteurs de l'enseignement supérieur avec l'évaluation.

Des inégalités d'éducation et d'orientation d'origine territoriale

Champollion Pierre
Paris : L'Harmattan, 2013, 209 p., « Crise et Anthropologie de la relation ».

9Le présent ouvrage traite d'un pan encore relativement peu connu des inégalités d'éducation : les inégalités scolaires d'origine territoriale en général et, parmi elles, les inégalités d'orientation d'origine territoriale. L'auteur débute par un tour d'horizon des recherches actuellement menées sur la problématique « éducation et territoire » au sein de ce front scientifique pionnier des sciences de l'éducation après avoir rapidement retracé la spécification progressive des concepts de territoire et de territorialité. A partir du cas de l'école rurale montagnarde française, il analyse ensuite les impacts des territoires et des territorialités sur les formes scolaires, sur les outils didactiques, sur les stratégies pédagogiques et, surtout, sur les résultats scolaires, sur les projets et sur les choix d'orientation. Après quoi, il avance une explication plus globale pour rendre compte de phénomènes paradoxaux observés dans certains territoires : l'effet de territoire systémique sur l'éducation. Enfin, il aborde les questions de recherche majeures restant « pendantes » : interrogations anciennes renouvelées et questionnements novateurs, qui renvoient à autant de travaux scientifiques à poursuivre et/ou à entreprendre... Une importante bibliographique pluridisciplinaire sur la problématique « éducation et territoire » clôt l'ouvrage.

Les points aveugles dans l'évaluation des dispositifs d'éducation ou de formation

Bedin Véronique, Talbot Laurent (dir.)
Berne : Peter Lang, 2013, « Exploration, série Recherches en sciences de l'éducation ».

10L'ouvrage apporte un regard sans concession et sans tabou sur l'évaluation puisqu'il propose d'en dévoiler les points aveugles. Ainsi, ce sont les zones d'ombre et les angles morts de l'évaluation qui sont mis au jour. Le projet est d'autant plus ambitieux qu'il prend pour cible un terrain sensible, celui de l'évaluation des dispositifs en éducation et en formation. Ces évaluations ont explosé avec le développement de la culture gestionnaire dans les établissements d'enseignement. Si l'évaluation a été présentée, à l'origine, comme un facteur de modernisation, aujourd'hui, quels en sont les non-dits ? Des réponses spécifiques sont apportées à travers une approche d'éducation comparée qui réunit des études de cas provenant de la Belgique, du Canada, de la France, du Portugal et de la Suisse. L'analyse des points aveugles nécessite une vigilance critique puisqu'elle met en évidence la figure emblématique de l'évaluateur, celui même qui devrait offrir la garantie de l'utilité éducative et sociale du dispositif évalué. S'il s'agit d'un enjeu majeur, il risque également de devenir un point aveugle de l'évaluation, ce que l'ouvrage n'omet pas d'aborder.

La tyrannie de l'évaluation

Del Rey, Angélique
Paris : La Découverte, 2013, 143 p.

11Dans la vie quotidienne de chacun, jeune ou moins jeune, cadre ou ouvrier, à l'école comme au travail, dans les organisations publiques et privées, au niveau des politiques publiques, etc., les évaluations se font de plus en plus pressantes, diffuses, continues. Rendre des comptes, être visible, mesurable et surtout compétitif devient l'injonction permanente, stressante et très peu mise en cause. Être évalué paraît généralement aller de soi, voire être désirable : " On m'évalue, donc je suis. Or ces évaluations sont tout à fait paradoxales : au nom de la rétribution au mérite, elles dénient le mérite véritable et engendrent un climat délétère de concurrence et de sauve-qui-peut ; au nom de " plus d'efficacité ", elles créent une forme inédite d'inefficacité ; au nom de l'objectivité, elles écrasent les différences, standardisent, normalisent. De cette omniprésence de l'évaluation et de ses méfaits, ce livre propose une analyse originale, qui, au-delà de la critique, réfléchit aussi à des pistes alternatives en résonance avec une intuition largement répandue : la complexité de la vie sociale n'est pas respectée. Les nouvelles évaluations rendent unidimensionnelle une vie multiple, ignorent les conflits qui font le cœur de l'individu comme de la société et, surtout, prétendent être justes et efficaces en dehors de toute situation réelle, en dehors de toute territorialisation. Une réflexion essentielle pour ne pas se soumettre à cette « évaluation qui tue »

Apprendre au travail

Bourgeois Etienne, Durand Marc (dir.)
Paris : Presses universitaires de France, 2012, 226 p., « Apprendre ».

12Dans bon nombre de contextes professionnels, ce qu'il est convenu d'appeler traditionnellement la « formation », organisée dans des espaces-temps distincts du travail, tend aujourd'hui à céder le pas à une variété de pratiques visant explicitement à favoriser les apprentissages au cœur même des situations de travail, à rendre le travail plus « formateur » (coaching, mentoring, tutorat, communautés de pratiques, etc.). Face à un tel engouement, il est temps de s'interroger en profondeur sur les processus spécifiques à l'œuvre dans ce type d'apprentissage, sur les facteurs individuels et contextuels qui y participent, et in fine, sur les pratiques censées favoriser l'apprentissage du et au travail. S'appuyant sur les théories et les recherches les plus récentes dans le domaine, l'ouvrage a pour ambition de fournir un certain nombre de pistes de réflexion et d'action en réponse aux préoccupations des professionnels de la formation, de l'accompagnement et du management soucieux du développement des compétences en situation de travail. L'ouvrage donne la parole à un large panel de chercheurs spécialistes du domaine, explorant au fil des chapitres les diverses facettes de la problématique, dans un langage accessible et en phase directe avec les préoccupations des professionnels.

Insertion

Formation, qualification, emploi en Normandie : la construction des parcours

Devineau Sophie, Léger Alain (dir.)
Journée d'étude « Formation, qualification, emploi en Normandie » (16 novembre 2009 ; Université de Caen Basse-Normandie, Caen), Caen : Presses universitaires de Caen, 2012, 214 p.

13Les textes réunis dans le présent ouvrage sont issus des communications présentées à la deuxième journée d'étude « Formation, qualification, emploi en Normandie » qui s'est tenue le 16 novembre 2009 à l'université de Caen Basse-Normandie et a rassemblé une cinquantaine de responsables institutionnels, de doctorants et de chercheurs appartenant aux trois universités normandes (Caen, Le Havre et Rouen). L'ouvrage propose ainsi une information scientifique sur la construction des parcours d'orientation et d'insertion des jeunes dans le bassin normand. L'analyse porte sur les trajectoires scolaires, incluant l'enseignement professionnel, en public et en privé, et privilégie les questions que posent les projets professionnels et leur accompagnement par des politiques publiques menées à l'échelon local.

Parcours précaires : enquête sur la jeunesse déqualifiée

Brégeon Philippe
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013, 188 p., « Le Sens social ».

14Issu d'une enquête qualitative, cet ouvrage concerne les parcours socioprofessionnels de jeunes sortis depuis plusieurs années et sans diplôme du système scolaire. Il remet en cause d'emblée l'idée d'une progression linéaire de la précarité vers un emploi durable pour ces populations. La plupart de ces jeunes demeurent, de gré ou de force, confrontés à un marché de l'emploi qui leur est hostile. Le durcissement du contexte exige alors pour eux un effort d'élaboration du sens de leur parcours de plus en plus ardu. Le cheminement de cet ouvrage concerne les processus d'entrée vers le marché de l'emploi. Comment s'orientent-ils au sortir du système scolaire ? Quelles représentations ont-ils du marché du travail et des entreprises ? Quelles sont les spécificités de ces univers de travail vers lesquels ils sont plus ou moins assignés ? Entre chômage, multiplicité des emplois précaires, comment vivent-ils les passages et les allers-retours d'un statut à un autre, dans cette hyper flexibilité ? Quelles ressources peuvent-ils trouver pour se maintenir dans cette quête de l'insertion professionnelle en amortissant le coût humain ? Quelles sont les conditions des trajectoires stagnantes et de celles ascendantes ? L'ouvrage rend compte aussi des modes de collaboration avec les nombreuses institutions dédiées aux chômeurs. Entre recherche de considération, attente d'une offre d'insertion pour se qualifier professionnellement et hostilité quasi culturelle, comment se positionnent-ils ? Il analyse l'accroissement du phénomène de porosité entre chômage des jeunes à bas niveaux de qualification et des affiliations plus ou moins justifiées à la catégorie de travailleur handicapé. Comment ces jeunes gèrent-ils cette affiliation ? Quels en sont les effets identitaires ? Enfin, il rend compte de la diversité des modes de vie et des dynamiques relationnelles. Quelles sont leurs stratégies d'adaptation et pour quels résultats ? Qu'est-ce qui fait obstacle ou bien ressource ?

Politiques de jeunesse : le grand malentendu

Becquet Valérie, Loncle Patricia, Van de Velde Cécile (dir.)
Nîmes : Champ social, 2012, 241 p., « Questions de société »

15Rarement « la jeunesse » aura fait autant l'objet de discours politiques, de consultations et de rapports publics, de débats médiatiques qu'en cette dernière décennie. Pas un gouvernement qui ne mette en place un ou plusieurs « plans » pour la jeunesse ; pas une année sans que ne soit commandité un rapport officiel sur le sort des jeunes générations... A chaque mobilisation juvénile ou à l'approche de chaque campagne électorale, le pays semble à nouveau se pencher sur sa jeunesse – ou plutôt ses jeunesses – et sur les difficultés qu'elles traversent. Cela n'est pas sans susciter de nombreuses interrogations, publiques et médiatiques : pourquoi donc la jeunesse française affiche-t-elle le plus haut niveau mondial de stress à l'école et si peu de confiance en l'avenir Assisterait-on en France à l'émergence d'une génération « déclassée » ? Que faire pour enrayer ce sentiment et quelles politiques publiques mettre en place pour atténuer les effets de la crise sur les jeunes générations ? Serait-on dans une société qui maltraite sa jeunesse ? Cet ouvrage décrypte, à travers les trois mots principaux qui les structurent, les relations entre l'Etat – et plus largement les acteurs publics – et la jeunesse en France. Il revient sur les évolutions, les portées et les limites des politiques, et en éclaire les enjeux à venir.

Profession

L'enseignant : réalités économiques et enjeux professionnels

Larré Françoise ; Plassard Jean-Michel
Paris : L'Harmattan, 2012, 231 p., « L'esprit économique. Economie et Innovation ».

16Dans quelle mesure et de quelle façon l'analyse économique rend compte de l'activité de l'enseignant ? L'objectif de l'ouvrage étant d'ouvrir enfin la boîte noire de l'éducation dont l'enseignant est l'acteur central. De la théorie du capital humain à la théorie des incitations, en passant par la New Economics of Personnel et les nouveaux modèles de régulation scolaire, l'analyse économique tente de rendre compte des questions organisationnelles, longtemps ignorées par l'économie de l'éducation. Face à l'objectif de réformer la gestion du système éducatif et de ses personnels, et d'introduire une culture de l'évaluation et de la performance, il importe de comprendre, d'anticiper et de dénouer les points de tension et de crispation qui émergeront au niveau microéconomique des agents ou des établissements, en relation notamment avec l'hétérogénéité des situations d'éducation. En la matière, cet ouvrage fournit des points de repère économiques, complétant les approches essentiellement sociologiques qui prévalent habituellement et relativement à celles-ci, notamment une explicitation des contraintes informationnelles à prendre en compte.

Retour sur la condition ouvrière : enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard

Beaud Stéphane ; Pialoux Michel
Nouvelle édition, préface et postface inédites des auteurs, Paris : La Découverte, 2012, 492 p., La Découverte-poche, « Sciences humaines et sociales ; 351 ».

17Que sont devenus les ouvriers ? Objet de toutes les attentions depuis la révolution industrielle jusqu'aux années 1980, les travailleurs d'usine n'intéressent plus grand monde après l'échec du projet communiste et l'effondrement de leurs bastions industriels. Brisée dans son unité, démoralisée, désormais dépourvue de repères politiques, méprisée par ses enfants. la classe ouvrière vit un véritable drame - à l'écart des médias. Les ouvriers continuent pourtant d'opposer avec un succès relatif certaines de leurs traditions de résistance à la dynamique qui les détruit. Cette remarquable enquête, sensible et documentée, fait toute sa place à la parole ouvrière pour rendre hommage à ces hommes et à ces femmes dont la dignité est aussi imposante que celle dont firent preuve leurs parents à l'heure des victoires. Treize ans après sa première édition, alors que le monde ouvrier n'en finit plus de subir l'impact dévastateur de ce capitalisme financiarisé dans le cadre duquel une petite minorité de puissants actionnaires dicte sa loi aux managers et aux peuples, cet ouvrage n'a rien perdu de son actualité. Il permet de comprendre la réalité ouvrière d'aujourd'hui et peut servir de garde-fou contre la dénégation plus ou moins subtile de son existence dans l'espace public.

Le travail du care

Molinier Pascale
Paris : La Dispute, 2013, 221 p., « Le genre du monde ».

18Le care, ou le souci des autres, est une zone de conflits, de tiraillements et de dominations. Celle, notamment, du travail salarié des professionnels du soin et de l'assistance, constitué essentiellement d'un salariat féminin subalterne, surexploité et stigmatisé par son « manque de qualification », et parfois sa couleur de peau ; celle, aussi, du travail domestique, toujours inégalement distribué. Or, si on ne pourra jamais évacuer complètement le « sale boulot », il est urgent de penser une transformation politique du travail et de la société en plaçant le care au centre de la réflexion sur le travail. Pascale Molinier renouvelle ses recherches sur les enjeux psychiques du travail et sur les théories et pratiques du care en s'appuyant sur une enquête approfondie de l'activité des pourvoyeuses du care dans une maison de retraite de la région parisienne. Elle analyse notamment les conflits et tensions entre les cadres et les salariées, et montre que l'empathie pour les vieillards ne peut jamais être comprise en dehors de ces conflits pratiques et hiérarchiques. Le livre fait entendre, dans une écriture fluide, accessible et vivante, la voix des travailleuses du care, et les fait dialoguer avec le meilleur de la philosophie morale.

Entre l'enclume et le marteau : les cadres pris au piège

Bouilloud Jean-Philippe
Paris : Editions du Seuil, 2012, 222 p.

19Longtemps considérés comme privilégiés dans l'entreprise, les cadres subissent désormais le lot commun des salariés soumis aux méthodes de management absurdes et pathogènes des grandes organisations. Ils n'échappent plus au harcèlement moral, aux exigences irréalisables, aux objectifs contradictoires, à la précarité... bref aux conditions ordinaires dans les grandes entreprises et qui engendrent souffrance psychique, stress chronique, dépressions et suicides. Le mal-être des cadres au travail est pourtant singulier, car ils sont longtemps restés les instruments zélés du nouveau management, « du bon côté du manche ». Or ils se retrouvent désormais à la fois victimes et responsables de ce management. De surcroît, les cadres du secteur public, soumis à leur tour aux normes de gestion et de performance rodées dans le privé, doivent souffrir la contradiction entre ces nouvelles exigences et la notion de service public qui donnait sens à leur travail. L'auteur analyse ici ce mal-être spécifique en s'appuyant sur de nombreuses enquêtes et témoignages dans de grandes organisations privées et publiques. Sa démarche est originale en ce sens qu'il ne se focalise pas sur la souffrance au travail elle-même, mais sur le piège systémique qui enferment des organisations trop complexes dans des pratiques absurdes et non viables. L'auteur s'attache aussi aux styles de pensée « rationnels » et « modernes » qui conduisent plus ou moins consciemment les cadres à adhérer à un système dont ils subissent pourtant aujourd'hui la violence.

Travailler à guérir : Sociologie de l'objet du travail médical

Hardy-Dubernet Anne-Chantal
Rennes : Presses de l'EHESP, 2013, 301 p., « Recherche. Santé. Social ».

20Si la médecine est une profession, elle est aussi un travail dont l'objet ne s'appréhende pas aisément. Un objet qui tour à tour cimente et divise la profession, la libère et l'isole. Un objet jamais stabilisé, présentant différents niveaux de sens, mais défini par une action, travailler à guérir, composée d'actes paradoxaux, sophistiqués et chargés de tabous. Mobilisant les résultats de recherches collectives et souvent pluridisciplinaires qu'elle a menées ces quinze dernières années, Anne-Chantal Hardy propose une analyse de l'objet du travail médical. Elle en explore la dynamique, examine la manière dont il se construit, se transforme et se déplace. Elle montre comment il sépare les professionnels des « profanes » pour s'autonomiser dans la guérison. Mais qu'est-ce que la guérison au regard des concepts de maladie et de santé, plus habituels en sociologie ? Approchée à partir de l'objet du travail médical, elle est d'abord un processus, à la fois physiologique, symbolique et social. Et travailler à guérir consisterait moins à faire passer les patients de la « maladie » à la « bonne santé » qu'à les normaliser : un vrai programme sociétal porté par une profession modèle.

Travail

Evaluez-moi ! Evaluation au travail : les ressorts d'une fascination

Vidaillet Bénédicte
Paris : Seuil, 2013, 219 p.

21L'évaluation a fait l'objet de nombreuses critiques de spécialistes du travail, ses méfaits sont connus. Pourquoi alors continue-t-elle de se développer dans tous les secteurs d'activité ? Pourquoi la plupart des personnes qui travaillent soutiennent-elles des pratiques qui finissent par leur nuire ? Cet essai passionnant propose une réponse : nous voulons être évalués. S'appuyant sur de nombreuses situations concrètes, Bénédicte Vidaillet montre que l'évaluation promet de résoudre les problématiques qui se posent à chacun de nous au travail. Ainsi semble-t-elle offrir une reconnaissance nécessaire à notre équilibre psychique quand l'actuelle logique de performance ne nous signifie que notre insuffisance ; ou nourrir notre motivation en proposant sans cesse de nouveaux défis ; ou évacuer la confrontation à l'autre, en remplaçant le conflit par la compétition. Mais l'évaluation fonctionne comme un piège : loin de les résoudre, elle ne fait qu'alimenter les besoins auxquels elle prétend répondre. En montrant sur quels ressorts psychiques l'évaluation joue pour nous séduire alors qu'elle contribue grandement à détruire notre désir de travailler et notre relation à l'autre, cet essai tranchant et fouillé donne aux salariés les moyens de cesser de s'y plier.

Le travail invisible : enquête sur une disparition

Gomez Pierre-Yves
Paris : F. Bourin, 2013, 253 p.

22Voilà trente ans que l'on nous fait la promesse d'une société où l'on ne travaillerait plus. L'esprit de rente est l'opium du peuple. Pendant ce temps, les nouveaux capitaines du monde ont imposé leurs cartes grâce à « la finance ». Ils nous ont fait croire qu'on pouvait créer de la valeur à partir de rien. Et le piège spéculatif s'est refermé. Mais la solution se profile déjà. Les travailleurs aspirent à être reconnus comme des sujets et non de simples opérateurs. Dans la vraie vie, le travail peut être pénible et fatiguant, mais il est aussi stimulant et enrichissant. Cet essai déroule la logique qui nous a conduits à cette situation absurde. Il plaide pour une économie du travail vivant, seul vrai projet politique sur lequel repose notre avenir.

Ethnographie des travailleurs en déplacement : voyages en Europe sociale

Lefebvre Bruno
Paris : L'Harmattan, 2012, 367 p.

23Cette série de recherches débute à la fin des années 90 par la rencontre avec des travailleurs européens affectés en France dans les chantiers navals, dans les industries agroalimentaires et dans l'agriculture. Par la suite, Bruno Lefebvre les suit par l'intermédiaire des réseaux de sous-traitance d'entreprises qui les font circuler, jusqu'à leur pays d'origine. Les descriptions sur la main d'œuvre, les entreprises et les syndicats démarrent dans le secteur de la construction et réparation navale en France, puis en Pologne et Bulgarie. Le retour en France dans l'agroalimentaire l'emmène ensuite au Portugal, en Andalousie, en Roumanie et Moldavie. Une synthèse est faite sur les attitudes des associations et des administrations françaises face à cette "libre circulation" des travailleurs, ainsi que sur la sous-traitance qui structure cette mobilité. Construction de l'Europe, manque de citoyenneté, mondialisation, corruption : que d'arguments prétextes pour expliquer et excuser nos situations.

A signaler

Accompagnateur en RH : les quatre dimensions de l'accompagnement professionnel

24Vial Michel ; Mamy-Rahaga Armand ; Tellini Annie
Bruxelles : De Boeck Supérieur, 2013, 121 p., « manager RH ».

Atlas des Français : pratiques, passions, idées, préjugés

25Duboys Fresney Laurence ; Singly François de (préf.)
Paris : Éd. Autrement, 2013, 96 p., « Collection Atlas-Monde ».

Les batailles de Marseille : immigration, violences et conflits ; XIXe-XXe siècles

26Mourlane Stéphane, Regnard Céline (dir.), Mucchielli Laurent (Postfacier)
Aix-en Provence : Presses universitaires de Provence, 2013, 182 p., « Le temps de l'histoire »

Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales XVIe-XXe siècle

27Condette Jean-François (Dir.)
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012, 412 p., « Histoire (Rennes) ».

Crise de l'école, école de la crise

28Van Haecht Anne
Paris : L'Harmattan, 2012, 114 p., « Des Hauts & Débats ».

La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale

29Davezies Laurent
Paris : Seuil, 2012. - 111 p, « La République des idées ».

Dans les plis singuliers du social : individu, institutions, socialisations

30Lahire Bernard
Paris : La Découverte, 2013, 173 p, « Laboratoire des sciences sociales ».

Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public

31Ogien Albert
Versailles : Editions Quae, 2013, 119 p., « Sciences en questions ».

Développer une université d'entreprise : créer un levier de business développement

32Cristol Denis ; Mellet Eric
Issy-les-Moulineaux : ESF, 2013 ? 238 p., « Formation permanente. Séminaires Mucchielli ; Hors série3).

L'emploi des travailleurs handicapés : accès au statut, contrat de travail, aides à l'emploi, discrimination

33Leray Gwénaëlle
2e éd., Le Mans : Gereso éd., 2012, 99 p., « L'Essentiel pour agir. Série Droit du travail. Droit du travail ».

Guide des secteurs qui recrutent 2012-2013 : 22 secteurs et plus de 200 métiers

34Paris : CIDJ (Centre d'information et de documentation jeunesse), 2013, 98 p.

L'évaluation économique du stress au travail

35Lassagne Marc ; Perriard Julien ; Rozan Anne ; Trontin Christian
Versailles : Editions Quae, 2012, 72 p., « Matière à débattre et décider ».

Femmes-hommes : penser l'égalité

36Dauphin Sandrine, Sénac-Slawinski Réjane (dir.)
Paris : La documentation Française, 2012, 201 p., « Etudes ».

Génération Y : les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion

37Dagnaud Monique
2e édition actualisée et augmentée, Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2013, 210 p., « Nouveaux débats ; 293 »

Identité professionnelle en éducation physique : parcours des stagiaires et enseignants novices

38Carlier Ghislain, Borges Cécilia, Clerx Marie, Delens Cécile (dir.).
Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 2012 ? 273 p., « Recherches en formation des enseignants et en didactique ».

Les mobilités étudiantes

39Erlich Valérie ; Agulhon, Catherine (préf.)
Paris : La documentation Française, 2012, 219 p., « Panorama des savoirs ».

Les nouvelles organisations du travail : entre souffrance et performance

40Chaudat Pierre ; Müller Renaud
Paris : L'Harmattan, 2011, 276 p., « Logiques sociales ».

Osez manager ISO 26000 ! : Pour manager humain

41Provost Vanhecke Elisabeth ; Sibille François
La Plaine-Saint-Denis : Afnor, 2013, 278 p.

La pauvreté en France : permanences et nouveaux visages

42Charbonnel Jean-Michel
Paris : La documentation Française, 2013. - 173 p., « Etudes ».

Un personnel invisible : les aides-soignantes à l'hôpital

43Arborio, Anne-Marie
2e édition. - Paris : Anthropos ; Paris : Economica, 2012, 360 p., « Sociologiques »

Précarisés, pas démotivés ! :Les jeunes, le travail, l'engagement

44Vakaloulis Michel
Paris : Éditions de l'Atelier/Éditions ouvrières, 2013, 142 p.

Le professionnalisme et l'éthique au travail

45Langlois Lyse
Québec : Presses de l'Université de Laval, 2011, 232 p.

A quoi servent les cadres ? L'Observatoire des cadres

46Bergere Jean-Marie, Chassard Yves (dir.) ; Pech Thierry (préf.), Chereque François (Postfacier)
Paris : Odile Jacob, 2013, 214 p.

Recherches et innovations en sciences de gestion

47Moraux Franck, Bironneau Laurent (dir.)
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013, 280 p., « Des Société ».

La santé n'a pas de prix : Voyage au cœur des Comités Hygiène Sécurité et Conditions de Travail

48Adam Hélène ; Barnier Louis-Marie ; Volkoff Serge (préf.)
Paris : Syllepse, 2013, 239 p., « Le Présent Avenir »

Sociologie du monde du travail

49Alter Norbert
2e édition [mise à jour], Paris : Presses universitaires de France, 2012, 362 p., « Quadrige. Manuels ».

Le travail : souffrance ou plaisir ?

50Goedert Nathalie
Actes du colloque organisé dans le cadre du Festival Ciné-Droit en partenariat avec le centre de recherche Droit et Sociétés religieuses (DSR) 1er avril 2011 ([Sceaux]), Paris : L'Harmattan, 2012, 204 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lectures », Formation emploi [En ligne], 122 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 10 juillet 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4022

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page