Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Rubrique réalisée en collaboration avec le centre de documentation du Céreq.

Texte intégral

Emploi

La discrimination à l'embauche sur le marché de travail français

Jacquemet Nicolas ; Edo Anthony
Paris : Éd. Rue d'Ulm, 2013, 77 p., « Collection du CEPREMAP ; 31 ».

1Cet opuscule propose un état des lieux des connaissances sur la nature, la mesure et l'ampleur de la discrimination à l'embauche sur le marché du travail français. Il s'appuie sur les résultats d'une nouvelle étude destinée à explorer les sources de la discrimination observée. L'originalité de cette méthode est de présenter des CV portant des noms identifiés à des origines particulières (françaises, maghrébines) et d'autres dont l'origine est considérée comme « inconnue » par les recruteurs potentiels. Les résultats montrent que la discrimination à l'embauche à l'encontre des candidats issus de l'immigration est massive. Cette inégalité affecte toutes les candidatures d'origine étrangère, rejetant l'hypothèse d'une défiance ciblée à l'encontre de vagues particulières d'immigration. La question de la discrimination se pose ainsi surtout en termes d'opposition entre le groupe majoritaire, « autochtone », et l'ensemble des individus issus de l'immigration. Il faut cependant noter que la discrimination d'origine affecte beaucoup plus les candidatures masculines que les candidatures féminines.

L'emploi en temps de crise : Trajectoires individuelles, négociations collectives et action publique

Spieser Catherine (dir.)
Rueil-Malmaison : Editions Liaisons, Noisy-le-Grand, CEE, 2013, 265 p.

2L'emploi n'a jamais été autant d'actualité. La crise économique et financière qui touche l'ensemble des pays d'Europe depuis 2008 a conduit à une hausse massive du chômage remettant en cause le fonctionnement des marchés du travail. Les acteurs de l'entreprise, les politiques publiques, les organisations syndicales et patronales sont confrontés de plein fouet aux bouleversements des marchés, aux enjeux du maintien de l'emploi et à la lutte contre le chômage. Comment les sociétés européennes affrontent-elles cette crise de l'emploi ? Les trajectoires individuelles, particulièrement celles des salariés les plus vulnérables les jeunes, les seniors, les femmes subissent des ruptures. L'efficacité des instruments d'action publique (dispositifs d'activité réduite, politiques de l'emploi, droit du travail) est mise à rude épreuve, conduisant à de nombreuses réformes. Les restructurations d'entreprise donnent lieu à de nouvelles formes de mobilisations de la part des salariés et de leurs représentants. Grâce à l'éclairage de travaux de recherche inédits, ce livre nous donne à voir les manifestations de la crise dans leur détail, leur diversité et leur gravité. Sont ici réunies les contributions de vingt chercheurs spécialistes du marché du travail et des politiques de l'emploi s'appuyant sur les outils de l'économie, de la sociologie, de la science politique et du droit. (CEE)

Les grandes questions économiques et sociales

Combemale Pascal (dir.)
Nouvelle éd., Paris, La Découverte, 2013, 467 p., « Grands Repères. Manuels ».

3Les textes ici réunis se distinguent par trois qualités majeures : il s'agit à chaque fois de synthèses de l'état des connaissances scientifiques ; leur clarté et leur lisibilité les rendent accessibles sans compromettre leur rigueur ; leur problématisation donne du sens aux questions traitées et suscite l'intérêt du lecteur. Afin de mieux répondre encore aux interrogations sur le monde et notre société, en particulier celles qui se rapportent aux multiples crises auxquelles nous sommes confrontés, l'ouvrage a été non seulement actualisé et remanié, mais aussi enrichi par de nouvelles contributions.

L'intermittence au travail : une sociologie des marchés de la pige et de l'art dramatique

Pilmis Olivier
Paris : Economica, 2013, 193 p. ; « Etudes sociologiques »

4Le travail se précarise et l'emploi s'émiette. De contrats aidés en intérim, de temps partiel en CDD, les dispositifs et les statuts se sont multipliés pour alimenter un mouvement qui amène un nombre toujours plus grand de travailleurs à un univers d'embauches raccourcies. Sur le modèle des mondes de l'art, on leur donne parfois le nom d'intermittent : aux intermittents du spectacle s'ajoutent ainsi les intermittents de la recherche, de l'écriture, de l'enseignement, de la restauration, du journalisme... Tous sont confrontés à l'incertitude quant à leurs rémunérations, leur temps de travail, voire la possibilité de demeurer présents sur le marché du travail ou de concilier vies personnelle et professionnelle. Apparaissent finalement des turbulences dans les carrières : comment construire une trajectoire longue à partir d'engagements brefs ? L'étude conjointe des comédiens intermittents et des journalistes pigistes y apporte une réponse. Elle montre ce que l'intermittence fait au travail, et comment elle travaille les destins individuels. S'éclairent ainsi les principes d'organisation des parcours marqués par la discontinuité. Les marchés des comédiens et des pigistes ne se révèlent ainsi anarchiques qu'en apparence. La domestication des mondes de l'intermittence demeure possible, même si elle ne prend pas partout la même forme.

Travail, santé, éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités

Ertul Servet, Melchior Jean-Philippe, Widmer Eric (dir.)
Paris : L'Harmattan, 2013, 287 p.., « Logiques sociales »

5Cet ouvrage explore le nouveau concept de « parcours social », concept particulièrement efficient pour observer les inégalités de toutes sortes que subissent les hommes et les femmes dans des domaines aussi variés que le travail, la santé, l'éducation et la formation. Il apparaît que le processus d'individualisation mis en œuvre par les politiques publiques et les nouvelles formes de management favorise l'émergence, le maintien ou l'aggravation de ces inégalités dans nos sociétés.

Etre chômeur à Paris, Sao Paulo, Tokyo : Une méthode de comparaison internationale

Demazière Didier, Araujo Guimares Nadya, Hirata Helena, Sugita Kurumi
Paris : Presses de Sciences Po, 2013, 352 p.

6Un chômeur doit rechercher un emploi, cette définition internationale dissimule des réalités hétérogènes. Ce livre explore la diversité des significations du chômage à Paris, à São Paulo et à Tokyo. L'ouvrage mobilise la notion de configuration issue des travaux de Norbert Elias pour mettre au cœur de l'analyse sociologique les interdépendances entre individus. Cela permet de dépasser le dualisme, critique en matière de chômage, entre individus et société. La démarche comparative permet de repérer plusieurs échelles de variation : internationale, avec un univers de significations commun aux chômeurs des trois pays ; nationale, avec l'affirmation de modèles de référence spécifiques à chaque territoire ; transnationale, avec des expériences qui se recoupent selon le sexe, l'âge et la catégorie sociale, quel que soit le pays. Fruit d'enquêtes par entretiens biographiques et d'une méthode novatrice de comparaison internationale, ce livre renouvelle les connaissances sur le chômage.

Entreprise

Nouvelles perspectives en entrepreneuriat : de la pratique aux activités entrepreneuriales

Schmitt Christophe, Lievre Pascal (dir), Julien Pierre-André (préf.)
Nancy : Presses universitaires de Nancy, 2012, 233 p., « Organisations en action ».

7A l'heure où dans la société, les situations rencontrées par les personnes au sein des organisations de tout type s'apparentent à une logique d'action entrepreneuriale, il devient nécessaire de faire évoluer la notion d'entrepreneuriat. A travers cet ouvrage, les chercheurs ont souhaité montrer différents visages de l'entrepreneuriat pour aller au-delà de la simple création d'entreprise. La singularité des situations entrepreneuriales permet de mettre en évidence l'importance des notions telles que l'incertitude, le projet, la vision, l'anticipation ou encore la conception. Pour aborder ces notions, les chercheurs qui ont participé à cet ouvrage, proposent une orientation originale en prenant comme point de départ les pratiques entrepreneuriales à travers les activités des entrepreneurs en situation quotidienne. Cet ouvrage s'adresse autant aux praticiens intervenant en entrepreneuriat (entrepreneurs, enseignants, formateurs, managers, consultants, accompagnateurs, ...), qu'aux chercheurs, confirmés ou en devenir, attentifs aux évolutions des pratiques entrepreneuriales.

Évaluer et valoriser : une sociologie économique de la mesure

Vatin François (dir.), Callon Michel, Desrosieres Alain (Commentateurs)
[Nouvelle édition revue et augmentée], Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013, 352 p., « Socio-logiques ».

8Produit d'une longue réflexion collective du groupe Mesure, ce livre s'attache à étudier la genèse de la valeur économique dans ces dispositifs de mesure. Cherchant à penser l'économie en amont du marché, il offre une contribution originale au renouveau de la sociologie économique française. S'appuyant sur les exemples les plus divers, les auteurs soulignent combien les processus de mesure affectent la nature même des biens et des services offerts à la consommation. Ils éclairent ainsi d'une lumière originale l'économisation du monde à l'œuvre dans nos sociétés contemporaines. Cet ouvrage, primitivement publié en 2009, a été augmenté de deux textes : un chapitre nouveau fait le point sur le riche débat mené depuis cette date sur les questions d'évaluation économique et sociale ; un commentaire d'Alain Desrosières vient compléter celui de Michel Callon.

Formation

L'autre enseignement supérieur : les BTS et la gestion des aspirations scolaires

Orange Sophie
Paris : Presses universitaires de France, 2013, 211 p, « Education et société »

9La seconde massification scolaire au seuil des années 1990 a conduit un certain nombre d'enfants d'ouvriers et d'employés au baccalauréat puis à l'enseignement supérieur. Or, ces « nouveaux étudiants » ne se sont pas répartis au hasard des filières et ont trouvé, dans les BTS, une voie de poursuite d'études privilégiée. À l'heure actuelle, les BTS continuent d'accueillir en plus forte proportion que les autres filières les minorités de l'enseignement supérieur que sont les bacheliers d'origine populaire, les bacheliers technologiques et les bacheliers professionnels. Comment expliquer la conversion aux études longues d'élèves qui en étaient jusque-là tenus à distance ? Comment comprendre leur orientation massive vers les BTS ? Quels effets la position marginale des BTS au sein de l'enseignement supérieur a sur ces publics, sur leurs parcours et sur leurs aspirations ?

La formation professionnelle pour adultes / de l'éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières

Saccomanno Benjamin,
Paris : L'Harmattan, 2013, 211 p., « Pour comprendre »

10En France, la formation professionnelle destinée aux adultes est un système complexe, que tentent de renouveler régulièrement des vagues de réformes et l'introduction de nouveaux dispositifs. Instrument de lutte contre le chômage et d'appui à la construction continue des carrières, la formation telle que nous la connaissons aujourd'hui n'en demeure pas moins le produit d'une longue histoire sociale et juridique sur laquelle cet ouvrage propose de revenir. Depuis la mise en place d'initiatives corporatistes, ouvrières ou associatives, jusqu'à l'organisation par les pouvoirs publics d'une offre censée répondre aux évolutions des besoins d'une société en pleine mutation industrielle, ce sont les finalités de l'apprentissage et le rapport au savoir et à l'éducation qui s'en trouvent questionnés. Chapitre après chapitre, un panorama historique se dessine, détaillant comment se reconfigurent les logiques en présence, quelles sont les rhétoriques déployées par les acteurs, quels outils et dispositifs instrumentent les conceptions éducatives en œuvre, afin de comprendre comment le système français de formation professionnelle s'adresse à chaque adulte désireux de suivre un programme qualifiant.

Handicap, reconnaissance et formation tout au long de la vie : 295 ESAT en réseaux, lieux d'innovation sociale et d'ingénierie de formation

Leguy Patrice (dir.), Guitton Christian ; Amoureux Pierrot, Bézille Hélène (préf.)
Toulouse : Erès, 2013, 384 p., « Empan ».

11Cet ouvrage ouvre les portes des 295 ESAT engagés dans un projet européen Equal « Différent et compétent ». Les auteurs, travailleurs handicapés, moniteurs, éducateurs, formateurs, directeurs d'ESAT, universitaires, sociologues, philosophes, responsables de projet livrent le fruit de leurs expériences. Ils décrivent la reconnaissance et la validation des acquis de l'expérience (RVAE), s'appuyant sur une dynamique collective agissant sur les organisations, comme une alternative possible complémentaire à la loi sur la validation des acquis de l'expérience (VAE), développée à l'initiative du salarié dans une démarche individuelle. Comment un projet portant des valeurs de reconnaissance et de formation réciproques peut-il contribuer à des changements profonds ? Auprès des personnes ? Au sein des équipes ? Les établissements proposant aux travailleurs handicapés des parcours de reconnaissance sont-ils de véritables lieux d'innovations et de coopérations sociales ou exercent-ils une nouvelle vulgate managériale pour produire plus et travailler plus ? À quelles conditions peut-on développer de manière massive et singulière une reconnaissance en actes dans le respect des différences ? Ces questions, qui intéressent d'autres secteurs comme le travail social, l'insertion par l'activité économique, les milieux des entreprises, l'éducation populaire, la formation, sont ici abordées dans un dialogue interdisciplinaire entre acteurs engagés dans la lutte pour la reconnaissance en actes, reconnaissances réciproques.

Les stages dans l'enseignement supérieur : vers une insertion professionnelle raisonnée ?

Escourrou Nicole
Bruxelles / E.M.E., 2013, 185 p., « Proximités Sociologie ».

12Le stage est aujourd'hui un moment privilégié de transition entre les mondes universitaire et professionnel. Cet ouvrage analyse l'expérience et les représentations des étudiants de l'enseignement supérieur pendant leur stage de master 1 ou 2. L'objectif est de démontrer l'existence de stratégies, capables d'aider de futurs stagiaires dans leurs choix. Les différentes conceptions du stage, les spécificités du monde de la formation supérieure, des entreprises et la situation de l'étudiant aujourd'hui sont d'abord présentées. L'étude de 240 rapports de stage d'universités, d'écoles de commerce et d'ingénieurs permet de réaliser des analyses quantitatives et qualitatives. Les aspects les plus significatifs sont identifiés, en vue d'en dégager les singularités d'actions et de stratégies. Les effets de l'éducation et du monde du travail existent. Les stratégies ou logiques d'actions apparaissent liées à la personne, aux institutions de formation supérieure et aux entreprises. Les résultats illustrent l'action stratégique et débouchent sur une typologie.

Le tutorat des pairs dans l'enseignement supérieur : enjeux institutionnels, technopédagogiques, psychosociaux et communicationnels

Papi Cathia (dir.), Jacquinot-Delaunay Geneviève
Paris : L'Harmattan, 2013 ? 260 p., « Savoir et Formation ».

13Cet ouvrage étudie différents dispositifs de tutorat de pairs mobilisés dans l'enseignement supérieur aussi bien en France qu'en Belgique, au Québec ou en Algérie. Instaurés afin de lutter contre l'échec et de favoriser l'égalité des chances ou émergeant spontanément au gré des usages des technologies de l'information et de la communication, ils posent les questions de l'ancrage institutionnel et de la professionnalisation du tutorat des pairs et ouvrent la voie sur d'autres pratiques d'accompagnement. (présentation de l'éditeur)

Les parcours d'orientation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires

Picard France, Masdonati Jonas (dir.)
Laval / Editions des Presses de l'université Laval (PUL), 2012, 298 p., « Trajectoires professionnelles et marché du travail contemporain ».

14Le présent ouvrage analyse les parcours d'orientation des jeunes à partir de perspectives disciplinaires et conceptuelles, à la fois diversifiées et complémentaires, aux échelles canadienne et internationale. Les écrits rassemblés étudient la question dans une dimension structurelle, c'est-à-dire en lien avec les particularités des systèmes d'éducation en Europe, en Amérique du Nord et au Québec, mais aussi dans une dimension sociale, réflexive et identitaire.

Le CAP : un diplôme du peuple 1911-2011

Brucy Guy, Maillard Fabienne, Moreau Gilles (dir.)
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013, 314 p., « Histoire.

15En 2011, le certificat d'aptitude professionnelle (CAP) a eu cent ans. Qui, au début du XXe siècle, aurait envisagé un tel destin pour un diplôme professionnel alors novateur, mais fortement discuté ? Trop scolaire pour certains employeurs ou secteurs d'activité, trop professionnel aux yeux des enseignants, ou encore trop spécialisé ou trop généraliste, il a subi des critiques incessantes, moins liées à son contenu, ses objectifs ou ses publics, qu'à la définition même de ce que doit être un diplôme professionnel sous tutelle de l'Éducation nationale. Les questions qui ont émaillé le cours de son histoire sont en effet semblables aux interrogations que suscite de nos jours l'avenir du baccalauréat professionnel, du brevet de technicien supérieur (BTS), de la licence ou encore du master. Quand tous les diplômes ou presque sont supposés être « professionnels » et préparer à l'emploi, leur curriculum, l'organisation de la formation, l'équilibre entre école et entreprise, et leur reconnaissance sur le marché du travail, etc. posent questions. À ce titre, le CAP est emblématique des conflits et compromis que génèrent la mise en place et le devenir d'un diplôme professionnel.

L'État-Providence et les jeunes

Chevalier Tom ; Palier Bruno (préf.)
Paris : L'Harmattan, 2012 ? 188 p., « Inter-National. Série premières synthèses ».

16Que fait l'Etat-providence pour sa jeunesse ? Celle-ci est de plus en plus présente au cœur des préoccupations publiques. En témoignent l'insistance du nouveau président de la République François Hollande à se présenter comme le « président de la jeunesse » et sa proposition d'une allocation d'autonomie « sous conditions de ressources ». Ce n'est pourtant pas la première fois qu'une telle proposition est faite. Elle est sur le devant de la scène politique depuis la Seconde Guerre mondiale sous de multiples appellations : rémunération étudiante, présalaire ou encore allocation d'autonomie. Pourquoi n'a-t-elle jamais été adoptée ? L'ouvrage compare les deux périodes où la question de la mise en place de cette allocation a été discutée (l'après-guerre et les années 1990-2000), et explique comment la politique familiale a été progressivement privilégiée, aux dépens de ce type de prestation favorisant l'indépendance des jeunes.

Insertion

Le destin au berceau : inégalités et reproduction sociale

Peugny Camille
Paris Seuil, 2013, 111 p., « La République des idées ».

17Aujourd'hui, sept enfants de cadre sur dix exercent un emploi d'encadrement. À l'inverse, sept enfants d'ouvrier sur dix occupent un emploi d'exécution. Même si la société française s'est considérablement ouverte au cours du XXe siècle, la reproduction sociale a cessé de diminuer depuis trois décennies. Le constat est sans appel : les conditions de la naissance continuent à déterminer le destin des individus. Cette situation attise la défiance envers les institutions et sape les fondements de la cohésion sociale. À l'heure où l'exigence de mobilité ne cesse d'être affirmée, il est inacceptable que le destin des individus soit figé si tôt. Il faut au contraire multiplier les occasions d'égalité, en repensant la formation initiale et en l'articulant à un dispositif universel de formation tout au long de la vie.

Entrer dans l'élite / parcours de réussite en France, aux États-Unis et en Inde

Naudet Jules
Paris, Presses universitaires de France, 2012, 315 p.

18Cet ouvrage analyse la manière dont des personnes originaires de milieux modestes et ayant accédé aux positions les plus prestigieuses du secteur privé, de la haute fonction publique et de l'université, parviennent à s'ajuster à leur nouveau statut social. Réussissent-elles à se « convertir » à leur nouveau groupe ? Cherchent-elles à conserver des liens forts avec leur milieu d'origine ? Comment gèrent-elles la contradiction de cette double appartenance ? Jules Naudet répond à ces questions en s'appuyant sur une enquête menée en France, en Inde et aux États-Unis, où il a recueilli près de 160 récits de vie de personnes ayant connu une ascension sociale exceptionnellement forte. Tandis que les Indiens témoignent avant tout d'un attachement profond à leur milieu d'origine, les Américains minimisent le contraste, donnant l'impression que la réussite « va de soi ». Enfin, les Français opposent deux mondes profondément différents, voire irréconciliables. Pour mener à bien l'analyse de ce riche matériau empirique, Jules Naudet propose un renouvellement de la problématique de la mobilité sociale et des outils théoriques traditionnellement mobilisés par les chercheurs travaillant sur cette question.

Des débuts qui comptent ! Des emplois pour les jeunes

Organisation de coopération et de développement économiques
Paris : OCDE, 2010, 172 p.

19Améliorer la transition de l'école à l'emploi, et permettre aux jeunes de progresser dans leur carrière et dans leur vie sont depuis longtemps des questions fondamentales pour nos sociétés. Les jeunes ont, en effet, payé un lourd tribut à la récente crise de l'emploi, Le taux de chômage des jeunes est proche de 20 % dans la zone de l'OCDE, avec presque 4 millions de jeunes de plus au chômage que fin 2007. Les premières expériences sur le marché du travail conditionnent fortement la trajectoire professionnelle. Un bon départ facilite l'insertion et jette les bases d'une carrière intéressante alors qu'un échec est difficile à rattraper, surtout lorsqu’on est peu qualifié et issu d'un milieu défavorisé. Pour faire face à la crise de l'emploi pour les jeunes, il faut une implication forte de tous ; les jeunes eux-mêmes, les pouvoirs publics à travers des mesures efficaces et bien ciblées, les partenaires sociaux par leur participation au dialogue social . et tous les autres acteurs clés tels que les enseignants, les travailleurs sociaux et les parents. Ce rapport analyse la situation de l'emploi et du chômage des jeunes et identifie les mesures qui fonctionnent le mieux dans les pays de l'OCDE. Il analyse également quelles sont les réformes structurelles dans les domaines de l'éducation et du marché du travail qui faciliteraient la transition de l'école à l'emploi. Ce rapport est fondé sur 16 examens nationaux qui ont été menés dans le cadre de l'activité de l'OCDE Jobs for Youth/Des emplois pour les jeunes.’

Identités et participation sociale des jeunes en Europe et en Méditerranée

Dartiguenave Jean-Yves ; Moreau Christophe, Savina Maïté
Paris : L'Harmattan, 2013, 247 p., « Logiques sociales ».

20Cet ouvrage analyse en détail les processus de construction identitaire chez les jeunes adultes, non seulement à travers l'insertion dans la sphère du travail, mais aussi à travers l'ensemble de ce qui constitue les rapports sociaux d'une société (la famille, l'école, les loisirs, le voisinage, le groupe de pairs, etc.). Le propos fait une large place à la mobilisation de la jeunesse en Europe et en Méditerranée ainsi qu'à leurs stratégies migratoires. Il restitue minutieusement les moyens mis en œuvre par les jeunes pour mettre à l'épreuve leurs compétences sociales. L'ouvrage étudie également le rapport des jeunes à la citoyenneté, aux institutions républicaines, à l'espace public et s'interroge sur les capacités de nos politiques sociales et culturelles à accompagner la participation des jeunes à la vie publique.

Profession

Ouvriers malgré tout : enquête sur les ateliers de maintenance des trains de la Régie autonome des transports parisiens

Thibault Martin, Schwartz Olivier (préf)
Paris : Raisons d'agir, 2013, « Cours et travaux ».

21La mort annoncée du monde ouvrier ne doit pas cacher ni la pérennité de cette condition (près du quart de la population active), ni les transformations en cours, notamment dans certaines fractions de la jeunesse. Invisibles, délaissés politiquement, les ouvriers ne semblent plus capables de faire entendre leur voix. Pourtant, un ouvrier sur quatre a aujourd'hui entre 15 et 29 ans et, si les travaux sur les générations antérieures ont été nombreux, la jeunesse ouvrière semble d'autant plus invisible aujourd'hui qu'elle est peu explorée. L'enquête ethnographique présentée dans cet ouvrage, et qui a été menée pendant huit ans sur de jeunes ouvriers de la maintenance des trains à la RATP, entend donner à voir un univers social peu visible à trois titres : le monde ouvrier déjà, celui du public ensuite, la jeunesse ouvrière enfin. Elle nous amène à suivre des trajectoires de jeunes, de leur sortie de l'école à leur insertion dans le monde du travail, de leur quotidien dans l'atelier à leurs activités en dehors, de leurs acceptations des contraintes managériales à de nouvelles formes de résistances au travail... Ainsi, ce livre se propose de répondre à trois questions / Qu'est-ce qu'être un jeune ouvrier et comment ces jeunes vivent-ils cette condition ? En quoi cette génération apparaît-elle distante de celle qui la précède ? En quoi la perméabilité aux normes managériales du secteur privé tend à remettre en cause la « particularité » de ces ouvriers de la RATP et une certaine idée du service public ?

Les professions intermédiaires / des métiers d'interface au cœur de l'entreprise

Cadet Jean-Paul (dir.), Guitton Christophe (dir.)
Paris : Armand Colin, Marseille : Céreq, 2013, 393 p., « Recherches ».

22Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d'atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l'hôpital, techniciens dans l'industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs... Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d'administration-gestion. Leur caractéristique ? N'être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l'emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l'interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L'objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d'études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l'ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s'y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l'emploi et des carrières.

A quoi servent les cadres ?

L'Observatoire des cadres, Bergere, Jean-Marie, Chassard Yves (dir.), Pech Thierry (préf.), Chereque François
Paris : Odile Jacob, 2013, 214 p.

23Après les « Trente Glorieuses », symbole de l'apogée des cadres, les « Trente Financières » avec leur cortège de bouleversements managériaux : renforcement des procédures de contrôle, développement des organigrammes plats, priorité donnée au client et à la « réactivité », etc. Autant d'évolutions qui ont largement remis en cause le rôle des cadres / alors qu'ils se percevaient comme les lieutenants du patronat, ils se sentent aujourd'hui noyés dans la grande machine productive. Alors les cadres servent-ils encore à quelque chose ? C'est la question qu'explore ce livre court et accessible, qui s'efforce de repenser leur fonction. En effet, les auteurs le soulignent : si les logiques de coopération et d'efficacité ont été mises à mal au profit d'une rentabilité de court terme, elles restent indispensables à la bonne marche des organisations, qu'elles soient privées ou publiques. Dès lors, il s'agit de voir comment les cadres vont pouvoir désormais les faire vivre. Un enjeu pour l'entreprise et pour la société tout entière. Ce livre est issu d'un colloque organisé par l'Observatoire des cadres, une structure de réflexions et d'échanges émanant de la CFDT. Il rassemble les contributions de nombreuses personnalités dont François Chérèque, Ève Chiapello, Barbara Dalibard, Thierry Pech, Pierre Rosanvallon.

Chercheur-e-s sous haute tension ! : vitalité, compétitivité, précarité et (in)compatibilité travail/famille

Fusulier Bernard ; Carral Maria del Rio
Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 2012, 118 p.

24La science fait l'objet d'une attention médiatique et de nombreux débats. Mais qu'en est-il du vécu des scientifiques qui la font exister ? On s'intéresse ici à une nouvelle génération de docteurs ayant obtenu un mandat postdoctoral temporaire : les chargés de recherches du Fonds national de la recherche scientifique FNRS en Belgique. Ces scientifiques occupent une position intermédiaire entre le chercheur doctorant et le chercheur confirmé, et se situent dans une période cruciale de leur parcours de vie. La combinaison du plaisir que procure le travail scientifique, de la liberté qui le caractérise, du désir de rester dans le métier et de la forte concurrence pour des postes définitifs met ces chercheurs sous haute tension. L'étude questionne les règles et pratiques instituées (notamment le publish or perish et la mobilité internationale) qui filtrent l'accès des scientifiques aux rares mandats permanents. Ce filtre n'est pas socialement neutre car il implique des dimensions sociologiques telles que le genre, l'origine sociale ou la situation familiale des chercheurs.

Travail

Des pratiques en évolution : Seconde décennie des journées de Bordeaux

Petit Johann, Chassaing Karine, Aubert Sophie (dir.)
Toulouse : Octarès, 2013, 553 p., « Travail et activité humaine ».

25Produire des connaissances à partir d'une réflexion sur la pratique d'un métier, c'est le pari des Journées de Bordeaux sur la Pratique de l'Ergonomie, qui se tiennent annuellement depuis 1994 et rassemblent de nombreux praticiens et chercheurs en ergonomie. Durant ces vingt années, les Journées de Bordeaux ont connu un succès grandissant puisque le public est passé de quelques dizaines d'initiés à plusieurs centaines à ce jour. Les ergonomes interviennent dans des situations complexes, pour y développer une meilleure prise en compte de l'activité humaine, selon des critères de santé, d'efficacité économique et de développement des compétences. Ils mettent en œuvre des connaissances sur le fonctionnement de l'homme mais la pratique ne se limite pas à l'application de connaissances produites par ailleurs. Chaque intervention ergonomique est une construction spécifique dans un environnement particulier : de ces cas respectifs peuvent se dégager des repères méthodologiques généraux. L'ouvrage, reflet de la seconde décennie des Journées de Bordeaux, rassemble des réflexions de praticiens et de chercheurs présentées au cours des dix dernières années. On y voit un métier débattre de ses propres règles, en analysant ses réussites et ses difficultés dans un contexte d'évolution des problématiques des praticiens. Cet ouvrage pourra intéresser les praticiens, les étudiants et les chercheurs en ergonomie mais aussi ceux préoccupés, plus généralement, par l'élaboration d'une théorie de la pratique.

Au risque d'enseigner : pour une clinique du travail enseignant

Blanchard-Laville Claudine
Paris / Presses universitaires de France, 2013, 222 p.

26Cet ouvrage relève que les changements sociétaux qui atteignent l'école malmènent la professionnalité enseignante et que la souffrance professionnelle que provoquent ces modifications est peu prise en compte dans le cadre de la formation initiale ou continue. L'auteur se propose, tout en déclinant les spécificités de la situation d'enseignement déjà esquissées dans son ouvrage de 2001, Les enseignants entre plaisir et souffrance, de faire vivre au lecteur, au travers de plusieurs récits de situations, les difficultés des enseignants. Avant tout, elle montre comment le dispositif clinique d'accompagnement qu'elle a mis en place propose un espace de partage des émotions et favorise un changement de perspective pour les enseignants qui y participent.

Travail, mobilisation et résistance / Normes et règles en jeu

Faulkner Marcel
Paris : L'Harmattan, 2013, 338 p., « Logiques sociales ».

27Regroupés autour de dix-huit problématiques, les résultats de plus d'une centaine de recherches sont présentés ici sous l'angle des contraintes qui confrontent le travail et des résistances qu'elles suscitent. Si le travail est une activité où la coopération s'impose du fait des objectifs à atteindre, il n'en demeure pas moins que la collaboration des acteurs se réalise à travers un ensemble de contradictions, de tensions et de conflits qui s'avèrent de plus en plus nombreux. Or, les normes et les règles qui déterminent le travail et son organisation sont contestées par d'autres qui affirment l'autonomie des métiers, l'initiative des salariés et l'amour du travail bien fait. A travers cette bataille des normes et des règles et de la dynamique de la mobilisation et de la résistance, les enjeux en cause sont évidemment ceux du rendement et du contrôle du travail d'une part, et de la dignité des salariés d'autre part.

Le travail associatif

Hély Matthieu, Simonet Maud (dir.)
Nanterre : Presses universitaires de Paris Ouest, 2012, 221 p.

28Cet ouvrage collectif appréhende le monde associatif comme monde du travail. Il s'ouvre sur une réflexion autour des modalités d'exercice du travail associatif en interrogeant la frontière entre la sphère professionnelle et le « hors travail ». Les relations avec les différentes « parties prenantes » font également l'objet d'études spécifiques : avec les entreprises mécènes investies dans des partenariats avec le monde associatif, comme avec les collectivités publiques qui considèrent désormais les associations comme de véritables « opérateurs de politiques publiques ». Si le monde associatif est souvent défini comme un « tiers secteur » qui se situe entre le secteur privé lucratif et le secteur public, il demeure très largement structuré par leurs normes et leurs pratiques. Il peut contribuer cependant à servir des missions d'intérêt général et peut se poser comme une solution à la « crise de l'Etat-providence » ; il est alors envisagé comme une « alternative au capitalisme ». Les contributions présentées ici révèlent toutes ces ambivalences et dressent un portrait nuancé des nombreuses promesses d'émancipation incarnées par le monde associatif.

Compétences durables et transférables : clés pour l'employabilité

Dujardin Jean-Marie, Feutrie, Michel (préf.)
Bruxelles : De Boeck, 2013, 175 p., « Manager RH, ISSN 2030-3661 » .

29Tout au long de leur vie professionnelle, les individus développent des compétences à travers diverses activités, auprès d'un ou de plusieurs employeurs. Certains font « fructifier » leur « capital de compétences » grâce à un nouvel emploi, un bilan de compétences, une formation, la reprise d'études... et restent donc employables. D'autres, hélas, renoncent à progresser, au risque de réduire ou de perdre leur employabilité. Qu'est-ce qui différencie les premiers des seconds ? L'auteur analyse la question du « portage » des compétences dans le temps (compétences durables) et dans l'espace (compétences transférables d'une activité à une autre, d'un emploi à un autre) et de leur relation avec l'employabilité des individus. À travers sept études de cas, avec une centaine d'interviews de travailleurs et de conseillers, en distinguant les parcours professionnels de travailleurs très mobiles et ceux d'autres travailleurs, l'ouvrage cerne les ressources qui permettent d'entretenir et de développer le « bagage de compétences » de chacun(e) et propose de regrouper ces ressources autour du concept de métacompétence d'employabilité. Ce concept est décrit et analysé, de même que les différentes manières de le développer dans l'éducation, la formation continue et au travail.

Expérience, activité, apprentissage

Albarello Luc, Barbier Jean-Marie, Bourgeois Etienne, Durand Marc (dir.)
Paris : Presses universitaires de France, 2013, 256 p., « Formation et pratiques professionnelles ».

30La question de l'expérience, de ses rapports avec l'activité, l'apprentissage et le développement humain est devenue une question centrale, tant sur le plan social que scientifique. Dans une perspective de formation et dans un contexte de transformation constante des rapports entre travail et formation, la compréhension de sa construction, de sa transmission et de sa validation représente un enjeu considérable. Elle concerne toutes les activités et tous les métiers ayant pour objet la transformation de l'activité humaine (éducation, accompagnement, management, gestion, conseil, emploi, orientation, communication, soin et santé, travail social, ergonomie, sport). Réunissant des auteurs représentatifs de champs de pratiques et d'approches scientifiques variées (apprentissage et formation des adultes, éducation physique, gestion scolaire, didactique professionnelle, analyse de l'activité), cet ouvrage se propose un triple objectif : conceptualiser les rapports respectifs entre expérience, activité et apprentissage, rendre compte de la construction et de l'organisation de l'expérience, analyser les modalités de sa mobilisation dans la vie professionnelle et sociale.

Les salariés de l'incertitude : solidarité, reconnaissance et équilibre de vie au travail

Uhalde Marc (dir.)
Toulouse : Octarès, 2013, 200 p., « Travail et activité humain ».

31Ils sont salariés du privé ou du public, employés, techniciens ou cadres, à l'hôpital, dans la conception électronique, le transport aérien, l'automobile ou la téléphonie... Tout les distingue en apparence, mais ils partagent une même expérience de travail : ils sont contraints de composer au quotidien avec des organisations du travail changeantes, des modes de reconnaissance instables et des dispositifs d'équilibre de vie imparfaits. Comment ces salariés parviennent-ils à tenir dans des organisations où l'incertitude fait loi et bouleverse constamment les repères de leur engagement professionnel ? Ce livre s'intéresse à l'autre face des risques du travail contemporain en étudiant la manière dont les salariés parviennent à canaliser, à compenser et parfois même à déjouer des facteurs d'insécurité gestionnaire pour assurer la continuité de leur activité. A partir d'enquêtes réalisées dans des secteurs d'activité différents, il montre tout d'abord que nombre de salariés disposent de capacités de résistance à l'incertitude, même si celles-ci sont inégalement réparties dans le monde du travail et dépendent de conditions locales qui limitent leur généralisation. Les auteurs portent surtout leur attention sur les formes de résistance ordinaire à l'insécurité des organisations. Les salariés recourent fréquemment à des « collectifs d'action » informels. La diversité parfois confuse de ces collectifs dévoile le fait majeur de la recherche : si les salariés recourent au collectif, c'est qu'ils y puisent des ressources essentielles de solidarité, de création de sens et d'autonomie au travail qui échappent au regard et à la volonté de contrôle du management. Résister à l'incohérence de la gestion devient aujourd'hui un acte d'affirmation de soi au travail, qui oppose le sens et l'efficacité du lien social à des modes de gestion de plus en plus illisibles et individualisants.

Les temporalités dans les sciences sociales

Dubar Claude, Thoemmes Jens (dir.)
Toulouse : Octarès, 2013, 145 p., « Temporalités : Travail et Sociétés ».

32Qu'est-ce que les sciences sociales ont à dire du temps ? Tout d'abord les temps et les temporalités sont au cœur des interrogations des sciences sociales. La partition des temps sociaux entre temps professionnels, temps privés et temps pour soi continue à poser des problèmes dans la vie quotidienne. Depuis l'irruption du travail industriel, les temps ont bien changé sous la pression des formes d'organisation. Au-delà du travail, cette évolution est inséparable d'un processus qui fait du temps une marchandise à prix quantifiable avec l'invention du prêt à intérêt. Les dynamiques du capitalisme et le commerce sur longue distance transforme les marchands en entrepreneurs des temps. Toutes les sciences sociales ont apporté leurs propres méthodes pour analyser les temps : analyse longitudinale, attitudes et biographies n’en sont que des exemples. Si, sur un versant positif, les sciences sociales s'accordent sur la nécessité de prendre en compte la multiplicité des temps, de l'autre côté, les dynamiques récentes mettent en valeur l'éclatement des temps jusqu'à leur individualisation. Ce livre cherche à présenter et confronter ces usages du temps singulier et des temporalités plurielles dans une dizaine de disciplines des sciences sociales : histoire, sociologie, économie, démographie, anthropologie, psychologie sociale, sociohistoire et sociolinguistique ainsi que par une interprétation du passage de la philosophie du temps aux sciences humaines et sociales des temporalités.

A signaler

L'assurance chômage en Suisse : une sociohistoire (1924-1982)

33Tabin Jean-Pierre, Togni Carola
Lausanne : Ed. Antipodes, 2013, 229 p. « Histoire ».

Benchmarking : l'Etat sous pression statistique

34Bruno Isabelle, Didier Emmanuel
Paris : La Découverte, 2013, 209 p., « Zones3.

Care et sentiments

35Paperman Patricia
Paris / Presses universitaires de France, 2013 ? 67 p., « Care studies ».

Chômeurs ou esclaves : le dilemme français

36Simonnot Philippe
Paris : Pierre-Guillaume de Roux, 2013, 109 p.

Clinique et management : rupture ou transition ?

37Grimaud Lin, Jouve Alain, Sanchou Paule (dir.)
Toulouse : Erès, 2013, 248 p., « Empan ».

Débordements gestionnaires : individualiser et normaliser le travail par les outils de gestion ?

38Buisson-Fenet Hélène, Mercier Delphine (dir.)
Paris : L'Harmattan, 2013, 225 p., « Logiques sociales. Série sociologie de la gestion ».

Dis-moi qui te cite, je saurai ce que tu vaux : Que mesure vraiment la bibliométrie ?

39Pansu Pascal, Dubois Nicole, Beauvois Jean-Léon
Grenoble / Presses Universitaires de Grenoble, 2013, 128 p. « Points de vue & débats scientifiques ».

La discrimination à l'embauche sur le marché de travail français

40Jacquemet Nicolas, Edo Anthony
Paris / Éd. Rue d'Ulm, 2013, 77 p., « Collection du CEPREMAP ; 31 ».

L'économie qu'on aime ! relocalisations, création d'emplois, croissance : de nouvelles solutions face à la crise

41Barthélémy Amandine, Keller Sophie, Slitine Romain
Paris : Rue de l'échiquier, 2013, 105 p.

L'éducation aujourd'hui 2013 : la perspective de l'OCDE

42Organisation de coopération et de développement économiques
Paris : OCDE, 2013, 141 p.

La fin du salariat

43Gaudard Jean-Pierre
Paris : F. Bourin éd., 2013, 200 p.

Finances, mobilités et projets d'éducation universitaires / le regard des historiens

44Hiraux Françoise, Mirguet Françoise (dir.)
Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant, 2012, 335 p., « Publications des archives de l'Université catholique de Louvain ; 29 ».

Les impensés de la mesure : évaluer les parcours de formation et d'insertion

45Frétigné Cédric
Paris : Publibook, 2012, 92 p., « Sciences humaines & sociales. Sciences sociales ».

Inégalités hommes-femmes : Il est temps d'agir

46Organisation de coopération et de développement économiques
Paris : OCDE, 2012, 370 p.

Les leviers essentiels de la rémunération : classification, compétences, appréciation

47Denimal Philippe
Rueil-Malmaison : Éd. Liaisons, 2013, 215 p., « Entreprise & carrières ».

Les métiers du marché de l'art : une passion sinon rien !

48CavalierocSophie, Elkaïm Frédéric, Pirlot de Corbion Claire
Paris : Gualino, 2013, 179 p., « 100 pages pour comprendre ».

A l'ombre des usines en fleurs : genre et travail dans la parfumerie grassoise 1900-1950

49Zellal Coline
Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2013, 128 p., « Penser le genre ».

L'orientation des jeunes en Afrique

50Okene Richard
Paris : L'Harmattan, 2013, 211 p., « Enseignement et éducation en Afrique ».

Le recrutement dans le football français : histoire, logiques et enjeux géographiques

51Piraudeau Bertrand
Paris : L'Harmattan, 2013, 190 p., « Questions contemporaines ».

Rénovation de l'enseignement des sciences physiques et formation des enseignants : regards didactiques

52Boilevin Jean-Marie
Bruxelles : De Boeck, 2013, 379 p., « Pédagogies en développement ».

Tous en classes moyennes ?

53Bosc Serge
Paris : La Documentation française, 2013, 136 p., « Doc'en poche, Place au débat ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lectures », Formation emploi [En ligne], 123 | Juillet-Septembre 2013, mis en ligne le 10 octobre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4068

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page