Navigation – Plan du site

Intégrer une Ecole normale supérieure… et après ?

Enter an Ecole normale supérieur… and then what ?
Ein Ecole normale supérieure einsteigen… und dann ?
Ingresar a una Escuela normal superior ... ¿y después ?
Pierre Bataille
p. 65-86

Résumés

Dans le débat public et scientifique sur la démocratisation des élites françaises, les inégalités d’accès aux filières scolaires prestigieuses focalisent souvent l’attention. On sait peu de choses sur les inégalités qui structurent les parcours professionnels des élèves une fois qu’ils ont intégré ces établissements prestigieux. À partir de l’analyse du cas des Ecoles normales supérieures (ENS), cet article formule des propositions conceptuelles et méthodologiques pour que soit prise en compte la manière dont se recomposent certaines inégalités de devenirs professionnels, en particulier en fonction du sexe et de l’origine sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’intégration d’une grande école comme séquence du parcours de vie
Une étape du parcours de vie
Un cas d’école : le devenir professionnel des normalien·ne·s
Modéliser des processus pour analyser les parcours post-ENS
Les parcours professionnels des normalien·ne·s comme variable dépendante
Quels éléments structurent les processus d’orientation des carrières professionnelle ?
Après Normale : certaines inégalités de genre et d’origine sociale se recomposent
Des devenirs professionnels inégaux
La classe et le genre structurent les processus de développement des parcours professionnels
Conclusion

Aperçu du début du texte

En France, le débat sur la démocratisation des élites et la « panne » de l’« ascenseur social » se polarise autour de la question de l’accès aux grandes écoles. Et pour cause, c’est dans les quelques 5 % d’une classe d’âge qui composent le petit groupe d’étudiant·e·s issu·e·s des prestigieuses filières sélectives de l’enseignement supérieur français, sur-sélectionnés scolairement et socialement, que se recrute la majeure partie des élites économiques, politiques et académiques françaises .

Largement informée par ces constats récurrents, l’analyse des inégalités d’accès aux grandes écoles est généralement la seule focale mobilisée par les sociologues pour étudier les lauréat·e·s des concours d’entrée de ces établissements sélectifs. Elle laisse ainsi dans l’ombre la recomposition des inégalités sociales une fois franchi le seuil de ces prestigieuses institutions, comme si l’accès à ces écoles garantissait à tout·e·s ses élèves un itinéraire rectiligne et uniforme vers les plus hauts é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bataille, « Intégrer une Ecole normale supérieure… et après ? », Formation emploi, 129 | 2015, 65-86.

Référence électronique

Pierre Bataille, « Intégrer une Ecole normale supérieure… et après ? », Formation emploi [En ligne], 129 | Janvier-Mars 2015, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4366

Haut de page

Auteur

Pierre Bataille

Sociologue, post-doctorant FNS (Fonds National Suisse de la recherche scientifique) à l’université de Lausanne et au Pôle de Recherche National LIVES, membre du LabSo (Laboratoire de Sociologie).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page