Navigation – Plan du site

Faut-il être compétent pour pouvoir développer ses compétences ? L’exemple de la sélection à l’entrée en Master 2

To be competent to develop competencies ?The example of selective admission in Master 2
Muss man kompetent sein, um Kompetenzen zu entwickeln ? Untersuchung am Beispiel der Auswahl zu Beginn des „Master 2“-Studienjahres
¿Hay que ser competente para poder desarrollar las propias competencias ? El ejemplo de la selección para entrar en Master 2
François Sarfati
p. 31-48

Résumés

De quelles compétences faut-il être doté pour pouvoir s’inscrire en alternance ? A quelles conditions peut-on intégrer un Master professionnel très demandé ? Faut-il déjà être compétent pour avoir le droit de développer ses compétences ? Le processus de sélection à l’entrée dans un Master professionnel donne à voir comment des compétences académiques d’une part, et non académiques, d’autre part, servent de repères aux recruteurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

De la manifestation des compétences à distance aux compétences en acte
La mise en scène de la professionnalité
Des exigences fortes et des candidatures affutées
Des dispositions mises en scène
Une bonne connaissance des métiers et des parcours professionnels
Les sciences de gestion ou l’hybridation des compétences professionnelles et scolaires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les débats sur les qualifications et les compétences ont structuré le champ du travail et de l’emploi dans la sociologie française, depuis la célèbre controverse qui a opposé Georges Friedmann (1946, 1964) à Pierre Naville (1956) dans les années d’après-guerre. Plus récemment, l’introduction de la « logique compétence » a pu être analysée comme la mise en œuvre d’une doctrine élaborée par le patronat dans le but non seulement d’optimiser ses intérêts, mais aussi de proposer des règles de vie commune acceptables. Ainsi, commentant la définition patronale des compétences, Jean-Daniel Reynaud (2001) montre que la compétence se distingue d’un diplôme au sens où elle s’éprouve dans la réalité professionnelle. La compétence se compose ensuite de comportements, c’est-à-dire de savoir-être. Par ailleurs, elle est évaluée par l’entreprise. Alors que « la qualification oblige l’intéressé à faire conformément aux règles du métier, aux habitudes ou aux principes, la compétence dit, au contraire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Sarfati, « Faut-il être compétent pour pouvoir développer ses compétences ? L’exemple de la sélection à l’entrée en Master 2 », Formation emploi, 130 | 2015, 31-48.

Référence électronique

François Sarfati, « Faut-il être compétent pour pouvoir développer ses compétences ? L’exemple de la sélection à l’entrée en Master 2 », Formation emploi [En ligne], 130 | Avril-Juin 2015, mis en ligne le 08 juin 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4402

Haut de page

Auteur

François Sarfati

Sociologue, chercheur au Centre d’études de l’emploi, il est également membre associé du Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise) (Unité Mixte de Recherche du Centre National de la Recherche Scientifique 3320)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page