Navigation – Plan du site

Le poids des relations familiales dans la mobilité géographique des jeunes inscrits en baccalauréat professionnel

The weight of family relathionships in the geographical mobility of young people registered for vocational baccalaureate.
Das Gewicht familiärer Beziehungen in der geografischen Mobilität von Berufsabitur-Kandidaten
El peso de las relaciones familiares en la movilidad geográfica de los jóvenes inscriptos en el bachillerato técnico
Alain Thalineau et Florian Hot
p. 101-120

Résumés

A l’heure où la mobilité (résidentielle et quotidienne) s’impose comme une qualité indispensable à tout individu visant son insertion sur le marché de l’emploi, comment les lycéens inscrits en baccalauréat professionnel en Région Centre envisagent-ils l’éventualité d’un départ et d’un éloignement du groupe familial pour obtenir un premier emploi ? L’enquête quantitative menée auprès de 536 lycéens et l’analyse de 55 entretiens biographiques mettent en évidence le lien entre une aspiration à la mobilité professionnelle, l’intensité des relations au groupe familial, et la posture des parents vis-à-vis de la norme scolaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Les projections de mobilité résidentielle pour l’emploi diffèrent selon les liens familiaux
1.1 Des similitudes selon le genre, l’origine sociale et le domaine de formation
1.2. Des mobilités liées au positionnement familial vis-à-vis de la norme scolaire
2. Rester ou partir, un enjeu pour être intégré dans le monde du travail
2.1. La famille, un espace affectif rassurant
2.2. La famille, un appui pour la réussite scolaire
2.3. L’éloignement pour accéder à l’emploi : le choix de la nécessité
3. Rester ou partir, un enjeu pour se défaire d’un groupe familial inhibant
3.1. Le repli dans l’entre-soi du groupe familial
3.2. L’émancipation incertaine
Conclusion

Aperçu du début du texte

La mobilité des individus s’est imposée comme une valeur centrale de notre société. Associée à l’aventure, la liberté, l’épanouissement personnel… elle est également, et non sans lien, un des traits caractéristiques du développement capitaliste. En matière d’emploi, la mobilité est souvent présentée comme une nécessité lors de l’insertion professionnelle (Freyssinet, 2004), mais également pour rester dans l’emploi.

La mobilité des travailleurs, le plus souvent subie depuis les débuts du capitalisme (Geremek, 1987 ; Castel, 1989, 1995), suit les mouvements du marché économique et constitue un enjeu majeur des politiques de gestion de la main-d’œuvre.

Elle s’accompagne d’une mobilité résidentielle qui devient, dans le discours dominant, une condition nécessaire pour être en mesure de se maintenir dans l’emploi.

Les jeunes, en tant que public cible des politiques de lutte contre le chômage depuis le début des années 80, font particulièrement l’objet de ces injonctions. Ils multiplient les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Thalineau et Florian Hot, « Le poids des relations familiales dans la mobilité géographique des jeunes inscrits en baccalauréat professionnel », Formation emploi, 131 | 2015, 101-120.

Référence électronique

Alain Thalineau et Florian Hot, « Le poids des relations familiales dans la mobilité géographique des jeunes inscrits en baccalauréat professionnel », Formation emploi [En ligne], 131 | Juillet-Septembre 2015, mis en ligne le 15 octobre 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4495

Haut de page

Auteurs

Alain Thalineau

Sociologue, professeur des universités, UMR CITERES (Cités, Territoires, Environnement et Sociétés) 7324, université de Tours, CNRS

Florian Hot

Sociologue, ingénieur d’études, UMR CITERES (Cités, Territoires, Environnement et Sociétés) 7324, université de Tours, CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page