Navigation – Plan du site

L’ouverture de l’Université vers le monde extérieur autour de 1968 : entre consensus partiel, polarisation et compromis

Opening the University toward the wider world around 1968 : between partial consensus, polarisation and compromise
Die „Öffnung der Universität“ um 1968 : zwischen Teilkonsens, Polarisierung und Kompromiss
La “apertura de la universidad” en torno de 1968 : entre consenso parcial, polarización y compromiso
Christelle Dormoy-Rajramanan
p. 15-32

Résumés

Le processus d’ouverture de l’Université vers le monde extérieur est ancien. A partir de documents d’archives et de témoignages, nous revenons sur les acteurs ayant pris part au débat sur la professionnalisation de l’Université au cours des années 1950-1960. Nous analysons leurs points de convergence et de division, ainsi que les effets de la mobilisation de « 68 » – liée à ce débat – sur la politique universitaire menée par le pouvoir politique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Diversifier pour professionnaliser 
2 La professionnalisation sous conditions
2.1. Les dispositions favorables des universitaires et leurs limites
2.2. Quand les étudiants se préoccupent des « débouchés »
2.3 Pour une professionnalisation sans exclusive
3 Consensus partiel, polarisation et compromis
3.1. Le lobbying pour la professionnalisation
3.2. La rupture de 1968 ?
3.3 L’arbitrage du pouvoir politique pour sortir de la crise
Conclusion

Aperçu du début du texte

Si le terme de « professionnalisation » appliqué à l’enseignement supérieur ne s’impose qu’à partir des années 1990, le phénomène qu’il désigne est plus ancien. Outre les facultés de droit, médecine et pharmacie, conçues dès leur origine médiévale pour préparer à un métier autre que le professorat, celles de sciences et de lettres sont repensées en fonction de leurs débouchés hors enseignement, au moment où leurs effectifs étudiants croissent de manière exponentielle, soit au cours des années 1950-1960.

Nous revenons ici sur cette période où cette nouvelle représentation des missions de l’Université, et plus particulièrement des facultés de lettres et de sciences, se cristallise et fait débat. On étudiera ainsi la diversité des acteurs qui y concourent - non seulement les pouvoirs publics, en lien avec le patronat, mais aussi des universitaires, enseignants et étudiants, y compris « de gauche », et leurs syndicats, ainsi que des partis politiques, y compris « ouvriers ». Tous sont fa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Dormoy-Rajramanan, « L’ouverture de l’Université vers le monde extérieur autour de 1968 : entre consensus partiel, polarisation et compromis », Formation emploi, 132 | 2015, 15-32.

Référence électronique

Christelle Dormoy-Rajramanan, « L’ouverture de l’Université vers le monde extérieur autour de 1968 : entre consensus partiel, polarisation et compromis », Formation emploi [En ligne], 132 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://formationemploi.revues.org/4532

Haut de page

Auteur

Christelle Dormoy-Rajramanan

Docteure en science politique de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense, Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris-Cultures et Sociétés Urbaines, universités Paris 8 et Paris Ouest Nanterre la Défense, CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page