Navigation – Plan du site

La composition du corps professoral comme reflet du rapport des écoles d'ingénieurs au(x) monde(s) économique(s)

The composition of teaching staff as a reflection of the relations between engineering schools and the economic world
Die Zusammensetzung der Lehrerschaft als Spiegel der Beziehung zwischen den höheren Ingenieurschulen und der/den Wirtschaftswelt/en
La composición del cuerpo docente como reflejo de la relación de las escuelas de ingeniería con el(los) mundo(s) económico(s)
Antoine Derouet
p. 33-50

Résumés

Affirmer que les formations d'ingénieurs entretiennent des relations étroites avec le monde économique est un lieu commun. Néanmoins, si ces relations sont importantes dans la structuration du système d'enseignement et des institutions, il demeure difficile de les caractériser et d'appréhender leurs effets sur les programmes d'enseignement. Cet article envisage ces relations en examinant la composition du corps professoral. A cet effet, il mobilise une perspective socio-historique qui mêle étude de sa construction sociale en tant qu'enjeu des relations entre formations d'ingénieurs et mondes économiques, et analyse monographique des caractéristiques sociales des enseignants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Définir le corps enseignant pour redéfinir les relations entre système d’enseignement et mondes économiques
2 Quand le corps professoral donne à voir les mondes économiques : l'exemple de l’Ecole Centrale
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au sein de l'enseignement supérieur français, les formations d'ingénieurs sont de celles dont l'image sociale est couramment associée à une forte « proximité » avec le monde économique. Cette représentation est notamment relayée par les médias et leurs palmarès. Outre que ces formations constituent la principale voie d'accès au groupe professionnel des ingénieurs (Bouffartigue et Gadéa, 1996), les relations qu’elles entretiennent avec les entreprises et le marché du travail apparaissent comme l’une de leurs préoccupations dominantes, régulièrement évoquées par les institutions d’enseignement et les organisations qui leur sont liées. Plus encore, cette orientation du système d’enseignement technique supérieur est érigée en principe cardinal par l’instance de régulation et de certification des formations, la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTi) : ses référentiels témoignent de la transversalité d’un impératif considéré autant comme une ressource dans le fonctionnement des institut...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Derouet, « La composition du corps professoral comme reflet du rapport des écoles d'ingénieurs au(x) monde(s) économique(s) », Formation emploi, 132 | 2015, 33-50.

Référence électronique

Antoine Derouet, « La composition du corps professoral comme reflet du rapport des écoles d'ingénieurs au(x) monde(s) économique(s) », Formation emploi [En ligne], 132 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://formationemploi.revues.org/4540

Haut de page

Auteur

Antoine Derouet

Doctorant en sociologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), équipe Professions, Réseaux, Organisations (PRO) du Centre Maurice Halbwachs (CMH). Ses travaux portent sur l’évolution des formations d’ingénieurs françaises et belges au XXè siècle, plus particulièrement sur l’évolution des contenus d’enseignement.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page