Navigation – Plan du site

Aux origines de la fonction sociale de la formation professionnelle suisse

Une logique de reproduction sociale
The origins of the social aims of the Swiss VET system. A logic of social reproductionDie Ursprung der sozialen Zielsetzungen des Schweizerischen Berufsbildungssystems. Eine Logik der sozialen Reproduktion
En los orígenes de la función social de la formación profesional suiza : una lógica de reproducción social
Lorenzo Bonoli
p. 17-34

Résumés

La formation professionnelle suisse se développe, dans sa forme institutionnelle actuelle, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, poursuivant deux finalités principales : l’une économique, assurer une main-d’œuvre qualifiée pour les entreprises, et l’autre sociale, œuvrer pour une stabilisation socio-économique de la société. Après avoir décrit les étapes de cette institutionnalisation, l’article analyse la finalité sociale qui lui avait été attribuée, en relevant la volonté d’amélioration des conditions de vie des classes populaires mais aussi une logique de reproduction socio-professionnelle. Cette dernière, progressivement, va laisser place à une volonté de promotion de la mobilité socio-professionnelle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Le développement du système suisse de formation professionnelle
2. L’émergence de la « question sociale »
3. Une réponse à la « question sociale » entre conservatisme et progressisme
3.1. Un délicat équilibre entre promotion de l’égalité et confirmation des « différences naturelles »
3.2. La formation professionnelle pour contribuer à l’égalité face à l’instruction
3.3. Une formation professionnelle qui assure la continuité socio-professionnelle
Conclusion : de la stabilité à la mobilité

Aperçu du début du texte

La formation professionnelle suisse connaît, depuis quelques années, un grand succès. Elle est saluée par les experts et les politiciens, par les représentants du monde de l’économie et par les jeunes qui sont très nombreux à opter pour cette voie.

Deux caractéristiques du système suisse sont régulièrement mises en avant : tout d’abord, sa capacité à former des professionnels en lien avec les besoins des entreprises ; ensuite, son aptitude à faciliter l’insertion des jeunes dans le monde du travail, en limitant ainsi les risques de chômage et d’inégalités sociales. Pourtant, à y regarder de près, force est de constater qu’une tension traverse ce système, entre finalités d’ordre économique et finalités d’ordre social.

Dès lors, il convient de s’interroger sur l’origine de cette tension, qui, confronte deux logiques souvent contradictoires. Adoptant un point de vue historique, nous montrerons que cette tension existe dès les débuts de l’institutionnalisation du système de formation pro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lorenzo Bonoli, « Aux origines de la fonction sociale de la formation professionnelle suisse », Formation emploi, 133 | 2016, 17-34.

Référence électronique

Lorenzo Bonoli, « Aux origines de la fonction sociale de la formation professionnelle suisse », Formation emploi [En ligne], 133 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 21 avril 2018, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4637

Haut de page

Auteur

Lorenzo Bonoli

Maître de recherche et d’enseignement à l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle, Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page