Navigation – Plan du site

Le Certificat fédéral de capacité : la fin d’une centralité ?

Federal VET Diploma : end of a key-position ?
Fähigkeitszeugnis : Ende eines bevorzugten Berufsabschlusses ?
El Certificado federal de capacidad : ¿el fin de una centralidad ?
Nadia Lamamra et Gilles Moreau
p. 101-120

Résumés

Le CFC, Certificat fédéral de capacité, est un diplôme historique en Suisse. Depuis les années 1930, il est la référence dans la formation professionnelle de niveau secondaire. Avec lui, la formation par apprentissage s’est imposée en Suisse. Mais, alors que son image reste forte, les réformes entreprises depuis les années 1990 signent la fin de sa prééminence dans le système suisse des diplômes. De quasi monopolistique, il est devenu minoritaire, y compris dans la voie professionnelle ; cela est dû à l’apparition de nouveaux diplômes et de l’élévation constante des niveaux de formation, notamment dans le tertiaire (supérieur).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Le CFC : un diplôme historique de l’apprentissage
2 Secondaire II : la fin du monopole du CFC
3 Des appropriations différenciées des réformes du secondaire II
4 Le CFC, un diplôme désormais minoritaire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le Certificat fédéral de capacité (CFC) est, en Suisse, ce que fut le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) en France : un « diplôme-témoin » de la mise en forme scolaire des savoirs et savoir-faire de métiers, et de la formation des ouvrier-e-s et employé-e-s.

Mais contrairement au CAP, le CFC demeure, outre-Jura, le diplôme de référence pour les apprenti-e-s en alternance ou, plus rarement, pour celles et ceux en écoles dites à plein temps. Situé au niveau du secondaire II dans « le système suisse de diplômes » (Waardenburg, 2011), il s’adresse à des jeunes âgés de 15 ans ou plus à l’issue du secondaire obligatoire (secondaire I) et est « le diplôme de référence de l’ensemble des filières de formation post-obligatoire », dans un pays où « les ¾ des jeunes de l’enseignement secondaire II se retrouve à l’intérieur d’une des filières professionnelles » (Cortesi & Imdorf, 2013, p. 91).

C’est dire sa centralité dans l’apprentissage en Suisse, mais plus généralement dans la société ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Lamamra et Gilles Moreau, « Le Certificat fédéral de capacité : la fin d’une centralité ? », Formation emploi, 133 | 2016, 101-120.

Référence électronique

Nadia Lamamra et Gilles Moreau, « Le Certificat fédéral de capacité : la fin d’une centralité ? », Formation emploi [En ligne], 133 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 21 avril 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4661

Haut de page

Auteurs

Nadia Lamamra

Sociologue, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle EHB IFFP IUFFP, Lausanne

Articles du même auteur

Gilles Moreau

Sociologue, GRESCO, Groupe de Recherches et d'Etudes Sociologiques du Centre Ouest, université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page