Navigation – Plan du site

De quel bois fait-on les ébénistes ? Quand l’ordre professionnel trouble la forme scolaire : l’apprentissage en Suisse

Such Stuff Cabinetmakers are Made on. When Professional Order disrupts the School Paradigm : Vocational Education in Switzerland
Aus welchem Holz sind die Schreiner gemacht ? Das Unbehagen der lehre der Schule auf den Begriff des “Berufsverband”
¿De qué madera se hacen los ebanistas ? Cuando el orden profesional perturba la forma escolar : el aprendizaje en Suiza
Najate Zouggari
p. 157-176

Résumés

Nous comparons ici la formation professionnelle initiale des ébénistes en apprentissage et à l’école, plus particulièrement en Suisse romande, au sein du canton de Vaud. Sont analysés les contenus d'enseignements et la notion d’« ordre professionnel » qui affecte la forme scolaire et structure les frontières de l'identité professionnelle. Le métier d'ébéniste tend à être confondu avec celui de menuisier, dans un contexte où les compétences opérationnelles prennent le pas sur la scolarisation des apprentissages.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Pile ou face ? CFC « in situ » et CFC « scolastique » 
2. Un ordre scolaire indexé à l’ordre professionnel
3 Une approche par compétences renforcée par la loi
4 Ebéniste et / ou menuisier ? Une délimitation floue
Conclusion : la forme scolaire troublée par l’ordre professionnel

Aperçu du début du texte

Cet article vise à montrer que la formation à un métier ne se réduit pas à l’acquisition de compétences et de savoir-faire neutres : la production d’un « ordre professionnel » fondé sur un ensemble de normes, notamment promues par le patronat, participe effectivement à renforcer un ordre social que l’opinion helvétique a tendance à euphémiser, voire à neutraliser, par l’institutionnalisation du consensus.

Nous visons à illustrer ici, à travers l’exemple de la formation initiale des ébénistes suisses, l’incorporation d’une identité professionnelle en même temps que celle d’un ordre social.

Ce dernier prend la forme d’un « ordre professionnel ». La notion centrale d’«  ordre professionnel » est définie comme une alternative au libéralisme et au collectivisme : « pour les combattre tous les deux, nous prônons l’ordre professionnel, c’est-à-dire une organisation où des communautés naturelles mettent en valeur l’idée d’entraide, l’amour du travail bien fait, l’utilité de la formation prof...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Najate Zouggari, « De quel bois fait-on les ébénistes ? Quand l’ordre professionnel trouble la forme scolaire : l’apprentissage en Suisse  », Formation emploi, 133 | 2016, 157-176.

Référence électronique

Najate Zouggari, « De quel bois fait-on les ébénistes ? Quand l’ordre professionnel trouble la forme scolaire : l’apprentissage en Suisse  », Formation emploi [En ligne], 133 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 21 avril 2018, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4676

Haut de page

Auteur

Najate Zouggari

Sociologue à l’Institut des sciences sociales, université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page