Navigation – Plan du site

La formation à l’insertion, une activité de service à part ?

The training to insertion, a service activity apart ?
Die Ausbildung zur Eingliederung, ein eigenständiger Bereich ?
La formación en inserción, una actividad de servicio particular
Ioana Boanca-Deicu
p. 67-87

Résumés

En concurrence pour les financements publics, les formateurs en insertion composent avec les attentes et les exigences, parfois contradictoires, de leurs différents « clients » : les stagiaires, les prescripteurs et les employeurs. A partir d’une étude en région Haute-Normandie, sont présentés ici des aspects peu abordés du travail des formateurs : la « coproduction » du service, l’élaboration du « diagnostic d’aptitude » du stagiaire, et la gestion des négociations avec leurs partenaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Une mission d’intérêt général destinée aux plus précaires
1.1. L’évolution du service de formation à l’insertion
1.2 Le paradoxe de préparer à l’emploi sans former à un métier
2 Le service effectivement rendu : engager, négocier et promouvoir l’insertion
2.1. Les prescripteurs influencent le recrutement des stagiaires
2.2. Co-produire le service avec le stagiaire, partenaire actif
2.3. Co-construire, avec l’entreprise, le « diagnostic d’aptitude à » du stagiaire
2.4 Gérer les négociations avec les employeurs potentiels
2.4.1 Entretenir un réseau de partenaires professionnels
2.4.2 Éviter l’instrumentalisation des stagiaires par les entreprises
Conclusion

Aperçu du début du texte

Créés il y a une quarantaine d’années, dans un contexte de crise économique, les dispositifs d’insertion se sont ancrés sur le marché de l’emploi en consolidant leur place. Ils représentent aujourd’hui un passage nécessaire, parfois obligé, pour de nombreux demandeurs d’emploi, notamment ceux non ou faiblement diplômés.

L’efficacité de ces dispositifs est régulièrement évaluée et remise en question. Une des critiques formulées à leur encontre est que les personnes les moins formées accèdent difficilement aux mesures les plus qualifiantes, ce qui les éloigne du marché du travail (Bonaïti, Fleuret, Pommier et Zamora, 2006). L’objectif initial visant à protéger les plus démunis se retrouverait ainsi détourné, engendrant des effets pervers comme la ségrégation et la marginalisation professionnelles. Une autre critique porte sur leur contribution à la déstabilisation du marché du travail par le développement des nouvelles formes de contrat de travail (Mauger, 2001), voire l’institutionnal...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ioana Boanca-Deicu, « La formation à l’insertion, une activité de service à part ?  », Formation emploi, 134 | 2016, 67-87.

Référence électronique

Ioana Boanca-Deicu, « La formation à l’insertion, une activité de service à part ?  », Formation emploi [En ligne], 134 | Avril-Juin, mis en ligne le 23 juin 2018, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4723

Haut de page

Auteur

Ioana Boanca-Deicu

Docteure en sciences de l’éducation et chercheure associée au Laboratoire Proféor-CIREL (Centre Interuniversitaire de Recherche en Éducation de Lille), université de Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page