Navigation – Plan du site

Le temps de travail atypique des éducateurs sportifs : entre contrainte et ressource identitaire

The atypical working time of the sport instructors : between constraint and identity resource
Die atypische Arbeitszeit von Sportlehrern : zwischen Verpflichtungen und Identitätsressource
El tiempo de trabajo atípico de los educadores deportivos : entre restricción y recurso identitario
Christelle Marsault, Lilian Pichot et Julien Pierre
p. 89-105

Résumés

Pour les professionnels œuvrant dans le secteur sportif associatif, l’imbrication des temps de travail et de loisir se présente autant comme une contrainte que comme une ressource caractérisant leur identité professionnelle. La manière dont ces salariés construisent leur rapport au temps professionnel dépend de leurs ressorts personnels, mais aussi d’effets contextuels. Ainsi, la perception du temps et par conséquent sa qualification en temps de loisir ou de travail sont loin d’être homogènes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 De la difficulté à qualifier le temps de travail
chez les éducateurs sportifs
1.1 Une invisibilité du travail qui varie selon les statuts
1.2 Du « sale boulot » quand les tâches s’éloignent trop du « vrai métier »
1.3 Le degré d’autonomie varie selon la structure
1.4 Les politiques d’aide à l’emploi : un effet controversé dans le temps
2 Le temps comme dynamique identitaire
2.1 Le temps de la passion comme ressort identitaire
2.2 Être qualifié pour servir et donner de son temps
2.3 Quand le temps sportif organise le temps de vie
2.4 Le temps joue sur la qualification du travail
Conclusion

Aperçu du début du texte

Loin d’être hermétiques (Dumazedier, 1988 ; Sue, 1994), les temps sociaux sont gagnés par la porosité dans une société marquée par la « polyvalence des temps modernes » (Cohen, 1999). Avec la remise en cause des 35 heures et l’intensification des rythmes de travail (Pélisse, 2004), la différenciation entre temps de travail et de loisir est-elle opératoire lorsque le cadre de loisir est lui-même le cadre de travail ? Au sein d’un espace articulant travail et loisir, les emplois sportifs constituent un terrain propice à une réflexion sur l’articulation entre différents temps sociaux.

Travailler dans le secteur des loisirs ne semble pas constituer un cadre de travail aussi idyllique au regard des difficultés de recrutement rencontréeschez les éducateurs sportifs. Sur 19 938 recrutements déclarés en 2013, 49,2 % ont été jugés difficiles par l’employeur (contre 40 % en moyenne). En 2014 et en 2015, c’est le cas respectivement de 43 % sur 21 612 (contre 35,7 % en moyenne) et de 37,7 % sur ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Marsault, Lilian Pichot et Julien Pierre, « Le temps de travail atypique des éducateurs sportifs : entre contrainte et ressource identitaire », Formation emploi, 134 | 2016, 89-105.

Référence électronique

Christelle Marsault, Lilian Pichot et Julien Pierre, « Le temps de travail atypique des éducateurs sportifs : entre contrainte et ressource identitaire », Formation emploi [En ligne], 134 | Avril-Juin, mis en ligne le 23 juin 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4735

Haut de page

Auteurs

Christelle Marsault

Maître de conférences à l’École supérieure du professorat et de l’éducation d’Alsace, EA 1342 « Sport et sciences sociales », université de Strasbourg

Lilian Pichot

Maître de conférences à la Faculté des sciences du sport, EA 1342 « Sport et sciences sociales », université de Strasbourg

Julien Pierre

Maître de conférences à la Faculté des sciences du sport, EA 1342 « Sport et sciences sociales », université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page