Navigation – Plan du site

La « sécuflexibilité » : au-delà des tensions entre flexibilité et sécurité de l’emploi, les sociétés coopératives et participatives (Scop)

“Secuflexibility” : Cooperative and participative societies (Scop), beyond the flexibility-security tension
Secuflexibility“ : die SCOP (Sociétés coopératives et participatives, genossenschaftlicher Unternehmenszusammenschluss) - jenseits der Spannungen zwischen Flexibilität und Sicherheit des Arbeitsplatzes
La “seguflexibilidad” : más allá de las tensiones entre flexibilidad y seguridad del empleo, las sociedades cooperativas y participativas (Scop)
Hervé Charmettant, Jean-Yves Juban, Nathalie Magne et Yvan Renou
p. 107-124

Résumés

La « flexicurité » consiste à substituer d’autres formes de sécurité à celle de l’emploi, remise en cause par l’impératif de flexibilité. Notre étude de terrain montre que dans les Scop (sociétés coopératives et participatives), la logique est renversée ; la sécurité de l’emploi y est en effet prioritaire, la flexibilité provenant de modalités internes, ce qui nous amène à parler de « sécuflexibilité ». Ressortent alors de nos observations, les conditions fortes de cette voie originale et exigeante de conciliation de la sécurité de l’emploi avec la flexibilité, en particulier, la participation des salariés et leur responsabilisation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 La sécuflexibilité : une réponse originale à la tension flexibilité-sécurité
1.1 La sécurité de l’emploi : un enjeu prioritaire pour les Scop
1.2 Les formes de flexibilité sous contrainte adoptées par les Scop
1.2.1 Flexibilité du temps de travail et polyvalence
1.2.2 Flexibilité par la réduction des coûts et des rémunérations
1.2.3 Flexibilité par la formation et la promotion interne
2 La participation, au cœur des conditions de soutenabilité de la sécuflexibilité
2.1 La participation des salariés fonde la « sécuflexibilité »
2.1.1 Associer les salariés aux résultats
2.1.2 Associer les salariés à la gestion quotidienne
2.1.3 Associer les salariés aux décisions stratégiques
2.2 Les tensions dans la mise en œuvre de la « sécuflexibilité »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le terme de flexicurité est entré dans le langage courant dans les années 2000, après être apparu au centre des objectifs de la Stratégie européenne de l’emploi (Commission européenne, 2007 ; CAS, 2008). Les débats autour de la loi travail lui redonnent une grande actualité.

Méda (2009) montre que la flexicurité est envisagée, en Europe, comme la solution à des exigences contradictoires entre la demande de flexibilité des entreprises et celle de sécurité des salariés vis-à-vis de leur emploi, dans un contexte de remise en cause des règles et protections envisagées comme un frein à l’emploi. La sécurité de l’emploi est alors considérée comme anachronique et la flexibilité présentée par les entreprises comme une réponse indispensable au nouveau contexte concurrentiel mondialisé. D’autres formes de sécurité compenseraient alors la déstabilisation de la condition salariale (Wilthagen et Tros, 2004) : la sécurité d’employabilité (la garantie de disposer d’un emploi), la sécurité de revenu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Charmettant, Jean-Yves Juban, Nathalie Magne et Yvan Renou, « La « sécuflexibilité » : au-delà des tensions entre flexibilité et sécurité de l’emploi, les sociétés coopératives et participatives (Scop) », Formation emploi, 134 | 2016, 107-124.

Référence électronique

Hervé Charmettant, Jean-Yves Juban, Nathalie Magne et Yvan Renou, « La « sécuflexibilité » : au-delà des tensions entre flexibilité et sécurité de l’emploi, les sociétés coopératives et participatives (Scop) », Formation emploi [En ligne], 134 | Avril-Juin, mis en ligne le 24 juin 2018, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4742

Haut de page

Auteurs

Hervé Charmettant

Maître de conférences en économie à l’université Grenoble Alpes et membre du CREG (Centre de Recherches en Economie de Grenoble)

Jean-Yves Juban

Maître de conférences HDR (habilité à diriger des recherches) en sciences de gestion à l’université Grenoble Alpes, enseignant à l’IUT (Institut universitaire de technologie) de Valence et chercheur au CERAG (Centre d’études et de recherches appliquées à la gestion)

Nathalie Magne

Doctorante en sciences économiques au laboratoire Triangle et à l’université Lumière Lyon2

Yvan Renou

Maître de conférences en économie à l’université Grenoble Alpes et chercheur au CREG (Centre de Recherches en Economie de Grenoble)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page