Navigation – Plan du site

Rénover plus vert : les obstacles à la « montée en compétences » des artisans du bâtiment

Greener Refurbishment : the Obstacles to « Skill Up » the Building Craftmen
"Ökologisch renovieren : Hindernisse für die Kompetenzentwicklung von Handwerkern im Baugewerbe"
Renovar más verde : los obstáculos para el aumento de competencias de los artesanos de la construcción
Jean Frances et Aurélie Tricoire
p. 93-114

Résumés

Afin d’accroître la performance énergétique des logements, l’État et les représentants de la filière du bâtiment entendent stimuler le marché de la rénovation et le pourvoir en artisans plus compétents. Une formation visant à faire « monter les professionnels en compétence », FEEBat (Formation aux Économies d’Énergie pour les entreprises et artisans du Bâtiment) et un label certifiant leur nouveaux savoir-faire, RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) ont donc été conçus. Pourtant, le marché peine à se développer. Nous revenons ici sur ce constat en interrogeant la tension entre formation-labéllisation des artisans et réorganisation de la filière.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Un manque de compétences techniques ?
2 Rénover plus « vert »
3 Des labels pour « monter en compétences »
4 Labélliser les labels et éco-conditionnalité : le retour de l’Etat
4.1 Un label de labels pour renforcer la qualité de l’offre
4.2 L’éco-conditionnalité pour inciter les artisans à se former
5 Des stages théoriques pour un public hétérogène
5.1 Les professionnels de la rénovation forment un groupe hétérogène
5.2 Des enseignements trop théoriques ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis le Grenelle de l’environnement en 2007, la « lutte » pour la réduction de la consommation énergétique des bâtiments est inscrite à l’agenda politique français. En matière de rénovation, le but officiellement fixé, dès 2009, consiste « à réduire les consommations d’énergie du parc des bâtiments existants d’au moins 38 % d’ici à 2020 » (loi no 2009-967 du 3 août 2009). Ces engagements impliquent la rénovation de 400 000 logements par an, objectif relevé à 500 000, en 2012, en raison du manque de dynamisme du marché. La mise en œuvre de cette politique est encadrée par le Plan Bâtiment Grenelle, devenu Plan Bâtiment Durable après 2012 (PDB), lequel contient un axe Logement : le Plan de rénovation énergétique de l’habitat (PREH). Débuté en juillet 2013, à l’initiative de l’État, le PREH est porté par l’Agence nationale de l’énergie et de l’environnement (ADEME) et par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH).

Le bilan tiré, en 2012, de cette politique, montre qu’atteindre les object...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Frances et Aurélie Tricoire, « Rénover plus vert : les obstacles à la « montée en compétences » des artisans du bâtiment », Formation emploi, 135 | 2016, 93-114.

Référence électronique

Jean Frances et Aurélie Tricoire, « Rénover plus vert : les obstacles à la « montée en compétences » des artisans du bâtiment », Formation emploi [En ligne], 135 | Juillet-Septembre 2016, mis en ligne le 12 octobre 2018, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4805

Haut de page

Auteurs

Jean Frances

Post-doctorant en sociologie, au CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment), Champs-sur-Marne

Aurélie Tricoire

Chef de projet, chercheure en sociologie au CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment), Champs-sur-Marne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page