Navigation – Plan du site

Le secteur de l’installation solaire : encore peu de place pour les entrepreneurs les plus écologiques

In the field of solar installing, there is still little room for the most ecological entrepreneurs
Wirtschaftszweig Solaranlagen : immer noch wenig Raum für die umweltbewusstesten Unternehmer
El sector de la instalación solar : todavía poco espacio para los empresarios más ecológicos
Hubert Amarillo
p. 115-135

Résumés

L’installation solaire photovoltaïque est un nouveau marché sur lequel interviennent trois types d’entrepreneurs : les « solaristes », caractérisés par leur conviction écologique, les artisans traditionnels et les poseurs sous-traitants. Pour chaque type, la qualification représente une réalité spécifique, socialement encastrée. Les « solaristes », artisans les plus légitimes pour « justifier » (selon la théorie des conventions) la valeur écologique de leur activité, demeurent peu nombreux, faute de réseaux sociaux suffisants pour les porter.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Trois types d’entrepreneurs concurrents pour l’accès à un marché émergent
1.1. Les « solaristes », des entrepreneurs convaincus 
1.1.1 Un chef d’entreprise en énergies renouvelables
1.2. Les « traditionnels » privilégient les métiers du bâtiment
1.2.1. Un artisan récemment installé
1.2.2. Une grande entreprise spécialiste en électricité
1.2.3. Un chef d’entreprise chauffagiste
1.3. Les sociétés commerciales et leurs poseurs sous-traitants font primer la logique financière
1.3.1. Une société commerciale
1.3.2. Une entreprise installatrice
2 Des entreprises en concurrence et en lutte pour définir l’activité
2.1. Des critiques croisées
2.1.1. Critiques adressées aux solaristes par un artisan traditionnel
2.1.2. Critiques adressées aux artisans traditionnels et à leurs organisations par un solariste
2.1.3. Critique des sociétés commerciales et de leurs poseurs sous-traitants
2.1.4. Critiques des fabricants et de leurs poseurs sous-traitants
2.2. Des stratégies de distinction : agréments, labels et réseaux
2.3. Une lutte pour la construction de l’offre de formation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Des figures de l’entrepreneuriat émergent dans le domaine des énergies renouvelables, en particulier l’énergie solaire. Différentes approches de la sociologie économique peuvent être utilement mobilisées pour appréhender les dynamiques entrepreneuriales en cours, dans ce contexte où de nouveaux marchés se constituent.

En premier lieu, la sociologie économique nous invite à dépasser une conception schumpétérienne qui voit dans l’entrepreneur – individuel ou collectif – un acteur isolé, un « héros singulier », innovateur, qui prend des risques, et à l’affût d’opportunités nouvelles pour faire du profit. Elle le réinscrit dans des appartenances et des relations sociales : l’entrepreneur et l’activité économique qu’il réalise peuvent alors être saisis dans les multiples encastrements sociaux au sein desquels ils se déploient (Zalio, 2009. Plus encore, l’encastrement de l’entrepreneur dans ces réseaux relationnels et la position qu’il y occupe apparaissent comme autant de supports à sa pe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Amarillo, « Le secteur de l’installation solaire : encore peu de place pour les entrepreneurs les plus écologiques », Formation emploi, 135 | 2016, 115-135.

Référence électronique

Hubert Amarillo, « Le secteur de l’installation solaire : encore peu de place pour les entrepreneurs les plus écologiques », Formation emploi [En ligne], 135 | Juillet-Septembre 2016, mis en ligne le 12 octobre 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4817

Haut de page

Auteur

Hubert Amarillo

Chargé d’études au Céreq, sociologue du travail

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page