Navigation – Plan du site

Une école « sociale active » pour des élèves acteurs, qualifiés et mieux orientés

An « active social » School for students active, qualified and well oriented
„aktiven Sozial“ Schule : für Schüler Spieler, qualifizierte und gut orientiert
Los emprendedores de una Escuela “social activa” : volver a los alumnos actores, calificados y bien orientados
Geneviève Mottet
p. 7-28

Résumés

Face au problème de l’employabilité des jeunes, l’objectif est ici de rendre compte des mesures entreprises, depuis le début des années 1990, par le ministère de l’Éducation à Genève. À partir d’une analyse des discours et dispositifs mis en place par trois ministres de l’Éducation successifs, l’article met au jour la genèse et l’essor d’une politique sociale active dans le domaine de l’éducation. Ainsi, la réforme s’est élaborée en deux temps, dont chacun comprend des référentiels d’action politique spécifiques : celui de l’« École active » (1990 - 2000) et celui de l’« École sociale active » (2000 - 2015)

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 L’« École active » (1990 – 2000)
1.1 L’ apprentissage, le début d’un parcours
1.2 Des élèves davantage acteurs que consommateurs de leur formation
2 L’« École sociale active » (2000-2015)
2.1 Renforcer l’aide territorialisée et développer l’école inclusive
2.2 Qualifier tous les jeunes et améliorer l’orientation scolaire 
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’enjeu de cet article est de présenter comment, à Genève, les politiques éducatives se sont engagées, au cours des vingt-cinq dernières années, dans une réforme répondant à une logique d’employabilité et d’activation des jeunes en risque de désaffiliation scolaire et sociale. Cette réforme vise à lutter contre le décrochage scolaire des jeunes et à éviter qu’ils ne quittent prématurément l’école sans avoir terminé une formation de type secondaire II. Son objectif est de prévenir les risques futurs de chômage des jeunes, c’est-à-dire éviter le processus de désaffiliation sociale décrit par Castel (1995) qui correspond à la dissolution du lien social due à l’absence de travail et à l’isolement social. Comme le relève Blumer (1971), les problèmes sociaux suivent une carrière publique, des étapes que le sociologue peut documenter : l’émergence et la légitimation publique d’un problème, la mobilisation d’une série d’acteurs investis à le codifier et à définir son traitement, ainsi que l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Mottet, « Une école « sociale active » pour des élèves acteurs, qualifiés et mieux orientés », Formation emploi, 136 | 2016, 7-28.

Référence électronique

Geneviève Mottet, « Une école « sociale active » pour des élèves acteurs, qualifiés et mieux orientés », Formation emploi [En ligne], 136 | octobre-décembre 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4902

Haut de page

Auteur

Geneviève Mottet

Docteure en sciences de l’éducation, université de Genève, FPSE (Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation). Collaboratrice scientifique et chargée d’enseignement à l’université de Genève, SSED (Section des sciences de l’éducation)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page