Navigation – Plan du site

De l’activation à la précarité des demandeurs d’emploi : deux dispositifs en Belgique francophone

The activation to the insecurity of job seekers : two devices in French speaking part of Belgium.
Von der Aktivierung zur Prekarisierung von Arbeitssuchenden : zwei Beschäftigungseinrichtungen im französischsprachigen Belgien
De la activación a la precariedad de los demandantes de empleo : dos dispositivos en Bélgica francófona
Julie Gérard et Didier Vrancken
p. 99-119

Résumés

Cet article analyse deux dispositifs d’activation en Belgique francophone (une entreprise de formation par le travail et une agence de titres-services). Il illustre combien le croisement de politiques d’emploi à vocation universelle avec des politiques particularistes destinées aux personnes les plus fragiles fait émerger de véritables trappes à précarité. Cela soulève la question du développement progressif d’un nouveau régime de protection, opérant a minima auprès des publics peu qualifiés, face à la menace que font peser le marché noir et plus largement l’informalité du travail.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Les entreprises de formation par le travail pour lutter contre le chômage des jeunes infra-qualifiés
1.1 Contexte d’émergence des entreprises de formation par le travail en Wallonie : vers la redéfinition progressive des activités d’insertion
1.2 De l’accompagnement professionnel à l’insertion socioprofessionnelle ? : le cas de Synergie
1.2.1 Un accompagnement au parcours de vie au sein de Synergie
1.2.2 Un travail de (ré)insertion socioprofessionnelle en cinq temps
1.2.3 De l’écrémage du public au développement des activités commerciales
2 Le dispositif des titres-services : entre un objectif de réinsertion socioprofessionnelle et des exigences de rentabilité
2.1 Emergence et contexte de création des titres-services : une démocratisation qui interroge
2.2 Vers un service de proximité : le cas de Proximity
2.2.1 La double mission de Proximity : régulariser et/ou réinsérer ?
2.2.2 L’activité de placement de Proximity : un objectif d’efficacité et de rentabilité
2.2.3 D’un maintien dans la précarité à l’inactivité professionnelle
3 Un travail sur les parcours
Conclusion 

Aperçu du début du texte

En Belgique, les politiques actives de l’emploi ont émergé vers la fin des années 1990. Elles se définissent comme un ensemble de politiques publiques encourageant le développement de l’employabilité ou la capacité d’insertion socioprofessionnelle des demandeurs d’emploi afin qu’ils se rapprochent du marché du travail (Orianne, 2006). Elles s’inscrivent dans le cadre de la stratégie européenne et visent à atteindre un taux d’emploi de 73,2 % d’ici 2020. Ces politiques reposent sur plusieurs fondements. D’une part, elles s’appuient sur l’expérience des pays nordiques qui ont fait de l’activation de l’emploi un élément clé de la compétitivité économique et de la lutte contre le chômage (Kvist, 2003). D’autre part, elles sont influencées par les théories économiques du chômage des années 1980 qui visent à faire « baisser le coût du travail et accroître la concurrence sur le marché du travail, par l’affaiblissement de la protection de l’emploi des travailleurs intégrés et une meilleure ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Gérard et Didier Vrancken, « De l’activation à la précarité des demandeurs d’emploi : deux dispositifs en Belgique francophone », Formation emploi, 136 | 2016, 99-119.

Référence électronique

Julie Gérard et Didier Vrancken, « De l’activation à la précarité des demandeurs d’emploi : deux dispositifs en Belgique francophone », Formation emploi [En ligne], 136 | octobre-décembre 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/4930

Haut de page

Auteurs

Julie Gérard

Doctorante en sciences politiques et sociales à l’université de Liège (Belgique), Centre de recherche et d’interventions sociologiques (CRIS)

Didier Vrancken

Professeur de sociologie à l’université de Liège (Belgique), Centre de recherche et d’interventions sociologiques (CRIS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page