Navigation – Plan du site

Comment les entreprises s’organisent pour mettre les salariés en capacité de se former

How do firms organized in order to enhance the capability for learning of their employees
Wie organisieren sich Unternehmen, um bei Arbeitnehmern die Fortbildungskapazität zu fördern ?
Cómo se organizan las empresas para darle a los asalariados capacidad de formarse
Josiane Vero et Jean-Claude Sigot
p. 73-75

Résumés

Depuis près de quinze ans, les réformes de la formation continue, en France, visent de plus en plus à faire du salarié le principal acteur de sa formation et de son évolution professionnelle. Une nouvelle sémantique du travail s’installe, associant la liberté à la responsabilité. Cette contribution explore les conditions de ce couplage entre liberté et responsabilité en matière de formation continue. à partir de l’approche par la capacité d’A. Sen, elle évalue la portée des politiques de formation des organisations pour identifier celles qui favorisent la capacité des salariés à agir sur leur formation. Elle propose une typologie de ces politiques de formation et identifie les caractéristiques des organisations les plus capacitantes, à partir de l’enquête couplée employeur-salarié DIFES 2 (dispositif d’information sur la formation employeur-salarié).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Analyser les politiques de formation à l’aune des capacités
1.1 La focale de l’approche par les capacités 
1.2 L’échelle d’analyse de l’approche par les capacités
2 Quatre configurations contrastées d’entreprises
3 L’organisation de développement des capacités en question(s)
3.1 Quand se former coïncide avec une réalisation de valeur
3.2. Le développement des capacités : une affaire de taille, de secteur ou de groupe socio-professionnel ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

C’est peu dire que depuis une bonne quinzaine d’années, les politiques de formation continue sont traversées par un courant de réformes ininterrompues qui déplacent progressivement « le centre de gravité du droit de la formation du collectif vers l’individuel » (Luttringer, 2013).

Avec l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 14 décembre 2013 et la loi 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale s’engage la dernière réforme en date. Si elle prévoit des transformations impactant tous les acteurs de la formation continue, c’est peut-être et surtout l’individu qui est placé au cœur du système. Il est, plus que jamais, appelé à être « l’acteur de son évolution professionnelle » (ANI 14 déc. 2013, article 1 du titre I).

Le dispositif le plus important pour atteindre cet objectif semble être le compte personnel de formation (CPF). Il consacre un droit attaché à la personne, au-delà de son contrat de travail, qui a pour objet de « donner ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Vero et Jean-Claude Sigot, « Comment les entreprises s’organisent pour mettre les salariés en capacité de se former », Formation emploi, 137 | 2017, 73-75.

Référence électronique

Josiane Vero et Jean-Claude Sigot, « Comment les entreprises s’organisent pour mettre les salariés en capacité de se former », Formation emploi [En ligne], 137 | Janvier-Mars 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/5011

Haut de page

Auteurs

Josiane Vero

Economiste, chargée d’études au Céreq dans le département Formation et Certification

Articles du même auteur

Jean-Claude Sigot

Economiste et statisticien, chargé d’études au Céreq dans le département Formation et Certification

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page