Navigation – Plan du site

Quitter l’entreprise qui a financé une formation : une pratique paradoxale ?

Leaving the company that financed training : a paradoxical practice ?
Verlassen das Unternehmen, dass eine Ausbildung finanziert : eine paradoxe Praxis ?
Dejar la empresa que financió una formación : ¿una práctica paradójica ?
Benoit Cart, Valérie Henguelle et Marie-Hélène Toutin
p. 119-139

Résumés

Le contrôle des externalités de la formation est au cœur de la problématique de Becker : l’entreprise qui a financé une « formation spécifique » devrait mettre tout en œuvre pour conserver les salariés formés. Or, le dispositif DIFES-CVTS (respectivement dispositif d’information sur la formation employeur-salarié et Continuing vocational Training Survey), qui permet de préciser la notion de formation « quasi-spécifique », montre qu’une part non négligeable des salariés ayant bénéficié de ce type de formation quitte néanmoins l’entreprise. Les résultats économétriques prouvent également que le cofinancement de la formation ne protège pas les salariés de la sortie de l’entreprise, voire même favorise leur départ. Au final, ce sont donc les usages de la formation qui sont questionnés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Une opportunité pour étudier l’investissement en « formation spécifique »
2 La formation, en particulier spécifique, limite le risque de départ du salarié
3 … mais l’augmentation de salaire demeure le principal facteur de la motivation à rester dans l’entreprise
4 Le co-investissement en formation ne consolide pas la relation salariale
5 La formation : gage d’employabilité quand on quitte l’entreprise formatrice ?
5.1. La formation sécurise-t-elle la trajectoire de retour à l’emploi ?
5.2. La formation augmente-t-elle les savoirs et/ou révèle-t-elle les capacités des individus ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le rôle de la formation professionnelle continue dans la sécurisation des parcours des salariés est confirmé par les lois du 14 juin 2013 sur la sécurisation de l’emploi et du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale.

La transformation qualifiante de la main-d’œuvre est considérée, d’une part, comme un gage de pérennisation de la relation salariale entre l’entreprise « formatrice » et le salarié ; d’autre part, comme un gage d’employabilité des individus dans le cadre d’une mobilité professionnelle externe.

Ce dernier aspect peut paraître paradoxal au regard de la problématique du contrôle des externalités de la formation, dans le cadre d’une approche économique. L’acteur économique (entreprise ou salarié) qui a financé la formation souhaite limiter la perte de son investissement au profit d’un tiers. Autrement dit, l’objectif est bien de bénéficier des retombées liées à l’apport en compétences acquises par la formation.

La théorie du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Cart, Valérie Henguelle et Marie-Hélène Toutin, « Quitter l’entreprise qui a financé une formation : une pratique paradoxale ? », Formation emploi, 137 | 2017, 119-139.

Référence électronique

Benoit Cart, Valérie Henguelle et Marie-Hélène Toutin, « Quitter l’entreprise qui a financé une formation : une pratique paradoxale ? », Formation emploi [En ligne], 137 | Janvier-Mars 2017, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 23 mai 2017. URL : http://formationemploi.revues.org/5017

Haut de page

Auteurs

Benoit Cart

Chargé d’études en économie au Centre associé Céreq de Lille, Clersé (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques), UMR CNRS 8019, université de Lille 1

Valérie Henguelle

Maître de conférences en économie à l’université d’Artois, membre du RIME Lab. (Recherche interdisciplinaire en management et en économie) et chercheure associée au Clersé (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques) et au Centre associé Céreq de Lille

Marie-Hélène Toutin

Chargée d’études en économie au Centre associé Céreq de Lille, Clersé (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques), UMR CNRS 8019, université de Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page